Apprendre l’éducation positive : comment fait-on ?

L’éducation positive est bien loin de ce que l’on a appris en grandissant, et loin également de ce que l’on observe encore dans notre environnement.

Est-ce possible, dans ces conditions, de développer ses compétences sans réellement se former ?

Voici mon point de vue sur la question, avec des parallèles qui pourraient bien vous parler…

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Être parent demande de l’énergie.

Au quotidien, on s’use et on s’épuise à lutter et à répéter les mêmes choses.

Comment faire autrement ?

Quelle approche pour, peu à peu, sortir de la lutte et entrer en coopération ?

C’est ce dont je vous parle dans ce podcast.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Être parent, ça demande une sacrée énergie ! Et j’ai tendance à penser : encore plus quand on veut avancer sur le chemin de la parentalité positive, sur lequel les attitudes parentales que l’on cherche à adopter ne sont pas toujours celles qui nous viennent spontanément…

Il est donc important, pour incarner le plus souvent possible le parent que l’on a envie d’être, de préserver notre énergie.

Et cela se joue sur deux plans :

veiller à notre propre énergie, de manière interne,

de préserver notre énergie dans nos interactions avec nos enfants.

Aujourd’hui, je vous parle de notre propre énergie…

La prochaine fois, nous nous focaliserons sur nos attitudes parentales.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Préserver son énergie   

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de préserver son énergie. Ce podcast est le premier de deux podcasts sur le sujet.

Pourquoi parler de ce sujet ?

Parce qu’il faut être honnête, quand on avance sur le chemin de la parentalité positive. Cela demande de l’énergie, c’est réellement un apprentissage. Ce n’est pas en adéquation avec ce qu’on a reçu, ni même avec ce qu’on voit encore au quotidien. Être un parent qui cherche à développer la parentalité positive, la parentalité bienveillante, c’est encore fonctionner à contre-courant, bien que ce soit de plus en plus connu, répandu, accepté, validé.

Validé, c’est un bon terme, parce que je pense que pour le coup, il n’y a plus beaucoup de personnes, qui sont en tout cas des connaisseurs, qui sont contre les principes de la parentalité positive.

On peut critiquer la pression que ça peut mettre aux parents, le côté injonction de la question. Mais les bienfaits, les bénéfices de la parentalité positive ne sont plus à prouver. Et d’ailleurs, il y a de plus en plus de démarches au niveau gouvernemental pour aller vers plus de soutien des parents dans un cadre de bienveillance. Alors, je m’égare un petit peu là ! Ce que je veux dire par là, c’est que ça reste encore différent du modèle qu’on a, et ça demande d’autant plus d’énergie dans notre apprentissage.

Comment apprendre la parentalité positive ?

En fait, je dis souvent à mes clients qu’apprendre la parentalité positive, c’est un peu comme apprendre une langue, c’est-à-dire que ça demande réellement, d’une part, de se former, d’apprendre la théorie, la grammaire, les outils, les formulations, mais également de s’entraîner, de se tromper et de pratiquer.

C’est comme une reprogrammation, un petit peu, de certaines zones de notre cerveau, qui avaient l’habitude de s’accrocher à des principes et des croyances, qui nous semblaient évidents et qu’on est en train de remettre en cause, de bousculer. C’est inconfortable, et  quand c’est inconfortable, ça demande encore plus d’énergie.

2 plans différents

Alors cette énergie, on va y veiller sur deux plans différents. Et c’est pour ça que j’ai coupé ce podcast en deux parties, puisqu’il était un peu long la première fois que je l’ai enregistré tout d’un coup. Donc, je recommence.

Et aujourd’hui, je vais me focaliser sur le fait de veiller sur notre propre énergie, indépendamment de notre rôle de parent. Et la prochaine fois, je vous parlerai de l’énergie qu’on gaspille “dans nos attitudes parentales”, l’usure de la répétition, en particulier.

Pourquoi parler de notre énergie ?

Parce que vous le savez, vous l’avez vu, chez les enfants comme chez nous, plus on est fatigué et moins on a de patience. moins on arrive à piocher dans nos ressources, plus on a l’impression que nos outils ne sont pas disponibles, qu’on n’en est pas capable. Et c’est comme si, parfois, on n’avait rien appris finalement.

Comme s’il y avait une personne en nous qui connaissait la théorie, qui s’en était nourrie, formée. Et puis cette personne-là, elle n’est plus accessible dans les moments où nous sommes vides. Parce que, comme ce ne sont pas encore des réflexes, notre cerveau va au plus vite à ce qu’il connaît.

Or, pour réussir à employer nos méthodes, pour réussir à se recentrer sur nos priorités, sur le parent qu’on a envie d’être et comment il se comporterait, il faut avoir une démarche consciente. On n’est pas encore complètement compétent de manière inconsciente. C’est le stade ultime des étapes de l’apprentissage d’être inconsciemment compétent.

Pour l’instant, comme on est encore en train d’apprendre, parfois, on est carrément, consciemment incompétent, c’est-à-dire qu’on se rend complètement compte que ce qu’on fait ne correspond pas. Mais dans certains moments, on réussit, on est souvent encore consciemment compétent, c’est-à-dire qu’on arrive à faire ce qu’on a envie de faire,  mais il faut pour cela faire intervenir notre conscience.

Or, quand on est vidé, on n’arrive pas à prendre le recul qu’il faut pour être conscient, pour agir en conscience.

Donc, la première étape, pour réussir à rester sur ce chemin de la parentalité positive, même si de temps en temps, on va faire des détours et c’est naturel, c’est de veiller à notre propre énergie.

Le sommeil

Alors, à quoi est liée notre énergie, notre fatigue, le fait d’être vite dépassé(e) ? D’abord, c’est tout simplementlié au sommeil, et c’est exactement comme les enfants. Comme vous le savez, les jeunes enfants, qui n’ont pas fait la sieste par exemple, vont râler toute la soirée. Quand ils se couchent trop tard, le lendemain, c’est difficile, ou alors en fin de soirée, c’est difficile.

Combien de fois m’est-il arrivé de me dire que les enfants pouvaient attendre un peu ? Et puis finalement, la fin de soirée se passait mal et il aurait mieux valu les coucher plus tôt. Finalement, c’était plutôt désagréable, pour nous comme pour eux. Donc la première chose, c’est le sommeil.

La difficulté, c’est de se mettre à dormir plus. Parce que c’est vraiment ça, concrètement, en tant que parents, on peut décider de dormir plus. Et comme ça, on sera plus en forme, plus reposé(e), plus patient(e) avec nos enfants.

La difficulté de cette situation, et c’est souvent ce que me disent les parents, auxquels je souligne l’importance du sommeil pour eux, c’est qu’ils me disent : oui, mais entre le moment où mes enfants se couchent et le moment où moi, je me couche, c’est en fait le moment où j’ai du temps pour moi ! Et donc, je n’ai pas envie de me coucher plus tôt. De plus, si mes enfants se couchent tard, je me retrouve à ne plus avoir de temps pour moi.

Trouver des espaces pour soi

Et pourtant, j’en ai besoin de cet espace. Et évidemment, je le comprends très bien ! On va en parler un peu plus tard, parce que ça fait aussi partie de cette démarche : de veiller à notre propre énergie, d’avoir des choses pour soi, des moments pour soi, en tout cas de faire des choses qui remplissent notre réservoir d’énergie.

La question, c’est : est-ce que dormir remplit aussi notre réservoir ? Donc je vous encourage à vous poser la question : comment pouvez-vous faire si vous avez effectivement l’impression que dormir un peu plus, vous ferait du bien, tout en ne changeant pas toutes vos habitudes forcément ? Je ne dis pas qu’il faut systématiquement, tous les soirs, se coucher plutôt que ce que vous avez l’habitude de faire.

Mais, c’est une des idées que je suggère au début de la formation Point de rencontre, une formation pour améliorer en profondeur les échanges avec vos enfants. Il y a peut-être d’autres pistes que vous pouvez explorer. Par exemple, à un moment, ce que je faisais, c’est qu’au lieu de me coucher un peu plus tôt chaque soir, je ne changeais pas mon heure habituelle de coucher mais, un soir par semaine, je me couchais beaucoup plus tôt (vers 21h, 21h30, j’étais au lit) et ça me permettait de recharger les batteries pour la semaine.

Tenir vos promesses envers vous-même

Alors, ce n’est pas forcément la meilleure méthode, ça dépend des gens, ça dépend de comment vous fonctionnez. Mais dans tous les cas, je vous encourage quand même à réfléchir à ça et aussi à comment “tenir vos promesses envers vous-même”. C’est-à-dire que si vous vous levez le matin en vous disant : “Oh là, là, je suis fatigué(e) ce matin, c’est difficile, ce soir, je me coucherai tôt”.

Essayez de vous faire confiance ! Ainsi, le soir, en vous couchant tôt, vous pourrez vous dire, je m’étais fait une promesse, j’ai envie d’être plus reposée et donc je me couche plus tôt. Même si pour une soirée, vous ratez un peu du temps pour vous-même.

J’insiste donc un peu là-dessus, ça a l’air évident, mais c’est souvent quelque chose qu’on néglige.

Le stress peut facilement nous épuiser

Ensuite, il y a évidemment tout ce qui est rythme, stress, qui peut facilement nous épuiser. Plus on a une vie stressante, et plus notre niveau d’énergie est bas, vide. Alors ça passe évidemment par une vie professionnelle, qui peut être stressante. On entend souvent ça : “Quand je rentre du travail, je suis déjà agacée. J’ai eu une dure journée et je n’ai plus la patience de faire face aux enfants”. Et je ne vais pas vous dire de changer de travail, d’abandonner ou de démissionner.

Peut-être que votre travail vous nourrit, peut-être que vous aimez certains aspects de ce travail et tant mieux, enfin, même beaucoup j’espère! Alors, sur ce plan-là, j’ai encore plusieurs questions à soulever. Ce ne sont pas des conseils que je vous donne, ce sont des questionnements que je voudrais vous encourager à vous poser régulièrement ! Parce que chacun est différent et vos solutions ne seront pas les nôtres, votre solution ne sera pas celle de votre voisin, de votre voisine. Donc, je vous encourage seulement à être conscient de vos choix et de vos décisions.

Fixer la limite

Par rapport à ce travail, si c’est vraiment une question de rythme et de fatigue, vous pouvez peut-être vous interroger sur l’opportunité de parfois terminer un peu plus tôt. Fixez votre limite différemment. Souvent, on fixe soi-même une limite, même de façon inconsciente, de l’heure à laquelle on part. De toute façon, on n’a jamais terminé son travail. Il va falloir le reprendre le lendemain.

Et donc, quelque part, si vous ne rentrez pas à 22h30, c’est bien qu’à un moment vous avez décidé qu’à 19h, c’était terminé.

Donc 19h, c’est OK ! Et si vous décidiez que vous finissiez à 18h30, est-ce que ça changerait réellement quelque chose ? Il y a des expériences qui ont été menées dans les pays où les gens travaillent beaucoup moins longtemps. Et, il en ressort qu’ils ne sont pas du tout moins productifs. Au contraire, ils sont beaucoup plus efficaces pendant le temps de travail à leur disposition. Donc ça, c’est une première question.

Poser son intention

La deuxième, c’est aussi l’image que vous renvoyez à vos enfants.

Alors ça, c’est un peu une digression. Ce n’est pas vraiment le côté énergie, mais c’est intéressant, parce qu’on se rend compte qu’on a souvent une certaine attitude face à nos enfants. Le soir, après le travail, voici une phrase type : “Attend ! J’ai eu une grosse journée, je suis fatigué(e). Je n’ai pas envie de passer plus du temps avec vous, je n’ai pas la patience”.

Mais finalement, dans ce cas-là, on leur transmet que du négatif et non pas le fait que notre travail peut aussi avoir des aspects chouettes. Donc, ce serait intéressant, et ça nous mettrait du baume au cœur, de nous dire : “Qu’est-ce qui était chouette dans mon travail aujourd’hui ?” Et donc de transmettre cette idée positive pour nous, et pour nos enfants également.

Déjà, ça va changer notre attitude ! Et enfin, si vous avez aussi ce problème de “stress du travail”, qui vous empêche d’être un peu plus tranquille et patient(e) le soir, je vous encourage à avoir un petit espace au moment où vous rentrez chez vous, pour ce que j’appelle : poser son intention.

Technique utiliser pour poser son intention

Et là-dessus, j’ai un article sur le blog qui s’appelle “La joie comme intention”, où j’expliquais, la technique que j’utilisais à un moment : quand je rentrais chez moi, je m’arrêtais une minute avant d’ouvrir la porte, pour laisser de côté toutes mes énergies négatives et pour me mettre dans une intention de joie au moment de retrouver mes enfants.

Parce que je m’étais rendue compte que sans faire ça, en fait, j’arrivais un peu fatiguée, avec l’envie de juste me poser et d’avoir justement quelque part cette parenthèse, cet espace de pause avant de rentrer dans la vie familiale. Et mes jeunes enfants, ils se précipitaient vers moi, tout joyeux : “Maman !”, tout contents de me retrouver. Et moi, je n’étais pas dans une bonne énergie pour les accueillir, alors que j’avais envie de savourer ce moment (parce qu’ils ne vont pas se précipiter vers moi en courant, en disant maman, jusqu’à la fin de leur vie).

Donc je me posais un peu, avant d’ouvrir la porte et je me donnais une petite minute à moi-même, pour respirer et pour me reconnecter à la joie que j’avais envie de ressentir quand j’ouvrirais cette porte. Et effectivement, ça changeait mon humeur quand je les  retrouvais.

Calmer le rythme

Voilà donc, ça, c’est l’aspect concernant le stress. Mais dans le terme rythme, il y a évidemment aussi le fait de faire moins de choses. C’est-à-dire qu’on parle, vous en avez peut-être entendu parler, de slow life, de slow parenting ou même, de réellement calmer le jeu en termes de choses à faire dans notre vie, de rythme de vie que l’on s’impose.

Donc, ça veut dire peut-être moins d’activités pour soi, ou pour les enfants. Donc, il est nécessaire parfois de faire des choix.

Ce n’est pas forcément ce qui vous correspond, mais il peut être nécessaire de calmer le rythme et de ne pas chercher à organiser des choses sans cesse, mais prendre juste le temps de profiter de l’instant, de vivre le moment sans avoir d’attentes. Souvent, ça aide aussi à préserver son énergie.

Trouver des choses qui nourrissent notre énergie

Une autre chose qui est importante, c’est de savoir quelles sont les choses que vous prévoyez. Parce que parfois aussi l’énergie, ça ne passe pas par faire moins de choses, mais bien par faire des choses qui nourrissent notre énergie, c’est-à-dire qu’il y a des choses qui nous mettent en énergie et d’autres qui nous vident.

Donc, c’est aussi à nous d’identifier quelles sont les choses qui sont réellement un plaisir,  celles qui nourrissent notre énergie, qui remplissent notre réservoir. Et puis celles qui, au contraire, vont nous user. Et il y a un petit exercice qui est intéressant pour ça, que vous pouvez faire tout(e) seul(e) ou en famille.

Il s’agit de faire la liste de ce qui vous fait du bien, de ce qui vous nourrit, de ce qui vous permet de vous sentir bien, de remplir votre réservoir. Le réservoir affectif, dont on a tous besoin pour avoir de bonnes relations en famille. Identifiez ce qui vous fait du bien, que ce soit seul(e) ou à plusieurs, et essayez de faire les faire un peu plus souvent. Et vous voyez que là, je ne suis pas dans le faire moins de choses, mais je suis dans le plus d’actions qualitatives à faire. En effet, c’est faire des actions supplémentaires qui vous plaisent, qui vont vous remplir en énergie. Et ça, c’est important !

Réagir avant que le réservoir soit vide

J’ai partagé récemment avec certains d’entre vous sur les réseaux sociaux avant de faire cet épisode. Et j’ai noté cette notion très importante, que m’a partagé une de mes clientes, de mes lectrices, qui m’a dit que pour elle, l’important, c’est de réagir avant que le réservoir soit vide.

Et là encore, on revient à cette notion de conscience, c’est-à-dire que souvent, quand on se dit qu’on a besoin de remplir notre réservoir, c’est qu’il est trop tard. On s’en rend compte parce que justement, on a dérapé, parce qu’on était usé(e)s, parce qu’on a perdu nos capacités, nos ressources parentales ou autres. Cependant, ça peut aussi se passer dans d’autres contextes, comme dans le couple par exemple. En effet, on peut réagir autrement que ce qu’on aurait voulu, et différemment de ce que l’on sait faire d’ailleurs.

Donc, ça nous fait en plus tomber dans la culpabilité, le cercle vicieux, etc… Donc avant d’en arriver là, une bonne pratique, c’est de se poser la question sur l’énergie. Et peut-être que c’est un peu ce que je vous disais tout à l’heure, sur cet espace à se donner avant de rentrer chez soi en rentrant du travail. Peut-être que c’est aussi un bon moment pour se donner l’occasion de se poser cette question justement, “Où en suis-je en termes d’énergie ?“ La réponse peut être : “Ah oui, ça va super bien, je n’ai aucun problème, je suis de bonne humeur, plein(e) d’énergie et plein(e) de patience”. Ou est-ce que la réponse est plutôt : “ Je n’en ai plus beaucoup et il va falloir que j’y veille ”  Et dans ces cas-là, n’hésitez pas à le communiquer aussi au reste de votre famille : “Je suis contente de vous retrouver et à la fois je me rends compte que je suis fatigué(e), que j’ai peur de ne pas être très patient(e), est-ce que vous seriez OK pour me laisser dix minutes pour un temps avec moi-même, pour remplir mon énergie (par exemple, avec une de vos activités que vous aviez identifiée comme vous faisant du bien) ?”

Voilà, cette notion de réagir avant qu’il soit trop tard. Ce n’est pas forcément facile, c’est-à-dire que ce n’est pas évident au départ de développer cette conscience de son niveau d’énergie. Donc, je vous encourage justement à le faire régulièrement.

Tomber au fond de notre réservoir

Et puis, quand vous n’avez pas pu le faire et que vous êtes tombé(e) au fond de votre réservoir, que vous étiez vide et que vous aviez mal réagi, dites-vous qu’à ce moment-là, vous avez fait de votre mieux. Votre mieux n’était pas top, mais c’était de votre mieux : si vous avez réagi comme ça, c’est que vous n’aviez pas pu faire autrement. Et donc, il n’est pas question de rester englué(e) dans une culpabilité qui vous fait vous dire que vous n’êtes pas capable.

C’est plutôt : comment je peux faire pour la prochaine fois, réagir avant d’en arriver là pour que mon mieux soit mieux ?

Voilà, j’espère que ça vous donnera des pistes. Et donc, dans mon prochain épisode, je vous parlerai plutôt de comment préserver son énergie réellement dans nos attitudes parentales avec nos enfants,  pour éviter de s’user à répéter à l’infini les mêmes choses.

Si vous pensez que ce podcast peut intéresser d’autres parents, je vous encourage à le partager, vous pouvez également vous abonner à la chaîne des podcasts des 6 doigts de la main sur la plateforme qui vous convient et aussi à aller consulter le site internet.

À bientôt.

Etre parent n’est certainement pas de tout repos. Le fait d’accompagner nos enfants vers les adultes qu’ils seront est une lourde responsabilité, et nous cherchons perpétuellement comment faire de notre mieux. 

Dans nos questionnements, il est rapidement apparu qu’il existait de multiples manières d’être parent… et que certaines étaient plus populaires, ou plus classiques, que d’autres. 

Le “parent bienveillant” est encore hors norme. Comment réussir à garder le cap, lorsque l’on se sent à contre-courant ? 

— Note :  cet article a d’abord été publié dans Grandir Autrement, numéro 81 de mars-avril 2020 —

Si vous voulez écouter cet article sous sa forme audio, en voici l’enregistrement

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Une démarche éducative alternative

Pour certains d’entre nous, l’éducation bienveillante était une évidence. Pour les plus chanceux, cela leur est même venu naturellement. Mais nous sommes nombreux à ne pas être tombés dedans lorsque nous étions petits, et à continuer à lutter contre nos réflexes acquis pour développer d’autres attitudes parentales. 

Ainsi, nous nous retrouvons dès le départ hors de notre zone de confort, dans notre cheminement vers une éducation plus respectueuse de l’enfant que celle que, souvent, nous avons reçue. La société continue à nous renvoyer un modèle très vertical, qui ne correspond pas à nos aspirations, et crée par là-même la première grande difficulté du parent à contre-courant : le doute ! 

Face aux commentaires de nos connaissances, de certains professionnels même, le parent bienveillant peut prendre peur. Comment être sûr qu’il suit le bon chemin ? Et si c’était une erreur ? Si les autres avaient raison ? Dans cet environnement qui nous ramène encore et toujours à un style éducatif dans lequel l’adulte se place au dessus de l’enfant, il s’agit d’avoir une certaine assurance pour continuer à croire en nous, en notre démarche. Garder le cap demande d’être réellement convaincu. Alors, plus nous avancerons, plus nous consoliderons nos principes, plus nous serons solides et moins le doute nous envahira. A nous donc de bien choisir nos lectures et nos fréquentations pour aider cette avancée, créer pour nous-mêmes un environnement qui nous soutiendra. 

Malheureusement, ce doute n’est pas le seul obstacle en travers de notre chemin…

Le regard des autres

Voici à présent la gêne, voire la honte qui apparaissent. Car, bien que nous sachions bien où nous voulons aller, ce que nous cherchons à développer dans la relation avec nos enfants, nous ne savons pas toujours comment bien réagir au regard des autres lorsque nous ne sommes pas en maîtrise de la situation. Ce qui, convenons-en, arrive régulièrement. Voici quelques conseils pour ce genre de cas. 

Commençons par appliquer l’un des accords toltèques : “Ne faites pas de supposition.”. Il trouve tout à fait sa place ici, car c’est dans notre tête que se situe l’interprétation du regard de l’autre. Elevés pour ne pas déplaire, nous laissons nos craintes prendre le contrôle de nos pensées et nous proposer les interprétations les plus pessimistes. Il devient alors évident que la pensée de l’autre est : “Qu’est-ce qu’elle se débrouille mal ! Elle ne va pas le faire taire ??”. Mais la réalité est qu’il est également possible que cette pensée soit : “Oh, la pauvre… je me souviens de moments avec mes enfants où je n’y arrivais pas mieux !”, ou bien même : “Dis donc, je suis impressionnée qu’elle arrive à garder son calme face à cette crise !”. Evitons donc de broder, et concentrons-nous plutôt sur la partie de la situation qui nous concerne. 

Ce qui m’amène tout naturellement à mon deuxième conseil : se recentrer sur le principal. Car, dans le fond, même s’il s’avérait que l’autre pense réellement ce qui correspond à notre pire interprétation, quel est le plus important pour nous ? De convaincre cette personne que nous ne sommes pas un mauvais parent – selon ses critères en tout cas -, ou de réellement faire ce que nous pensons être le mieux pour notre enfant ? Nous rejoignons alors la question du doute. Plus nous aurons confiance en nos choix éducatifs, et plus il nous sera facile de nous détacher du regard de l’autre pour nous concentrer sur ce qui compte vraiment : notre enfant, notre relation avec lui, et ce que nous lui enseignons dans la situation qui se présente. 

Enfin vient mon troisième conseil, même si je sais d’expérience que cela prend un peu plus de temps. Une fois que nous avons éliminé les suppositions, et que nous sommes restés focalisés sur le principal, nous sommes prêts à inverser complètement la perspective. Fiers d’être restés cohérents avec nos principes, avec nos valeurs, nous pouvons nous permettre de savourer. Nous réjouir de ce que nous réussissons à apporter à nos enfants, malgré le regard des autres. (qui peut même, dans notre esprit en tout cas, devenir admiratif !)

L’entourage de notre enfant

Reste toutefois une difficulté majeure : les autres facteurs d’influence ! Car notre enfant ne reste généralement pas dans notre giron. Il va bénéficier et subir d’autres influences que la nôtre. Or, lorsque l’on est un parent à contre-courant, il y a fort à parier que les influences en question ne soient pas toujours alignées avec ce que nous cherchons à développer chez lui. 

Face à cette réalité, les points de vue sont partagés. Certains pensent qu’il est bon que l’enfant apprenne également ce qu’est “la vraie vie”, et qu’il sache s’y adapter. D’autres, au contraire, cherchent un environnement alternatif, pour éviter que l’enfant soit trop rapidement plongé dans le grand bain.

A chacun de trouver la solution qui lui convient. Dans tous les cas, il est clair que l’enfant aura certainement besoin d’être accompagné dans ses découvertes et sa compréhension des choses. Comprendre que certains adultes trouvent normal de crier et de punir, par exemple. Pourquoi ils font cela, comment y réagir. Comprendre que les relations qui ont parfois lieu dans les cours d’école ne correspondent pas toujours à ce que nous cherchons à développer dans notre foyer… 

Cela passe forcément par une certaine acceptation de notre part : l’acceptation que nous n’avons qu’une zone de contrôle limitée. Changer tout l’entourage est illusoire. Le mieux est probablement d’agir au mieux sur ce que nous contrôlons vraiment, c’est à dire nous-mêmes.

Alors, nos enfants seront capables de transmettre leurs propres limites. C’est ainsi que les miens ont su me dire qu’ils ne voulaient plus aller dans un certain stage, où les animateurs criaient trop. Ayons confiance en eux. 

Si vous voulez écouter cet article sous sa forme audio, en voici l’enregistrement.

Comme bien d’autres parents, vous êtes fatigués d’entendre vos enfants se disputer… Les disputes entre frères et soeurs sont souvent un des premiers vecteurs d’usure des parents.

Ces disputes et autres chamailleries pèsent sur l’ambiance familiale, et vous ne savez pas toujours comment réagir. 

Faut-il intervenir ? Faut-il les laisser gérer la situation ?

D’un certain côté, vous savez que ces disputes sont normales, que les conflits font partie de la vie. Vous aussi, vous vous disputiez avec vos frères et soeurs… 

Mais vous avez quand même envie d’en sortir, de voir un peu plus d’harmonie, entre eux, et dans la famille en général. 

Par ici, on parle régulièrement de l’ambiance familiale, alors, bien sûr, on a aussi travaillé sur les disputes dans la fratrie. Et je vous assure qu’on peut vraiment faire en sorte que les choses changent ! Que les disputes soient moins fréquentes, et que nos enfants sachent comment aborder les conflits posément.

Si vous voulez écouter cet article sous sa forme audio, en voici les enregistrements.

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Pourquoi les frères et soeurs se disputent

D’abord, j’aime bien comprendre. 

Je trouve que parfois, rien que de prendre conscience, d’avoir un éclairage autre, ça permet de bouger les choses. 

Alors voilà déjà un bon point de départ : comprendre d’où vient la dispute. 

Ça parait évident, mais on en prend rarement le temps quand on n’y est pas sensibilisé…

Alors, à la place d’essayer de comprendre, on commence en général par passer par les réactions suivantes.

“Que cette dispute disparaisse !”

D’abord, on aimerait bien qu’il n’y ait pas de dispute. Tout simplement. 

Ça a l’air idiot, mais c’est tellement ancré en nous qu’on a tendance à vouloir faire disparaitre cette dispute le plus vite possible. 

Voir nos enfants se disputer, ça heurte notre rêve d’une famille harmonieuse, notre idéal d’enfants qui s’entendent bien.

Voir nos enfants se disputer, ça va à l’encontre de nos besoins de facilité, et de fluidité…

Alors, on commence souvent par tenter de nier cette réalité dont nous ne voulons pas. 

C’est un peu comme pour les émotions…

On voudrait que notre enfant n’ait pas peur, alors on lui dit “ne t’inquiète pas”, comme si ça pouvait suffire à régler le problème…

Face aux disputes dans la fratrie, on va dire “Arrêtez de vous disputer !” , et c’est tout.

Ça revient un peu à fermer les yeux, et à croiser les doigts bien fort en disant “abracadabra” et en espérant que quand on rouvrira les yeux, la dispute aura disparu !

Quand on fait ça, on ne prend tout simplement pas en compte la réalité de ce qu’ils vivent.

“Qu’est-ce qui se passe ?”

Au bout d’un moment, on comprend que la dispute ne peut pas s’envoler si facilement. 

Donc, on passe au traditionnel “Qu’est-ce qui se passe ?”, pour essayer de comprendre, et aider à résoudre le problème. 

Oui, mais… si on en reste à ce qu’il se passe dans cette situation, on reste en fait à la couche superficielle. A ce qui se voit. Mais on ne comprend pas ce qui se joue en toile de fond.

Pensez-y… 

Ça vous est déjà arrivé d’intervenir dans une dispute, de demander ce qu’il se passait, de régler le problème, et de retrouver vos enfants en train de se disputer de nouveau pour autre chose ?

Comme s’ils ne cessaient de se chercher ?

C’est parce que vous n’avez pas touché à la VRAIE raison derrière la dispute ! 

Comprendre la vraie raison de la dispute

Soyons clair, au départ, ce n’est pas évident de changer notre approche. 

Il s’agit de faire un pas en arrière, de prendre un peu de recul. 

Mais contre toute attente, ce n’est en fait pas si compliqué. 

Pour voir vraiment ce qui se joue, il suffit d’être un peu guidé. 

La logique est en réalité simple – la voici : 

Les enfants, comme tout le monde, ont des besoins.

Et, à certains moments, il leur semble que la dispute est la seule stratégie à leur disposition pour nourrir le besoin qui domine. 

C’est aussi simple que ça.

Alors, imaginez : 

si on comprend bien ces besoins – et, bonne nouvelle, ça nous servira dans des tas d’autres situations que celles des disputes dans la fratrie ! – 

puis qu’on fait le lien entre ces besoins et les raisons derrière les disputes, 

alors il est plus simple d’arrêter de nier la réalité, et de chercher ailleurs la porte de sortie, vous ne croyez pas ?

Une fois qu’on voit clairement comment ces besoins peuvent se traduire en disputes, on a enfin d’autres pistes.

Quand on va comprendre ce qui se joue derrière la dispute, on va naturellement arrêter de nier la réalité. Parce que ça reviendrait à nier également le besoin de l’enfant, ou en tout cas de passer outre ce besoin. 

Et à la place, on va essayer de trouver d’autres stratégies pour nourrir ces besoins, pendant et en dehors de la dispute, aussi ! 

De sorte que l’ambiance générale va peu à peu s’apaiser…

Est-ce facile ?

Comme je l’écrivais au début du paragraphe précédent, ce n’est pas évident… simplement parce qu’on ne l’a pas appris.

Mais en fait, ce n’est pas très compliqué. 

Il suffit d’être un peu guidé, un peu formé. 

👉🏻 C’est ce que je propose à travers ma formation « En finir avec les disputes dans la fratrie »

Ensuite, enfin, on retrouve une sorte de choix dans nos réactions. 

Au lieu de réagir de manière réflexe, parce qu’on ne sait pas trop quoi faire d’autre, parce qu’on se sent démuni, on retrouve une sorte de choix. 

On peut décider, en conscience, de ce qu’on va faire – y compris dans ces moments où l’on sait que notre réaction n’est pas idéale, mais que c’est le mieux dont on est capable à ce moment-là, nous aussi ! 

Comment faire pour que nos enfants s’entendent ?

C’est triste de voir un frère et une soeur, deux frères, ou deux soeurs, qui ne s’entendent pas…

J’entends même parfois des mots forts de la part des parents : « Mes garçons se détestent », « mes filles ne se supportent pas »…

Quand on voit nos enfants qui se provoquent, qui s’agressent, qui se tapent, qui crient l’un sur l’autre, ou tout simplement qui s’ignorent… on se sent parfois dépassé.

On en conclut vite à une mésentente insoluble.

Certains parents avec qui j’échange me disent qu’ils craignent que la relation dans la fratrie ne s’améliore jamais.

C’était par exemple le cas d’Isabelle, qui m’écrivait, en mai : « Mon fils (8ans) fait une sorte de jalousie envers ma fille (3ans) ce qui induit les disputes. 
Mon fils refuse de jouer avec sa sœur alors qu’elle réclame pour jouer avec lui et ça la rend triste. »

Lorsqu’Isabelle passe le pas et décide de s’inscrire à la formation « En finir avec les disputes dans la fratrie », fin août, elle écrit :

« J’ai l’impression que mes enfants ne tissent pas vraiment de liens entre eux. 
Je vois que ma fille est fort affectée et ça me fait mal au coeur. J’ai le sentiment que mon fils aurait préféré rester un enfant unique et que ma fille rame pour que son frère veuille bien jouer avec elle. »

On imagine aisément la tristesse d’Isabelle, constatant cette indifférence de son aîné envers sa soeur…

D’où vient la complicité entre les frères et soeurs ?

J’aimerais commencer par vous dire que, selon Thomas Gordon, ce n’est pas au nombre de leurs disputes que se dessine la relation future de nos enfants, mais plutôt au nombre de bons moments partagés.

Donc, plutôt que de vous focaliser sur les tensions, voyez tous les moments où cette complicité est déjà là.

Voyez tout ce que vos enfants partagent, ce qu’ils font ensemble, ce qui les unit, et construit peu à peu cette relation de fratrie qui aura toujours des hauts et des bas !

Ce qui ne veut pas dire que l’on ne doit pas quand même agir pour qu’ils se disputent moins (et/ou mieux !).

Ensuite, si vos enfants partagent peu de moments de complicité (comme dans le cas d’Isabelle ci-dessus), il suffit souvent d’un petit ajustement dans notre manière de faire.

Plus nous chercherons à imposer ces moments, moins cela fonctionnera.

En étant dans l’écoute, dans l’observation de ce qui se trame en toile en fond, dans une réaction mesurée et adaptée aux besoins de chacun, on ouvrira l’espace pour que chacun puisse trouver sa place dans la relation à l’autre.

C’est ainsi qu’après moins d’un mois dans la formation, Isabelle me raconte l’anecdote suivante, quasi-inimaginable un mois avant :

« Je ne vais pas écrire tous les exemples ici mais j’ai pu aussi aider mes enfants à désamorcer une dispute : 
Mon fils voulait jouer au camion mais ma fille à la dinette. 
Je leur ai demandé ce qu’ils pouvaient faire pour concilier les deux jeux et pour que cela fasse plaisir à tout le monde. 
Mon fils a alors proposé de jouer au livreur, ma fille faisait la cuisine, ils mettaient les plats dans des doggy bags et venaient me les livrer à la cuisine (pendant que je préparais le souper). »

Alors, je vous parle de comment agir ?

Deux manières d’agir pour que les enfants ne se disputent pas

Quand on identifie les besoins et les raisons derrière les disputes, on peut alors agir de deux manières : 

  • de manière préventive
  • de manière réactive

Réagir de manière préventive

Parfois, un sentiment de rivalité, ou de jalousie s’est installé entre nos enfants.

Il est alors d’autant plus important de savoir comment réagir à la dispute, car, plus on se placera en arbitre, et plus on aggravera les choses !

Mais avant même de parler de comment gérer les disputes, on peut facilement faire évoluer certaines de nos habitudes pour baisser le ressentiment, les frictions, et faire en sorte que nos enfants s’entendent mieux.

C’est une bonne manière d’enclencher un cercle vertueux :

si les conflits diminuent en nombre, toute la famille, parents et enfants, gardera plus d’énergie pour faire face à ceux qui se présenteront encore. 

Or, en tant que parent, on a vraiment des leviers sur lesquels on peut agir pour baisser la rivalité dans la fratrie, pour aider les enfants à se sentir écoutés… des leviers qui sont malheureusement souvent à l’opposé de ce que l’on a tendance à faire ! 

Car la rivalité vient aussi de certaines de nos réflexions, de nos attitudes, ou même de règles que l’on pose, sans bien réfléchir à leur implication…

Tout le module 3 de la formation « En finir avec les disputes dans la fratrie » est d’ailleurs dédié à ce que j’appelle l’environnement : tout ce qui vient autour des disputes, et qui va nous permettre de réellement baisser le ressentiment, les tensions latentes qui existent souvent entre nos enfants.

Quand j’ai découvert tout cela, je me suis vraiment demandé pourquoi on ne l’avait pas appris !

Vous voyez de quoi je parle ? Toutes ces prises de conscience qui nous viennent quand on chemine vers la parentalité positive, et pour lesquelles on se dit souvent : “Mais pourquoi personne ne m’a jamais expliqué ça avant ??”

Donc, si vous voulez déjà commencer, là, tout de suite, à modifier certaines de vos habitudes pour alléger l’ambiance, 

👉🏻 Téléchargez le guide “Disputes : 6 habitudes à modifier pour les diminuer”

Réagir de manière réactive

Vient le moment de la dispute… et là, il est bon d’avoir des billes. De savoir où on veut aller, et comment on va intervenir (ou pas).

Vous allez voir, dans la suite de cet article, que la manière dont on réagit à la dispute peut vraiment transformer ce moment difficile en une occasion magique !  

Alors, sans plus attendre, je vais vous confier cette approche qui change tout…

Les disputes sont des opportunités d’apprentissage

Oui, j’ai l’intention dans cette partie de vous aider à changer de regard sur les disputes.

Vous allez voir, c’est possible. 

Et rassurez-vous : ça ne veut pas dire qu’il faut garder les disputes dans la fratrie ! Ça va juste bouleverser un peu votre manière de les gérer…

Le manque de respect entre frères et soeurs

Dans le fond, vous savez très bien qu’une vie sans conflit, ce n’est pas possible. 

Le conflit fait partie des relations sociales, et on aura toujours des occasions d’être en désaccord, ou en décalage avec l’autre. Des moments où les besoins de l’autre ne correspondent pas aux nôtres. C’est également vrai entre parents et enfants d’ailleurs, et on sait bien nous-même comme c’est parfois difficile à gérer !

Face à ces situations, ce qui nous pose problème, en réalité, ce n’est pas le désaccord, mais bien la manière d’y faire face. 

Ce que l’on voudrait – en tout cas, je me raconte que vous vous dites ça vous aussi – c’est un monde dans lequel on peut gérer le conflit sans manquer de respect à l’autre. 

Voilà bien pourquoi la manière d’aborder les disputes dans la fratrie sont liées à notre style éducatif.

Vous êtes ici sur le chemin de la parentalité positive, et cette notion de respect de l’autre est précieuse pour vous, comme pour moi. 

Le modèle de la gestion des disputes

Le problème, c’est que ce n’est malheureusement pas le modèle que l’on reçoit en général dans notre société.

Donc, si on laisse les enfants avec ce qu’ils observent autour d’eux, ils apprendront à faire face aux conflits exactement comme ils l’observent, c’est à dire sans respect.

En réglant le conflit par la force, en fait. (qu’elle soit physique ou autre)

Je sais, j’exagère un peu…

En réalité, la gestion du conflit est entrée dans le programme scolaire au primaire !

Bonne nouvelle !

Sauf que… sauf que les adultes qui entourent nos enfants ne sont pas formés à ça…

Honnêtement les choses progressent, et les ressources à ce sujet se multiplient, mais il reste qu’ils ont grandi dans un monde dans lequel on ne le leur a pas appris, alors ils font comme ils peuvent, et ils réagissent eux-mêmes aux conflits avec leur approche du plus fort, en décidant à la place des enfants comment ça doit être réglé.

Bref.

Faut-il intervenir dans ces disputes entre frères et soeurs ?

Voici une question récurrente, et oh combien importante, que je reçois de la part des parents. 

Et la réponse classique à cette question est NON. Y compris sur des sites d’éducation positive.

C’est là que ce que je vais vous dire diverge. Ça va faire toute la différence.

Car, si je suis ce que je cherche à vous enseigner, ma réponse est oui. Un grand OUI !

MAIS

en fait, je devrais plutôt répondre à la normande : ÇA DÉPEND…

C’est vrai qu’on entend souvent qu’il vaut mieux ne pas intervenir dans les disputes entre frères et soeurs, qu’il vaut mieux laisser les enfants gérer leurs conflits seuls… 

Dans la théorie, je voudrais bien pouvoir dire ça aussi. Parce que je sais que les enfants apprennent par l’exemple. Ils voient, ils reproduisent, il leur suffit de s’entrainer. 

MAIS… si on reprend l’idée du modèle précédent, on s’aperçoit que ça ne peut pas marcher. 

Justement parce que si l’on n’intervient pas, nos enfants vont simplement reproduire le modèle reçu, qui leur montre souvent comment on gère le conflit par la force. 

Donc… il va nous falloir intervenir pour leur montrer une autre manière de faire.

C’est aussi simple que ça.

Intervenir de la bonne manière !

MAIS… mais si nous ne savons pas non plus faire autrement ? Parce que nous non plus, on ne l’a pas appris ? Serons-nous alors capables d’intervenir de manière constructive ?

Parce que là, je reviens à l’idée de départ : si vous intervenez pour jouer les arbitres… il vaut effectivement mieux se retenir ! (A condition que cela ne devienne pas trop violent, évidemment)

Jouer les arbitres risque plutôt de mettre encore de l’huile sur le feu !

Donc, si c’est possible, il vaut mieux s’éloigner que de venir arbitrer un conflit qui ne vous concerne pas. 

Cependant, dans ce cas, vous êtes sûr que vos enfants n’apprendront pas à régler leurs conflits respectueusement….

Alors, bien sûr, je voudrais vous encourager au contraire, à intervenir… à condition de savoir comment

Or, la gestion du conflit, c’est comme tout, ça s’apprend !! 

Donc, je résume : 

L’idée c’est d’apprendre la gestion du conflit, puis d’intervenir dans les disputes pour montrer aux enfants comment ça marche, et les aider ainsi à développer cette compétence, avant de se retirer et de les laisser gérer !

Et, franchement, cette compétence, elle leur sera utile à vie (et à vous aussi, au passage !).

Un apprentissage pour la vie

Pensez à toutes ces compétences que l’on voudrait que nos enfants acquièrent…

Il n’y a pas si longtemps, je vous parlais de l’outil des 2 listes, pour penser à notre parentalité à long terme…

J’ai envie de vous faire ici une petite liste des compétences relationnelles que nos enfants peuvent apprendre à développer au détour de leurs disputes : 

  • savoir dire non
  • exprimer ses besoins
  • négocier
  • écouter ses émotions
  • être sensible à celles de l’autre
  • avoir de l’empathie
  • identifier ses limites
  • savoir poser sa limite sans agressivité
  • faire des choix
  • prendre des décisions
  • envisager d’autre possibilités
  • tenir compte de l’autre
  • s’affirmer
  • trouver des solutions ensemble
  • ah, et puis savoir demander pardon ! 

Et voilà comment les disputes dans la fratrie deviennent de vraies opportunités d’apprentissage !

Franchement… Ça ne vous donne pas envie de les voir se disputer maintenant ?

J’ai demandé à Claire, maman de 2 enfants de 3 et 6 ans qui suit la formation “En finir avec les disputes dans la fratrie” quelle était sa plus grande prise de conscience à la fin du premier module, et voici ce qu’elle m’a répondu : 

“Voir les disputes comme des opportunités d’apprentissage. Et donc non seulement pas quelque chose à éviter à tout prix (possibilité de me débarrasser de mon héritage familial dans lequel j’ai appris à me taire plutôt qu’à dire mon désaccord) mais aussi carrément une opportunité de développer un tas de compétences.”

Alors bien sûr… on peut essayer de faire disparaitre les disputes sans passer par cette case “gestion de conflit”, mais qu’est-ce qu’on leur apprendra alors ? 

A refouler leurs opinions, à s’écraser ?

Ce serait quand même dommage de passer à coté de ces opportunités, non ?

Réconcilier les enfants

Je précise quand même un point qui n’est peut-être pas clair dans mes propos…

Il n’est pas question de conclure que les disputes, c’est génial, et qu’on veut continuer à en avoir dans la maison ! 

Non, ce que je veux dire c’est qu’au fur et à mesure que nos enfants développeront toutes ces compétences, les conflits se transformeront de moins en moins en disputes. 

C’est ça, l’idée !! 

On va les accompagner à ça.

C’est un vrai cercle vertueux pour sortir des disputes et que nos enfants trouvent leurs propres moyens de se réconcilier et de faire cohabiter leurs points de vue en cas de conflit.

L’apprentissage

Vous l’avez compris, maintenant. 

Notre rôle de parent, c’est de saisir l’opportunité des disputes pour enseigner toutes ces compétences à nos enfants. 

(Du moins quand on en a l’énergie – parce qu’on fait aussi ce qu’on peut)

Donc, oui, on va intervenir. 

Intervenir pour les encourager à s’écouter soi, puis l’un l’autre. 

Pour leur montrer comment exprimer ce qu’ils ressentent.

Pour les aider à choisir comment ils vont réagir à la provocation éventuelle de l’autre. 

Pour qu’ils sachent comment poser leurs limites. 

Pour qu’ils trouvent des solutions, ensemble.

Car ils en sont capables !! 

C’est pour ça que j’ai eu envie de créer la formation « en finir avec les disputes dans la fratrie », justement pour vous montrer comment faire tout ça, facilement, étape par étape.

C’est l’objet du module 2 de la formation.

Le moment où vos enfants vont gérer seuls leurs conflits

Peu à peu, vous verrez que vous n’aurez plus besoin d’intervenir, car vos enfants sauront trouver leur propre solution sans votre aide. 

Le dernier module de la formation “En finir avec les disputes dans la fratrie” s’intitule d’ailleurs “Savoir s’effacer”, pour identifier ce moment où on peut, en toute confiance, laisser nos enfants gérer ! 

Alors, non seulement vous pourrez savourer le calme dans la famille, mais vous pourrez aussi être fier de ce que vous aurez pu transmettre à vos enfants : des compétences pour la vie ! 

A vous : comment réagissez-vous aux disputes entre les enfants ?

Pourquoi je vous parle aujourd’hui du syndrome de la bonne élève ? Ce syndrome qui vient de l’habitude de faire ce qu’on nous demande, de correspondre à ce que l’on attend de nous… on se conforme, parce que ça plait, alors, on se sent apprécié (pour ce que l’on fait, non pour ce que l’on est, notez le bien !).
Le problème.. c’est que ça peut nous suivre loin.

J’avais senti ce syndrome en moi depuis un moment, mais il revient actuellement en force. Je vous explique.


Etre entrepreneur, c’est un vrai cheminement personnel.

Ça me met face à des questionnements que je ne savais même pas avoir en moi…

Alors, récemment, j’ai décidé de demander l’aide d’une coach.

Pour creuser, pour comprendre, pour débloquer.

Ma première séance a été intense, et elle m’a fait sentir comment mon syndrome de « bonne élève » (un syndrome qui concerne particulièrement les filles/femmes) m’immobilisait…

Or, ce syndrome-là, il vient clairement de mon enfance, de mon environnement (familial et scolaire), alors, j’ai voulu vous en parler dans ce podcast.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription. 

Le syndrome de la bonne élève

Bonjour les parents qui cheminent, 

Aujourd’hui, je voudrais vous faire un petit podcast en mode improvisé pour vous parler de ce que je suis en train de vivre : comment ça résonne en moi, comment ça peut se relier au thème de l’éducation. Je pense que vous serez beaucoup à vous reconnaître dans ce que j’appelle : le syndrome de la bonne élève. Alors, je dis le syndrome de la bonne élève, ça peut évidemment être le syndrome du bon élève, et ça peut s’appliquer à n’importe lequel de nos enfants.  

Pourquoi je parle de ça aujourd’hui ? C’est parce que j’ai commencé, depuis hier, une démarche d’accompagnement par un coach. Je me suis rendue compte, depuis bien longtemps, que comme tout le monde, j’avais des blocages internes. Ces croyances qui étaient plus ou moins identifiées, étaient limitantes pour avancer sur mon chemin et pour me permettre de réaliser tout ce que je voudrais réaliser. 

Le principe de l’auto-sabotage

Vous connaissez probablement le principe de l’auto sabotage. Selon ce principe, même si on pense que l’on veut quelque chose, qu’on veut aller vers quelque chose, on a une autre partie à l’intérieur de nous qui se comporte de façon à ce qu’on n’atteigne pas nos objectifs. C’est un peu comme si on était en train d’avancer, de conduire notre voiture vers un endroit et en même temps, on appuie très fort sur le frein. 

Alors, évidemment ça crée une double frustration! Parce que l’on sent, d’une part, qu’on n’y arrive pas, qu’on n’arrive pas là où on voudrait, sans bien comprendre pourquoi. Mais en plus, au passage, on s’épuise! Puisqu’on lutte doublement pour faire avancer cette voiture alors qu’on appuie sur le frein, à cause de toutes ces questions d’auto sabotage. Je sentais qu’elles étaient liées à des croyances limitantes, que je n’avais pas bien identifiées ou en tout cas, dont je n’arrivais pas à me débarrasser. Et je devrais d’ailleurs en parler au présent: des croyances limitantes dont je n’arrive pas à me débarrasser! Sont-elles liées à la peur de l’échec ou de la réussite? Je n’en sais rien… J’imagine que ces deux notions sont d’ailleurs finalement assez proches,

Le cheminement intérieur

J’ai décidé de commencer un travail avec un coach pour essayer de réfléchir à tout ça. Pour enfin comprendre ce qui se passait en moi, ce que je voulais vraiment et comment avancer. Parce que je suis convaincue que, dans toute chose, dans le développement personnel, dans la connaissance de nous-mêmes, dans l’alignement avec qui on est, ce qu’on veut, vers où on veut aller, il y a vraiment une étape de recherche intérieure de formation, d’être guidée, d’être aidée exactement comme sur le chemin de la parentalité positive. 

La voix interne

Alors, pourquoi je vous raconte tout ça ? C’est parce que hier, pendant ma première séance, au début de la séance, ma coach m’a demandé ce que j’attendais d’elle. Et alors que je lui répondais sur ce que j’attendais d’elle, il y avait une petite voix interne, une fois que j’avais l’impression d’avoir répondu à la question, qui me disait : Est-ce que c’est bien ça ? Est-ce que c’est la bonne réponse? Est-ce que j’ai dit ce que les autres disent, ce qu’il fallait dire? Est-ce que j’en ai assez dit ?Est-ce que j’en ai trop dit? J’avais l’impression qu’il fallait toujours que je vérifie si ma réponse était la bonne réponse. 

Alors que si j’y réfléchis de manière raisonnable, je sais bien qu’en l’occurrence, il n’y a pas de bonnes et de mauvaises réponses. C’est une attente qui est toute personnelle, qui m’appartient, qui me ressemble. Et si les réponses des autres sont différentes, en fait, c’est logique et c’est normal ! 

Pourquoi est-ce que j’ai cette petite voix interne qui s’interroge sur la validité de ma réponse? Parce que j’ai ce syndrome de la bonne élève, qui veut être sûr qu’elle a répondu comme il fallait aux questions qu’on lui posait, qu’elles répondent aux attentes. 

La scolarité nous fait-elle entrer dans un moule ?

Alors, j’ai été effectivement une bonne élève dans ma scolarité . J’ai suivi le chemin que tout parent attend de son enfant: des bonnes notes durant toute ma scolarité, des classes préparatoires, des études d’ingénieur et je ne m’en plains pas ! J’ai trouvé cela bien, ça n’a pas été forcé ! J’appréciais vraiment ce que je faisais. Je me suis épanouie en classe préparatoire. J’adorais ça, tout comme mon fils aujourd’hui! Et je ne pense pas qu’il aurait fallu suivre un autre chemin. 

Mais je m’aperçois aujourd’hui que ce syndrome de la bonne élève va plus loin. C’est un peu la question de la poule et de l’œuf : peut-être qu’à force de me conformer à ce qu’on attendait de moi, je suis restée dans cette attitude. Ou peut-être finalement que j’ai appris à me conformer à ce qu’on attendait de moi, sans m’en rendre compte. Et aujourd’hui, dans mon quotidien, alors que j’ai plus de quarante ans, j’ai encore cette petite voix qui se demande si j’ai la bonne habitude, la bonne réponse.

La peur comme frein à la prise de décision

Et le problème avec ce syndrome de la bonne élève, ce n’est pas seulement cette petite voix qui me fait m’interroger (ce qui est déjà en soi un peu inquiétant, je trouve au bout d’un certain moment) mais c’est aussi que ça me freine. Et c’était ça, ma prise de conscience hier : ça me freine dans mes prises de décision! J’ai énormément de mal à me décider aujourd’hui dans mon rôle d’entrepreneure, sur les actions à mener, dans quel ordre, quelles priorités, … 

Et je comprends enfin que cette difficulté de choix, cette difficulté que j’ai parfois à mettre la casquette  du décideur dans mon entreprise, plutôt que celle de l’ouvrier, est due au fait que j’ai peur de me tromper ! J’ai peur de ne pas faire les bons choix. J’ai peur de me lancer dans des actions qui ne sont pas celles que j’aurais dû faire, pas celles qui vont marcher.

C’est ça que j’ai réalisé hier et que je voudrais partager avec vous : une partie de moi pense que c’est tellement plus facile de ne pas décider, de juste exécuter ce que les autres ont décidé pour moi, parce que au moins, je n’en ai pas la responsabilité !

L’éducation positive pour contrer ce syndrome de la bonne élève

Et c’est là, voyez-vous, qu’il y a un grand lien avec la manière dont on cherche à éduquer nos enfants, avec l’éducation positive telle que je la vis !  C’est-à-dire aider nos enfants à savoir ce qu’ils veulent, à savoir vers où ils veulent aller, à avoir confiance en eux et à prendre leurs responsabilités. En évitant de leur donner des ordres, des instructions en permanence, c’est aussi leur laisser la possibilité d’exprimer leur libre arbitre, de s’exercer à l’exercice de leur pouvoir personnel et donc d’en assumer, d’une certaine façon, les conséquences (quelles qu’elles soient!). Et ce n’est pas si grave, parce que ce sont leurs choix ! 

Je me rends compte qu’aujourd’hui, c’est peut-être ce dont je n’ai pas bénéficié enfant et qui me freine dans ma vie d’adulte pour avancer : j’ai peur intérieurement, j’ai peur de prendre mes propres décisions !

L’impact de ce syndrome sur ma vie d’adulte

Voilà, j’attire votre attention là-dessus, parce que quand j’ai analysé ça (ce qui était un peu nouveau en moi), j’avais déjà ressenti ce syndrome de la bonne élève. Mais je n’avais jamais réalisé à quel point ce syndrome m’immobilisait et m’immobilise encore dans mes décisions en tant qu’ entrepreneure

Parce que quand on est entrepreneure, on a beaucoup plus de décisions à prendre que quand on est dans une entreprise salariée ! Dans celle-ci, on a toujours quelqu’un au-dessus, qui nous dit un peu ce que l’on doit faire, même si ce n’est pas dans chaque micro actions du quotidien.

Prendre du recul pour avancer

Je me suis dit que c’était important de prendre ce recul, pour se rendre compte de l’impact que cela peut avoir à long terme sur nous mais aussi notre entourage.

On doit également y penser par rapport à nos enfants. C’est parce que ce syndrome naît en particulier pendant la scolarité (ce n’est pas pour rien que ça s’appelle le syndrome de la bonne élève). De plus,la scolarité est un thème vraiment sensible: on vit dans une société dans laquelle la réussite passe par le métier, la réussite sociale, la réussite financière. Le métier passe par le diplôme, le diplôme passe par la scolarité et donc on est nombreux en tant que parents à craindre pour nos enfants, à vouloir être sûr qu’ils fassent de bonnes études 

Comment outrepasser la pression scolaire

J’échange régulièrement avec des parents qui se retrouvent finalement, même quand ils sont ouverts à un autre mode d’éducation,dans une position de contrôle plus ou moins fort, en ce qui concerne la scolarité. Est-ce que tu as bien fait tes devoirs? Est-ce que tu as bien répondu? Et nos enfants reçoivent déjà énormément cette pression : avec le cadre contrôlant extérieur de la part des enseignants (puisque c’est vraiment le modèle dans lequel nous grandissons en France). 

Le système français (j’insiste même si ce n’est pas le thème de ce podcast, parce que mes enfants ont été dans d’autres systèmes et j’ai vu d’autres façons de faire), est vraiment dans la démarche de : les enfants font ce qu’on leur demande comme on le leur demande, en répondant d’une façon juste ou fausse aux questions posées, et il n’y a pas tellement d’alternative.  

Il n’y a pas tellement libre cours à ce qu’ils veulent, ce qu’ils ne veulent pas, ce qui leur semble juste à eux, même si ce n’est pas exactement ce que demande le professeur, et ce depuis le plus jeune âge. 

Donc je pense que c’est important, pour nous en tant que parent, et puis, si les enseignants m’entendent, (c’est encore mieux!), de réfléchir à comment aider nos enfants également à savoir que : c’est OK de suivre un autre chemin, c’est OK de ne pas répondre de façon conventionnelle, de faire ses propres choix, que ça marche ou que ça ne marche pas. Parce que même si ça ne marche pas, ils auront appris quelque chose au passage. Et pour qu’ils n’aient pas cette peur de se tromper (qu’on développe chez nos enfants et qui risque de les immobiliser encore à l’âge adulte, comme ça m’immobilise encore moi aujourd’hui). 

Donc, voilà ! C’est ce que j’avais envie de vous partager aujourd’hui!

J’espère que tout cela vous parle. Si vous pensez que ça peut aider d’autres parents, partagez-leur ce podcast.

Suivez-moi sur les réseaux sociaux. Et si vous voulez en parler plus longuement, écrivez-moi sur coralie@les6doigtsdelamain.com ou venez vous inscrire sur le blog. Je serai ravie de poursuivre cette conversation avec vous, à très vite ! 

Notre vie de parent se déroule souvent à un rythme effréné. Difficile de sortir la tête du guidon, et de lever les yeux pour voir un peu ce vers quoi on cherche à aller, non pas aujourd’hui, là tout de suite, mais à plus long terme.
Alors, on s’agace devant certains comportements de nos enfants, en oubliant d’y voir aussi ce qu’ils ont de chouette, pour ce qu’ils deviendront !

L’exercice des « deux listes » est une bonne manière de prendre du recul.

Je vous encourage à écouter ce podcast pour savoir de quoi il s’agit, et de le faire dès maintenant : il vous servira parfaitement d’introduction à la feuille de route, dont on va parler très bientôt sur le blog…

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription. 

Un outil pour prendre du recul :  les deux listes

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un exercice qu’on peut faire en tant que parents. Cet exercice nous aide vraiment à prendre du recul sur notre relation, nos relations avec nos enfants et sur le rôle qu’on a à jouer auprès d’eux en tant que parent. 

C’est un exercice qui s’appelle les deux listes et qui est mené, en général, lors d’une première séance, ou tout du moins, dans le début des séances d’ateliers de discipline positive.

 La discipline positive

Justement, parce que j’aime citer mes sources et être précise, je vais préciser, pour ceux qui ne le savent pas, que les termes “discipline positive”, désignent quelque chose de précis. C’est-à-dire que l’on est dans la parentalité positive, la parentalité bienveillante, consciente, selon le terme que l’on veut utiliser. On parle également d’éducation bienveillante (c’est un peu interchangeable). On utilise des termes que l’on veut en fonction de nos sensibilités, de ce que l’on met derrière, etc. Je ne vais pas rentrer dans un débat là-dessus. En revanche, il y a différentes façons de le vivre, différentes approches qui, pour moi, vont toutes dans la même direction et j’adore m’inspirer de sources différentes. 

Mais celle qu’on désigne par discipline positive correspond à l’approche de deux autrices américaines, qui s’appellent Jane Nelsen et Line Loth. Elles ont développé cette approche de discipline positive. Donc en vous parlant de discipline positive, c’est un peu comme si je vous disais Faber et Mazlish. Vous voyez ? Pour remettre les choses dans leur contexte.  

Donc le format des ateliers de parents en discipline positive et mais aussi des enseignants ou d’autres profils, commence en général par l’exercice des deux listes. Cet exercice-là, je le trouve assez important et intéressant. J’aime l’adapter au public auquel je m’adresse et j’en donne une version au début de la formation Point De Rencontre (une formation en sept mois pour améliorer les échanges avec vos enfants).

L’exercice des deux listes : prendre du recul sur notre relation avec nos enfants

Donc, quel est cet exercice ? L’idée, c’est de dresser deux listes différentes

  • la première, c’est une liste des difficultés, des défis, des challenges qu’on a au quotidien avec nos enfants. Ce qui nous met un peu en échec, ce qui nous cause des difficultés, ce qui rend la relation difficile, etc. Bref, ce à quoi on s’attaque un petit peu au quotidien.
  • Et de l’autre côté, une liste de toutes les qualités et compétences, qu’on aimerait voir chez eux plus tard, quand ils seront grands. Et c’est vraiment intéressant de mettre ces deux listes-là, l’une en face de l’autre. 

En effet, typiquement, dans la première liste, on peut retrouver comme difficultés :

  • le fait qu’ils n’écoutent pas
  • qu’il faut répéter
  • qu’ils répondent
  • qu’ils ne coopèrent pas
  • qu’ils se disputent avec leurs frères et sœurs
  • etc…

Enfin, tout un tas de choses qui nous posent effectivement des difficultés au quotidien et qui rendent l’atmosphère parfois difficile, et ainsi nuisent à nos échanges avec eux.

Et de l’autre côté, on pense aux qualités qu’on aimerait qu’ils aient développées.
On peut les imaginer en jeunes adultes de 25 ans, ils reviennent chez nous, après leurs études, nous rendre visite le dimanche.
Quelles qualités aimerait-on voir chez eux à ce moment-là ? Et là, on voit qu’on aimerait

  • qu’ils soient indépendants
  • qu’ils aient un respect de l’autre
  • une tolérance
  • une faculté d’analyse
  • une faculté de décision
  • une autonomie

Vers une prise de conscience

Et ce qui est drôle dans toutes ces qualités, c’est que ce n’est pas forcément les qualités qu’on cherche à développer chez eux quand ils sont petits. 

Ça me fait penser à une image que j’avais vue, où le parent dit à son enfant : « Écoute, quand tu seras grand, j’aimerais que tu sois décidé, autonome, assertif. Mais tant que tu es petit, je te préfère obéissant, OK ? » 

Et donc, je ne manque pas, lorsqu’on fait cet exercice en atelier avec les parents (puisque j’anime aussi des ateliers en présentiel) de leur faire réaliser que dans cette liste de qualités à long terme, il n’y a jamais écrit l’obéissance. C’est drôle, quand même de voir ça ! 

Quand nos enfants sont jeunes, selon nous, la vie serait plus simple s’ils faisaient juste ce qu’on leur demandait. Mais en réalité, à long terme, si on y réfléchit bien, ce n’est pas ce qu’on cherche à développer chez eux. On ne veut pas développer l’obéissance ! On veut au contraire qu’ils aient un sens de l’analyse, un recul, un pouvoir de décision, etc. On veut qu’ils soient capables d’être indépendants, d’être assertifs, on veut tout ça.

Donc, déjà, rien que cette prise de conscience permet d’aborder la relation un petit peu différemment. D’accord ? Et ça apporte d’autres choses cette espèce de liste ! 

A quoi sert cet exercice ?

Alors, quand on fait des ateliers discipline positive, il y a pas mal de choses qu’on peut faire à partir de ces deux listes. On va pouvoir s’y référer quand on fera d’autres activités.

Je ne vais pas vous dévoiler tout ce qui se passe en atelier discipline positive. Ça prendrait des heures ! Je vous encourage plutôt à aller en suivre, ou d’autres ateliers d’éducation positive, quel que soit le format que vous choisissez. 

Moi, par exemple, je ne fais plus d’ateliers Faber et Mazlish. Je ne fais plus d’ateliers discipline positive. Je fais des ateliers que j’appelle éducation positive, qui mélangent un peu les différentes approches. En effet, j’aime piocher, chez différentes personnes, des exercices qui me conviennent ou ajouter des connaissances que j’ai pu glaner ailleurs. (par exemple, lors de formations de communication non violente, etc). C’est donc à vous de choisir l’approche qui vous intéresse. 

Prendre du recul

La raison pour laquelle je vous parle de cet exercice aujourd’hui, c’est que ça permet quand même de prendre du recul sur pas mal de choses.

Ça permet d’abord de changer son focus, de penser justement à long terme. De voir que OK, aujourd’hui, j’ai des défis : parce que j’ai une difficulté au quotidien, parce que je dois sans cesse répéter les instructions, les choses à faire, etc. Mais à long terme, est-ce que c’est ça l’important ? Est-ce que je voudrais développer cela chez les enfants à long terme ?

Déjà, rien que se demander ce qu’on veut développer chez nos enfants à long terme, ça nous permet de mettre notre focus et notre énergie dans d’autres choses. Là-dessus, je vous renvoie sur ce qu’on appelle la feuille de route. Celle-ci peut vraiment nous aider à mettre notre énergie dans ce qu’on veut développer chez nos enfants à long terme. 

Transcender cet exercice pour avancer

C’est la question d’une maman à ce sujet qui m’a fait réagir aujourd’hui ! Car ça nous permet de voir que dans certaines de nos difficultés actuelles, on voit déjà se profiler certaines des qualités qu’on veut voir chez eux plus tard. Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle ! 

Cela nous permet également de voir autrement ces difficultés-là. Donc, typiquement, quand l’enfant est en train de s’opposer à nous, nous dit qu’il n’est pas d’accord pour faire quelque chose, on peut noter qu’il est en train de s’écouter lui-même, de savoir ce qu’il veut faire, de savoir exprimer son opinion. Il est en train de prendre des décisions, il est en train de montrer tout un tas de qualités et de compétences, qu’on veut pour lui à long terme. 

Ça ne veut pas dire qu’on est content que notre enfant s’oppose à nous, tout le temps, au quotidien, parce qu’on voudrait aussi plus de facilité. Mais on veut plus de facilité et de coopération, dans la mesure où l’on voudrait pouvoir communiquer avec lui, pour qu’il soit d’accord pour faire ce qu’on lui demande, et non pas l’obliger. On ne veut pas que quand quelqu’un lui demande quelque chose, il s’y oblige, même quand il n’est pas d’accord, sans exercer son libre arbitre et son esprit d’analyse. 

Donc finalement, qu’il soit capable de mettre en place son esprit d’analyse, pour se dire : je m’écoute moi-même là tout de suite, ce que j’aimerais faire et ce n’est pas ça mais c’est plutôt ça. 

Adapter notre rôle de parent pour répondre aux oppositions des enfants

Et si l’on prenait le fait qu’’il s’opposait à nous plutôt comme une bonne nouvelle ! 

Alors je  vous entends, vous vous dites que si on suit vraiment ce raisonnement-là, et bien, nos enfants ne vont jamais aller se brosser les dents, faire leurs devoirs, etc. Mais il est bien évident que l’idée n’est pas d’abandonner tout guide auprès de nos enfants. 

Le but est de leur expliquer pourquoi se brosser les dents, pourquoi faire les devoirs, etc. Les devoirs en particulier, alors ça, c’est un thème que j’ouvre, que je ne devrais peut-être pas ouvrir ici… Il va falloir aller chercher la motivation intrinsèque, leur faire comprendre que c’est pour eux, ce qui n’est pas souvent fait par les professeurs et les parents. Et même si la motivation intrinsèque est difficile à trouver, on peut recevoir l’information que ce n’est pas toujours simple de comprendre et d’accepter qu’il faille se brosser les dents tous les jours, OK ? 

On peut donc le recevoir, on peut voir différemment le fait qu’ils s’opposent à nous, et ça c’est intéressant ! Il faut donc trouver un fonctionnement qui aille pour tout le monde. Le fait qu’ils n’aient pas envie d’interrompre leur activité, par exemple, pour aller se brosser les dents, et bien, c’est plutôt pas mal par rapport au fait de s’écouter soi-même ! Donc on peut aussi écouter ça et trouver le bon moment pour qu’ils aillent se brosser les dents, par exemple. Ainsi, on entre dans tout un autre panel qui est : quelles sont les méthodes pour quand même encourager la coopération malgré la difficulté ? 

En revenant vraiment au cœur de cet exercice, on arrive à voir derrière certains comportements, des compétences qu’on aimerait voir chez eux plus tard. 

Un exemple concret

La situation

Alors, pourquoi je fais ce partage aujourd’hui ? C’est justement parce que j’ai une maman qui s’est inscrite récemment à ma formation Point De Rencontre, et qui a commencé, entre autres choses, par cet exercice-là. Elle m’a envoyé la question suivante :
« Bonjour Coralie, pourriez-vous m’éclairer sur la comparaison entre les comportements qui nous insupportent chez nos enfants et les qualités que l’on aimerait qu’ils développent ? Par exemple, chez mon petit de 2 ans, qui tape sa grande sœur, comment y voir le respect de l’autre ? Merci » signé la maman. 

Alors, je voudrais répondre à cette question et je l’ai trouvée tellement intéressante que j’ai trouvé ça utile pour tout le monde de faire cet article. Effectivement, quand un petit  tape sa grande sœur, on ne va pas y voir le respect de l’autre.

C’est-à-dire qu’il n’y a pas une liaison directe entre le comportement qui nous insupporte et cette qualité qu’on aimerait qu’il développe, OK ? Au contraire.
Dans le petit qui tape sa grande sœur, peut-être qu’il n’y a pas encore assez de respect de l’autre et qu’il va falloir l’aider à développer cette qualité, le respect de l’autre. Mais même si on ne le lie pas directement à une qualité qu’on voudrait voir, on peut chercher quelle qualité on aimerait voir chez notre enfant quand il sera grand et qui se voit déjà dans ce comportement. 

Un autre regard

Typiquement, un petit de deux ans qui tape sa grande sœur, qu’est-ce qu’on peut dire ? On peut dire qu’il est déjà capable de poser ses limites, on peut dire qu’il est capable de « se défendre ». Alors se défendre, on va lui apprendre, heureusement, d’autres manières de se défendre qu’en tapant sur l’autre. C’est bien ce à quoi on aspire en évoluant vers l’éducation positive bienveillante ! A deux ans, il n’a pas encore développé d’autres méthodes, il n’a pas encore d’alternatives ! C’est ce qu’il trouve de mieux à ce moment-là, c’est la meilleure méthode qu’il a à sa disposition à cet instant, pour réagir face à sa grande sœur. 

N’empêche qu’il est capable de s’opposer à sa grande sœur et de lui dire avec sa propre méthode : « je ne suis pas d’accord ! »

Et ça, c’est déjà une certaine assertivité, c’est un exercice du pouvoir de lui-même, dans son pouvoir personnel, pour pouvoir poser ses limites. Ça, c’est une vraie qualité qu’on veut chez eux plus tard. 

On ne veut pas que nos enfants se plient à tout ce qu’on leur demande. On veut qu’ils soient capables de dire « non, je ne suis pas d’accord ». Le petit de 2 ans, qui tape sur sa grande sœur, est capable déjà de dire « non, je ne suis pas d’accord ». Évidemment, notre rôle de parent va être de l’aider à évoluer dans les méthodes pour exprimer ça. Mais aussi, dans d’autres qualités, comme le respect de l’autre, qui vont venir l’aider à évoluer dans ses méthodes. 

L’exercice des deux listes : une méthode tournée vers l’avenir

Le fait de comprendre qu’il y a des qualités quand même derrière le comportement qui nous insupporte au quotidien, ça nous permet d’aborder ce comportement différemment, de voir qu’on va l’aider à développer d’autres méthodes. Pas forcément à changer le fond de l’affaire ! 

Voilà j’espère que cette approche vous aide à y réfléchir. Je vous encourage à faire cet exercice !
Si vous voulez aller plus loin et savoir comment développer la coopération, vous pouvez allez voir les formations que je vous propose.
Et en particulier, celle dont je vous ai parlé ici : Point De Rencontre

J’espère que ce podcast vous a plu. N’hésitez pas à le partager à d’autres parents que ça pourrait aider et à bientôt !

Ca y est, votre enfant a l’âge d’aller à l’école… Le début d’une nouvelle vie ! Mais c’est bien plus difficile que prévu : il/elle pleure, veut rentrer à la maison… Comment pouvez-vous l’aider à vivre cette période délicate ?

Je réponds à cette question à l’oral !

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous voulez voir la formation sur les émotions que j’évoque à la fin de ce podcast, il vous suffit de suivre ce lien.

Changer d’endroit, découvrir un nouveau lieu, éventuellement une nouvelle culture, peut être très excitant. C’est en tout cas le point de vue des familles qui choisissent de changer régulièrement de lieu de vie.      

Et en même temps… partir est souvent un moment difficile. Parce que l’on a tissé des liens à l’endroit que l’on va quitter, parce que l’on anticipe une certaine nostalgie de ces endroits que l’on ne reverra peut-être pas.. 

Un mélange de sentiments vit alors en nous, pas toujours simple à accueillir. Pour nos enfants, c’est souvent encore plus compliqué. Non seulement parce qu’ils en ont moins l’expérience, mais en plus parce qu’ils ne l’ont pas choisi ! 

— Note :  cet article a d’abord été publié dans Grandir Autrement, numéro 78 de septembre-octobre 2019, dans le dossier « La vie nomade »

Si vous voulez écouter cet article sous sa forme audio, en voici l’enregistrement.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Une tendance à la projection

Face à la détresse de notre enfant, la tendance est de réagir en essayant de l’aider à se projeter dans un avenir plus positif. « Tu verras, ça sera chouette là-bas ! » 

En somme, nous cherchons à effacer sa tristesse. Cela nous fait de la peine de le voir malheureux, nous aimerions le retrouver souriant. Une partie de nous voudrait croire que si nous faisons tous très fort semblant que la tristesse n’a pas lieu d’être, elle disparaîtra toute seule. 

Pourtant, en refusant de recevoir ce que vit notre enfant a ce moment-là, en l’emmenant trop vite vers des lendemains qui chantent, nous le privons à double titre d’une expérience fondamentale. 

D’abord parce que de manière générale, et quel que soit le contexte, nier l’émotion de notre enfant, c’est lui passer implicitement le message que ce qu’il vit n’a pas lieu d’être. On risque alors de le faire douter de ce qu’il sent en lui. En tout état de cause, on ne lui enseigne pas à savoir s’écouter, à se faire confiance. Au contraire. 

Ensuite, parce que cette période de détresse au moment du départ est saine. Les spécialistes de l’expatriation vous le diront : il y a, à chaque changement, une période de deuil, qu’il est important de vivre pour mieux passer à la suite. 

Ainsi, il est parfaitement naturel que notre enfant ait du mal à gérer la transition. Ses sources de tristesse et d’inquiétude sont multiples : ce qu’il quitte, dont il doit se séparer, l’inconnu qui l’attend. A cela s’ajoute le fait que, justement, il ne comprend peut-être pas très bien ce qu’il est en train de vivre. Parfois, chez les jeunes enfants, cette incompréhension est palpable. Je me souviens de mon fils qui, deux mois après notre déménagement du Mexique à Porto Rico, me disait encore : “Mais non, maman, on ne rentre pas à la maison ! Ici, on est à Porto Rico ; notre maison, elle est à Guadalajara !”. Dans ces cas-là, le message est facile à recevoir pour nous, parents. Mais lorsque les enfants grandissent un peu, on pense parfois que les explications suffisent, qu’ils peuvent les comprendre. 

Pourtant, l’afflux d’émotions est encore fort, et notre enfant peut toujours se sentir dérouté, même s’il ne l’exprime pas de la même manière. C’est peut-être la première fois qu’il ressent un tel mélange de sentiments, presque contradictoires.

Démêler les émotions

Rappelons-nous qu’un enfant, comme un adulte, a toujours raison de ressentir ce qu’il ressent. On peut ne pas toujours le comprendre, mais si l’émotion est présente, c’est qu’elle a une raison d’être, pour lui en tout cas. 

Parfois, il reste délicat de réussir à démêler ce qui se passe en nous. Alors, à la manière du monstre des couleurs, et ce quel que soit l’âge de l’enfant, le mieux est probablement de l’aider à recevoir une émotion après l’autre. 

Avant de se projeter dans la suite, d’essayer d’entrevoir le futur, que nous espérons certes excitant, il est bon de se laisser le temps du deuil. Deuil de ce que l’on a connu, vécu, partagé. Deuil des lieux, des gens. 

Ne pressons donc pas les choses. Sachons vivre ce moment, utile et vrai. Prenons le temps de parler avec notre enfant de ce qui va lui manquer, de ce qu’il a apprécié. Offrons-lui le temps de dire au-revoir, la possibilité de pleurer s’il le veut. De savourer ces derniers moments. Recevoir ses difficultés surtout sans chercher à les atténuer en lui parlant de tout le positif qu’il vivra plus tard, après le déménagement. 

D’autant qu’en réalité, ce qu’il vivra plus tard est probablement également sujet à inquiétude pour lui. L’inquiétude de l’inconnu. L’incertitude est souvent l’une des situations les plus difficiles à vivre. 

Recevoir ce que vit notre enfant consistera donc à ne pas chercher à recouvrir les difficultés, mais bien plutôt à le laisser s’exprimer. S’exprimer tout au long de son processus de deuil, le partager avec lui en lui disant ce qui va également nous manquer ; et s’exprimer sur son inquiétude également. Ce qui, convenons-en sera bien plus honnête de notre part ! 

D’abord, nous n’avons en réalité aucune idée de comment les choses se passeront après le déménagement. Bien sûr, nous espérons qu’il retrouvera des amis, et c’est probable. Certes, nous avons cherché à préparer le meilleur des environnements. Mais nous n’avons pas de boule de cristal, et il le sait. Donc, lui expliquer tout ce qui se passera de bien… plus tard… est un peu vain. Tout au plus pouvons-nous partager nos espoirs, ce qui n’est déjà pas négligeable. 

Ensuite, même s’il est vrai qu’il retrouvera ses marques, qu’il se sentira bien dans son nouvel environnement, cela ne change rien, absolument rien, au fait qu’en attendant, là, maintenant, au moment du déménagement, ce n’est pas le cas. 

La meilleure manière d’aider notre enfant dans cette transition sera donc bien de prendre les choses comme elles viennent, en pleine conscience. Non seulement nous faciliterons alors pour lui le processus d’acceptation, mais nous l’accompagnerons également dans une expérience de vie qui, plus que tous nos messages d’encouragement, lui enseignera la résilience. 

Alors, on ne doit pas rassurer ? 

Tout dépend de ce que l’on entend par rassurer. Rassurer un enfant en lui démontrant qu’il a tort d’être triste, ou inquiet, ce n’est pas rassurer. Rassurer, c’est plutôt accueillir ce que ressent notre enfant, pour qu’il se sente compris, écouté, encouragé au quotidien, pour qu’il sache qu’il n’est pas seul, et que ce qu’il vit est valable, et valide.

Et dans tout ce chamboulement, il reste une constante, peut-être la principale : c’est notre famille. Certes, la famille change d’endroit, peut-être de pays, peut-être de langue. Certes, les amis seront loin, nous ne les verrons plus au quotidien. Certes, les habitudes vont devoir changer, nous sortons de notre zone de confort. Nous ne savons peut-être pas encore quel sera notre logement. 

Mais, quoi qu’il se passe, nous serons ensemble. Quoi qu’il advienne, nous aurons nos marques entre nous. Notre monde va changer, mais nous gardons notre maison. Car notre maison, c’est notre famille. 

Il y a peu, j’ai assisté à une présentation sur le thème de la culpabilité. Cette conférence était organisée par une association de familles, alors évidemment, le public était majoritairement composé de parents, mais le thème était la culpabilité en général. Au début de la présentation, l’intervenante a demandé à chacun de citer une situation dans laquelle nous nous sentions coupables.
Une bonne moitié des réponses concernait le comportement face aux enfants :
“Je me sens coupable quand je crie sur mes enfants.”
“Je me sens coupable quand je n’arrive plus à être patiente en fin de journée.”
“Je me sens coupable quand je n’arrive pas à me faire obéir et que je bascule dans la force.”

La culpabilité est un sentiment très présent chez les parents, et particulièrement chez les mères.
J’avais donc envie de vous en parler.

Comme d’habitude, écrire m’aide à réfléchir. Et ce n’est sûrement pas un hasard si je trouve aujourd’hui une illustration concrète de ce thème dans ma vie personnelle.
J’ai commencé à écrire cet article il y a quelques jours, et ce matin, justement, je me sens coupable…
Je vais donc vous raconter pourquoi, en toute honnêteté, et en ravalant ma honte.

Si vous voulez écouter cet article sous sa forme audio, en voici l’enregistrement.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :


Mes premiers mots de l’année

Le contexte

Nous sommes en vadrouille en famille en Inde. Cette nuit, notre camp de base est un genre de lodge au bord d’une réserve d’oiseaux, en pleine nature. C’est super beau.
Nous logeons dans des espèces de grandes tentes-maisons. Et c’est ici que nous avons fêté le nouvel an.

Ce matin, c’est le bruit de Léon fermant la tente en sortant qui m’a réveillée. Il avait été très discret, ai-je découvert ensuite, puisqu’il s’était habillé dans le presque noir, et avait bien bordé ses doudous avant de sortir.
Il est ensuite allé rejoindre son frère et son copain devant la tente voisine, et ils se sont mis à jouer.
Seulement voilà, leur enthousiasme occultait complètement l’heure…
Nous sommes le matin du 1er janvier, il est 7h30, et eux crient.
Moi… je m’énerve !

Un déclencheur

On est tous plus ou moins résistant au manque de sommeil. Je ne lui suis pas.
Pour moi, la fatigue est réellement un ennemi. Elle a facilement pour effet de me transformer en sorcière.
Comme je le sais, je m’énerve d’avance, et le bruit le matin est un de mes déclencheurs : je n’arrive pas à supporter que ceux qui sont réveillés ne fassent pas attention à ceux qui dorment. Je me répète que c’est un manque de respect dingue, alors même que l’autre voix dans ma tête sait que cela n’a rien à voir, que les enfants oublient et ne se rendent pas compte… Mais c’est malgré tout souvent la première voix qui l’emporte, malheureusement.

Et c’est ce qui se passe ce matin, alors que je me lève pour dire :
“Oh, les gars !! Y’a des gens qui dorment dans ce camp ! Il y a nous de ce côté, et d’autres gens de l’autre côté !
Alors soit vous êtes capables de jouer dehors sans faire de bruit, soit c’est dans les tentes avec un bouquin, c’est clair ?”

Hum…. comme parent positif, on fait mieux…

C’est drôle d’ailleurs ; on sent dans mes mots que j’ai intégré certains principes, qui ressortent même dans la colère.
Je ne leur dis pas qu’ils sont insupportables : je décris la situation, je leur donne un choix et une conséquence claire.
J’aurais presque pu dire la même chose et que ce soit adapté.
Seulement les mots ne font pas tout. Ici, mon ton est agressif.
Quoi que je dise, je le dis mal. Je ne suis pas dans l’encouragement, mais dans le rabaissement. Je ne suis pas dans l’écoute mais dans l’imposition et l’exigence. Je ne suis pas dans la coopération mais dans le reproche et le pouvoir.

La culpabilité pointe son nez

Je me recouche, aussitôt envahie par la culpabilité.
Mes premiers mots de l’année seront donc ceux-là. Une agression. Je ne peux plus changer ça.

Et puis… comment puis-je leur demander de parler gentiment quand je leur donne ce modèle-là moi-même ?
Je respire.

Changement d’approche

Cinq minutes plus tard, quand les cris reprennent (ils font à présent un concours de lancer de billes et hurlent : “gagné !!”), je ressors calmement, m’approche, et leur dis :
“Ecoutez, les gars. D’abord, je voudrais vous demander pardon du ton que j’ai utilisé avant.
Ensuite, je vois que c’est vraiment difficile pour vous de ne pas crier.
Vos billes arrivent juste devant la tente des voisins, et vous les gênez forcément.
Vous aurez encore plein d’autres moments dans la journée pour jouer à ça, et faire du bruit.
Là, maintenant, il vaudrait mieux trouver une activité qui ne dérange pas les autres.”
Alors, Léon part en courant : “Je vais à la cible !”.
Il y a en effet une cible avec un arc et des “flèches” au bout en caoutchouc dans la partie commune du camp, un peu plus loin des dormeurs.

Les deux autres veulent suivre.
“Aucun problème, leur dis-je, il faut juste être habillé pour aller là-bas.”
Ils rentrent dans leur tente pour enlever les pyjamas.
Je retourne dans la mienne, un peu soulagée.
Mais je sais que je ne dormirai plus.

Comment je me sens

Honnêtement, mes sentiments sont confus à ce moment-là :

  • un reste de culpabilité
  • un soulagement d’avoir su redresser la barre
  • un sentiment d’injustice parce que finalement, ma nuit a bien été interrompue
  • de l’acceptation, parce que ce sont des enfants
  • du ressentiment quand même à cause de cette interruption.

Pour autant, je me dis :
Oui, il est injuste que je sois réveillée parce qu’ils font trop de bruit, alors qu’ils auraient pu -ils auraient dû même !- jouer calmement.
Mais voyons les choses objectivement : est-ce que les agresser aide à résoudre la situation ?
Absolument pas !
On peut même penser, et observer, que c’est lorsque j’aborde les choses calmement que les solutions apparaissent.
J’aurai donc toujours plus à gagner à éviter l’agression.
A court terme pour mon sommeil, à long terme encore plus, pour tous leurs conflits à venir, au cours desquels ils vont vraisemblablement user des techniques qu’ils auront observées.

Et je reste donc, avec mon sentiment de culpabilité.
Que vais-je en faire ? On en parle ?

Qu’est-ce que la culpabilité ?

Commençons par le commencement. D’où vient ce sentiment de culpabilité ?
Qu’est-ce qui se joue en nous pour faire naître cette expérience émotionnelle, somme toute plutôt désagréable ?

Voilà la première chose que nous explique Camille Sépulchre, l’intervenante, et que je note immédiatement en gras, tant ça me parait limpide.

La culpabilité nait d’un conflit psychique : elle vient du décalage entre moi tel(le) que je voudrais être, et moi tel(le) que je suis.

C’est exactement ce qui s’est joué ce matin : le décalage entre la maman positive, qui enseigne à ses enfants, par le modèle, à parler gentiment, qui fait preuve de tolérance pour leur temps d’apprentissage, et celle qui s’est mise à agresser ses enfants de but en blanc.
Ce décalage a immédiatement déclenché ma culpabilité.

Pour notre esprit, la culpabilité est alors une façon de réparer : on s’en veut et ça répare un peu ce qu’on a fait.
Vous avez déjà senti ça ?

Nous sommes juges de nous-mêmes

Discuter de cette culpabilité est également l’occasion de revenir sur un point fondamental : la responsabilité de nos sentiments.
C’est une notion fondamentale, très bien expliquée dans la CNV (cf. Les mots sont des fenêtres) :
nous sommes responsables de nos sentiments.

Si vous lisez cela pour la première fois, vous pouvez être surpris.
L’idée est pourtant simple. Des circonstances identiques font naitre des sentiments différents.
Je suis facilement agacée par quelque chose qui, au contraire, plait à mon voisin. C’est donc bien que ce n’est pas la situation elle-même qui engendre mon sentiment, mais moi.
Ou, plus précisément, mes pensées.

Dans le cas de la culpabilité, nos propres pensées sont des jugements.
“Je n’aurais pas dû..”, “J’ai tort…”, “Je ne suis pas capable..”, “Je devrais…”

Nous sommes notre propre juge, et nous nous jugeons nous-mêmes très durement.
Cependant, le fait que cette culpabilité découle de nos pensées en fait un sentiment réellement très personnel.
D’autant qu’elle est particulièrement influencée par nos expériences passées, comme nous allons le voir.

Les différentes formes de culpabilité

Ces pensées qui créent chez nous un sentiment de culpabilité viennent elles-mêmes de niveaux différents.
Elles viennent :

  • de nous et de nos aspirations
  • de ce que la société nous a transmis
  • de ce que nos parents et ancêtres nous ont transmis

Plus la culpabilité vient de loin, plus elle est inconsciente.
Car beaucoup de nos jugements sur nous-mêmes sont directement liés à des croyances qui sont véhiculées sans même que l’on en ait vraiment conscience.

Quelques exemples de ce que peut nous avoir transmis la société :
“Je dois savoir gérer mon travail, ma famille, et ma maison.”
“Je ne suis pas là pour me faire plaisir.”
“Les enfants doivent obéir aux adultes.”
“Je dois penser aux autres avant de penser à moi.”
“Un garçon, ça ne pleure pas.”
“Il faut être efficace.”
“Il faut travailler à corriger ses faiblesses plutôt que se focaliser sur ses forces.”

Quelques exemples de ce que peuvent nous avoir transmis nos parents, qui se confond parfois avec ce que nous a transmis la société :
“Je n’ai pas le droit à l’erreur.”
“Je me débrouille seul.”
“On ne peut pas savourer si on n’a pas d’abord souffert.”
“La vie, c’est comme un match de boxe, il faut être le premier.” (spéciale dédicace à mon grand-père qui nous disait ça régulièrement… Heureusement, on n’écoutait pas toujours !)

Toutes ces croyances ancrées en nous, influencent nos pensées, qui, à leur tour, créent ce sentiment de culpabilité.
Par rapport au geste qu’on vient de faire, à la pensée de ce qu’on aurait pu commettre…
Et que l’on traduit par ce genre de pensées, mi-conscientes :
“Je ne suis pas à la hauteur de ce que les gens attendent de moi.”
« Je ne passe pas assez de temps avec mes enfants. »
En fait, nous sommes en décalage avec une certaine idéalisation de nous-mêmes.

Nous voyons bien ici la part de l’inconscient dans ce sentiment de culpabilité :
1- la culpabilité vient du décalage de ce que nous sommes avec l’idée que nous nous faisons de ce que nous “devrions” être.
2- or, ce que nous devrions être vient de nos croyances héritées de nos parents et de la société.

Ce qui est clair, c’est que plus nous nous situons dans l’inconscient, et plus il est difficile de passer au dessus de notre sentiment de culpabilité.

La culpabilité est un signe de bonne santé psychologique

En effet, que serait un monde sans culpabilité ?
Alors, on verrait probablement :
un manque de scrupules, un égoïsme absolu, un manque d’empathie…
Bref, éradiquer la culpabilité ne serait pas une bonne idée !
Comme tous les sentiments, en fait, la culpabilité a bien une raison d’être.

Notre sentiment de culpabilité prouve que nous savons reconnaitre le bien et le mal.
Seuls les vrais psychopathes n’ont pas de culpabilité !

La culpabilité nous arrive sans que nous le choisissions.
En revanche, nous avons alors le choix de ce qu’on fait de cette culpabilité.
C’est à nous de décider comment y réagir.

Que peut-on faire de notre culpabilité ?

Il y a quelques années, j’écrivais ici-même que “notre culpabilité est une bonne nouvelle.
J’expliquais en effet que la culpabilité était pour moi une prise de conscience qui pouvait servir de point de départ, et c’est ce dont nous allons parler ici.

Culpabilité saine et culpabilité malsaine

Il existe en fait deux manières de vivre notre culpabilité.
On peut parler de culpabilité saine et de culpabilité malsaine.

Culpabilité malsaine

Je me figure la culpabilité malsaine comme un boulet à notre pied.
Cette culpabilité est celle que l’on ressasse, en boucle.
Plus on s’enfonce, plus elle est présente. Plus elle est présente, plus on se juge, et plus cela détruit notre estime de nous-même. C’est alors un cercle vicieux, très pénible.

La culpabilité malsaine nous immobilise, c’est évidemment celle dont on veut le plus se débarrasser.
Cependant, s’en débarrasser ne veut pas dire faire une croix sur la culpabilité dans son ensemble, mais plutôt décider d’agir pour en faire une culpabilité saine.

Culpabilité saine

La culpabilité saine, elle, est plutôt un moteur.
Lorsque l’on sait la recevoir, elle nous donne l’énergie qu’il nous faut pour avancer.

On a vu déjà que la culpabilité découlait d’un décalage entre ce que nous sommes et ce que nous voudrions être. En prendre conscience permet d’entamer un travail sur soi.

Travailler sur soi n’est pas toujours simple, car cela implique souvent une remise en question qui nous rend inconfortable. Sans parler du temps d’investissement nécessaire.
Mais notre culpabilité est sans aucun doute une motivation : l’envie de ne plus la ressentir nous poussera à avancer ! Voilà pourquoi je parle de moteur…

Cependant, l’action ne sera pas toujours la meilleure voie à suivre. En fait, la culpabilité saine engendrera toujours une réflexion chez nous.
Ensuite, nous déciderons s’il convient d’entrer en action ou non.

Deux scénarios sont possibles :

  • Agir pour se transformer
  • Surmonter notre culpabilité

Agir pour se transformer : la méthode

Nous parlons ici d’utiliser la culpabilité comme moteur pour se transformer. Pour tendre un peu plus vers cet idéal que nous avons en tête et qui nous fait nous sentir coupable.
Encore faut-il savoir comment faire cela.

Je vais donc vous livrer ici un exemple personnel, que Camille, la présentatrice, m’a aidée à creuser lors de sa présentation.

Ma situation

“Je me sens coupable quand j’en veux à mon mari de prendre du temps pour lui.”

Oui… je l’avoue (et j’ai un peu honte).
Le week-end, mon mari trouve de plus en plus souvent l’occasion de faire un peu de saxophone.
Une partie de moi se réjouit qu’il renoue avec cette passion qui a été un peu moins présente ces dernières années, et l’autre lui en veut d’y consacrer du temps.
En toute objectivité, je sais que je ne devrais pas lui en vouloir. (Vous remarquez le “je ne devrais pas”, qui parle de qui j’ai envie d’être). Ce n’est pas comme s’il ne s’impliquait pas dans la maison ou avec les enfants. Il trouve honnêtement le bon équilibre, et pourtant, je sens cette négativité en moi, que je ne voudrais pas ressentir !

Camille m’a encouragée à chercher les conflits intérieurs et les idéalisations auxquelles cette situation me renvoyait.

La situation est celle qu’elle est. Soit.
J’ai donc le choix : soit je reste avec ça, je me morfonds, et je tourne en rond avec l’idée que je ne devrais pas ressentir ça, mais sans rien y faire, ce qui devient un boulet à mon pied (culpabilité malsaine), soit je décide d’entamer un travail qui me permettra de mieux comprendre ce qui se joue.

Recherche des idéaux cachés derrière ma culpabilité

On voit bien qu’il y a ici un décalage entre qui je suis dans cette situation et la personne que j’aimerais être. Je vais donc m’y arrêter un moment.

Quel est mon idéal ?
J’aimerais être contente pour lui.
J’aimerais moi aussi prendre du temps pour moi. → Ah ! Il y a également de la jalousie là-dessous ! Mais pourquoi est-ce que je ne prends pas du temps pour moi ?
Je voudrais avoir une maison qui tourne (et pour cela, j’y consacre de l’énergie, c’est mon choix)
Je voudrais qu’il soit présent à ses enfants. – Hum… voilà qui nécessite également une réflexion plus poussée : d’abord, parce qu’il est présent à ses enfants – pas un week-end sans un jeu de société par exemple -, ensuite parce que je sais bien que pour être réellement présent à ses enfants, il faut également prendre du temps pour soi !

Voici donc mon idéal, très clair :
me réjouir qu’il puisse prendre du temps pour lui sans arrière-pensée
et prendre également du temps pour moi sans arrière-pensée

Une réflexion qui se prolonge

Dans les jours qui suivent cette présentation, j’ai l’occasion de pousser encore un peu cette réflexion.
Je m’aperçois que la construction de notre équilibre de vie crée un décalage entre nous.
Du fait que je travaille à la maison, j’ai parfois l’occasion de prendre du temps pour moi dans la semaine. Bien sûr, comme tout le monde, je cours plutôt après le temps ! Mais quand même, convaincue que respirer et remplir mon réservoir est fondamental, faute de quoi je ne suis pas la maman que j’ai envie d’être, je m’accorde des pauses qui me font du bien.
De son côté, Nicolas a peu d’occasion de faire de même. Faire du saxophone est son moment. Et je sais que lorsqu’il a pu souffler dans son saxo, il est ensuite plus détendu, et s’occupe par exemple plus facilement du bain des enfants. Parce qu’il a rempli son réservoir.

La transformation

Cela n’a l’air de rien, mais cette analyse m’a aidée à passer à l’action.
Le week-end suivant, je sens une vraie transformation en moi.
Nicolas part faire du saxo, et moi, je me réjouis pour lui. Réellement, et sincèrement !

Reste à voir si cela durera, mais je sens bien que j’ai franchi un pas important.
D’ailleurs, je n’hésite plus à aller prendre un bain avec un bon livre, dont je sors à mon tour plus reposée ! Cela va également avec un apprentissage du lâcher-prise qui m’appartient complètement.

Quand nous ne sommes pas dans l’action : surmonter la culpabilité

Il existe encore des tas de situations où il est possible de se sentir coupable sans que nous puissions agir pour que la situation change.
Prenons le cas de quelqu’un qui a du mal à supporter d’être privilégié sans l’avoir forcément mérité.
Ex : “J’ai des enfants facilement, alors que ma voisine n’y arrive pas.”

Encore une fois, tout le monde ne ressent pas de la culpabilité dans une telle situation. Mais, si nous nous plaçons dans le cas d’une maman qui en ressentirait, voyons quel serait l’idéal derrière ce sentiment.
Probablement quelque chose de l’ordre de :
« Dans mon idéal, tout le monde a les mêmes chances, et dans mon idéal je ne fais pas face à la tristesse de l’autre. Dans mon monde idéal, je ne rendrais personne triste. »

Pas possible de changer la situation, mais pourquoi pas essayer de développer son empathie, d’écouter l’autre, d’adapter son comportement…

Et puis, on peut se poser soi-même la question suivante : “Je ressens de la culpabilité. Qu’est-ce que j’en fais pour moi ?”
Surmonter sa culpabilité dans ce cas peut signifier s’en débarrasser par la gratitude.
Reconnaître qu’on n’est pas responsable de la situation des autres, et se sentir reconnaissant de ce que l’on vit.

Un choix

Voilà, je vous ai livré tout ce que je savais, ou presque.
Je sais qu’il me reste à mener le travail que je vous ai décrit plus haut sur la situation exposée en début d’article. J’ai commencé à le faire, mais j’aimerais mener ce travail à son terme pour vous en parler un peu plus sans alourdir cet article déjà long.

Une chose à retenir en tout cas : on ne choisit pas de se sentir coupable, mais on choisit bien ce que l’on fait de cette culpabilité.
Pour moi, le choix est désormais fait : je veux embrasser ma culpabilité pour chercher les idéaux et croyances qui se cachent derrière.
Attendre que les choses changent d’elles-mêmes ne fonctionne pas.

Et vous, quand ressentez-vous de la culpabilité ?