,

Papa, maman, écoutez-moi vraiment – Jacques Salomé

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

C’est le premier livre que je lis de Jacques Salomé, et je ne suis pas sûre de ce que j’en pense.
J’ai du mal à me sentir vraiment en ligne, et ne le conseillerai probablement pas à mes amies. Il y a tellement d’autres livres qui ont été, pour moi, plus enrichissants..

Cependant, il m’aura probablement aidée à me sensibiliser un peu à certains modes d’expression autres des enfants.
En effet, l’auteur y traite des langages non verbaux.

Ainsi, avant une partie d’échanges et de petites histoires, il traite de :
La gestuelle
Les passages à l’acte
Les rituels
Les somatisations
Les symbolisations

La partie qui m’est le plus restée est celle des somatisations, probablement parce que c’est celle que j’ai le plus de mal à recevoir.
Si l’on écoute Jacques Salomé, il semble que toute maladie soit un langage.
Je conçois bien que notre corps réagit aux difficultés, j’ai du mal à n’attribue les maladies qu’à cela.
Cependant, c’est toujours intéressant de s’ouvrir à d’autres points de vue !

Le temps me manquant, et les livres étant toujours aussi passionnants, je ne ferai pas immédiatement ma chronique de celui-ci, mais cela viendra !

Pour ceux qui sont intéressés et ne peuvent attendre, voici le lien amazon…

Et pour voir les autres livres de ma bibliothèque, c’est ici.

 

 

 

,

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) – Marshall Rosenberg

Ce livre n’est pas un livre d’éducation, mais il n’en est pas moins fondamental, et très proche des notions de respect que nous cherchons à développer en parentalité positive ou bienveillante.

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Marshall Rosenberg est un psychologue américain qui a développé dans les années 60 la notion de communication non violente (CNV), une manière de communiquer qui se défait des jugements et des critiques pour être plus sincère et vraie. Il a écrit de nombreux ouvrages et a beaucoup travaillé dans la gestion de conflits, appliquant sa méthode avec un succès qui perdure et se développe encore aujourd’hui, après sa mort (en 2015).

Ca fait bien longtemps que j’ai envie de me pencher plus avant sur des thèmes de communication non violente.

Je me souviens avoir expliqué l’année dernière que je voyais certains thèmes comme emmêlés dans une pelote : la parentalité positive, la communication non violente, la pleine conscience… En tirant un fil, on tombe régulièrement sur un des autres thèmes, on y trouve des similitudes. (D’ailleurs, certains principes de son écoute emphatique avaient été abordés dans mon stage de grammaire des émotions de l’été dernier).
Seulement voilà, on ne peut pas tout tirer à la fois, c’est déjà difficile de se focaliser sur son thème ! Alors, j’avais choisi de tirer d’abord le fil de la parentalité positive, parce que c’était celui qui me tenait le plus à coeur.

Seulement, cette idée d’approfondir le peu de notion de CNV que j’avais ne me quittait pas, et, il y a quelques mois, je me suis enfin attaquée, tout doucement, à ce livre d’initiation de Marshall Rosenberg lui-même : Les mots sont des fenêtres.

Bien m’en a pris ! Rares sont les livres qui inspirent autant !

Franchement, la CNV devrait être au programme des écoles, le monde serait alors probablement plus facile à vivre !

En attendant, et à mon échelle, ce livre m’aide régulièrement à mieux communiquer mes sentiments et mes besoins ; ainsi qu’à recentrer mon attention sur ce que l’autre me dit.

Tout doucement. Parce que c’est un exercice difficile !

Mais comme je tiens à mieux maîtriser la chose, je me suis inscrite à une formation de 4 jours en juillet ! Je vous raconterai…

En attendant, je cherche à mieux m’écouter. Parce que pour pouvoir dire ce qu’on ressent, et ce dont on a besoin, il faut déjà savoir ce qu’on ressent et ce dont on a besoin ! Or, on passe beaucoup de temps à ne pas savoir ce qu’on ressent…

Ces derniers temps, j’essaye d’y prêter plus attention. Et je découvre des choses sur moi-même, je réalise que je nourris parfois certaines rancunes que je n’ai jamais explicitées !

Je sais qu’en continuant, et en relisant et relisant ce livre, je deviendrai une meilleure personne.

Je n’ai pas encore pris le temps de faire des résumés de ce livre, mais je le ferai.

En attendant, je vous encourage grandement à le lire vous-même, c’est une perle de vie !!

,

Il n’y a pas de parent parfait – Isabelle Filliozat

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Ca fait plusieurs mois que j’ai acheté ce livre dont je trouve le titre excellent, et, toujours en retard dans mes résumés, je ne l’ouvrais pas.

Décidant finalement de continuer à lire pour me développer, même si mes articles résumés ne suivaient pas, je l’ai enfin ouvert !

J’en suis encore au début, mais je complèterai ici au fur et à mesure les articles qu’il m’inspire !

Articles en lien avec ce livre :
Conflits entre les parents sur le mode de discipline : le paradoxe
Notre enfant, un prolongement de nous-mêmes
Exagérer les fautes de nos enfants : une manière de se justifier…
Doit-on toujours voler au secours de son enfant ?
Toutes les mères sont de mauvaises mères… et de bonnes mères.
Le parent et ses réactions impulsives

— et bien d’autres à venir —

 

,

Elever nos enfants dans la bienveillance – Marshall Rosenberg

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Un livre très court de celui qui a créé la communication non violente, mais ne pas s’y fier : s’il se lit très vite, il peut engendrer de plus longues réflexions, car on sent que Marshall Rosenberg a déjà parcouru un sacré chemin, et il touche en quelques pages à plusieurs thèmes centraux :
les punitions et les récompenses, mais également le respect, le mode de communication, l’usage de la force, l’amour inconditionnel…

Un livre qui ne s’adresse pas à ceux qui commencent seulement à emprunter le chemin de la parentalité positive, mais, si on est prêt à s’ouvrir, il est très inspirant !!

 

Articles inspirés par ce livre :
Etre un “enfant”, le poids de l’étiquette
– Autres à venir –

,

Eduquer sans punir – Thomas Gordon

Cet article est une présentation brève du livre Eduquer sans punir, de Thomas Gordon.

J’aime prendre le temps de creuser et de bien expliquer chaque partie d’un livre. C’est pourquoi, pour ne pas faire un article d’une longueur telle que personne ne le lirait jamais, vous trouverez ci-dessous des liens vers les autres articles s’y rapportant.

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Thomas Gordon est un psychologue américain (mort en 2002), spécialiste de la communication et de la résolution de conflits selon une méthode gagnant-gagnant.

Il a créé un programme de formation de parents intitulé “Parents efficaces” dans les années 60. Il a donc eu l’opportunité de voir ce que donnait sa méthode auprès de milliers de parents. (Un autre de ses programmes s’adresse également aux enseignants)

Ce livre Eduquer sans punir n’est pas son premier. Il a l’avantage d’être moins dense que son Parents efficaces, du nom de sa méthode.

Il y prend cependant le temps de présenter les effets nocifs d’une éducation par contrôle extérieur, c’est à dire par punitions et récompenses, avant de proposer des options concrètes pour changer la dynamique !

Je le recommande chaleureusement.

Rien n’étant plus parlant pour moi qu’une table des matières, je vous la copie ici, avec des liens vers mes articles s’y référant, au fur et à mesure que ceux-ci seront écrits !

Première partie : comprendre la discipline

Chapitre 1  – Différents types de discipline et d’autorité
Chapitre 2 – La méthode traditionnelle : récompenses et punitions
Chapitre 3 – Pourquoi les récompenses sont inefficaces
Chapitre 4 – Pourquoi les punitions sont inefficaces
Chapitre 5 – La véritable réaction des enfants face au contrôle

Seconde partie : Des options pour développer l’autodiscipline chez les enfants

Chapitre 6 – Des méthodes pour amener les enfants à modifier leur comportement sans les contrôler
Chapitre 7 – De nouvelles façons de gouverner les familles et les classes
Chapitre 8 – Aider les enfants  à résoudre eux-mêmes leurs problèmes
Chapitre 9 – L’écoute active : le procédé de relations humaines tout usage
Chapitre 10 – Les neuf mythes qui nous empêchent de changer
Chapitre 11 – les relations démocratiques sont sources de santé et de bien-être

,

Que se passe-t-il en moi ? – Isabelle Filliozat

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

J’ai lu ce livre l’été dernier avant de suivre une formation de 3 jours à l’EIREM, l’école des intelligences relationnelles créée par Isabelle Filliozat, intitulée “La grammaire des émotions“.

Pour une fois, ce livre ne traite pas d’éducation, mais bien d’introspection. Il parle d’émotions et de sentiments, il aide à mieux s’écouter…

Je l’ai lu à vitesse grand V avant la formation, et je l’ai aimé, pour l’espace qu’il m’a donné.
Il me faudra cependant prendre le temps de le reprendre pour vous en parler plus…

,

La discipline positive – Jane Nelsen

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

J’avance enfin dans ma pile de livres à lire, et c’est un bonheur de lire ce livre de Jane Nelsen !

C’est un livre dense, qui n’est probablement pas à conseiller pour une première lecture, mais qui permet d’aller plus loin dans l’aspect un peu psycho de la parentalité positive.

En attendant, je sais que cette lecture m’a déjà aidée dans mon approche de coopération avec les enfants : tout comportement inapproprié est une OPPORTUNITE pour apprendre.

Jane Nelsen a lancé un mouvement plus récent que les formations Faber et Mazlish (Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent) ou la méthode Gordon (Parents efficaces), qui datent des années 70.

En effet, l’association de Discipline Positive aux Etats-Unis date de 2003. Elle propose des formations tant pour les parents que pour les enseignants.

Je me réjouis de m’inspirer de livres tel que celui-ci, dans lequel je tombe sur une phrase pareille : “La paix dans le monde commence par la paix dans le foyer et à l’école.”

Remarque : la discipline positive est effectivement applicable tant à la maison qu’à l’école, et, pour avoir suivi une formation d'”éducatrice de discipline positive dans la classe”, je peux vous dire que ce qui peut être mis en place dans les classes est très inspirant !! Reste à le mettre en pratique !

Les articles sur le contenu, plus en détails :
Une autorité en mutation
La discipline positive : ni autoritarisme, ni permissivité 
Les principes adlériens – fondateurs de la discipline positive
L’impact du rang de naissance
Un nouveau regard sur les comportements inappropriés
Quelle est la différence entre une punition et une conséquence ?
Parlons solutions plutôt que conséquences logiques
Comment notre personnalité affecte-t-elle celle de nos enfants ?

– et d’autres à venir –
en lien également :
Comment la roue des options aide à apaiser la colère de mes enfants

Si le livre vous intéresse (et je vous le recommande chaudement !!) :

,

Poser des limites à son enfant – Catherine Dumonteil-Kremer

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Ca faisait un moment que je voyais ce livre en référence dans la parfaite bibliothèque du parent bienveillant, et qu’il avait donc rejoint ma pile de livres à livre…

Il a un gros avantage : il est tout petit !! Alors, je m’y suis attaquée !

Je le trouve plein d’informations pertinentes, complètement en ligne avec ce que je cherche à développer. C’est donc une bonne lecture.

Comme ce n’est pas ma première cependant, je n’ai pas l’impression d’apprendre beaucoup de choses. Beaucoup de redites par rapport à des ouvrages déjà lus, en particulier ceux de Faber et Mazlish.

Bien sûr, à force de lire des livres qui tournent autour du même thème, il est naturel de retomber sur les mêmes idées… Mais quand mon mari me dit ça, en général je lui commente que ce n’est jamais vraiment le cas, qu’il y a toujours de bonnes nouvelles idées, un nouvel angle d’approche, une autre interprétation, un autre prisme. D’ailleurs, moi-même j’écrirai sûrement mon propre livre un jour ! Et ce sera intéressant, c’est sûr !

Cette fois pourtant, je dois dire que c’est ce que je ressens. Hormis la partie sur la réunion de travail à la maison, je relis des choses sues.

Pour autant, cette opinion est toute personnelle, puisqu’elle dépend de ce que vous avez déjà lu ! Alors, si vous ne maitrisez pas Faber et Mazlish sur le bout des doigts, je vous encourage à lire ce livre-là, et, si vous les connaissez déjà bien, lisez-le quand même, ou au moins les résumés que j’en ai faits : c’est toujours bon de réviser…

C’est presque comme une liste condensée de pas mal de compétences utiles pour être un parent bienveillant !

Articles en lien avec ce livre :
Poser des limites… Les différents types de règles
Poser des limites… Les étapes de développement
Poser des limites… Communiquer sans imposer
Poser des limites… Faites une réunion de travail 
Poser des limites… Savoir refuser
Poser des limites… Vous êtes dans une impasse
Poser des limites… Le parent

,

La discipline positive pour les adolescents

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

Forte de mes nouvelles résolutions  concernant l’application de l’éducation positive pour mes grands autant que pour les petits, j’ai décidé de commencer ce livre, alors que je n’ai pas encore lu le livre fondamental de Jane Nelsen qui s’intitule simplement La discipline positive.

(Edit : depuis l’écriture de cet article, je n’ai toujours pas fini le livre sur les adolescents, alors que j’ai fini l’autre depuis longtemps, et suis tombée amoureuse de Jane Nelsen. La vie est ainsi : imprévisible…)

Je suis persuadée que ce sera pour moi une bonne façon de déplacer un peu mon point d’intérêt et d’aborder mon ado de façon plus positive !

L’intro, déjà, me plait beaucoup : elle apporte un prisme à travers lequel voir notre ado qui, sans aucun doute, encourage à voir les choses différemment.

Jugez plutôt :

Souvenons-nous de notre enfant quand il apprenait à marcher.
Il faisait un pas, puis deux, puis il tombait.

Et nous ne lui reprochions pas de tomber, bien au contraire, nous étions contents pour lui des pas qu’il avait déjà faits, nous l’encouragions, nous l’admirions… et le laissions réessayer, et retomber…

Voilà, l’ado, c’est toujours ça : il est grand, mais il apprend à marcher sur tout un tas de domaines ! Alors, apprenons à l’admirer pour ça, à l’encourager, à le féliciter pour les pas qu’il fait, et ne pas lui reprocher de tomber, quand ça lui arrive encore…

chapitre 1 : Ai-je un ado à la maison ?
Et à propos de comment la boîte à outils de ce premier chapitre nous a aidés à changer notre regard
Le secret : prendre le temps d’y réfléchir

,

Arrête d’embêter ton frère, laisse ta soeur tranquille – Elizabeth Crary

Je suis persuadée que le titre du livre vous attire déjà ! Car qui n’a jamais dit “arrête d’embêter ton frère, laisse ta soeur tranquille” ? Et vous avez confiance de faire confiance à ce livre pour aider à ce que les choses changent.

Premier de la collection parents + présentée par Isabelle Filliozat, il est super carré, parfait pour un ingénieur comme moi.

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

L’auteure expose son idée, puis la déroule directement avec des exemples précis, et des analyses de cas concrets.
Elizabeth Crary, l’auteure donc, veut s’éloigner de l’idée que la plupart des disputes dans les familles sont liées à des questions de rivalité et de jalousie.

C’est un chemin un peu inverse à celui de Faber et Mazlish dans Frères et soeurs sans rivalité, qui exposait justement tous nos comportements de parents qui encourageaient les jalousies, et fomentaient ainsi des conflits.
De fait, ces 2 livres se complètent bien.

Elizabeth Crary part de l’hypothèse que bien des conflits dans la fratrie sont simplement liés  aux étapes de développement de chaque enfant.

Le rôle des parents est donc de développer les compétences relationnelles de leurs enfants.
Selon l’auteure, 4 compétences clefs peuvent être mises en avant :

  • Se sentir appartenir
  • Etablir des limites personnelles
  • Gérer leurs émotions
  • Résoudre les problèmes

Chaque enfant, selon son âge et son étape de croissance va devoir développer plus particulièrement l’une ou l’autre de ces compétences.
Un conflit est souvent l’occasion de développer des compétences différentes pour chaque enfant.

Ainsi, pour aider au développement de ces compétences, il faut encore avoir en tête :

1- le paramètre de l’étape de croissance que traverse chaque enfant 

img_1872

2- la méthode d’approche du problème en tant que parent : le parentage STAR

Là encore, une méthode carrée et claire pour aborder tout problème qui se présente. Elizabeth Crary est en fait d’abord connue aux US pour avoir inventé le principe du parentage STAR. Elle a écrit des livres expliquant cette méthode, sur lesquels je vais probablement me pencher.

Je découvre donc que ce livre n’est pas du tout son plus célèbre.
Cependant, elle y applique sa méthode dans le contexte précis de la fratrie, qui m’intéresse évidemment, et y ajoute les compétences clefs listées ci-dessus.

Ce livre présente donc des exemples d’application du parentage STAR pour aider au développement de chacune des 4 compétences relationnelles clefs présentées plus haut.