,

Mon entretien délicat avec la professeur de ma fille

La semaine dernière, j’avais un rendez-vous avec la professeur d’anglais de ma fille Alice, en 5e. C’était un rendez-vous à ma demande, suite à un épisode délicat. Ce n’est pas la première fois que je me sens en désaccord avec l’attitude d’un professeur. Plus j’avance sur le chemin de l’éducation bienveillante, plus souvent je me sens en décalage avec d’autres adultes. Il est devenu important pour moi de savoir le communiquer. En voici une illustration.

Préalable

Le matin de ce rendez-vous, j’ai écrit un mail à tous les abonnés des 6 doigts de la main (si vous n’en faites pas partie, je vous invite à corriger cela au plus vite en me laissant votre adresse dans ce formulaire) leur expliquant le contexte, et leur demandant leurs conseils.

J’ai eu plusieurs réponses intéressées et intéressantes, et j’avais promis de tenir mes abonnés au courant de la manière dont se passerait l’entretien. C’est le point de départ de cet article.

Le contexte

Au début de la semaine précédente, les élèves ont présenté un devoir maison qui, semble-t-il, ne correspondait pas à ce que voulait la prof. Elle a donc apporté pas mal de modifications aux papiers de certains élèves, à coup de blanc correcteur.

Ma fille, cependant, avait trop écrit, et les corrections auraient pris trop de temps. La prof a donc décrété que “ce n’était même pas la peine de commencer”, et a simplement froissé le papier d’Alice pour le jeter à la poubelle…

L’histoire ne s’arrête même pas là : le papier en question devait leur servir pour le contrôle qui suivait, Alice a dû se débrouiller sans. “Tu n’as qu’à le faire de tête !” lui a dit sa prof.
Heureusement, elle était au point sur ce qu’elle avait préparé, et a eu 15/15 au contrôle en question.

Pour autant, ce qui me gêne le plus dans cette histoire, c’est cette étape de papier à la poubelle !
Bon sang, est-ce qu’on trouverait cela normal dans un bureau ? Si le chef d’équipe jetait le travail de quelqu’un ainsi, ne considérerait-on pas qu’il lui manque de respect ?
Qu’est-ce qui autorise les adultes à se comporter ainsi avec les enfants ?

Et comment peuvent-ils ensuite demander du respect de la part des élèves, s’ils n’en montrent pas de leur côté ?
Comment faire en sorte d’encourager le monde à réfléchir en terme de respect mutuel ?

Cet épisode est encore pour moi une illustration du fait que le respect est une notion toute relative.

Dans le monde de l’éducation, de surcroit, un professeur pense-t-il qu’un élève peut ressortir motivé d’un tel échange ?

J’ai demandé ce rendez-vous, parce que je ne serais pas alignée avec mes valeurs si je ne cherchais pas à partager ce message avec cette enseignante. Je ne suis cependant pas très à l’aise… Comment va-t-elle me recevoir ?

Je sais que cela dépendra beaucoup de la manière dont je l’aborderai moi-même : il s’agit de faire en sorte qu’à mon tour, je ne lui manque pas de respect. Sinon, je ne risque pas d’être entendue.

Dans l’ensemble

Dans l’ensemble, l’entretien s’est bien passé.

Soit, j’y avais pas mal réfléchi, et je suis contente de la manière dont j’ai réussi à mener les choses. Je sais cependant que j’aurais pu être mal reçue, et cela n’a pas été le cas. Mon interlocutrice a été plutôt réceptive, et ce n’était pas facile pour elle non plus.

Je sais aussi que ce genre d’entretien ne se serait pas passé de la même manière il y a quelques années.

Je trouve toujours impressionnant de constater comment ce que j’ai appris sur le chemin de la parentalité s’applique dans mes relations avec les adultes également.

Première étape : se connecter à l’autre

Ainsi, ma première idée était de d’abord mettre en place une connexion.
En effet, si j’abordais directement un point difficile, j’avais moins de chances d’être écoutée (et encore moins entendue) que si j’échangeais d’abord pour créer un lien.

J’ai donc commencé mon entretien de la manière la plus neutre possible, remerciant la professeur de me recevoir, lui partageant le fait que j’avais déjà hésité à la voir au début de l’année, pour lui parler d’Alice, et que j’avais finalement décidé de les laisser prendre leurs marques. Que j’aimerais bien avoir son retour sur Alice maintenant.

Alice est en effet un cas particulier : elle arrive en 5è dans une classe d’anglais “normale”, alors qu’elle sort de 7 années en école américaine, elle est donc parfaitement bilingue.

Sa prof me répond (avec un peu plus de mots que ça) que tout va bien. Je lui parle quand même du fait qu’Alice ne se sent pas très motivée, ce qui se comprend, et elle revient sur l’idée de laisser Alice lire des livres en anglais pendant le cours, puis de lui faire des compte-rendus écrits une à deux fois par semaine, plutôt que de suivre le cours avec les autres.

Je suis surprise par cette entrée en matière, qui est de bon augure ! La prof se montre en effet flexible, prête à voir la spécificité de chacun. Pourtant, cette idée avait déjà été soulevée en début d’année, et non suivie parce qu’elle demandait à Alice de suivre le cours en même temps qu’elle lisait… Il est possible qu’elle ait eu besoin de vérifier les acquis d’Alice, avant d’être à l’aise avec ce fonctionnement, ou bien qu’elle ait eu peur d’un sentiment d’injustice des autres élèves. Je ne sais pas, et ne le saurai pas. Je suis cependant ravie de cet arrangement, qui n’était pas mon but premier mais promet de changer les choses pour Alice désormais !

Deuxième étape : aborder la situation qui pose problème

Je savais que cela représentait le moment délicat.
Là encore, j’avais réfléchi en amont à la meilleure manière d’aborder les choses.

Finalement, c’est un message d’une lectrice, reçu juste avant mon entretien, qui m’avait offert l’accroche qui me semblait la plus appropriée : lui demander simplement de me raconter sa propre version de l’incident.

J’aimais beaucoup cette idée, pour deux raisons. D’abord parce qu’elle me permettait de m’ouvrir sincèrement à une autre perspective sur l’épisode. Ensuite parce que cela me donnerait l’occasion d’entendre la position de ce professeur sur son geste, pour pouvoir ajuster mon discours.

J’ai donc simplement fait la transition suivante :
“L’autre raison pour laquelle je voulais vous rencontrer, c’était pour parler d’un épisode de la semaine dernière. Il semblerait que les élèves aient dû préparer des notes sur des personnages, Alice avait choisi Alexander Hamilton, et visiblement, certains élèves avaient trop rédigé, et vous avez dû faire des corrections.
Pouvez-vous me dire ce qu’il s’est passé à ce moment-là avec Alice ?”

Etrangement, mon interlocutrice se met alors à réfléchir. “Avec Alice… ? Voyons… Non, je ne me souviens de rien de particulier…”
Je suis estomaquée… Est-ce réel ? Est-ce feint ? Je choisis de faire confiance, et réponds :
“Ca ne vous a pas marquée… C’est fou, je suis contente de venir vous voir, parce que chez nous, ça a été un épisode marquant.”

A présent, à moi de raconter l’épisode. Et je fais attention à ne pas lui dire “vous”, pour essayer de dépersonnaliser la scène, et qu’elle ne se sente pas trop attaquée. Parce que si mon discours provoque une position de défense, je ne pourrai plus faire passer mon message.

“Encore une fois, c’est un peu un téléphone arabe, mais ce qu’Alice m’a dit, c’est :
“Quand la prof a vu tout ce que j’avais écrit, elle a dit “ce n’est pas même pas la peine de commencer”, elle a froissé ma feuille, et l’a mise à la poubelle.”
Autant vous dire qu’en me racontant ça, elle pleurait…”
Réponse de la prof : “Je suis désolée qu’elle l’ait pris comme ça…”

Moi, intérieurement : “Mais bon sang, comment voulez-vous qu’elle le prenne ??”
Moi, extérieurement : “C’est à dire que parfois, on ne se rend pas compte, mais… si vous étiez dans une équipe, que vous rendiez un travail, et que le chef d’équipe jette ce travail à la poubelle, il est probable que vous ne le prendriez pas bien, non ?”

Troisième étape : la justification

C’est amusant, au paragraphe précédent, j’ai écrit que c’était le moment délicat, mais maintenant que j’en arrive à cette étape, j’ai envie de dire que c’est celle-ci !

Parce qu’on entre à ce moment-là dans l’étape dans laquelle la prof essaye d’expliquer son geste, de le justifier d’une certaine manière, ce que je peux comprendre.

J’ai déjà souvent été prise en faute, en contradiction avec mes principes, et il n’est pas rare qu’au lieu de simplement répondre “Tu as raison, je suis désolée”, je commence par me justifier. Si l’on est honnête, je crois que cela nous arrive à tous, non ?

Je sais donc qu’il faut lui laisser cet espace. Espace pendant lequel ni elle ni moi ne sommes bien à l’aise, mais j’ai besoin de ce temps pour passer ensuite à la présentation de mes valeurs.

Elle m’a donc expliqué qu’elle ne pensait pas à mal avec ce geste. Que, certes, il était probablement maladroit, mais qu’il fallait qu’elle puisse poser des limites, sinon les élèves n’apprennent pas à suivre les instructions. Que les notes prises servaient ensuite pour la rédaction individuelle en classe, qu’il n’aurait pas été juste de laisser Alice avec ses notes déjà rédigées alors qu’elle ne les avaient pas laissées aux autres. (Seulement, Alice avait trop écrit pour que cela puisse être ajusté).

Je sens bien pendant qu’elle m’explique cela, qu’elle est nerveuse. Des plaques rouges apparaissent sur son cou. Pour moi, c’est bon signe. Cela prouve qu’elle n’est effectivement pas fière de son geste, et que ses justifications ne la convainquent pas vraiment. Ce qui signifie qu’elle sera probablement réceptive à mon message.

Quatrième étape : partage de mes valeurs

Je suis venue pour cela, je tiens à partager ce en quoi je crois.
Après l’avoir écoutée, je lui explique donc, en essayant d’y mettre les formes, pour lui montrer que je reçois sa gêne :
“Je sais que nous avons tous parfois des attitudes qui ne correspondent pas à ce que nous aimerions. Ici, je dois dire que je vois deux conséquences, qu’il me semblait important de discuter.

La première, c’est la motivation. Je suis justement en train de lire le dernier livre de Catherine Gueguen, je ne sais pas si vous la connaissez (non), qui parle d’études montrant que le lien entre l’enseignant et l’élève rend l’élève plus motivé, et que ses résultats s’en ressentent, évidemment. Or, il me semble qu’un enfant qui voit son devoir partir à la poubelle risque de ne pas être motivé à le faire la fois suivante. – ce à quoi la prof ne peut qu’acquiescer –

La deuxième, c’est le respect. Nous, les adultes, demandons souvent que les enfants nous respectent, et pas seulement au sens de suivre les consignes, mais vraiment au sens de respect, d’humain à humain. Or, nous oublions souvent de les respecter de notre côté. Et je crois que c’est très important dans une relation, de respecter l’autre pour pouvoir être respecté.”

A ce moment-là, j’ai dit ce que j’avais à dire, et j’ai de la chance, car je sens bien que la prof est réceptive à ce que je dis, qu’elle est ouverte à mon partage. Seulement, même dans ce cas, puisque la conversation part d’une attitude sienne à l’encontre de ces principes, il est impossible qu’elle ne se sente pas accusée.

Or, de nouveau, ce n’est pas mon but. Parce que je sais d’expérience que le message est moins bien reçu dans ce cas-là. Il s’agit donc de vérifier cela, et de l’atténuer.

Cinquième étape : me sortir du rôle du juge

Pour la vérification, c’est facile, puisque la prof elle-même me dit : “Je me sens un peu comme au tribunal.” Là, au moins c’est clair.
Elle complète : “Je vous assure que j’ai toujours le souci de faire en sorte que les élèves se sentent bien dans ma classe. J’ai effectivement eu un geste inapproprié, je ne m’en suis pas rendue compte, et je suis désolée de l’impact qu’il a eu sur Alice. Mais j’ai du mal à vous entendre, parce que j’aime mes élèves et j’essaye vraiment de les écouter.”
Et je la crois. Tous, à notre niveau, on essaye, et on arrive plus ou moins bien selon les jours…

A moi de reconnecter, maintenant.
“Je suis désolée que vous vous sentiez ainsi. Je ne veux pas me poser en donneuse de leçons. Je vous remercie de me partager ce que vous sentez, ce n’est pas facile. Je sais que nous essayons tous de faire de notre mieux, et nous avons des failles, parce que nous ne sommes des super-héros.
Je ne vous connais pas. Chez les profs, comme chez tout le monde, il y a tout un spectre, et je ne sais pas où vous vous situez sur ce spectre. Aujourd’hui, j’entends que vous êtes réceptive à ce que je dis.
Comme vous le savez, nous venons d’un autre environnement. Les enfants étaient à l’école américaine jusqu’à cet été, et je savais qu’en rentrant en France, nous ferions face à un autre style éducatif, et que ce ne serait pas toujours évident.
Aujourd’hui, je voulais vous parler de cet épisode, parce que si ne le faisais pas, j’aurais le sentiment de ne pas être alignée avec mes valeurs.
Ce n’est pas non plus évident pour moi, mais c’était important, et je vous remercie de m’avoir écoutée.”

Sixième étape : conclusion

Cette fois, nous avons dit tout ce qu’il y avait à dire. Et la prof me surprend en allant plus loin.
Elle me dit qu’elle va parler à Alice, et s’excuser.

En effet, elle le fera l’après-midi même, gardant Alice après le cours pour lui parler. Je ne peux que saluer le courage de cette prof. J’imagine que ce n’est pas facile de s’excuser auprès d’un élève. Certains penseraient y perdre de l’autorité. Pour en avoir parlé avec Alice, je crois qu’ici, au contraire, elle en a gagné.

Les leçons revues au passage

Ce que j’aime dans ce genre de situations, c’est qu’elles sont toujours l’occasion de revoir un peu la théorie en la mettant en face de la pratique.

La raison positive derrière le comportement

Nous avons déjà parlé du fait que derrière tout comportement, existe une raison positive. C’est une notion qui m’avait marquée dans une conférence de Marshall Rosenberg.

C’est vrai pour les enfants, c’est vrai aussi pour les adultes. Parfois, pour s’en rendre compte, il faut réussir à enfiler nos oreilles de girafe, ce qui n’est pas toujours évident.
Ici, je dois dire que je n’ai pas cherché la raison positive. Elle m’est quand même apparue au fur et à mesure de notre entretien.

La prof fait face à un problème : certains de ses élèves ne font pas leurs devoirs seuls, et reviennent avec des phrases complètement rédigées par leurs parents. Je n’y avais pas même pensé, car je crois très fort à l’autonomie dans les devoirs. Seulement, les élèves sont tous différents, et ce problème est une réalité pour cette prof.

Pour éviter ce problème, elle essaye de concentrer la production d’écrit en classe. Elle voulait donc que les élèves fassent leurs recherches à la maison pour avoir leurs renseignements sous forme de prise de notes, avant de rédiger leur présentation en classe, à l’aide de ces notes. Si les élèves reviennent avec des phrases rédigées, impossible pour elle de savoir s’ils les ont vraiment rédigées seuls.

Voilà pourquoi elle a procédé à des adaptations, et, de nouveau, le texte d’Alice était trop long. Elle s’est donc retrouvée bloquée : impossible de tout modifier, mais impossible aussi de le lui laisser, pour des raisons d’équité…

Bien sûr, il y avait d’autres manières de faire que de jeter le devoir à la poubelle, mais, au moins, on comprend d’où vient la décision. Ma fille ne l’avait pas compris, et trouvait très injuste de devoir faire sa rédaction sans avoir ses informations.

L’importance d’être authentique

Deux illustrations ici de ce point, que je cherche de plus en plus à vivre au quotidien.

D’abord, en continuation du paragraphe précédent sur la raison positive.
Il me semble que si la professeur avait pu communiquer sur la raison pour laquelle elle ne voulait pas laisser son devoir à Alice ; si elle avait utilisé, comme elle l’a fait devant moi, le terme d’équité, il est probable que non seulement Alice l’aurait mieux compris et mieux reçu, mais que ce geste ne lui aurait pas échappé. Car il lui aurait alors suffi de laisser la copie sur son bureau.

Nous avons eu un petit échange sur ce point (la difficulté d’être authentique), et elle a admis que, sur le coup, elle n’avait peut-être pas en tête les termes qu’elle a utilisés ensuite en m’expliquant la situation.

Et je ne suis pas surprise. Nous nous laissons souvent happer par nos émotions du moment. Pour elle, peut-être à ce moment-là, la frustration de devoir faire face à l’urgence des modifications, de ne pas avoir été claire dans ses instructions… et ces émotions prennent le dessus, nous aveuglant pour nous comporter ensuite de manière authentique.

Apprendre à nous écouter, à comprendre ce qu’il se passe en nous, faire preuve d’auto-empathie m’apparait aujourd’hui comme la pratique de toute une vie…
(d’où l’importance, je crois, de commencer cette écoute plus tôt avec nos enfants. Pour cela, une seule solution : apprendre à accompagner leurs émotions)

Ensuite, j’ai l’impression que la raison pour laquelle cet entretien s’est bien passé, c’est parce que nous avons chacune eu des moments d’authenticité, justement. Moi, lorsque j’ai partagé que ce n’était pas facile, mais que j’avais besoin d’être alignée avec mes valeurs ; elle, lorsqu’elle m’a partagée qu’elle avait l’impression d’être au tribunal.

Ces moments où nous avons pu montrer chacune ce qui était vivant en nous ont été déterminants pour notre échange.

Je sais que nous voyons tous le monde avec un biais qui nous permet de confirmer ce en quoi nous croyons déjà. Je suis donc, comme tout le monde, sous influence. C’est sûrement sous cette influence que j’ai pris ça comme une nouvelle confirmation que le monde serait plus agréable si nous apprenions tous à être authentiques…

Qu’en pensez-vous ?

, ,

J’ai décidé de faire l’école à la maison avec mon fils de 7 ans

Grand changement chez nous, en ce début d’année : nous allons commencer l’école à la maison !
Je suppose que vous aussi, il vous est arrivé d’avoir des frustrations par rapport à l’école. D’avoir l’impression que votre enfant n’y trouvait pas ce que vous aimeriez lui offrir. Et, comme moi, jusqu’ici, vous vous êtes adapté. Vous avez accueilli les aspects positifs (parce qu’il y en a), en essayant de passer outre ce qui ne vous convenait pas. Car il faut tout prendre en compte : l’aspect académique, l’aspect social, l’entourage… Mais c’est comme un jeu de balancier : au moment où ce qui ne nous convient pas devient trop lourd, que fait-on ? Deux possibilités : on change d’école… ou on déscolarise ! Décision enfin prise pour nous : nous allons faire l’école à la maison – autrement appelée IEF – au moins temporairement.

— Si vous voulez écouter cet article dans sa version audio, c’est possible ! Il suffit de cliquer sur play ci-dessous, ou sur télécharger juste en dessous —

Le contexte scolaire

Léon a 7 ans. Il est en CE1.
Il a un parcours un peu atypique, puisqu’il n’avait pas été en école française avant cette année.

D’abord, il est né au Mexique, où il a été, très jeune, en école Montessori. Nous avons ensuite déménagé pour Puerto Rico, avant ses 3 ans, et là encore, nous avons mis Léon en école Montessori.
Un an avant notre retour en France, en prévision de la transition délicate, nous avons décidé de le transférer, ainsi que son petit frère, dans une école plus classique, dans laquelle étaient déjà nos ainés depuis notre arrivée à Puerto Rico.

Ecole plus classique, certes, mais une école américaine. Et franchement, l’ambiance à l’américaine est nettement plus positive ! Je savais donc que le retour en France serait probablement un peu délicat à gérer.

La différence entre la bienveillance à l’américaine, et ce que j’avais pu observer de l’entourage à la française m’effrayait un peu. Je me doutais que ce pourrait être un choc pour tous. Cependant, “le pire n’est pas certain”, et je sais qu’il existe aussi en France beaucoup d’écoles et d’enseignants qui sont tout à fait bienveillants et encadrent les enfants avec confiance. Pas de faux procès en avance donc. Et, tout en sachant que l’école à la maison pouvait être une solution de repli, nous avons inscrit tous nos enfants en école publique. (Un en maternelle, un au primaire, une au collège, et un au lycée !)

Pour Léon, je pensais que cela serait doublé d’une petite difficulté académique. En effet, entrer en CE1, à un âge où les enfants savent lire et écrire en francais, ce n’est pas forcément évident. D’autant moins que l’année dernière, il était en équivalent grande section, car aux USA, les enfants entrent en “grade 1” à 6 ans révolus, et il est né en octobre. Certes, je lui avais appris à lire en francais à la maison, mais je me doutais qu’il risquait de ne pas avoir la même aisance que ses camarades, surtout à l’écrit.

Beaucoup de raisons, donc, pour être attentif, et j’ai rencontré la maitresse dès la première semaine pour lui faire part de ces particularités.

Les premiers temps

Finalement, les premiers temps se sont plutôt bien passés.
Léon s’est rapidement fait des amis, et l’aspect académique n’a en fait posé aucun problème. Il a mis quelques semaines à prendre le coup de main pour écrire en cursive, et voilà.

En revanche, au niveau de l’ambiance, nous avons senti que les choses étaient plus difficiles.

D’abord, il a commencé par se plaindre de sa maîtresse : elle crie, elle a déchiré une page du cahier du copain parce que ce n’était pas bien fait… (Ca existe encore, ça ??)

Puis, il est revenu avec le vocabulaire de la cour de récré… Les gros mots, pour commencer, mais aussi l’agressivité. Il disait à son petit frère des choses comme “Je vais te défoncer !”. Pardon ???

Ensuite, il nous a expliqué qu’il se faisait “insulter” par les plus grands… et cela lui donnait envie de s’insulter lui-même : pourquoi donc essayait-il de leur parler ?

Il s’est mis à pleurer à l’idée d’aller à l’étude : “Maman, les maîtresses, elles crient quand on fait des erreurs, alors que toi, tu m’expliques !”.

Jusqu’à ce qu’apparaissent les signes les plus évidents : le pipi au lit régulier.

Bon. Il fallait prendre les choses au sérieux.

Notre recherche de solution

Bien sûr, nous n’avons pas décidé de basculer du jour au lendemain.

Il fallait reprendre les points un à un, et réfléchir aux diverses solutions envisageables.

Les petites actions locales

D’abord, plus d’étude. Il y allait de temps en temps pour me permettre de travailler un peu plus longtemps. Tant pis, il n’irait plus. J’avais la chance d’être flexible, et je pouvais donc le récupérer à 16h30.

On a développé les relations avec les proches copains, en les invitant à la maison. Cela l’a bien sûr aidé à se sentir mieux, mais ce n’était pas suffisant.

A la maison, j’ai discuté avec lui de l’agressivité qu’il observait à l’école, que c’était normal qu’en recevant ce modèle, il l’intègre partiellement, mais que nous aspirions à une ambiance plus sereine à la maison, et qu’il lui faudrait éviter d’agresser son petit frère comme il se mettait à le faire.

Enfin, ses grands frères et soeurs ont discuté avec lui d’attitude à adopter face aux plus grands, pour qu’il ne se sente plus tant intimidé.

Cependant, la question est importante. Il se durcit face à l’agression, mais est-ce réellement ce que je veux développer chez mon enfant ?? Pas du tout !

Puis-je faire le métier que je fais, accompagner les parents vers plus de bienveillance, croire en un monde meilleur, et accepter que mon fils apprenne que la vie est dure et qu’il faut y faire face ??

Recherche d’autre école

En parallèle, tout en pensant déjà à la possibilité de faire l’école à la maison, j’ai commencé les recherches d’autres écoles. Car si une chose était sûre, c’est que ces petites actions pouvaient éventuellement permettre de patienter, mais ne seraient absolument pas une solution à long terme.

J’ai la chance d’accompagner une institutrice de CP dans une école privée assez proche, dans le cadre de séances de discipline positive en classe. Si ces séances (bénévoles) sont possibles, c’est parce que la directrice de cette école est d’avis de considérer chaque enfant dans son individualité, et a su susciter cela chez ses enseignants. J’ai donc choisi de discuter de mon problème avec cette directrice. Et nous avons envisagé de transférer Léon dès la rentrée de janvier. Mon fils était ravi ! Mais finalement.. pas de place pour janvier, il faudra attendre septembre.

J’ai également considéré une école Montessori, dans la ville d’à côté. J’ai assisté à leur présentation. Bien sûr, le contexte est attirant. L’ambiance n’a rien à voir. D’abord, je connais bien la pédagogie Montessori, et je la trouve très adaptée à mon fils. D’autre part, la directrice nous a parlé de bienveillance, avant même de nous parler Montessori, c’est plutôt bon signe ! Mais.. mais l’école est loin (j’ai mis une demi-heure avec mes grandes jambes), et elle est chère ! Solution éliminée.

Dernier rendez-vous avec la maitresse

Pendant cette phase de réflexion, je pensais encore qu’il fallait quand même communiquer avec la maitresse de mon fils. Essayer d’attirer son attention sur ce qui se passait pour lui. J’ai donc pris un nouveau rendez-vous avec elle.

Et je me suis sentie complètement en décalage.

La maitresse n’avait absolument pas ressenti le mal-être de mon Léon. Elle me disait au contraire que Léon était très mignon, et se débrouillait très bien en classe.
Soit. Mais il a perdu son stylo bleu, et n’ose pas vous en parler. “Ah bon ? Pourtant, je ne lui crie pas dessus, à lui !”. Est-il besoin d’en dire plus ?

Je ne jette pas la pierre à cette maitresse. Je sais qu’elle essaye de bien faire, mais que, comme nous, les parents, elle se retrouve régulièrement dans des situations où elle craque. Sa formation ne lui a pas permis de voir comment la bienveillance aide les enfants à grandir, et à réussir. Elle n’a pas eu l’occasion de s’ouvrir à autre chose que l’éducation traditionnelle à la française.

D’autant moins que la directrice de l’école est elle-même très “traditionnelle”.
Elle dit par exemple : “Moi, je ne dis pas bonjour aux enfants le matin, je considère que c’est à eux de le faire.” Clairement, cette directrice n’a pas entendu parler de la force du modèle, et des neurones miroirs. Alors, si l’on considère les choses ainsi, peut-on attendre des enseignants qu’ils laissent le temps d’apprentissage aux enfants ??

Non, je ne jette pas la pierre à cette maitresse, mais je choisis autre chose pour mon fils.

A 7 ans, on est encore en construction. Je refuse de prendre le risque que mon enfant sorte d’un an de cette ambiance avec une confiance en lui détruite. L’école à la maison, pour nous, aujourd’hui, c’est lui offrir un autre environnement.

Pourquoi seulement Léon ?

Vous l’avez compris, cette situation n’a pas été anticipée, elle nous est un peu tombée dessus par défaut.
Malgré cela, lorsqu’on arrive à cette décision, on s’interroge sur l’application de celle-ci à un enfant, ou à plusieurs…
Pour l’instant, elle ne s’applique qu’à Léon.

En effet :

  • la question ne se pose pas vraiment pour les grands. Oscar est en terminale, et, même s’il a passé le bac francais en candidat libre l’année dernière (il en a d’ailleurs fait une video), il est mieux préparé dans un lycée pour son bac S à venir, sans compter le dossier pour la suite ! Alice est en cinquième, et s’y sent bien. Elle s’est fait des amis, et si certains de ses profs ne correspondent pas aux critères éducatifs que nous cherchons à développer chez nous, elle a la maturité qu’il faut pour avoir du recul sur la question.
  • pour Anatole, le plus jeune, on pourrait s’interroger car son école dépend de la même directrice. Cependant, en étant encore du côté maternelle, il bénéficie d’un cadre bien différent. Et surtout, sa maîtresse est super. Donc, pas de raison de le changer pour l’instant. En revanche, il est clair pour nous qu’il ne restera pas dans cet établissement l’année prochaine, pour son CP.

Et puis, pour l’instant, cet aménagement est annoncé temporaire. Car l’école avec laquelle j’ai pris contact devrait nous prendre les deux garçons l’année prochaine.

Je me laisse donc le loisir de vivre cette opportunité sans stress, et de décider plus tard si c’est une expérience à prolonger, ou non !

Concrètement, cela commencera la semaine prochaine, car j’avais déjà un déplacement de prévu cette semaine. Cela tombe bien : il a ainsi quelques jours pour clore les choses de manière plus posée, tant avec ses camarades qu’avec les maitresses, et l’école.

Les perspectives que me donne l’IEF ou école à la maison

IEF, c’est le terme officiel : Instruction en Famille.
Car si l’instruction est obligatoire en France, l’école ne l’est pas. On peut donc choisir de mener cette instruction en famille, et c’est même beaucoup plus facile que ce que l’on peut croire (il suffit de deux lettres pour déclarer que notre enfant ne va plus à l’école) !

Cet article se prolonge, alors que je voulais également vous parler des perspectives que je vois, avant de commencer. Je voudrais développer les aspects de cette décision qui m’enchantent, et ceux qui m’inquiètent. Comme je suis très bavarde, et que je sais qu’il me faudra encore du temps pour les développer, je vous en reparlerai dans un prochain article !

Rendez-vous donc la semaine prochaine, pour parler de nos débuts, et de ce que j’anticipe.

Sachez cependant, que me réjouis à l’idée de tout ce que nous allons avoir l’occasion de faire ensemble, lui et moi ! Il faut dire que l’idée de l’école à la maison me tente depuis que mon grand est petit… Finalement, c’est donc une chance que ces difficultés m’offrent, je n’aurais sans doute jamais passé le pas autrement.

Et vous, l’école à la maison vous attire-t-elle ?

 

 

,

Il existe trois manières de résoudre un conflit

Ne pas se leurrer : des relations sans conflit, je ne crois pas que cela existe. La question va donc plutôt porter sur la manière de résoudre le conflit. Car selon notre caractère, selon le moment, selon notre relation à l’autre, selon nos principes, nous n’avons pas tous les mêmes attitudes face au conflit. Et pourtant, nous avons probablement tous le même objectif : sortir de ce conflit !

Quelles sont donc les différentes manières d’atteindre cet objectif ?

Les 3 manières de résoudre un conflit

D’après ce que j’ai lu, il existe trois manières de régler un conflit. Et cette analyse m’aide à voir où je veux aller, ce que cherche à obtenir lorsque je me lance dans une résolution de conflit.

1- La force

Sans doute la méthode la plus rapide pour résoudre un conflit.
Dans ce cas, celui qui détient le pouvoir impose sa position, souvent sans vraiment écouter le point de vue de l’autre, parce qu’il considère que c’est à lui de prendre la décision. C’est efficace, et l’on peut passer à autre chose.

2- Le compromis

Le compromis, c’est quand les positions de chacun sont trop éloignées pour que l’on puisse réellement trouver une solution qui réponde aux envies de tous. Il va donc falloir que chacun cède un peu (ou beaucoup) de terrain, pour essayer de rejoindre l’autre.
La décision sera donc prise ensemble, en tenant compte de chaque partie présente, et en choisissant le meilleur compromis.
Mon fils aîné (15 ans) a l’habitude de dire : “Un bon compromis laisse tout le monde mécontent.”
Pour tout dire, cette phrase ne me plait pas tellement, mais elle n’est pas tout à fait fausse…

3- Le consensus

Le consensus, à l’inverse du compromis, laisse tout le monde content ! Car le consensus, c’est l’option qui permet de répondre aux envies et besoin de chacun. C’est lorsque l’on trouve une solution qui plait à tous.

Comme dans le cas où mes deux plus jeunes ont trouvé un arrangement pour le câlin du retour du travail. Ils en sont sorti tous les deux contents.

Comment choisir quelle méthode adopter ?

Il va de soi que chacun devra répondre à cette question, et surtout que la réponse dépendra du conflit en question. Non seulement de ce sur quoi il porte, mais encore plus de nos positions respectives par rapport à la situation.

Pour vous guider un peu dans la démarche de ce choix de méthode, je voudrais vous encourager déjà à réfléchir à chacune de ces méthodes. Bien sûr, je me doute que vous me voyez venir, et avez déjà deviné que mon goût pour ces méthodes va croissant ! Une chose après l’autre. Avançons.

Quel impact a la résolution via la force ?

Donc. La première manière de régler un conflit, c’est la force.
La force physique, au sens propre, ou bien plus couramment la force de celui qui impose.

C’est une méthode sur laquelle il vaut la peine de s’arrêter, parce qu’elle correspond beaucoup au mode de fonctionnement de notre société.

C’est heureusement de moins en moins vrai. Les décisions sont de moins en moins imposées de force des patrons à leurs employés, des maris à leurs femmes, et le modèle donné évolue.

Cependant, nous fonctionnons encore beaucoup selon ce modèle entre adultes et enfants, dans une société dans laquelle l’autoritarisme est encore très présent. Ainsi, beaucoup d’adultes utilisent la force pour régler leurs conflits avec les enfants. (Sous couvert de respect.)
“Parce que je te le dis.” est une réponse courante. Et nous attendons des enfants qu’ils obéissent. Point.

Vous savez déjà que cela ne correspond pas à mes aspirations. Cependant, dire que cela ne me correspond pas ne suffit pas. Il s’agit encore de comprendre pourquoi.
D’ailleurs, pour être honnête, auparavant, ça correspondait à mon fonctionnement ! Parce que c’est ainsi que j’avais appris à être, comme beaucoup d’entre nous. Pourquoi avoir changé de point de vue ? Parce que j’ai réussi à prendre du recul, et à me poser la question de ce que je voulais transmettre à mes enfants.

En fait, c’est encore une question de pouvoir. Lorsque nous imposons la solution par la force, nous enseignons à notre enfant que c’est le plus fort qui gagne. Point.

Il ne se sent pas écouté (adieu la connexion !), et apprend que la vie fonctionne selon la loi du plus fort. Donc, lorsqu’ils seront forts à leur tour, ils imposeront également (à leur petit frère par exemple). Lorsqu’ils seront face à quelqu’un de plus fort, ils suivront les instructions (“C’est lui qui m’a dit de le faire !”).

Oublions donc notre envie de les rendre responsables de leurs actions, de leur enseigner le sens critique… Régler les conflits par la force, c’est plus rapide, mais c’est oublier notre plan de route à long terme !

Bien sûr, on peut apporter un bémol à cette analyse. Il y a aura toujours des situations, en fonction de l’âge et du danger, dans lesquelles nous n’aurons pas d’autre choix que d’utiliser la force. Marshall Rosenberg appelle cela la force protectrice. Mais soyons clairs : ces situations sont bien plus rares que les autres !

Alors, compromis ou consensus ?

Ma foi, cette fois, je crois qu’il est évident pour tous que le consensus est plus souhaitable que le compromis ! Seulement voilà : il n’est pas toujours trouvable…

Notre démarche consistera donc à mettre en place la recherche de consensus, en sachant que nous n’obtiendrons peut-être qu’un compromis. Ce qui est déjà pas mal.

Dans tous les cas, en nous lançant dans la démarche de recherche de solution qui convienne à tous, nous donnons à nos enfants un modèle d’écoute, de respect mutuel, et les aidons à développer leur sens de l’empathie.

Ce serait chouette d’ailleurs que cela soit enseigné dans nos écoles ! Rien qu’à écrire ces lignes, je me sens triste, en pensant à tous ces adultes non malveillants, mais non formés, qui “aident” à résoudre les conflits entre enfants en imposant leur décision arbitraire, sans avoir pris le temps de les écouter. Car non seulement cela ne résout pas le conflit, mais, de nouveau, cela ne leur enseigne pas à le faire autrement à leur tour, ensuite !

Dans la pratique, comment se déroule la résolution de conflit ?

Trouver le bon moment

Inutile de chercher à résoudre un conflit lorsque tout le monde est encore sous le coup de la colère. En fait, inutile de chercher à résoudre un conflit lorsque l’un des protagonistes est encore sous le coup de la colère.

Nous attendrons donc d’abord que tout le monde soit dans un état émotionnel neutre.

Ensuite, il faut être sûr que chacun est disposé à discuter. Le mieux est donc de le demander.
“J’aimerais discuter avec toi, est-ce un bon moment maintenant ?” ou bien : “Tu pourras me dire quand tu seras disponible ?”
On peut éventuellement préciser de quoi l’on voudrait discuter, mais pas forcément.

Ecouter le point de vue de chacun

Oui, ça a l’air évident comme ça, mais nous ne suivons pas toujours bien cette étape ! Et pourtant, elle est fondamentale à plusieurs titres.

  • D’une part, parce qu’on ne peut évidemment pas envisager de trouver comment répondre aux besoins de chacun si l’on ne connait pas les besoins de chacun !
  • D’autre part, parce que l’autre est toujours plus ouvert à discussion et recherche de solution lorsqu’il se sent écouté !!

Nous allons donc commencer par formuler le point de vue de chacun.

L’idéal est de laisser d’abord l’enfant s’exprimer. De lui demander ce qu’il se passe pour lui par rapport à la situation dont il est question. S’il est trop jeune, ou s’il ne dit rien, nous pouvons essayer de communiquer ce que nous pensons de sa situation, et essayer ainsi de nous en faire l’interprète. Attention cependant à rester précautionneux dans notre communication, pour laisser la place au doute dans ce que nous décrirons.

Ensuite, nous parlerons de notre point de vue. Nous partagerons notre propre ressenti, nos envies, nos besoins.

Cette phase d’échange de point de vue est vraiment riche. Parce que c’est celle qui nous aide, et aide notre enfant, à développer des qualités d’empathie et de respect mutuel.

Elle crée aussi de la connexion : il n’est pas question simplement d’écouter le point de vue de l’enfant et de devenir responsable de la résolution de son problème. Il n’est pas non plus question d’exposer notre point de vue et d’imposer notre solution à notre enfant. Ici nous sommes à la croisée des chemins, dans une position dans laquelle nous cherchons chacun à comprendre l’autre pour essayer de trouver un fonctionnement qui convienne à tous. Waouh.

Parfois, une chose extraordinaire se produit alors. En donnant à chacun d’entre nous l’occasion de prendre l’autre en compte, nous faisons disparaitre le problème ! Car parfois, écouter l’autre permet de se rendre compte qu’il n’y a pas vraiment de conflit. C’était seulement une mésentente, un quiproquo quasiment !

C’est ce qui était arrivé à mes grands lorsque nous avions discuté de l’heure de départ pour l’école

Proposer des solutions

Dans la majorité des cas, cependant, il conviendra de chercher une solution.

Si les points de vue exposés précédemment ne sont pas trop éloignés l’un de l’autre, cette étape peut être très simple. Une solution est proposée, on vérifie qu’elle convient à l’autre, et on l’adopte ! Facile, rapide, et tellement efficace qu’on a envie de recommencer cela régulièrement !!

Il arrive que ce ne soit pas si facile. Il faudra alors proposer plusieurs solutions. Chercher à être créatif. Comme si nous faisions un brainstorming. Et parfois nos enfants pourront avoir des idées que nous n’aurions pas eues

 

Choisir la solution, l’essayer pendant un temps

Enfin, on peut choisir la solution. Une solution qui convienne à tous.

Et nous convenons alors d’une période d’essai. Parce qu’en réalité il est difficile d’affirmer que la solution nous conviendra tant qu’elle n’aura pas été testée. C’est une idée, et il s’agit de la mettre à l’épreuve de la pratique.

Il arrive, enfin, que les points de vue de chacun soient tellement éloignés qu’il parait impossible de trouver une solution qui convienne à tous. Tout ce que propose l’un déplait à l’autre, et vice-versa.
Dans ce cas, il faudra peut-être interrompre la démarche, et accepter d’en sortir sans solution immédiate. (ou avec une solution temporaire, tout en étant clair sur le fait qu’elle ne convient pas vraiment.)
Et laisser les choses reposer. Car, même si l’on n’aboutit pas immédiatement à une solution, la conversation aura déjà été une étape. Une étape très importante même puisqu’elle aura aidé chacun à mieux comprendre l’autre. Et il y a fort à parier que lorsque cette conversation sera reprise, les choses auront déjà évolué un peu.

Le suivi

Nous avons déjà soulevé, ci-dessus, l’idée d’une “période d’essai”. Cela implique évidemment un suivi. Au bout d’un certain temps – convenu en avance, souvent pour nous, une semaine -, nous pourrons donc échanger sur la manière dont chacun a vécu la mise en place de la solution, et décider de l’adoption définitive de celle-ci, ou de sa modification. Chez nous il aura fallu plusieurs semaines pour trouver la solution qui convienne à tous pour le moment du débarrassage !

Mais cela n’est pas la seule raison d’être du suivi. En fait, souvent, une période d’adaptation est nécessaire. Ou du moins, une période d’apprentissage.

C’est l’idée qui me pose le plus de difficultés, à moi… J’ai tendance à considérer que lorsqu’on a décidé ensemble d’une solution, on n’a plus qu’à l’appliquer, et puis c’est tout ! Mais ce n’est pas si simple…
Sur ce sujet, le livre La discipline positive pour les adolescents donne de très bonnes pistes, qui peuvent s’appliquer pour les enfants plus jeunes également.

En gros, les enfants n’ayant pas les mêmes priorités que nous, il nous appartient de mettre en place un suivi tout à la fois ferme et bienveillant, revenant sur les points de notre accord de façon sobre, sans reproche ni critique, mais sans tolérance excessive non plus. Un art, je vous dis !

Un investissement de temps…

Je ne peux terminer cet article sans un mot sur le temps d’investissement que cette démarche demande.

Parfois, les parents auxquels j’explique les principes de recherche de solution me rétorquent que cela demande trop de temps ! Lorsque l’on cherche à résoudre un point, on ne veut pas passer tant de temps à le discuter, et encore moins à revenir dessus encore, pour faire évoluer la solution, et ainsi de suite !

Soit.

Il est vrai que nous vivons dans une société d’efficacité, et je comprends que cette démarche puisse sembler trop longue.

Cependant…

Cependant réfléchissez bien.

Sur deux points.

  1. Ce que nous cherchons à développer chez nos enfants. Ce que nous leur enseignons dans la démarche : l’écoute, l’empathie, la recherche de solution, l’engagement, le respect, l’harmonie… Cela vaut la peine de prendre du temps, non ?
  2. Lorsqu’on adopte une solution qui ne convient pas à tous, ne perd-on pas un temps fou (et une énergie folle aussi !) à revenir sur les problèmes posés, sur le non-suivi des règles ? Ne gâchons-nous pas notre humeur à nous agacer pour tout ce qui nous rend insatisfaits ? Est-ce qu’on gagne réellement du temps à long terme, en l’économisant à court terme ?

Je vous laisse sur cette réflexion…

Et pour bien mettre en place chez vous ces principes, vous pouvez désormais télécharger une fiche qui en reprend les points principaux, tout en proposant des formulations concrètes de mise en pratique.

Pour retenir les notions abordées

Des fiches qui vous suivent !

Vous voulez conserver les infos des articles que vous lisez sur Les 6 doigts de la main

Je vous ai préparé une fiche pour cela ! 

Vous en trouverez maintenant régulièrement sur le blog. 

Il vous suffit d'entrer votre email ci-dessous pour y avoir accès.