Les réactions émotionnelles parasites, ou sentiments parasites

Nos émotions sont parfois difficiles à comprendre.. Celles de l’autre difficiles à recevoir, ou à décoder. En fait, cela vient du fait que beaucoup d’entre elles sont ce que l’on peut appeler “réactions émotionnelles parasites”, ou “sentiments parasites”. Ces sentiments parasites ne sont pas vraiment des émotions. Ils sont beaucoup plus complexes. Et c’est ce qui les rend difficiles à décoder.

Que sont donc ces sentiments parasites ? Et d’où viennent-ils ?

Note : cet article est le deuxième de ma série sur “la grammaire des émotions“, une formation de l’EIREM, l’école de formation d’Isabelle Filliozat.

La différence entre une émotion, et une réaction émotionnelle parasite

Une émotion, comme nous l’avons expliqué quand nous l’avons différenciée du sentiment, est une décharge brève liée à un stimulus extérieur.

L’émotion est naturelle, et nécessaire. C’est un signal d’alarme, qui permet l’évacuation de la tension (positive ou négative) face à une situation particulière. On peut alors considérer la réaction appropriée. (ou adaptée, d’une certaine façon, à la situation).

Malheureusement, la vie nous place régulièrement dans des circonstances dans lesquelles nous négligeons notre détresse émotionnelle. C’est particulièrement le cas lorsque nous sommes fatigués

L’émotion n’est alors pas exprimée, le besoin reste non assouvi. Ces émotions refoulées conduisent plus tard à des réactions émotionnelles parasites.

Ces réactions parasites (ou sentiments parasites) sont donc liées à notre histoire, et seront, de ce fait, souvent incompréhensibles par notre entourage… Ce qui aura pour conséquence d’irriter l’autre ! De la même manière, lorsque nous nous sentons irrités par la réaction émotionnel de l’autre, il y a fort à parier qu’il exprime en fait un sentiment parasite. D’où l’intérêt de mieux comprendre ce que c’est.

Nous classerons ces réactions émotionnelles parasites en deux, ou trois, catégories, selon la façon de considérer les choses :

  • les réactions disproportionnées
  • les réactions inappropriées
  • les réactions irrationnelles, qui sont simultanément disproportionnées et inappropriées !

Les réactions émotionnelles disproportionnées

Ici, l’émotion exprimée est bien celle qui correspond à la situation, mais elle s’exprime de manière disproportionnée. Deux cas de figure peuvent expliquer cela.

Les élastiques

La situation nous renvoie à une autre situation passée. Une situation dans laquelle notre émotion n’a probablement pas pu être exprimée, et que nous n’avons donc pas réglée. Cette histoire nous pèse, parfois sans même que nous en ayons réellement conscience.
Nous réagissons alors à la situation actuelle avec un ressenti lié à la situation passée…

Dans ce cas, l’expression de l’émotion est en fait inutile. Il s’agirait plutôt de revenir sur la situation du passé pour l’exprimer en la rapprochant réellement du contexte qui s’y rapporte.

En écrivant cela, je pense à des cas dans lesquels ces élastiques peuvent être très lourds, et les situations du passé bien difficiles à débloquer. (J’imagine des enfants battus par exemple).
Cependant, c’est parfois beaucoup plus simple que cela.

Je repense en effet à une anecdote vécue l’été dernier. Lors de notre semaine de vacances en commun, j’ai partagé avec mon frère et ma belle-soeur mes préoccupations de plus en plus importantes sur la sur-consommation. La manière dont j’essayais de moins consommer, et ce genre de choses, dont il n’est pas question ici ! Et je sentais que ce discours agaçait mon frère, qui pourtant n’est pas du tout le genre à être bloqué sur ces questions… J’ai donc fini par lui poser directement la question, essayant simplement de comprendre ce qui l’embêtait dans mes réflexions à ce sujet. En fait, il s’avère qu’il avait passé un week-end quelques semaines auparavant avec des amis, et que l’une des personnes présentes revenait sur ce thème avec tant de régularité et de véhémence que cela lui avait déplu. De sorte que lorsque j’abordais ce sujet, cela le renvoyait à ce week-end, et qu’il se refermait. Situation assez simple en fait, et, une fois que nous l’avons éclaircie, nous nous sommes beaucoup mieux compris, au lieu de continuer à nous agacer mutuellement à ce sujet ! (Pas trop, heureusement…)

Les “collections de timbres”

Voici un cas que nous avons, je crois, tous vécus. Une situation qui déclenche chez nous une émotion, que nous n’exprimons pas parce qu’elle n’est pas si forte, parce que ce n’est pas grave, ou bien parce que cela ne se fait pas. (Et c’est vrai parfois, cela ne se fait pas). Ou bien que nous ne voulons pas gâcher le moment… Les raisons ne manquent pas !

Seulement, ces émotions s’accumulent, s’empilent, puis une goutte d’eau… et le vase déborde ! Alors, notre réaction est effectivement disproportionnée, et l’autre ne peut pas être en mesure de la comprendre et de la recevoir !

J’imagine que vous connaissez ça… Suggestion pour y faire face : la méditation !

Les réactions émotionnelles inappropriées

Cette fois, nous sommes dans un cas où l’émotion exprimée n’est pas disproportionnée en intensité, mais elle est inappropriée. Inappropriée dans le sens où nous exprimons une émotion qui n’est pas celle qui “conviendrait” dans cette situation. Nous avons en fait remplacé notre émotion appropriée par un sentiment de substitution.

Il peut y avoir différentes raisons à cela.

Une émotion non autorisée

Un cas classique : “Un homme n’a pas peur !” .. et le petit garçon apprend à refouler sa peur, pour la remplacer par… de la colère probablement, beaucoup mieux reçue dans sa famille comme un sentiment bien masculin ! (Là où, à l’inverse, des petites filles apprendront à substituer la tristesse à la colère, parce qu’une fille en colère, ça n’est pas beau…)

Oui, il est possible que certaines émotions ne nous aient pas été autorisées lorsque nous étions jeunes. Et que nous ayons appris à les substituer par d’autres. Il sera alors compliqué de revenir à l’émotion de départ…

Je ne sais si j’ai raison de rapprocher ce que je vais dire de ce paragraphe, mais cette idée d’une émotion qui se substitue à une autre me fait grandement penser à ce que disait Thomas Gordon. Que la colère n’était souvent pas le sentiment premier. Lors de ce stage de la grammaire des émotions, j’entends en tout cas que “la colère n’est pas l’émotion la plus importante, mais c’est souvent celle qui ouvre.” Ce qui expliquerait que l’on en passe régulièrement par cette colère pour débloquer d’autres sentiments plus enfouis….

Des émotions qui se cumulent

Parfois, c’est encore plus complexe : notre émotion est en réalité un mélange d’émotions. Un mélange tel que nous n’arrivons plus à les exprimer, car l’une bloque l’autre…

La jalousie par exemple, serait un mélange de colère et de peur. Comment être clair alors dans l’expression de l’émotion ?

Il faudrait d’abord apprendre à s’écouter, et, comme pour le monstre des couleurs, apprendre à démêler tout ça…

Les réactions émotionnelles irrationnelles

Enfin, c’est parfois encore plus complexe que tout cela ! Certaines de nos réactions émotionnelles sont à la fois disproportionnées ET inappropriées.

Je ne maîtrise pas bien ce sujet, mais je vais vous transmettre ce que j’en ai compris.

La contagion

Les émotions sont toutes potentiellement contagieuses. Nous l’avons tous ressenti dans un contexte de joie, ou de peur, même de colère ! Il me semble ressentir cela régulièrement : “attraper” l’émotion de l’autre. Quand mon fils me regardent avec un sourire jusqu’aux oreilles, je ressens sa joie. Quand mon mari s’énerve, je m’énerve à mon tour.

Je voudrais savoir faire preuve d’empathie, et comprendre les émotions des autres. Mais la contagion va au-delà de l’empathie : c’est carrément de la sympathie. On ne se contente pas de comprendre l’émotion de l’autre, on se met à la ressentir également… Mais ce n’est pas vraiment notre émotion !

Les transmissions trans-générationnelles

Bon. Je ne commenterai pas sur ce point, parce que je suis ignorante. Il semblerait qu’il soit possible que certaines émotions traversent les générations (et pourraient même en sauter). La transmission serait génétique.
C’est la répétition et la disproportion de l’émotion qui peuvent indiquer le problème.
Si le thème vous parle, il faudra vous renseigner sur l’analyse transactionnelle.

La phobie

La phobie simple est une réaction émotionnelle (en l’occurence une peur) “simplement” disproportionnée. Nous sommes alors dans le cas précédent, et cette phobie est un élastique. Il faudrait rechercher la source de la peur dans notre passé pour la laisser s’exprimer.

Cependant, il arrive qu’à l’élastique s’ajoute une substitution, ce qui rend notre peur inappropriée en plus de disproportionnée, car elle porte alors sur un autre objet que sur la source de départ. La encore, la répétition et la disproportion sont un indice du problème.

Il faudra alors peut-être procéder à un vrai travail d’analyse pour comprendre où le problème prend sa source et laisser alors la peur s’exprimer, pour que la personne puisse prendre du pouvoir sur sa peur.

La projection

Parce que l’on ne veut (ou ne peut) pas exprimer notre propre émotion, nous projetterons sur l’autre soit l’émotion elle-même, soit la source de cette émotion. Par exemple, c’est l’autre qui fait peur, ou l’autre qui a peur.

Les conséquences de ces réactions irrationnelles

Lorsque de telles réactions irrationnelles sont présentes chez quelqu’un, elles peuvent avoir des “issues dramatiques”, selon le schéma suivant.

Si j’ai trop mal,

  • je deviens fou
  • je fais mal aux autres
  • je me fais mal à moi-même (ou je risque ma vie…)

Une remarque importante pour les parents

Lorsque l’on comprend le nombre de cas où nos réactions émotionnelles peuvent ne pas être alignées à la situation, on imagine combien nos réactions peuvent être décalées face à nos enfants. Particulièrement dans ce contexte éducatif, où notre propre histoire peut avoir tant d’influence !

Alors, une idée à retenir pourrait être celle-ci : si le comportement de notre enfant nous pose problème, le parent peut déjà travailler sur le problème que ça lui pose à lui, et voir ensuite si la situation n’a pas changé avant de chercher à le régler.

Pas facile à accepter, hein ??

Pour “résumer” tous ces sentiments parasites

  • Réaction appropriée et proportionnée = émotion naturelle – Il convient alors de l’accepter, et de la traverser en l’exprimant.
  • Réaction appropriée mais disproportionnée = élastique, ou collection de timbres – Identifier la situation du passé ou l’origine de la collection
  • Réaction proportionnée mais inappropriée = substitution – Retrouver la véritable émotion
  • Réaction inappropriée et disproportionnée = contagion, transmission trans-générationnelle, phobie, ou projection – Mener une analyse…

 

Si ce sujet vous intéresse, et que vous voulez en savoir plus sur toutes ces émotions, je vous suggère la lecture de Que se passe-t-il en moi ? d’Isabelle Filliozat

Les formations de parentalité positive qui jalonnent mon chemin

Lorsque j’explique aux gens que je donne des ateliers et des conférences pour aider les parents, ils me demandent parfois quelles formations de parentalité positive j’ai suivies.

Il est vrai que j’ai, au départ, fait des études d’ingénieur. Rien ne me destinait donc à ce chemin…. Mais la vie, c’est ça aussi. Les chemins tournent, et l’on s’adapte !

J’ai souvent envie de répondre qu’il n’y a pas besoin de formation formelle, si l’on s’est auto-formé et que l’expérience nous prouve que nous sommes en mesure d’aider les gens. Je sais cependant que cette réponse ne correspond pas aux critères francais, car nous aimons les diplômes, et je m’y prépare ! Voici donc un aperçu des étapes qui m’ont aidée à grandir.

Formation guide Montessori 3-6 ans

En 2005, j’ai découvert l’éducation Montessori, et j’ai été conquise ! Elle venait parfaitement prendre la suite de l’éducation que nous cherchions déjà à donner à notre fils, alors âgé de 3 ans.

Dans l’idée de faire tourner une école (ce qui ne s’est finalement pas fait), j’ai suivi une formation spécifique sur le groupe d’âge 3-6 ans, qui m’a énormément apporté.

Si les principes de la pédagogie Montessori vous intéressent, je vous encourage à lire ce très bon article de Floriane, de Parents Naturellement, qui vous en expose les grands principes.

Beaucoup, beaucoup, de lectures

Ma formation initiale est essentiellement autodidacte : j’ai lu, lu, et lu encore. Ce blog était d’ailleurs au départ mon carnet de prises de notes (les premiers articles s’en ressentent, j’en ai peur…)

Le premier ouvrage qui m’a vraiment marquée, c’est Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, de Faber et Mazlish.

Après avoir lu leurs autres livres et renforcé ma connaissance de leurs conseils, j’ai également lu Jane Nelsen et sa discipline positive, Isabelle Filliozat bien sûr, Thomas Gordon, Catherine Gueguen, Elizabeth Crary, Daniel Siegel, etc…

Dur pour moi de passer devant un rayon éducation sans m’arrêter… et je n’arrive plus à résumer ici autant que je le voudrais ! J’ai toujours le sentiment que chaque nouvelle lecture m’apporte un angle différent qui m’aide à me pénétrer de tous ces principes.

N’hésitez pas à faire un tour par ma bibliothèque

“La grammaire des émotions”, une formation Filliozat

Formation de 3 jours obligatoire à l’EIREM, que l’on veuille ensuite s’inscrire à une formation de coach parental, ou à une formation de psychologue.

C’est une formation pour soi. Elle n’est donc pas en lien direct avec l’éducation, mais s’intéresse aux relations, à l’expression de nos émotions, et comment recevoir celles des autres.
Ce qui m’est fort utile, pour être maman, mais aussi pour écouter les parents !

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article que j’ai écrit sur cette formation.

Positive parenting solutions

Je me suis inscrite à cette formation en ligne (en anglais) alors que je commençais à animer des ateliers.

Je l’ai trouvée très bien faite, reprenant au fur et à mesure les principes fondamentaux d’une vraie parentalité positive. Cela m’a permis d’avancer ou de consolider mes lectures, selon les cas…

Personne ressource pour la discipline positive en classe

J’ai commencé à donner des ateliers sans avoir de certification, et je savais qu’un jour je complèterai ce manque. L”association de discipline positive (créée par Jane Nelsen) était une piste à creuser, car j’adore l’équilibre qu’elle prône entre fermeté et bienveillance.

J’avais donc décidé de me former un jour à l’animation d’ateliers pour parents version discipline positive.
Comme cette formation n’était pas offerte là où je vivais, j’ai commencé par saisir ma chance avec celle qui l’était, et je me suis inscrite à cette formation de discipline positive en classe, et j’ai adoré !!

C’était en fait une formation à destination des enseignants, et je ne pensais pas qu’elle me parlerait autant. Mais elle m’a confortée dans ce rêve d’un monde meilleur !

Inspirée, j’ai réussi à me mettre en contact avec une école qui m’a donné l’opportunité d’intervenir dans leurs classes de CE1. J’ai adoré ça !
Malheureusement, l’ouragan Maria est venu chambouler pas mal de choses, et ces interventions se sont interrompues.

J’espère bien recommencer bientôt mes interventions en classe pour remettre tout cela en pratique.

CNV – Modules 1 et 2

Au cours de mon cheminement, j’ai eu l’occasion de découvrir Marshall Rosenberg et la communication non violente. Et je me suis rendue compte à quel point cette approche allait main dans la main avec l’éducation positive. En effet, la CNV s’attache au lien entre les gens, et à l’intention au coeur de nos relations. Or, une parentalité positive vécue en profondeur a également ces critères-là comme préoccupation.

Je considère donc, bien que nous soyons dans une démarche de développement personnel, que cette formation de CNV devrait faire partie des formations de parentalité positive !

J’ai suivi les modules 1 et 2 (2 jours chacun) en 2017, et espère pouvoir aller plus loin un jour prochain.

– article à venir –

Ateliers de discipline positive suivis en tant que maman

Certes, j’ai été inspirée par ma formation de DP en classe, mais je n’ai pas pour autant renoncé à me former en tant qu’animatrice d’ateliers DP.

Pour cela, j’ai choisi de commencer par suivre moi-même les ateliers en question.
Etalés sur 7 semaines (à raison de 3 heures par séance), ces ateliers sensibilisent les mamans qui y assistaient (oui, il n’y avait que des mamans, pas de papa…) au ressenti des enfants face à certaines de nos attitudes parentales, et encouragent également à mieux se comprendre en tant que parent. J’ai trouvé les activités variées et bien conçues.

Je ne sais pas si je pourrai un jour suivre une structure imposée comme ces animatrices l’ont fait (mais ça dépend peut-etre des animatrices), j’aime la flexibilité…
Je me suis quand même inscrite à la formation à l’animation d’ateliers de discipline positive, car j’ai envie de travailler avec cette association, avec laquelle je me sens déjà beaucoup de lien.

Formation à l’animation d’ateliers de Discipline positive

Finalement, j’ai eu l’opportunité de suivre cette formation à l’animation d’ateliers de parents.
Encore une formation très interessante, dans la droite ligne des précédentes.
J’aime l’équilibre que propose la DP, et l’accompagnement des parents au travers d’expériences de prises de consciences et d’outils.

Le nombre d’activités proposées pour animer ces ateliers est ahurissant.
J’aime le format de la discipline positive pour cela : je vois bien que je saurai faire de ces ateliers des moments qui me ressemblent aussi, pour réussir à transmettre aux parents ce qui me semble le plus juste, le plus aligné avec ma manière de vivre l’éducation positive.

Je crois qu’il faut vivre ce que l’on prône, et j’aime le fait que l’association nous fasse confiance pour concevoir nos ateliers à partir de leur matière première, dans le respect de l’esprit de la DP bien sûr, mais sans imposition complète du déroulé.

Icassi : Une semaine de cours de psychologie Adlerienne

Je vous ai déjà parlé des principes adlériens, à la base de la discipline positive.
J’ai voulu cet été approfondir mes connaissances théoriques, et je suis allée suivre une semaine d’université d’été sur le sujet. Chaque année, l’école adlérienne organise ces sessions dans un pays différents. En 2018, c’était en Allemagne, j’y suis allée.
J’y ai rencontré beaucoup de psychologues, de thérapeutes, mais également des personnes simplement intéressées par la psychologie adlérienne pour des raisons variées, et, bien sûr, énormément de personnes impliquées dans l’éducation, dont mes collègues de l’association de discipline positive.

Ca a été une semaine riche et intense. Intense en terme de cours et de conférences, de notions apprises ou revues, de réflexions. Une richesse dans les rencontres, dans les échanges…
Une semaine qui m’a permis, une fois de plus, d’avancer, intérieurement et extérieurement.

J’espère pouvoir y retourner l’année prochaine…

Maman et animatrice d’ateliers !

Je ne pourrais conclure cette présentation de mes formations sans spécifier que ce qui me permet également d’avoir confiance en ce que j’ai appris et en ce que je transmets, c’est mon expérience réelle.

D’abord, je suis maman, de 4 enfants d’âges bien différents (puisque l’ainé et le dernier ont 11 ans de différence), ce qui me permet de mettre plein de choses différentes en action chez moi. Etre maman est un défi au quotidien. Certaines choses nous paraissent faciles en théorie, mais en pratique, beaucoup ne le sont pas. Notre implication émotionnelle nous rend les choses plus complexes, toujours.

C’est seulement en essayant, en nous trompant, en ré-adaptant, en recommençant, que nous arrivons enfin à progresser. Accepter que nous ne sommes pas parfaits, mais chercher à ajouter des cordes à notre arc, sans cesse. Et se rendre compte un jour que, soit, on n’est pas arrivé, mais on a déjà parcouru un bon bout de chemin !

Au cours de mes ateliers, j’ai eu l’occasion déjà d’aider bien des mamans en difficulté. De me rendre compte que ce que j’avais su développer pour notre famille pouvait réellement en aider d’autres.

Les commentaires et recommandations qui suivent mes ateliers ne me permettent plus de douter. Je sais ce que je fais, et je le fais bien. Ce qui tombe bien, parce que j’adore ça !!

La grammaire des émotions – une formation Filliozat

La grammaire des émotions est une formation de l’école Filliozat.

Lorsque j’ai décidé de d’accompagner les parents, je me suis demandé quelles formations existaient, et j’ai découvert l’EIREM, l’Ecole des Intelligences Relationnelle et Emotionnelle, créée par Isabelle Filliozat.

Je ne pouvais envisager de suivre leur formation de coach en vivant à Puerto Rico, mais je me suis d’office inscrite à une formation de 3 jours intitulée “La grammaire des émotions”, que j’ai suivie en juin 2016.
(oui, j’ai mis beaucoup de temps à écrire cet article !)

Cette formation permet de mieux comprendre nos émotions, nos réactions, savoir si nos réactions peuvent être reçues, comment décoder celles des autres, ce que sont les réactions émotionnelles excessives, développer son savoir-faire relationnel.
Nul doute que cela m’aiderait dans mes relations aux autres parents, autant que pour moi-même !!

En préalable de ce stage, nous devions lire Que se passe-t-il en moi ? , et, si le thème vous intéresse, cela peut déjà vous en apprendre pas mal !

A posteriori, et si longtemps après, je peux surtout vous dire que cela m’aide en tant que maman : avant de pouvoir accompagner nos enfants, il faut d’abord se connaitre soi-même, il faut savoir s’écouter, se comprendre, et ce travail est également très difficile.

J’ai eu la chance de croiser Isabelle Filliozat au festival d’Autun en juillet 2017, et de lui en parler. J’avais apporté mon livret de formation de “la grammaire des émotions”, et elle me l’a dédicacé d’un mot qui va dans ce sens, écrivant :

“A Coralie
Pour mieux écouter et surtout entendre nos enfants, nous avons besoin de faire de la place à l’intérieur de nous ! Apprendre à écouter l’enfant que nous étions, redécouvrir l’intensité de nos émotions, mesurer la complexité de nos sentiments d’enfant, tout cela nous permet d’être présent à ces êtres qui nous sont si chers, nos enfants !
Isabelle”

Mes articles ne remplaceront jamais les expériences de la formation, les échanges, la bienveillance du groupe qui nous a permis de vraiment vivre ce qui nous était expliqué à travers de différents exercices, de différentes “expérimentations émotionnelles”… mais il permettra de parcourir certaines des notions vues, et de s’en approcher.

La formation étant longue est riche, je vous partagerai ce que j’en ai retenu par bouts.

Libre à vous d’aller consulter les articles s’y rapportant !

1ère partie : Sensation, sentiment, émotion – quelle différence ?

Il règne souvent une grande confusion entre ces termes, qui désignent pourtant des concepts différents. Les distinguer n’est pas forcément nécessaire, mais je trouve ça intéressant. Et cette formation m’a appris à le faire.

Dans cet article spécifique, vous apprendrez donc à :

  • Faire la différence entre sensation, sentiment, et émotion
  • Identifier le lien entre sentiment et émotion
  • Comprendre les raisons d’être des émotions

Lien vers l’article : sensation, sentiment, émotion – quelle différence ?

 

2ème partie : les réactions émotionnelles parasites

Décoder les émotions n’est pas chose aisée. D’autant moins qu’une bonne partie de ces émotions, exprimées ou entendues, sont en fait des sentiments parasites.

Disproportionnées, ou même inappropriées, ces réactions nous déstabilisent.

Pour apprendre ce que sont ces sentiments parasites, d’où ils viennent, lire l’article s’y rapportant !

Lien vers l’article : les réactions émotionnelles parasites

3ème partie : De la blessure, au trauma, à la réparation

En attente de rédaction…

4ème partie : Dans la relation à l’autre

En attente de rédaction…

Si ce sujet vous intéresse, et que vous voulez en savoir plus sur toutes ces émotions, je vous suggère la lecture de Que se passe-t-il en moi ? d’Isabelle Filliozat

La discipline positive en classe

Dans une classe, les questions de discipline surgissent régulièrement. En tant que parent face à nos enfants, déjà, nous nous sentons régulièrement débordés. Alors, qu’advient-il aux instits et aux profs qui se retrouvent face à 30 élèves d’un coup ? Peut-on aborder avec eux la question de discipline positive en classe ?

Pourquoi me suis-je penchée sur cette question ?

Lorsque je me suis lancée sur le chemin de la parentalité positive, c’était un cheminement tout personnel. Un nouveau mode de fonctionnement qui transformait ma famille, au fur et à mesure qu’il me changeait moi-même, en profondeur. 

Mes lectures m’ont enrichie, et ont fait évoluer ma famille. La première illumination est venue de Faber et Mazlish, mes premières idoles, puis j’ai découvert Jane Nelsen et sa discipline positive, dont je suis tombée amoureuse.

Alors, lorsque j’ai appris qu’un atelier de formation à la discipline positive avait lieu près de chez moi, je n’ai pas hésité, je me suis inscrite ! Qu’importe s’il s’agissait d’une formation de “Discipline Positive en classe”… C’est à dire conçu pour les professeurs, et autres professionnels en contact avec les enfants… J’allais de toute façon apprendre des choses intéressante, sans aucun doute.

Et je n’ai pas été déçue !! Je suis sortie de mon week-end de formation intensive très inspirée !! Emplie de nouveau de cette envie de changer le monde !

Quelle est l’idée de la discipline positive en classe ?

Pour qu’un enseignement soit réussi, il est nécessaire qu’il soit double : le contenu académique ne peut aller sans un contenu qu’on pourrait qualifier d’humain.

La discipline positive s’attache à cet enseignement humain : celui des relations, du respect de l’autre, de l’empathie, de l’auto-contrôle, de l’échange, de la réparation, etc…

Tout comme dans la famille, nous sortons de la dynamique de relation verticale où le prof impose, pour entrer dans une relation dans laquelle l’objectif est d’amener les enfants à coopérer.

Le meilleur moyen d’atteindre cet objectif sera de tenir régulièrement des réunions de classe, dans lesquelles les situations pourront être discutées. Cependant, pour que ces réunions soient productives, il s’agit d’avoir au préalable développé chez les élèves des compétences d’écoute et de respect qui seront les fondations des réunions réussies. (Exactement comme les réunions familiales finalement)

Pour atteindre cet objectif, la discipline positive propose un format dans lequel les activités sont pensées pour aider les enfants à développer les qualités nécessaires à une vie en société harmonieuse, celle-là même qui pourront permettre un apprentissage serein. (On est ici en ligne avec les idées de Céline Alvarez)

Quels sont les compétences de fondation proposées par la discipline positive en classe ?

Ces compétences sont pensées comme des briques qui serviront effectivement de fondation à la maison que nous construisons, dans laquelle se tiendront les réunions de classe.

  1. Les accords et règles de classe – à décider ensemble
  2. Les routines – à définir et à pratiquer
  3. Les rôles : pour un travail qui ait un sens
  4. L’auto-régulation
  5. Les compétences en communication
  6. Le respect mutuel
  7. Générer la coopération
  8. Les erreurs et comment les corriger
  9. L’encouragement
  10. Respecter les différences
  11. Obtenir un consensus pour les réunions de classe

Une fois tous ces thème couverts, nous pourrons commencer à mettre en place des réunions de classe.
Celles-ci, dans un premier temps, serviront principalement à couvrir les habiletés essentielles à des résolutions de conflits réussies :

  1. Former un cercle
  2. Pratiquer les compliments et remerciements
  3. Respecter les différences
  4. Communiquer respectueusement
  5. Se concentrer sur les solutions
  6. Brainstorming et Jeux de rôles
  7. Utiliser l’agenda et le format des réunions
  8. Utiliser et comprendre les objectifs mirages

En effet, ce n’est que lorsque les enfants pourront s’écouter respectueusement et qu’ils pourront se concentrer sur les solutions, tout en sachant lancer des idées et faire des jeux de rôles que les réunions de classe pourront prendre leur forme définitive.

Et cette forme, enfin, participera à faire de la classe un lieu d’harmonie !

Un travail de longue haleine

Certes, lorsque je liste toutes ces étapes, cela semble long… Cependant, tout comme nous l’observons en tant que parent, cette démarche est un processus continu. Chacune de ces étapes fait progresser les choses. L’ambiance de la classe change au fur et à mesure de ce cheminement, même avant les réunions de classe !

Ainsi, lorsque les élèves travaillent les routines, ces dites routines sont apaisées, et le nombre de conflits décroit. Lorsque les élèves apprennent l’auto-régulation, les maitresses ont moins besoin de “faire la police”, et cela laisse plus de temps à l’apprentissage. Et ainsi de suite.

Et pour moi ??

Cette formation de discipline positive en classe, non prévue, m’a tellement inspirée que j’ai voulu la mettre en pratique. (Ce qui ne m’empêche pas de poursuivre en parallèle celle qui me permettra d’aider encore plus les parents également).
Je me suis rapprochée de l’école de mes enfants, et après plusieurs réunions, j’ai eu le feu vert !

Cela fait donc quelques semaines que j’ai commencé mes interventions en classe, au niveau CE1, à titre de pilote. J’adore ce que je fais, tout en étant très frustrée du peu de temps que l’on peut m’accorder. J’espère que ce peu de temps sera suffisant pour avoir un effet. Je sais cependant que cela dépendra aussi de l’attitude des maitresses. Il va donc falloir que je passe également plus de temps avec elles, pour les aider à évoluer dans la relation à l’élève. Comme vous, je le sais d’expérience, ce n’est pas facile de rompre les schémas reçus…

Mais je suis pleine d’enthousiasme et d’énergie, heureuse de contribuer à rendre ce monde meilleur !

(Et puis, en attendant, j’ai déjà mis des choses en pratique chez moi – comme la roue des options – , alors j’ai de toute façon tout à y gagner)

, ,

Comment la roue des options aide à apaiser la colère de mes enfants

Faire face à la colère d’un enfant n’est jamais chose facile. En tant que parents, nous devons les accompagner, et leur enseigner à contrôler leurs émotions fait partie de cet accompagnement. Il existe pour cela plusieurs méthodes, que nous pouvons varier, et l’une d’entre elles est : la roue des options.

Apprendre à gérer des émotions

Un jeune enfant qui se met en colère, cela se voit, et s’entend ! Principalement, parce que l’enfant ne sait pas contrôler ses émotions. Comme l’explique Catherine Gueguen, son cerveau n’est pas encore mature. Il est donc parfois physiquement impossible pour lui de dépasser l’émotion de manière immédiate. Il n’arrive pas à revenir dans un état émotionnel plus calme.

C’est la raison pour laquelle, avant de se lancer dans des explications, nous devons encourager l’enfant à sortir de la vague de l’émotion. Plusieurs méthodes pour cela : l’aider à se concentrer sur quelque chose de son environnement, parler de son émotion.. Dans tous les cas, commencer par cette étape avant d’expliquer.

— NOTE : Si vous voulez apprendre à accompagner les émotions sans difficulté, faites donc un détour par cette page  “Apprendre à accompagner les émotions en 15 jours” —

Cependant, apprendre à gérer ses émotions, pour un enfant, comme pour nous, c’est également savoir quoi faire pour cela ! Et ce n’est pas inné. Nous gagnerions tous à avoir à notre disposition une liste d’actions qui pourraient nous aider à nous calmer. Alors, petit à petit, prenant l’habitude de la consulter régulièrement, nous pourrions apprendre à mieux répondre à nos besoins, à faire preuve d’auto-empathie, et à traverser enfin nos émotions difficiles.

Qu’est-ce que la roue des options ?

La roue des options, c’est exactement ça : une liste de ce qui peut aider !
Le format de la roue permet de mettre en valeur le fait que l’idée est de faire un choix entre les différentes options (bien qu’il ne soit jamais interdit d’en choisir plusieurs !)

Ainsi, l’idée est que, lorsqu’il se sent dépassé, l’enfant puisse consulter sa roue, et ses options, et choisir ce qui va l’aider à ce moment-là. La roue répond ainsi aux deux objectifs parallèles de :

  • calmer son état émotionnel en le faisant se concentrer physiquement sur quelque chose
  • s’entrainer à prendre soin de lui-meme dans les moments où il en a besoin

Sa conception

La roue des options sera d’autant plus efficace que l’enfant aura pris part à sa conception. Impliquer l’enfant dans la démarche lui permet de s’en sentir acteur. Ensuite, lorsqu’il l’utilise, cela ne lui est pas imposé : c’est son propre travail, ses propres idées.

Bien sûr, le niveau d’implication dépendra de l’âge de l’enfant. Plus il sera jeune, il plus il sera difficile pour lui de trouver les idées lui-même.

Cela faisait déjà un bon moment que j’avais entendu parler de la roue des options ! Elle fait partie des outils proposés par la Discipline Positive, en particulier dans un cadre scolaire.

Et pourtant, tout en y pensant régulièrement, j’ai laissé passer des mois avant de la mettre en place. Parce que ce n’était pas le bon moment, parce que j’y pensais alors même que mon fils était sous le coup de la colère, donc incapable de mener cette démarche, parce que, parce que…

Et puis, un jour, grâce à un nouveau partage de mon amie Gwen de Petit bout par petit bout, qui avait construit sa propre roue des options de la colère avec son fils (vous pouvez voir son récit ici), j’ai décidé de faire comme elle : arrêter de tergiverser !

Le samedi, donc, j’ai pris un papier de brouillon, et j’ai dit à mon Léon, 6 ans, que nous allions faire une activité ensemble. Anatole, 3 ans et demi, s’est immédiatement approché.
Je leur ai expliqué que nous allions réfléchir ensemble à ce qui pouvait nous aider quand nous nous sentions très en colère ou très tristes, et noter nos idées.  Tout en parlant, je partageais ma roue en secteurs angulaires, et Léon a immédiatement commencé à lancer des idées. J’ai tout noté, même si ça signifiait avoir un secteur qui disait “compter jusqu’à 10”, et l’autre “compter jusqu’à 100″… Anatole a aussi lancé quelques idées, pas toujours très claires (“faire vite”… j’ai cru comprendre qu’il voulait dire que si on n’aimait pas ce qu’on devait faire, il valait mieux le faire vite), mais peu importe, au moins, il participait !

Et voici notre première roue des options terminée !

Cependant, ne pensez pas que nous nous soyons arrêtés en si bon chemin, non !

Une fois cette roue terminée, avec les illustrations de leurs mains, Léon m’a dit qu’il avait encore plein d’idées et qu’il voudrait en faire une autre !

Rebelote donc ! Et voici notre deuxième roue d’options :

Les idées n’ont effectivement pas manqué ! Et Léon m’a même fait ajouter – en dehors de la roue tant pis – le fait de mettre sa main sur notre main à 6 doigts !!

L’activité, déjà, avait été un succès, restait à voir à l’usage…

L’utilisation de la roue des options

Dès ce week-end là, j’ai mis la roue en pratique. Au premier moment difficile, j’ai été cherché la roue, et j’ai dit calmement : “Je vais te lire les idées qu’on a écrites pour aider à se sentir mieux.”

Rien que le fait de lire les options était déjà tellement puissant pour aider l’enfant à calmer son état émotionnel, tant pour Anatole que pour Léon, que rien que pour ça, ça valait la peine de l’avoir faite !

Ensuite, vient la phase du choix. Si celui-ci est difficile, pour les plus jeunes en particulier, pour lesquels trop de choix les perd, nous pouvons aider à le limiter, en répétant ceux que nous savons leur plaire.
“Alors, tu penses que tu préfèrerais un câlin, ou jouer avec le Mack ?”

Et, croyez-le ou non, ça a marché de manière magique ! Certes, certaines options ne sont jamais utilisées. Anatole revient généralement sur le câlin, mais peu importe. Ils savent qu’ils auront d’autres options lorsqu’ils en auront besoin, c’est également le but de la démarche. Comme le matin où, après avoir vu la roue des options, ils m’ont demandé de lire un livre. (Je ne sais plus lequel en avait eu besoin et l’avait choisi, mais l’autre s’est joint à nous, et nous avons pu tous nous reconnecter, et c’est bien cela qui nous aide ensuite à avancer, non ?)

Développement de l’empathie

Un autre bénéfice de cette roue que je n’avais pas anticipé, c’est qu’elle aide à développer l’empathie.

Il y a quelques semaines, je me suis moi-même agacée. Je ne sais plus pourquoi, ni comment je l’exprimais, mais j’étais clairement tendue. Je n’avais en fait pas assez dormi. Et voilà mon Léon qui vient dans la cuisine, et qui, sans un mot, me tend les roues, me laisse les prendre, et s’en va…. Oui, moi aussi, je pouvais chercher ce qui pourrait bien m’aider ! (Devrais-je d’ailleurs faire une roue des options pour moi ? C’est une idée !)

Quelques jours plus tard, alors que je dépose Léon devant sa classe, il voit l’un de ses camarades en train de pleurer. Il regrette de ne pas avoir sa roue avec lui… Je lui suggère qu’il pourrait peut-être lui en parler… Le soir, Léon me raconte qu’il a effectivement été voir son copain, et qu’il lui a dessiné une autre roue !

Enfin (et c’est ce qui m’a finalement poussée à écrire cet article), hier, alors que je sortais de chez moi, je vois les roues par terre devant la porte.
Je demande à Leon :
« Pourquoi la roue est là ?
– parce qu’Anatole pleurait quand tu es partie hier, alors je lui ai donné les roues pour qu’il trouve une solution.
– Et ça a marché ?
– Oui
– Qu’a-t-il choisi ?
– Le câlin. Je le lui ai fait. »

Voir nos enfants résoudre leurs problèmes et faire preuve d’empathie, se soutenir l’un l’autre…

Encore un rappel que nous ne nous trompons pas de chemin !!

 

Sensation, sentiment, émotion – quelle différence ?

Il règne souvent une grande confusion entre ces termes, qui désignent pourtant des concepts différents. Il y a bien une différence entre sentiment et émotion, entre sensation et sentiment !

En réalité, bien les distinguer n’est pas forcément fondamental pour nous, puisqu’en parentalité positive, il s’agit de recevoir tant les émotions que les sentiments, mais cela reste intéressant de savoir de quoi l’on parle.

– Vous trouverez en fin d’article un formulaire de téléchargement d’une fiche résumé de cet article –

Note : Cet article est le premier de ma série d’extraits de “La grammaire des émotions“, formation de l’école d’Isabelle Filliozat (EIREM) . (Ces explications ne remplaceront pas les expériences émotionnelles vécues pendant le stage, mais à défaut, elles permettent d’en approcher l’aspect informationnel.)

Sensation

Une sensation est quelque chose que l’on ressent physiquement : le coeur qui bat, la gorge nouée, les larmes aux yeux, les mains moites, les tremblements…

Ces sensations sont des informations, et notre corps ne ment pas. La question est de savoir si nous sommes à l’écoute de ces sensations. (Je me souviens de mes premières séances de méditation guidées. Je ne savais pas dire ce que je sentais, et j’ai d’ailleurs toujours du mal à le faire !)

Nous verrons un peu plus bas le lien entre sensations et émotions.

Emotion

Une émotion (é – extérieur + motion – mouvement : un mouvement vers l’extérieur) est une réponse brève à un stimulus extérieur. Elle ne dure pas plus de 2 minutes.

La situation dans laquelle nous sommes joue le rôle de déclencheur, et notre corps libère les hormones qui correspondent à cette situation : c’est la charge.

Or, l’émotion a une raison d’être. Elle a une fonction bio-régulatrice : elle permet une réaction spécifique à un déclencheur.

Alors, notre corps se prépare à réagir, se mobilise, c’est la tension.

Enfin, une fois le danger écarté, ou la situation solutionnée, le corps a besoin de revenir au calme, c’est le moment où l’émotion doit être exprimée, sortie, c’est la décharge.

Comme la décharge est la partie qui se voit, on a tendance à confondre l’émotion avec sa seule décharge. Or, la décharge, surtout chez les enfants qui n’ont pas encore développé leurs capacités d’auto-régulation, est parfois désagréable à entendre. Voilà pourquoi certains parents ne laissent pas les enfants exprimer leur émotion. Seulement, le fait d’interdir cette décharge n’éliminera pas l’émotion elle-même dans ses premières phases : la charge et la tension. Si la décharge n’a pas lieu, alors le corps reste en tension, et sous stress, ce qui aura probablement des conséquences plus néfastes !

Un nombre limité d’émotions

Les émotions étant ces signaux d’alarme brefs, et nécessaires, il n’en existe pas une infinité.

En fonction de la littérature, le nombre de ces émotions varient, mais les variations en sont limitées.

En fait, on retrouve toujours les émotions “de base” :

  • la joie
  • la tristesse
  • la colère
  • la peur

Auxquelles, selon les auteurs, on peut ajouter tout ou partie des émotions suivantes :

  • le dégout
  • la honte
  • l’amour
  • la surprise

(Dans la liste de cette formation, donc selon Isabelle Filliozat, seule la surprise ne figure pas, car elle n’a pas besoin d’être suivie par une décharge. Je ne me permettrai pas de donner pas mon point de vue sur ce détail, qui me dépasse…)

Comme nous allons le voir, les émotions peuvent également évoluer en sentiments.

Sentiment

Le sentiment s’installe plus dans la durée. Il n’est pas dépendant d’un stimulus extérieur, d’une situation précise.

On peut ainsi se sentir confus, tendu, désorienté, léger, embarrassé, jaloux, enthousiaste… Le sentiment peut être simple ou complexe (un mélange d’autres sentiments, ou découlant du refoulement d’une émotion), et sa durée peut varier du tout au tout. (Toute la vie parfois !)

Attention : L’une des choses que l’on apprend en CNV – et vous le verrez dans le livre de Marshall Rosenberg, Les mots sont des fenêtres – est que certains termes que nous prenons pour des sentiments, parce que nous avons pris l’habitude de les exprimer en commençant par “je me sens”, sont en fait des sentiments mêlés, c’est à dire qu’au lieu de simplement décrire comment nous nous sentons, nous y cachons un jugement, ou une interprétation de la volonté de l’autre.

Ainsi : je me sens “abandonné” (= Tu m’abandonnes), je me sens “incompris” (= Tu ne me comprends pas), je me sens agressé… ne sont pas des sentiments !!

 

Les émotions peuvent aussi être des sentiments

Je vous entends d’ici : “Mais je peux aussi me sentir triste sur une plus longue durée !”.

En effet, les émotions peuvent aussi être à la source de sentiments. Ou plutôt le sentiment un prolongement de l’émotion.

Je crois que l’exemple qui l’illustre le mieux est celui de l’amour : nous pouvons ressentir de l’amour (sentiment), en continu – ou presque ! – pour notre conjoint. Mais, au moment précis où celui-ci nous regarde dans les yeux, en nous disant “je t’aime”, la chaleur que nous ressentons est le signe de l’émotion d’amour ! Elle est bien différente ! Et cette émotion, en effet, est brève…

Le lien entre émotion et sensations

Lorsqu’une émotion envahit notre corps, celui-ci réagit, et nous avons alors des sensations qui y sont liées. Des études ont été menées pour faire le lien entre ces sensations et les émotions.

Connaitre le lien entre les deux peut nous aider à mieux comprendre nos émotions, en écoutant notre corps (comme si c’était facile…). Les voici, tels que décrits dans la formation de la EIREM.

Peur : accélération cardiaque, sensation de froid, cher de poule, mains moires, pâleur…
Colère : accélération cardiaque, sensation de chaleur, poings serrés, tensions dans la mâchoire, sourcils froncés…
Tristesse : baisse du rythme cardiaque, baisse de l’énergie, pleurs
Amour : chaleur dans la poitrine, détente dans tous les corps, rosissement du visage…
Joie : respiration ample, élan dans tout le corps, envie de sauter, pleurs !
Dégoût : lèvre supérieure retroussée, nez plissé, nausée…
Honte : chaleur, augmentation rythme cardiaque, yeux baissés…

Les raisons fonctionnelles de nos émotions

Comme écrit plus haut, chaque émotion a sa raison d’être. Elle est une fonction bio-régulatrice. Pour mieux le comprendre, reprenons encore une fois la liste des émotions, et voyons quand elles peuvent intervenir, et quelle est leur fonction.

Peur
quand : danger
fonction : assurer sa protection

Colère
Quand : frustration, blessure, un peu d’injustice
fonction : restaurer son intégrité, établir ses limites, restaurer la relation

Tristesse
Quand : séparation, perte
Fonction : accepter, faire le deuil

Joie
Quand : rencontre, succès, liberté
Fonction : réunir, favoriser l’apprentissage, donner sens à la vie

Dégoût
Quand : injustice, viol
Fonction : restaurer la justice, avoir conscience de ses valeurs, rejeter – se purifier

Amour
Quand : intimité
Fonction : se sentir relié, nourrir l’attachement

Honte
Quand : humiliation, rejet
Fonction : éviter de blesser autrui, être accepté dans le groupe social

Si ce sujet vous intéresse, et que vous voulez en savoir plus sur toutes ces émotions, je vous suggère la lecture de Que se passe-t-il en moi ? d’Isabelle Filliozat

 

Pour garder les notes de cet article, vous pouvez télécharger une fiche qui en reprend les points principaux. Pour cela, remplissez le formulaire ci-dessous.

Pour retenir les notions abordées

Des fiches qui vous suivent !

Vous voulez conserver les infos des articles que vous lisez sur Les 6 doigts de la main ? 

Je vous ai préparé une fiche pour cela ! 

Vous en trouverez maintenant régulièrement sur le blog. 

Il vous suffit d'entrer votre email ci-dessous pour y avoir accès.

Hidden Content

TEDx Talk : Conscious Parenting – Shefali Tsabary

– Cet article présente l’un des TED Talks que j’ai aimés –

Alors que je préparais mon bref compte-rendu du livre The concious parent, de Shefali Tsabary, j’ai eu l’idée d’en chercher un peu plus sur cette psychologue et son travail.

C’est ainsi que j’ai découvert ce TEDx talk, dans lequel elle prône un réel changement dans notre attitude de parents.

Complètement en ligne avec l’éducation bienveillante, Shefali Tsabary encourage les parents à être conscients !

Avertissement : à l’heure où je partage ce lien, les sous-titres francais ne sont pas encore disponibles.

Le festival qui m’a permis d’écouter Céline Alvarez, Isabelle Filliozat, et Eline Snel !

Cet été, j’ai eu cette opportunité extraordinaire de passer 3 jours à Autun, en Bourgogne, pour assister au festival : Les Rendez-vous de Juillet 2017, un festival de journalistes, proposant des tas de thèmes passionnants !

Révolutions dans l’éducation

Le thème qui m’avait attirée là : “Révolutions dans l’éducation”.
C’est assez ironique d’ailleurs, parce que j’en avais entendu parler des mois avant, avec l’annonce d’une intervention de Catherine Gueguen, et finalement, entre le moment où je m’étais acheté mon pass de 3 jours (dans l’ignorance du programme précis à l’époque), et le moment de la programmation, son nom avait disparu de la liste ! Je n’ai jamais su pourquoi…

Cependant, il restait, sur ce thème, comme intervenantes principales :
Céline Alvarez – Les lois naturelles de l’enfant
Eline Snel – Calme et tranquille comme une grenouille
Isabelle Filliozat – Parentalité positive

Je ne regrette pas de m’être rendue à Autun pour cette occasion !! Le programme de “Révolutions dans l’éducation” était : ces 3 conférences, dans cet ordre, à 2 reprises (le vendredi matin, et le dimanche matin) ; et la projection d’un documentaire sur le décrochage scolaire, suivie d’une discussion avec sa réalisatrice.

J’ai donc assisté aux trois conférences le vendredi, (avec ma complice Gwen, du blog Petit bout par petit bout) puis suis retournée voir Céline Alvarez le dimanche.
J’ai évidemment pris quantité de notes, d’où je sors mes comptes-rendus !

Cliquez ici pour lire le compte-rendu de la conférence de Céline Alvarez
Cliquez ici pour lire le compte-rendu de la conférence d’Eline Snel
compte-rendu de la conférence d’Isabelle Filliozat encore en préparation

Quant à la projection, elle s’intitulait “Décrochage”.
Il s’agit d’un documentaire réalisé par Virginie Saclier, suite au décrochage scolaire de son fils en 4eme.
Le documentaire présente ce qu’est le décrochage, et montre quelques initiatives cherchant à lutter contre celui-ci. En parrallèle, il donne la parole à plusieurs enfants concernés par ce décrochage (dont le fils de la réalisatrice), quasiment tous au niveau collège. Ces enfants nous partagent leur hisoire, leur vécu, leurs ressentis, et c’est poignant.
On touche du doigt le cercle vicieux dans lequel ces enfants tombent :
Face à l’échec, ils ne croient plus en eux-mêmes, et les professeurs, vidés, les abandonnent.
C’est alors l’entrée dans la spirale : de plus en plus de provocation, ils n’essayent plus d’apprendre.

Ca fait mal au coeur, et donne vraiment envie de précipiter cette révolution de l’éducation !!

En dehors de ce thème, j’ai également assisté à la projection de
“Et les mistral gagnants” réalisé par Anne-Dauphine Julliand
J’avais déjà eu l’occasion de lire ses livres Deux petits pas dans le sable mouillé et Une journée particulière, livres autobiographiques qui racontent la vie de sa famille face à la maladie de leur petite fille, dont on cite souvent cette phrase : “Puisque je ne pouvais rajouter des jours à sa vie, j’allais ajouter de la vie à ses jours.”
Ce documentaire suit quelques enfants malades dans leur quotidien, avec le parti pris de les montrer tels qu’ils le vivent, avec leur joie et leur bonheur malgrè tout.
Anne-Dauphine Julliand, qui a ensuite répondu aux questions est incroyablement douce, elle semble simple et accessible.
Cette projection a vraiment été un beau moment.

Ils changent le travail

Et puis, lorsque le thème de l’éducation était en pause, j’en ai profité pour piocher dans le thème “Ils changent le travail”, qui présente de grands principes communs avec l’éducation positive !
Car les principes que nous cherchons à appliquer avec nos enfants peuvent également se mettre en place avec des adultes, et c’est ce que certaines entreprises essayent de faire. On les appelle les “entreprises libérées”, ce que j’ai appris à Autun !

C’était vraiment inspirant de voir que certains croient en tous ces principes, à encore plus grande échelle, cherchant à les mettre en place directement dans le monde professionnel, avec des adultes ! Comme quoi, il n’est jamais trop tard !
J’ai ainsi assisté à un entretien, et à une projection – débat.

L’entretien, mené de main de maître, permettait à Bertrand Ballerina, directeur des relations solciales de Michelin, de parler de ce qu’il avait réussi à mettre en place dans certaines usines du groupe, dans lesquelles le personnel avait été responsabilisé, dans lesquelles le fonctionnement avait énormément évolué, et l’atmosphère modifiée !

Dans les premières phases du développement du projet, Bertrand Ballerina a cherché une manière de communiquer ce qu’il avait en tête, tant au niveau du management que des ouvriers.

Un jour, il a entendu parler d’un orchestre, Les Dissonances, créé par David Grimal, violoniste : un orchestre qui a ça de particulier qu’il n’a pas de chef d’orchestre !!

Une journée a été organisée chez Michelin, au cours de laquelle Les Dissonances sont venues jouer, après quoi les musiciens ont échangé avec les employés du groupe, autour de tables rondes. L’occasion de découvrir un nouveau modèle, une autre façon de faire !

Enfin, le dimanche, avant de partir d’aucun, j’ai assisté à une projection de Le bonheur au travail, documentaire de Martin Meissonnier sur les entreprises “libérées”, qui mettent l’homme au centre de la production.

Je vous encourage à le voir. Voir comment certaines entreprises ont réussi à effectivement mettre l’homme au centre. Voir comment la responsabilisation des employés change l’ambiance de l’entreprise. Voir ce qu’il est possible d’atteindre lorsque l’on accepte de modifier le modèle reçu, voir les difficultés auxquelles on peut se heurter, l’incompréhension de l’entourage, les craintes.

Après la projection, un débat, avec pour principal répondant Laurent Ledoux, qui a commencé à transformer ainsi le ministère belge des transports. Ses difficultés, ses réussites.

Peut-on faire changer le monde en s’attaquant également au marché du travail ?

Oui, le monde peut changer ! Et ceux qui y croient, heureusement, sont de plus en plus nombreux, même s’ils restent minoritaires…

Conférence d’Eline Snel – Calme et attentif comme une grenouille

Dans le programme de conférences du festival d’Autun, dans le cadre du thème “Révolutions dans l’éducation”, figurait le nom d’Eline Snel.
(Ainsi que ceux de Céline Alvarez, et d’Isabelle Filliozat )

Pourquoi cette hollandaise, auteur de Calme et attentif comme une grenouille était-elle invitée à donner une conférence sur ce thème ?
Parce que la pleine conscience est en plein développement dans nos écoles, avec des résultats trés positifs !

La conférence se déroulait en 2 temps, Eline Snel parlant en anglais, et Catherine Meyer, éditrice aux éditions Les Arènes, traduisant. Est-ce la raison pour laquelle cette conférence manquait de dynamisme ? Je ne crois pas, mais j’ai pourtant senti que ce n’était pas très clair pour les novices.

C’est pourquoi je voudrais compléter ce compte-rendu d’un entretien avec une amie, qui a suivi la formation d’Eline Snel il y a 2 ans et anime depuis des ateliers de pleine conscience dans les écoles. J’ajouterai un lien dans cet article dès que cet entretien sera fait !

La rapidité avec laquelle cette pratique s’est répandue est assez extraordinaire.
Eline Snel, mère de 4 enfants (et de 9 petits-enfants) pratique la pleine conscience depuis plus de 30 ans.
Il y a 12 ans, des professeurs lui ont demandé une formation pour les enfants. Il n’existait rien encore. Elle avait donc une totale liberté pour aborder son sujet. Cela lui a pris plusieurs années. Elle s’est rendue dans les écoles pour apprendre des enfants. Pour savoir comment leur enseigner.
Elle a observé comment les professeurs leur demandaient de se concentrer, sans pour autant leur montrer comment se concentrer ; comment ils leur demandaient de se calmer, sans leur montrer comment se calmer !

Pour faire passer les notions de la pleine conscience aux enfants, Eline Snel avait besoin d’une métaphore. Et elle l’a cherchée quelques mois, jusqu’à trouver l’image de la grenouille.

La grenouille sait être immobile et ne bouger que lorsque c’est nécessaire.
Le mouvement du ventre de la grenouille permet d’observer sa respiration.
La transformation du têtard peut servir de métaphore pour l’ado…

Et, d’abord :

La grenouille peut faire de grands bonds, comme notre cerveau.

Notre cerveau a une pensée toutes les 2 secondes, donc des milliers dans une journée.

Dans notre cerveau, il n’est pas difficile d’être ailleurs, d’être hier…
La première étape de la méditation, c’est d’apprendre à etre conscient du fait d’être présent ou non. D’être “ici et maintenant”.
Ce n’est pas évident. Comme un instrument, ça se travaille. La pleine conscience permet de travailler le “muscle de l’attention.” D’après eline Snel, après seulement “ ou 4 semaines de méditation, à raison de 5 à 10 minutes par jour, on voit déjà une différence.
(Cette conférence n’est pas étrangère à mon envie de me poser ce défi de méditation quotidienne cet été, et je ne sais pas si je peux dire que je vois une différence, mais il m’arrive régulièrement de penser consciemment à être présente !)

D’après Eline Snel, c’est toute la différence entre l’enseignement de la pleine conscience et l’enseignement traditionnel : à l’école, l’information passe souvent de l’extérieur vers l’intérieur. Avec la méditation, on attend que l’attention veinne de l’intérieur, ou plutôt, la méditation donne la possibilité à ce qui est déjà à l’intérieur de sortir au moment opportun, à son rythme.

Pourquoi les enfants sont-ils stressés ?

On attend des enfants qu’ils soient de petits savants : la plupart des compétences qu’on leur enseigne sont cognitives. On ne leur ensiegne rien sur leur monde intérieur. Pourtant, ils savent tous qu’ils ont un monde intérieur, et ils sentent quand ils ne sont pas fiers de ce qu’ils ont fait, par exemple. Mais comme personne ne valide leur monde intérieur, ils ne lui font pas confiance.
(Tiens, ça me fait bigrement penser à la validation des sentiments, ça !)
Il s’agit donc de donner aux enfants l’opportunité de se connecter à leur richesse intérieure.

Le programme de la grenouille dans les écoles

Le programme qu’Eline Snel a finalement créé est conçu pour se dérouler sur 8 semaines (8 séances plus celles confiées à l’instituteur) et correspond à 3 parties :
– observer le mondre intérieur, les émotions ; comment entrainer le muscle de l’attention
– comment répondons-nous à notre monde interne, une fois qu’on en est conscient
– comment entrainer le muscle de la compassion
et ce programme est en train de se répandre comme une trainée de poudre.
La pleine conscience est présente partout, répondant à un véritable besoin de changer nos méthodes éducatives.
La révolution dans l’éducation a donc déjà commencé !

Devant ce programme, chacun apprend à son rythme, et voit ce qui résonne en lui.
Les enfants se sentent libres de sentir leurs émotions au lieu de les rejeter.
Cela commence dans le “cours” de méditation, parce que c’est un environnement où l’enfant est en sécurité. Normalement, on parle peu d’émotions à l’école.
Eline Snel raconte l’histoire d’une petite fille qui après le premier cours sur les émotions, s’était mise à pleurer, pleurer, et auquel un petit garçon avait dit : “Je suis content que tu pleures.”
En acceptant ses émotions et celles de l’autre, l’enfant apprend l’empathie.
Sans pour autant cherhcer de solution à l’émotion.

Dans un deuxième temps, les enfants apprennent que les pensées ne sont pas faits.
Une pensée peut être une idée, ou une image, ou un bruit. Dans tous les cas, on peut imaginer un bonhomme à l’intérieur, qui raconterait des histoires…
On ne peut pas arrêter de pender, mais on peut arrêter de considérer que toutes ces pensées sont vraies.

Enfin, les enfants apprendront que la compassion commence par nous-mêmes.

Et je reste sur cette pensée : je crois que nous aussi, nous devrions bien nous mettre à apprendre cela, non ?

Magique Céline Alvarez

J’ai eu la grande chance d’écouter, par 2 fois, la conférence de Céline Alvarez au festival d’Autun : les rendez-vous de juillet 2017.

Quand on commence à écouter Céline Alvarez, on voudrait que cela ne s’arrête pas. Un tel élan, un tel enthousiasme, une telle lumière se dégage d’elle, qu’on voudrait la suivre, se laisser porter, croire avec elle en un monde meilleur !
Elle-même d’ailleurs a du mal à s’arrêter, à ne pas se laisser entraîner, à renoncer à ce qu’elle pourrait encore nous dire, et c’est magique !

Son histoire

Céline a grandi sur la dalle d’Argenteuil, et raconte que, très jeune, elle était désespérée de voir tant de ses camarades s’étioler face au système, autant que les enseignants.
“Les enseignants faisaient leur max pour aider la population qu’ils avaient devant eux, et ils s’épuisaient.”
Elle se retrouvait ainsi souvent face au proviseur, pour lui signaler que cela ne pouvait durer, que quelque chose devait changer ! En vain…

Devenue adulte, elle s’est consacrée à l’étude des méthodes d’apprentissage. Il lui est apparu qu’il existait de grands invariants, qui avaient été pressentis par de grands pédagogues, tels que Freinet, Montessori, Seguin, pressentis par nous tous également ; auxquels les études scientifiques plus modernes permettaient de donner une forme précise.
A ces grands invariants, elle donne le nom de “Lois naturelles de l’enfant”, titre de son livre.

En réalité, précise-t-elle, ces lois dans les manières d’apprendre sont les mêmes pour les adultes que pour les enfants, elles sont simplement plus prévalantes chez les enfants dont le cerveau a une plasticité cérébrale plus forte.

Ces lois permettent, selon elle, d’aller dans le sens de la vie, plutôt que de lutter constamment contre.
Car elle pense que le système scolaire n’est pas physiologique, en ce sens qu’il n’est pas adapté, ni à la manière d’apprendre, ni à la manière d’enseigner. Ainsi, tout le monde s’épuise, enfants et enseignants. Elle n’est pas la première à le dire, bien sûr. Nombre d’initiatives individuelles ont déjà été prises.

Son action vise à aider à ce que ces initiatives isolées se multiplient. Elle parle d’un acte politique plus que pédagogique. Et franchement, l’expérience est impressionnante. Je parle pour moi, cette fois, m’interrogeant : comment peut-on ne pas être convaincu lorsqu’on voit les résultats de son expérience à Gennevilliers ??
Mais allons-y doucement.
Avant de parler de Gennevilliers (trop brièvement car elle n’en aura plus vraiment le temps en fin de conférence), Céline choisit de nous présenter ces lois naturelles.
Accrochez-vous, c’est passionnant !

La plasticité cérébrale

Le principe est le suivant : nous sommes nés pour apprendre, et apprenons constamment sans effort.

En effet, notre cerveau est en construction dès le départ. Les circuits neuronaux se construisent par les expériences. Les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dire que l’intelligence humaine dépend principalement de l’environnement. (Pour en savoir plus sur ce point, si le thème vous intéresse, je vous encourage vivement à lire Les lois naturelles de l’enfant, son livre, qui entre plus dans le détail que cette conférence de Céline Alvarez)

Ainsi, si un enfant a des troubles d’apprentissage, c’est souvent qu’il y a un problème dans l’environnement. Cela peut être les paramètres pédagogiques, ou bien l’alimentation, le sommeil…A la remarque “Vous avez dû beaucoup les pousser !” qu’on lui a souvent faite après l’expérience de Genevilliers, Céline Alvarez répond d’ailleurs par la négative, précisant que la démarche n’a pas été de pousser, mais bien d’arrêter d’entraver !

La motivation

Les faits : nous ne sommes pas prédisposés à retenir quelque chose qui ne nous intéresse pas.
Cela a été observé : pour apprendre bien, il faut d’abord être motivé et enthousiaste ; sinon les zones de l’apprentissage du cerveau sont très faiblement activées. (Ca me fait bigrement penser à ce que disait André Stern, ça…)

Ainsi, il ne s’agit pas seulement de fournir à l’enfant un environnement de qualité, avec des personnes de qualité, mais il faut également chercher à susciter son enthousiasme !

Et pour cela, deux axes clef, pas faciles à implémenter.

Permettre un libre choix d’activité

En effet, l’activité imposée n’est pas la meilleure façon d’enseigner. Car quand l’activité est imposée, l’enfant n’est pas motivé, et quand il n’est pas motivé (je le répète, parce que ça en vaut la peine, tellement ça va à l’encontre des fonctionnements de nos écoles), les zones d’apprentissages de son cerveau sont très faiblement activées.
Ainsi, physiquement, il n’apprend pas. Ou, du moins, il apprend peu. Il pourra apprendre, mais à condition d’y mettre beaucoup d’énergie…

Pour certains élèves, ce blocage cérébral, c’est la source d’une complète perte de confiance en eux : “Je vais à l’école, je fais mes devoirs, mes parents me payent des cours particuliers, et je n’y arrive toujours pas ! Conclusion : je suis nul.”

Ce qu’on leur enseigne n’est effectivement pas si compliqué, mais on le leur présente de façon non intéressante. Et comme, malgré le peu de complexité de ce qu’on leur demande, ils ont du mal à apprendre (du fait de leur manque d’interêt), on baisse nos attentes. Ce qui rend les choses encore moins intéressantes, et on entre dans un cercle vicieux !

Pour apprendre bien, l’être humain doit en avoir envie. Qu’il choisisse ce sur quoi il va travailler répond à ce critère.

Face à cette idée de libre choix d’activité, certains s’effrayent. “Alors, on doit laisser les enfants faire ce qu’ils veulent !?” En fait, si par “ce qu’ils veulent” celui qui demande veut dire “n’importe quoi”, alors non. Mais Céline Alvarez les a laissés faire ce qu’ils aiment, pas ce qu’ils veulent.

En réalité, nos enfants ont des ambitions bien plus hautes que celles que nous avons pour eux. Lorsqu’on sous-estime son ambition, on s’interpose entre le monde et l’enfant. C’est encore une entrave.

Car franchement : les enfants arrivent en maternelle à l’âge de 3 ans. Avant cela, ils ont appris à marcher seuls, à jouer au ballon, à tenir leur cuillère… et tout un langage ! Seuls ! Mais pour les 3 années suivantes, on va leur demander d’apprendre à compter jusqu’à… 30.. et à reconnaitre les 26 lettres de l’alphabet.
Mais un enfant qui commence à compter, vous avez dû vous en rendre compte, a rarement envie de s’arrêter ! – Cet été, mon fils de 5 ans, qui a compris les dizaines et les centaines, n’avait de cesse de compter jusqu’à 1000, et a adoré construire 10 colonnes de 10 cailloux avec moi pour compter de 10 en 10 jusqu’à 100 puis de 100 en 100 jusqu’à 1000, illustrant bien ce que nous disait là Céline Alvarez lors de cette conférence ! (et plus récemment, son enthousiasme l’a amené à l’infini !!) –

Si on laisse les enfants faire ce qu’ils aiment, ils vont vouloir conquérir la culture de leur environnement. Ils sont prédisposés à cela : ils ont des circuits à construire !!

Seulement voilà, on enseigne à nos enfants à se déconnecter d’eux-mêmes : si l’enfant veut apprendre à lire en maternelle, on lui explique que ce n’est pas le moment, et on coupe son élan. Non, à la place, on lui imposera plutôt d’apprendre à lire plus tard, quand il n’en aura peut-être plus envie…

Dans une école traditionnelle, les enfants qu’on n’a pas réussi à déconnecter d’eux-mêmes posent problème. On ne sait pas quoi en faire. Ils sortent trop du cadre.
Dans un environnement libre, au contraire, ils chercheront à répondre à leur soif naturelle d’apprentissage et avanceront vite ! Et les autres, il faut commencer par les reconnecter à eux-mêmes. Peut-être tout simplement en leur demandant : “Que veux-tu apprendre ?” ?

La motivation endogène

Deuxième axe qui va à l’encontre de beaucoup de nos pratiques classiques. Car pour cela, il faudra couper la motivation exogène, car elle ne fait que court-circuiter la motivation endogène.
Par motivation exogène (soit externe), on entend tout ce qui vient chercher à motiver l’apprentissage pour autre chose que l’apprentissage. C’est le cas des récompenses. “Si tu as une bonne note à ceci…”, ou même en fait, de la note elle-même. L’apprentissage a lieu parce que l’enfant veut apprendre. Et nous n’aurons jamais autant d’impact que cette motivation endogène.

Est-on prêt à laisser l’apprentissage se dérouler sans note ? A laisser l’enfant s’évaluer ?

L’erreur

On ne peut pas apprendre sans se tromper.

En fait, notre cerveau fait des hypothèses, des prédictions et les teste.

C’est l’effet de surprise, c’est à dire la différence entre la prédiction et le résultat, qui crée les réajustements neuronaux. Et de ces réajustements découlent les apprentissages.

A l’école, on demande souvent aux enfants de ne pas se tromper. C’est aller à l’encontre des mécanismes d’apprentissage ! Il y a de quoi faire des phobies scolaires…

L’autonomie

On aborde là un point fondamental (et bien difficile à mettre en place dans nos écoles) : il faut une réponse pédagogique individualisée. L’intelligence humaine se développe essentiellement lorsque l’enfant peut être accompagné vers l’autonomie.

Comme l’expliquait déjà Maria Montessori, l’élan de l’enfant est : “Laisse-moi faire seul !”
C’est ainsi que les compétences exécutives peuvent s’exercer et se développer.

Que sont ces compétences exécutives ?

Ce nom est donné à trois fondations biologiques de l’apprentissage :

  • la mémoire de travail = mémoriser des actions sur un temps court, et les mettre dans le bon ordre.
  • la flexibilité cognitive = capacité de savoir détecter puis surmonter notre erreur, en réadaptant notre démarche. La flexibilité cognitive est la mère de la persévérance et de la créativité.
  • le contrôle inhibiteur = capacité de différer une envie pour rester fixé sur un objectif.

Chacune de ces compétences exécutives est nécessaire pour atteindre un objectif.
Selon le centre de développement de l’enfant d’Harvard, si ces compétences sont sous-développées, l’enfant aura du mal à suivre les consignes. Et il suffit que deux enfants dans une classe aient des compétences exécutives sous-développées pour que ça mette toute la classe en situation difficile, et engendre un burn out de l’enseignant(e) !
Ca donne le vertige, non ?
Voilà pourquoi un étayage individuel est indispensable. L’étayage collectif du prof face à 30 élèves demande une énergie colossale qui épuise !

Une priorité donc : accompagner l’enfant dans la conquête de l’autonomie.

Et ca a effectivement été celle de Céline Alvarez dans sa classe de Gennevilliers, comme nous le verrons ci-dessous.

Pour cela, il s’agit surtout de faire un pas en arrière et de laisser faire.
Car la nature est bien faite, et l’enfant a un élan naturel vers la recherche d’autonomie (tiens, voilà pourquoi Céline Alvarez parle de “lois naturelles” !). D’ailleurs, dès tout petit, il nous dira : “Moi tout seul !!” Ce n’est pas de nous qu’il l’a appris, si ??
Il faudra donc “juste” accompagner l’enfant quand il demande à faire seul.

Un exemple donné par Céline Alvarez : le petit qui demande à prendre la cuillère lui-même.
C’est un exemple parlant, parce qu’on voit là à quel point le développement de ses compétences exécutives lui tient à coeur : dans le fond, il a faim, mais il est encore plus important de nourrir sa faim cognitive, quitte à perdre une partie de sa purée…
A nous dans ce cas de faire appel à notre contrôle inhibiteur pour le laisser développer ses compétences exécutives. C’est son tour.
Changeons notre posture : l’autonomie, ça se construit beaucoup avec l’autre, qui peu à peu s’efface.

 

La reliance : le besoin de rester en lien humain

Dernière loi, et la principale. Le reste, sinon, ne sert à rien, selon Céline Alvarez.
Il s’agit du lien social. Un lien positif, chaleureux, empathique, soutenant, bienveillant.
On rejoint sur ce point ce que diffuse Catherine Gueguen : la seule intention bienveillante entraîne une sécrétion moléculaire, un processus régénérateur. Le lien social a un réel impact sur les neurones et sur leur développement. Le stress freinera celui-ci, la bienveillance l’encouragera.
Ainsi, une attitude empathique face à l’enfant permet à la zone de l’empathie de meiux se développer, or cette zone du cerveau – le cortex préfrontal – sert aussi à la prise de décision.

Ici, Céline Alvarez va effectivement plus loin que Maria Montessori en son temps, car elle s’inspire également des résultats plus récents des neurosciences

Ainsi, le matériel, le nombre d’élèves par classe, sont des paramètres importants mais non fondamentaux.
Le principal, c’est la réponse de l’adulte, le lien avec l’enfant. Faire preuve face à lui d’un étayage bienveillant.

A l’inverse, la rupture du lien social bienveillant entraîne un stress organique. Entre enfant et adulte, mais également pour les enfants entre eux.
D’ailleurs, les enfants qui décrochent tombent souvent dans la violence, envers eux-mêmes et les autres (d’où un accroissement de la violence en France).

 

L’expérience de Céline Alvarez

L’exposé de ces lois étant fait, nous pouvons revenir à l’histoire de Céline Alvarez.
Passionnée de questions d’éducations, elle était prête à lancer une expérience soit en Haïti, soit au Mozambique, lorsqu’elle est repassée par la France.
C’est là qu’elle a entendu ce chiffre incroyable : en France, 40% des enfants sort du primaire avec des lacunes telles qu’elles les empêcheront de poursuivre une scolarité normale.
Cela l’a encouragée à rester en France, pour mettre un gros coup de pied dans la fourmilière.
Car bien des initiatives existent déjà, heureusement, mais elles sont très isolées.
L’éducation traditionnelle dans nos écoles et pourtant à revoir, car, en ne respectant pas les lois naturelles, nos enfants trinquent, puis la société trinque !

Céline Alvarez a donc passé son diplôme d’institutrice, a exercé d’abord un an à Neuilly,
(Elle explique d’ailleurs que les places n’y étaient pas chères car les instituteurs sont souvent en position inconfortable, entre des parents qui encouragent leurs enfants à apprendre, et des programmes qui demandent qu’on les limite…), puis a réussi à obtenir une “carte blanche” de 3 ans pour diriger une maternelle à Genevilliers.
Sa décision est un acte politique. Son idée de montrer qu’on peut enseigner autrement, et que cela change tout !
Car les enfants de Gennevilliers ont un chemin tout tracé : leur retard est tel dès le départ qu’on prévoit déjà pour eux un échec au CP, en 6è, et pas de bac.

Dans la classe de Genevilliers, pendant 6 mois, aucun enseignement formel n’a été dispensé.
Pendant 6 mois, la seule priorité a été : l’autonomie !
Autonomie dans le langage, dans les émotions, les dessins, la peinture.
Pour soutenir le développement des compétences cognitives. C’est tout.

Ensuite seulement, sont venues les activités de lecture, de mathématiques, et autres.
A la fin de cette conférence, Céline Alvarez n’a pas le temps de parler des résultats, mais, pour avoir lu son livre, et d’autres documents, ils sont incroyables !!
Les élèves sont entrés avec enthousiasme dans la lecture, surprenant leurs parents, et lisant mieux que leurs grands-frères ; leur compréhension mathématique en fin de grande section a dû être testée avec des échelles des CE2, sur lesquelles ils étaient en général positionnés au maximum. Et tout ceci, je le rappelle, sans qu’ils soient poussés, mais bien encouragés à suivre leur élan !

Aujourd’hui, face au message de Céline Alvarez, il y a encore des résistances, mais également un réel engouement ! De plus en plus d’initiatives sur le territoire.
Un vent nouveau souffle sur l’éducation…