L’environnement

Cet été, j’ai passé du temps en France, et je me suis rendue compte qu’en terme d’éducation positive, on était bien mieux logé en étant loin ! Enfin… Je ne peux pas juger le monde entier, mais il est clair que la France a encore bien du progrès à faire en terme de relation respectueuse avec les enfants. Nous vivons à Puerto Rico, territoire d’outre mer des US.

On peut dire beaucoup de choses sur les US, mais ce qui est sûr, c’est que la dynamique adulte/enfant est bien différente de celle que nous connaissons. Et l’éducation est clairement plus… positive justement. Parfois trop, bien sûr. Mais à tout prendre, je préfère ça.
Je pourrais vous donner plein d’exemples, tellement que je vais perdre le fil de cet article ! Alors, je vais en faire un autre spécifique. Pour en savoir plus, c’est ici.

En attendant, revenons aux enfants en France.
En juin, j’ai emmené les miens visiter les châteaux de la Loire. Et, comme l’année scolaire française n’était pas terminée, nous avons croisé pas mal de groupes scolaires. J’ai été effarée par la façon dont certains encadrants parlaient aux élèves. Des cris, des menaces… Je ne dis pas qu’il est facile de maintenir un groupe en visite, mais je peux vous assurer que les profs ici ne parlent pas ainsi aux élèves. (Lecteurs profs, ne vous sentez pas visés, je sais que les profs ne parlent pas tous comme ça aux élèves !)
En tout cas, il ne faut pas être surpris de l’agressivité qui règne entre les enfants quand ils reçoivent ce modèle-là ! D’une part parce qu’ils reproduisent ce qu’ils voient, d’autre part parce que, obligés de subir quand ils sont en position d’infériorité, ils s’expriment ainsi à leur tour s’ils arrivent à se mettre en position de supériorité.
Ont-ils un meilleur modèle avec leurs parents ? Ça dépend !
Chez ceux qui lisent ceci, c’est évident ! Mais chez d’autres… J’ai vu bien des exemples choquants ! Oh, moi-même, malgré ce à quoi j’aspire, je ne suis pas toujours chouette avec mes enfants, il m’arrive de crier, de perdre le sens des perspectives, mais je m’aperçois que ce n’est rien en comparaison de ce que j’entends parfois.
J’ai même fait face à ce cas où je n’ai pas pu me retenir d’intervenir !
Alors, ça m’a fait m’interroger.

Comment faire pour encourager plus de respect dans les relations quand nos enfants font face à un modèle différent au quotidien ? Comment développer des compétences de gestion des conflits entre frères et sœurs qui vont à contre-courant de ce qu’ils apprennent à l’école ? Et pour aller plus loin : en supposant qu’on y parvienne, ces méthodes-là seront-elles efficaces dans le monde “réel” auquel ils font face dans la cour de récréation ?

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai eu envie de créer ce blog : pour participer et encourager la diffusion de la parentalité positive. Parce que je crois que c’est similaire à là protection de l’environnement : aujourd’hui on peut réagir à quelqu’un qui jette ses déchets par terre, parce que l’idée que cela ne doit pas se faire est passée dans les esprits. De la même façon, je pense que plus l’idée qu’on n’insulte pas un enfant se diffusera, plus le modèle évoluera, moins ceux qui n’y sont pas sensibles y seront portés. Ne serait-ce qu’à cause du regard des autres, qui sera moins tolérant.
C’est une ambiance qui peut déteindre, dans un sens positif aussi.

C’est possible. Il suffit d’y croire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire