Comment notre personnalité affecte-t-elle celle de nos enfants ?

S’il n’existe pas un seul style d’éducation, ce n’est pas seulement parce qu’il n’existe pas de recette magique, mais également parce que nous avons tous des manières de fonctionner différentes. Les enfants sont tous différents, les parents également.

Connaître notre personnalité peut nous aider à mieux analyser notre comportement, et les réactions qu’il peut susciter chez nos enfants.

4 styles de fonctionnement

Depuis l’enfance, nous avons interprété notre environnement, et construit peu à peu un style de fonctionnement qui nous est propre.

On pourrait classer ces “styles de fonctionnement” en 4 groupes, en fonction de la priorité poursuivie par l’adulte :

  • le confort
  • le contrôle
  • la volonté de faire plaisir
  • le sentiment d’importance / supériorité

(Ces priorités ont été définies par Nira Kefir, psychologue adlérienne, et reprises dans la théorie de la Discipline Positive.)

Ces styles de fonctionnement ne sont ni bons ni mauvais, et l’objectif de cette analyse n’est pas de nous poser une étiquette, mais bien de mieux comprendre notre fonctionnement, qui, quelqu’il soit, invitera à développer certaines compétences plutôt que d’autres chez les enfants.

La carte dominante et… la 2è carte

En effet, l’exercice qui est en général mené dans un atelier de Discipline Positive est le suivant :
Vous avez 4 cadeaux empoisonnés devant votre porte :
La critique et l’humiliation / Le rejet et l’abandon / L’inutilité et l’insignifiance / Le stress et la souffrance émotionnelle
Vous devrez en accepter trois. Lequel sera celui que vous déciderez de rendre ? Celui dont vraiment vous ne voulez pas ? Dont vous ne supportez pas l’idée ?

Ce que vous cherchez à tout prix à éviter détermine votre carte dominante :

Si vous voulez éviter la critique et l’humiliation, votre carte dominante est le contrôle
Si vous voulez éviter l’inutilité et l’insignifiance, votre carte dominante est la supériorité
Si vous voulez éviter le stress et la souffrance émotionnelle, votre carte dominante est le confort
Si vous voulez éviter le rejet et l’abandon, votre carte dominante est faire plaisir

Le deuxième cadeau que vous choisirez de rejeter sera votre 2è carte.

Ce qui fait la différence entre les deux cartes est bien souvent l’intensité de ressenti attaché à ce qu’on tente d’éviter.

Car nous avons tous envie de rejeter tous ces cadeaux, évidemment ! Mais la force de notre ressenti face à eux est réellement dépendant de chacun. Faites l’exercice avec un ami, avec votre conjoint(e), vous vous en rendrez compte !

Que signifient alors ces notions de carte dominante et de 2è carte ?

La carte dominante est celle que nous aurons tendance à jouer dans un contexte de crise, d’urgence. Je dors ma carte dominante quand je me sens menacé….

Ma deuxième carte est probablement celle qui correspond à mon style de fonctionnement du quotidien. Celle à laquelle j’ai tendance à faire appel dans un fonctionnement “normal”.

 

La réaction possible des enfants face à notre carte dominante

  • le contrôle

Le but de l’adulte qui joue sa carte “contrôle” est en général de maîtriser la situation et de garder le contrôle de ses émotions. Cependant, l’enfant l’interprète comme une tentative d’emprise, et cela suscite l’opposition !

  • la supériorité

L’adulte est persuadé qu’il ne sera à la hauteur qu’à condition d’exceller. Cela suscite malheureusement chez l’enfant le sentiment de ne pas être capable. Il y a donc risque de désengagement, ou à l’inverse de tout investir pour exceller (pensant que c’est la seule manière d’être aimé)

  • le confort

L’adulte joue la carte “confort” lorsqu’il cherche à éliminer les sources de stress et de conflits. Il imposera donc peu, et risque d’inviter l’enfant à se montrer exigeant, à ne pas prendre en charge la satisfaction de ses besoins. Difficile dans ce cadre d’enseigner la responsabilité sociale.

  • faire plaisir

L’adulte, voulant plaire, a tendance à aller à l’avant des désirs de l’enfant, sans forcément l’couter, puis trouvera ensuite qu’il reçoit peu de gratitude. L’enfant risque de développer l’idée suivante : “Je n’appartiens que lorsque les autres s’occupent de moi.”

Ces styles de fonctionnement sont également des forces

Avant que, vous reconnaissant peut-être dans l’un de ces styles de fonctionnement, vous vous sentiez complètement déprimé et coupable, laissez-moi vous parler des forces de ces styles. Chaque attitude a évidemment ses avantages et ses inconvénients, il ne s’agit pas de se limiter au revers de la médaille !

Repassons donc chacune des cartes pour parler également de leurs aspects positifs.

  • le contrôle

La carte “contrôle” offre en modèle aux enfants des ressources telles que le sens de l’organisation, la planification, le respect de l’ordre, la détermination.

  • la supériorité

L’adulte qui utilise la carte “supériorité” peut encourager les enfants à se dépasser, à développer leurs capacités !

  • le confort

Devant la carte “confort”, les enfants apprennent à rendre le quotidien prévisible et confortable, à éviter les situations de stress, et prendre le temps de respirer.

  • faire plaisir

Cette fois, l’adulte fera probablement passer à l’enfant des notions de considération, d’empathie, de réconciliation sans agressivité. (Ah, je vois bien que ce n’est pas ma carte dominante… Ces qualités-là me demandent souvent plus de travail !)

Comment utiliser cette analyse ?

Je crois toujours que, plus nous sommes conscients de notre mode de fonctionnement, plus nous serons à même de l’accepter et d’avancer avec, pour l’utiliser pour sa force plus que pour sa faiblesse.

Comme nous venons de le voir, chacun de ces styles peut aider à développer des qualités chez nos enfants. Pour ne pas tomber dans le piège, à l’inverse, d’inviter chez l’autre ce que l’on redoute chez soi, en devenir conscients nous aidera.

Le livre de la discipline positive encourage d’ailleurs à mener l’exercice suivant, une fois ses cartes identifiées :
réfléchir aux atouts de se carte dominante
réfléchir aux travers de sa carte dominante
ce que cette priorité peut inviter chez les enfants (positif et négatif)
améliorations possibles

Ce travail est également intéressant à mener avec le partenaire, car il est probable qu’il ait une carte différente de la nôtre. Lorsque nous l’aurons compris, nous serons également plus à même de mieux supporter les faiblesses de celle-ci, en s’attachant également à ses atouts, qui seront également à développer, et apporteront à nos enfants ce que nous ne sommes nous-mêmes peut-être pas en mesure de leur apporter !

Dans La discipline positive, Jane Nelsen donne des exemples de comment cette analyse a pu aider certains parents.

De mon côté, j’ai mené cette analyse, et ai identifié que ma carte dominante était le contrôle, et ma deuxième carte la supériorité. Je suis consciente qu’en fonction de nos cartes, nous ne faisons pas face aux mêmes défis parentaux, et que le chemin à suivre pour avancer sera à adapter !

En attendant, un jour, je prendrai le temps de vous partager comment cette prise de conscience a pu m’aider personnellement ; et je suis preneuse de témoignages !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
2 réponses
  1. Laure-Marie
    Laure-Marie dit :

    Bonjour Coralie, Merci pour cet article qui me questionne beaucoup et fait écho à une formation que j’ai eu la semaine dernière au sein du service où je travaille (“le langage du DISC”). Le choix est difficile entre ces 4 cadeaux… Après réflexion je pense que ma carte dominante est le contrôle et ma deuxième carte “faire plaisir”. Je tacherai d’avoir cette lecture à l’esprit ce soir avec mes enfants! Je suis sûre que ça me sera utile 🙂 Laure-Marie

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Bonjour Laure-Marie,
      Depuis que j’ai mené cette analyse de la carte dominante, je me prends de temps en temps à faire le lien, et à mieux comprendre mes réactions. Tu me diras si tu as pu le garder à l’esprit et l’analyser !
      C’est marrant, c’est la deuxième fois que j’entends parler du DISC, du coup je suis allée voir un peu, ça a l’air intéressant..

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire