A la rencontre de Stéphanie, “professeur bienveillante”

Mon chemin d’éducation positive me mène de plus en plus vers les écoles. Je rencontre aujourd’hui des enseignants, professeurs des écoles, ou professeurs en collège, en lycée, et plus j’avance, plus je me rends compte de la similitude de nos problématiques. Enseignants et parents avons souvent les mêmes défis : modifier notre manière de parler aux enfants, notre mode de communication, et les mêmes difficultés : celles de ne pas savoir comment, le poids de ce que nous avons reçu, et du modèle que nous continuons à recevoir. J’aime rencontrer des personnes qui cherchent à évoluer, qui se posent des questions… Alors, je n’ai jamais entendu le terme de “professeur bienveillant”, mais j’ai voulu l’employer pour Stéphanie. Stéphanie est professeur de français en collège et lycée.  Dans cette vidéo, elle nous parle de la manière dont sa pratique a évolué, de sa posture et son rôle avec ses élèves…

En effet, selon Stéphanie “le professeur qui transmet son savoir est remplaçable.” Son approche : “Je ne peux pas avancer en me disant que ma seule valeur ajoutée c’est le savoir que j’apporte.”

Alors, au fur et à mesure de son expérience, parce qu’elle a eu l’occasion de suivre une formation en neurosciences, et qu’elle lit régulièrement (je lui passe régulièrement mes livres…), Stéphanie accorde aujourd’hui beaucoup d’importance au “vivre ensemble”, dont il est tant question.

Sans pour autant transiger dans ses exigences au niveau du francais.

A la question : “Comment motiver les élèves et leur donner confiance ?” , Stéphanie répond : “Les motiver en leur donnant confiance !” – et c’est ce qui la rend heureuse de faire son métier. Voir le succès de ses élèves est une vraie source de joie pour Stéphanie, qui continue toujours de s’interroger sur comment mieux faire.

Bref, une prof comme on aimerait en voir plus ! Et en même temps, Stéphanie transmet son enthousiasme, parce qu’elle ne se sent pas atypique. Parce qu’elle rencontre sans cesse d’autres enseignants qui, eux aussi, s’ouvrent aux élèves. “Une personne, l’élève ! Pas un bouquin…”

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.