Archive d’étiquettes pour : conscience

Les enfants qui se sentent en rivalité dans leur fratrie peuvent avoir des comportements que l’on déplore, et face auxquels on se demande comment réagir…

Je me saisis ici d’une question d’une membre de la formation « En finir avec les disputes dans la fratrie » pour vous donner des idées !

Cette prise de recul, devant une situation concrète entre 2 garçons de 11 et 8 ans, permet de mieux cerner :

  • l’équilibre entre les progrès et notre impatience
  • les attentes parentales
  • ce qui peut se jouer entre les enfants (le concept de « la raison positive »)
  • comment on peut réagir sur le coup
  • comment on peut revenir sur la situation
  • le piège du compliment évaluatif
  • la place de chacun dans la famille

J’espère que ce partage vous inspirera !

Vous pouvez le voir en VIDÉO sur YT, ou l’écouter en AUDIO sur vos plateformes de podcasts (lien ci-dessous)

Liens vers les Podcasts :

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez le podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Une petite vidéo impromptue pour aborder la question de la rivalité dans la fratrie.
On va partir d’une anecdote précise pour voir comment on peut gérer ces situations de tension où l’un des deux cherche à diminuer l’autre, à l’écraser, probablement parce que c’est sa façon à lui de se sentir mieux…

Changer d’énergie en observant les progrès

Voilà, je pars d’une question qui m’a été posée par une des mamans qui suit la formation En finir avec les disputes dans la fratrie.
Elle m’explique la chose suivante : « je me rends compte que même si j’ai déjà parcouru une bonne partie de la formation qui est top, j’ai encore du mal à trouver des pistes de réponse concrètes, lorsque je suis face à une situation conflictuelle avec mes garçons. Ça va mieux quand même entre eux, mais il y a toujours et toujours dans le quotidien des petites situations qui se cumulent et parfois ça passe et parfois ça déborde. »

Alors déjà, avant même d’aller dans la situation, j’ai envie de saluer le fait qu’elle arrive à observer, malgré les situations qui débordent, que ça va mieux entre eux.

C’est un travail de longue haleine d’améliorer les relations dans la fratrie et de gérer différemment les conflits.
Et donc, le fait que déjà, depuis qu’elle s’est inscrite à cette formation, il y a quelques mois, les choses s’améliorent entre les garçons, ça prouve qu’ils sont sur le bon chemin. Évidemment, quand les choses s’améliorent, quand on voit que ce qu’on fait porte ses fruits, quand on voit qu’on met en place des choses qui font que ça s’adoucit, on aurait envie que ça aille beaucoup plus vite !
On aurait envie que ce soit réglé. On aurait envie que, puisqu’ils savent mieux gérer à certains moments, ce soit le cas tout le temps !

Et ce n’est pas comme ça que ça marche.
Un apprentissage, ça va peu à peu et en plus, malheureusement, on peut même dire que ce ne sera jamais parfait.
Mais quand même, c’est intéressant déjà de noter les moments où ça va mieux parce qu’on se met plus facilement dans une posture dans laquelle on n’est pas en train de vouloir se débarrasser des conflits, mais on est en train de vouloir développer les moments où ça va bien quand on arrive à observer ces moments où ça va bien.

On est dans une énergie de “je veux plus de ça”, plutôt que “je veux moins de ça”. Et “plus de ça”, c’est plus encourageant ! Donc, déjà, je salue ça, même si ce n’est pas le thème de cette réponse, c’est intéressant de le noter.

Prendre conscience de nos attentes

Je reprends la lecture.

Donc, « parfois ça passe, parfois ça déborde. Du coup, je voulais te demander si tu pouvais me donner une piste face à cette situation vécue hier, s’il te plaît. » Voilà, elle s’adresse à moi justement pour ça et je me suis dit que cette situation était très intéressante pour n’importe qui.
J’avais envie de faire cette réponse de façon ouverte pour que ça puisse vous aider également si vous avez une situation similaire à la maison.

« Hier, mon garçon de 8 ans ressort un jeu de cartes et commence à faire, à son bureau dans sa chambre, un château de cartes. Il nous appelle au bout d’un moment, nous demande de venir regarder le résultat. C’était bien réalisé. On en a parlé avec lui et mon mari. Bien entendu, le grand de 11 ans arrive… »

Je m’arrête sur ce « bien entendu » : on voit déjà dans ce « bien entendu » un sentiment d’usure parce que cette maman a déjà vécu ces moments où le grand intervient alors qu’ils sont en train de passer un bon moment avec le plus jeune, et “il faut” qu’il gâche le moment…

Donc ça veut dire qu’il y a déjà un regard posé sur le grand qui est décourageant dès le départ, parce qu’on s’attend à ce qu’il fasse ça. Alors, la suite lui donne raison. Je ne dis pas qu’il n’est pas naturel que cette maman s’attende à ce que le grand fasse ça.

Mais parfois, il y a des enfants qui se comportent de la façon dont on les attend, de la manière qui correspond à ce qu’on attend d’eux en fait. Et donc parfois quand nous-mêmes, on change nos attentes, quand on fait passer un message de confiance vers le fait que l’enfant peut se comporter différemment, rien que ça, ça suffit à les faire changer.

Donc je note juste ça au passage comme un signal de « et si j’essayais de voir aussi les autres moments, les autres comportements chez mon enfant plutôt que de considérer que “bien entendu”, il va se comporter de façon désagréable ? ». 

On fait le lien d’ailleurs avec ce que je disais juste avant sur « voir aussi les moments qui se passent bien plutôt que ceux qui se passent pas comme on aimerait. »

Décoder la situation

Bref, je reviens donc à la lecture.

“Bien entendu, le grand arrive et que fait-il ? Il fait vibrer le plateau du bureau et arrive à faire tomber certaines cartes. Là, mon mari lui dit : « tu n’as pas fait ça quand même ! » Le grand, content d’avoir fait tomber certaines cartes, file en direction de sa chambre.

J’essaye de lui dire : « tu as l’impression de ne pas avoir ta place ? »
Je ne sais plus trop mes mots, mais je me suis mal exprimée.
J’aurais voulu dire quelque chose du style : « c’est difficile pour toi d’entendre qu’on complimente ton frère… »
-en écho avec la situation de Ludivine. (alors là, c’est parce que j’ai eu un échange avec une autre maman de la formation. Et donc, cette maman qui m’écrit fait un écho à la situation partagée.)

En fait, j’aimerais aider le grand sur ce type de petite pique qu’il envoie à son petit frère. Est-ce que tu peux me donner des pistes, des choses à lui dire ? J’aimerais bien revenir sur la situation à froid. »

Le pas de côté

Donc, déjà, c’est génial parce que cette maman, elle se pose deux questions

  • La première, c’est « qu’est-ce que j’aurais pu lui dire sur le coup ? » Et c’est important parce que cette situation peut se reproduire, effectivement.
  • Et la deuxième, c’est « comment je fais pour revenir sur cette situation à froid ? » 

Et c’est toujours une bonne idée de revenir sur la situation à froid. 

Ça ne veut pas dire qu’on va revenir sur toutes les situations tout le temps à froid, parce que parfois, en fonction du contexte, vous allez avoir trop de situations et les enfants n’ont pas envie de re-discuter et de creuser à chaque fois.
Mais une fois de temps en temps, ça permet de remettre certaines choses en place et de mieux comprendre ce qui se joue.

Donc, si on reprend un peu le contexte de cette histoire : au moment où le grand de 11 ans vient bouger le plateau pour faire tomber le château de cartes de son frère, on est bien d’accord que c’est un comportement inapproprié.

Bien sûr, ça n’a aucun intérêt.
En tout cas, ça ne va pas avec ce qu’on cherche à développer dans la famille, de connexion, de soutien, de partage, etc. Donc, évidemment que les parents ne sont pas contents. Et c’est pour ça que le père dit : « tu n’as pas fait ça quand même ! » en ton de reproche parce qu’il ne veut pas croire à ce genre de situation dans sa famille.

Cependant, tout comportement a une raison positive. C’est difficile de l’appréhender comme ça, parce qu’on peut se dire qu’il n’y a pas de raison positive, effectivement, au fait de casser le château de cartes de son frère.

la raison positive

En réalité, cet enfant ne se dit pas « tiens, voilà ce que je voudrais atteindre, et la bonne façon de l’atteindre, c’est de bouger le bureau de mon frère.” 

C’est assez inconscient, cette idée de raison positive. Mais en fait, tout comportement est une façon de vouloir nourrir un besoin dont on a conscience ou pas.

Donc, qu’est-ce qui peut se passer là pour le grand ?
C’est ça qu’essaie de comprendre la maman.
Déjà dans ses mots, c’est intéressant : elle a déjà cette démarche-là !
Alors, je sais pourquoi… parce qu’elle a commencé à suivre la formation.
Mais ça part d’un principe qui est, grosso modo : “pour se comporter bien, il faut se sentir bien.”
Cet enfant qui se comporte de manière inappropriée à ce moment-là, c’est un enfant qui est découragé.

D’accord, donc un enfant qui se comporte mal est un enfant découragé.
Il y a une source de découragement dans le contexte.

Analyse du contexte

Qu’est-ce qui se passe là ?

Il se passe que les parents admirent quelque chose qu’a fait son petit frère et lui, visiblement, il se sent mal face à ça. OK, il est découragé, donc il va aller casser le château de cartes.

Probablement, pour que le petit frère se sente moins bien. C’est une façon un peu de diminuer le petit frère : « Tu vois, tu ne réussis pas tout. Ton château de cartes, il est par terre. »

Ce n’est absolument pas logique parce que même si le château de cartes est par terre et qu’il n’a pas son beau château de cartes, il l’a quand même fait et réussi son château de cartes, c’est le grand qui l’a détruit. Mais enfin, il veut lui enlever quelque chose qu’il a.

Et souvent, ça, c’est une méthode pour se remettre à se sentir mieux soi-même parce qu’on est dans une position de rivalité

En l’occurrence, cet enfant est probablement dans une position de rivalité face à son petit frère, à dire « lui, il a quelque chose que moi, je n’ai pas. Ce n’est pas juste, ça m’enlève quelque chose à moi.
Et la meilleure façon de rétablir ça et de me re-sentir bien, c’est d’inverser les choses. Donc, je vais lui enlever ce qu’il a et comme ça, moi, je me sens puissant. J’ai réussi à détruire son truc. Je me sens supérieur. »

Et s’il se comportait bien, s’il se sentait bien au départ, s’il avait complètement confiance en lui, s’il était à l’aise, il serait suffisamment bien dans ses baskets pour venir dire « il est super ton château ».

Là, il y a un manque chez lui. En fait, ça parle de lui ! D’accord.

Le besoin derrière le comportement

Donc, il n’est pas en mesure de venir voir le petit frère en disant « il est super ton château » parce qu’il a l’impression que ça lui enlève quelque chose, que les parents soient là à admirer le château de cartes du frère. Donc, c’est ça qu’on veut creuser. En fait, c’est ça la raison positive.

La raison positive, c’est retrouver ma place dans la famille parce que là, pour l’instant, j’ai l’impression que mon petit frère est sur un piédestal et que moi, ça me diminue. Donc, j’ai envie de retrouver ma place.

Et c’est pour ça que cette maman s’approche de son enfant en disant « tu as l’impression que tu n’as pas ta place ? » – c’est une analyse qui est assez fine en réalité.

La difficulté, c’est que ce sont de grands mots pour un enfant de 11 ans, il n’a pas conscience de ça.

Donc, comment on va faire pour réussir à s’approcher de ça ? 

Ce qui est intéressant, c’est de voir aussi qu’on va essayer d’aider notre enfant

D’abord, on va essayer de le comprendre effectivement, mais on va aussi essayer de l’aider à voir que la stratégie qu’il a mise en place – en l’occurrence, le fait d’aller casser le château de cartes de son frère – ça ne va pas aider à nourrir son besoin.

Son besoin, à ce moment-là, c’est probablement d’appartenir, de développer sa confiance en lui. Il manque probablement de confiance. Il se sent menacé par son frère et quand il fait ça, il cherche à se sentir mieux.

Accompagnement vers des alternatives

Quand il fait ça, alors qu’il cherche à se sentir mieux, est-ce que réellement, il va se sentir mieux ? En fait, non, ce n’est que temporaire. Il y a des connexions avec les parents qui ne sont pas d’accord avec son comportement. Il y a des connexions avec son petit frère, ça n’améliore pas leur relation. Il ne va pas se sentir mieux. C’est très temporaire.

Donc, on va essayer d’encourager notre enfant :

  • à voir un petit peu ce qui peut se passer pour lui à ce moment-là, tout en accueillant. On a une posture de curiosité – j’appelle ça parfois la posture Sherlock Holmes – c’est à dire qu’on n’est pas, ou qu’on essaye en tout cas de  ne pas être dans le jugement, mais dans un essai de compréhension
  • à voir que sa stratégie, même si c’était le mieux qui lui venait à ce moment-là, ne correspond pas à ce qu’il veut développer.

Un peu d’humilité pour mieux compatir…

Au passage, je précise que cette notion de « un enfant qui se comporte mal est un enfant découragé », c’est aussi vrai pour nous !

En fait, quand on se comporte mal, c’est qu’on est souvent découragé.
Et quand on se met à crier sur nos enfants, on ne se dit pas au départ « tiens, ça, c’est une bonne stratégie pour atteindre ce que je veux ! ».

J’étais récemment en séance d‘accompagnement individuel avec une maman qui m’expliquait ça – qui me disait qu’elle se retrouvait dans une situation avec sa petite fille qui était à table et qui criait de façon répétée. Et elle, ça la prenait. 

Une option de comportement parental, c’était de lui dire que ce n’était pas agréable qu’elle crie et qu’il fallait arrêter de crier.
Donc, ils lui avaient dit plusieurs fois d’arrêter de crier.
La petite continuait et donc, au bout d’un moment, la mère s’est mise à crier elle-même en lui criant dessus pour lui dire d’arrêter de crier.

En fait, c’est intéressant parce qu’elle voulait que la petite fille arrête de crier parce qu’elle avait justement un besoin de tranquillité.. et en se mettant elle-même à crier, elle ne nourrit pas du tout ce besoin de tranquillité !

Pourquoi, à ce moment-là, elle se comporte comme ça, même si sa stratégie ne nourrit pas du tout le besoin qu’elle cherche à nourrir ? Pourquoi elle a cette stratégie qui est inappropriée et ce comportement qui est d’autre part inapproprié ? 

Parce qu’elle se sent elle-même découragée !

 Elle a essayé des trucs, ça ne marche pas… et donc, au lieu (et c’est normal dans ces moments-là), au lieu de prendre du recul, de s’arrêter, de voir quelles autres alternatives elle a à sa disposition pour nourrir son besoin à ce moment-là.
En fait, des alternatives, il y en a ! Mais à ce moment-là, elle n’a pas la disponibilité, l’ouverture – parce qu’il y a les émotions qui montent – pour aborder le problème de façon différente… et donc ce qu’elle fait, c’est qu’elle fait du mieux qu’elle peut à ce moment-là, avec ses ressources. Et ça, ça donne qu’elle se met à crier sur sa fille. 

C’est vrai pour notre enfant aussi. À tous les moments.

Revenir sur la situation à froid

Donc là, ce garçon de 11 ans, lui, il a probablement d’autres façons de faire pour qu’il se sente mieux, pour qu’il nourrisse son estime de lui-même, pour qu’il retrouve sa place dans la famille telle qu’il aime l’avoir avec la connexion, etc. 

Et pourtant, le fait de détruire le château de cartes de son frère, c’est ce qui lui vient de mieux à ce moment-là, avec les ressources qu’il a de disponibles. 

Donc, effectivement, c’est intéressant dans ces cas-là de revenir à froid dessus.

Sur le coup, on peut parler du comportement.

Souvent, c’est qui se passe dans ce genre de situation : on n’est tellement pas d’accord avec le comportement qu’on va parler uniquement de ça, avec des réflexions du type « mais comment tu as pu faire ça ? »

Et en fait, c’est comme un iceberg. Le comportement, c’est la pointe de l’iceberg, mais il y a toutes les causes derrière qui sont cachées.
La maman l’a compris, puisqu’elle cherche à comprendre ce qui se passe derrière.

Comprendre ce qui se passe derrière, ça ne se fait pas sur le coup. Ça se fait plutôt à froid, puisque sur le coup, souvent, il y a les émotions qui débordent et donc, notre enfant n’est pas en mesure d’avoir une conversation.
Parfois, il suffit de quelques minutes pour redescendre. Mais en tout cas, ça veut dire a postériori. 

Donc, sur le coup, on va dire « je n’aime pas quand tu te comportes comme ça. Je sais que tu peux mieux faire. On va en parler. »

Ça peut être juste ça : on va mettre les limites sur le comportement, effectivement, sur le coup, sans trop  rabaisser notre enfant parce que ce n’est pas ce qu’on veut faire.

En revanche, la partie qui est intéressante, c’est un peu plus à froid de discuter avec lui.
Lui dire : « Bon, qu’est-ce qui s’est passé pour toi en fait  ? Comment te sentais-tu à ce moment-là  ? Qu’est-ce que tu cherchais à faire en fait au moment où tu as détruit … ? »

Note : attention au ton !
C’est vraiment sous l’angle, encore une fois, de la curiosité – Sherlock Holmes.

C’est : « Je suis sûre que dans le fond, il y avait une raison positive à ton comportement. » Moi, j’utilise cette notion de raison positive avec mes enfants. « Je suis sûre que dans le fond, tu avais une raison de le faire. C’est juste qu’elle m’échappe. Je me demande si c’est un manque de confiance en toi… Est-ce que tu as l’impression que nous les parents, on n’est pas assez encourageants avec toi ? Est-ce que t’as l’impression que quand tu enlèves un truc à ton frère, du coup, ça t’en donne plus à toi ? Est-ce que tu es vraiment dans la comparaison avec lui ? 
 J’aimerais juste comprendre parce que je me dis que je ne suis pas sûre que ce genre de comportement va réellement répondre à ce que tu cherches à atteindre à ce moment-là, qu’est-ce que t’en penses ? »

Donc là, vous voyez qu’on est dans un ton qui est très calme, qui n’est pas jugeant, au contraire, je sous-entends qu’il y a une vraie raison derrière et je cherche à la comprendre, donc je crée une connexion avec mon enfant parce que réellement, je veux être proche de lui et échanger avec lui. 

Donc ça, c’est vraiment quelque chose qui aide. Et donc, on peut lui demander. On peut lui dire « voilà, en tout cas, je ne suis pas sûre d’avoir compris, mais je vois bien qu’il se passe quelque chose. Et moi, j’ai envie d’être là pour toi. Est-ce que tu arrives à mettre des mots dessus ? »

L’enfant a 11 ans, donc ce n’est pas la même chose quand on s’adresse à un enfant de 4 ans, on est bien d’accord… A 11 ans, il est possible qu’il soit capable de mettre des mots dessus. Et même si ce ne sont pas des mots du type « j’ai besoin d’appartenir », ça va peut-être être des : « Oui, mais c’est parce que vous passez toujours du temps à lui donner des compliments, il réussit tout et puis moi, non

  • Ah ouais, tu as l’impression que… Est-ce que c’est un manque de temps qu’on passe avec toi ou c’est un manque d’encouragement pour les choses que tu réussis ? » 

Voilà, c’est à nous d’aller repréciser par rapport à ce qu’il va nous dire. On cherche ça.

Aider l’enfant à trouver d’autres stratégies

Et après, on peut avancer vers la stratégie.
Quelque chose du type « et est-ce que tu as eu l’impression, au moment où tu détruisais le château de ton frère, que ça t’aidait effectivement à te sentir mieux ? »

Et même s’il nous dit oui, on peut lui dire « ah oui, ok ! ».
« Et ce fait de se sentir mieux, c’était juste sur le coup ou c’est quelque chose qui dure ? Est-ce que dans le fond, tu te sens mieux ? Est-ce que si la situation se reproduit, tu serais plus à l’aise avec ça ? »

Parce qu’il y a ça aussi…
Il y a d’abord « est-ce que tu te sens mieux ou pas ? », et il peut tout à fait nous répondre non, parce que c’est souvent le cas.
Mais même s’il nous répond oui, il y a aussi ce qui nous fait du bien sur le coup, et puis, ce qui nous fait du bien à long terme.
C’est comme quand on fuit nos émotions en allant manger du chocolat : ça nous fait du bien sur le coup… est-ce que c’est réellement ce qui nous aide à aller mieux à long terme ? Non ! C’est intéressant aussi de faire cette différence-là.

Donc, il y a toute une conversation à avoir avec le garçon autour de ça, ça l’aide à prendre conscience.
Et en parallèle, ça l’aidera à trouver du coup des alternatives : « Ok, la prochaine fois que tu te sens comme ça, qu’est-ce que tu penses que tu pourrais faire d’autre ? »

« Qu’est-ce qui pourrait aider ? Qu’est-ce qui pourrait avoir plus de chances de nourrir ton besoin à ce moment-là ? » Voilà, on va l’aider à trouver des pistes, à trouver des solutions.

Et ça, c’est important parce que l’idée, ce n’est pas de lui dire juste « tu ne peux pas te comporter comme ça » même si ça, c’est effectivement un message à passer. On n’est pas d’accord avec ce comportement.
Mais si on lui dit seulement ça et qu’on lui dit « ça, c’est non », la prochaine fois qu’il se sent dans la même situation, il a compris que ça, ce n’était pas adapté, mais il n’a pas d’alternative

Donc, il n’y a pas vraiment de raison qu’il fasse autrement parce qu’il ne saura pas quoi faire d’autre.
Donc, il risque 

  • soit de ne rien faire du tout. Et finalement, d’un certain côté, au moins quand il se comporte comme ça, on voit qu’il se passe quelque chose pour lui, donc, c’est plutôt pas si mal.
  • Ou il risque de recommencer la même chose…

Exactement comme nous, quand on se dit bon, ça va, je vais arrêter de crier, et qu’en fait, la fois d’après, si on ne cherche pas des alternatives et qu’on ne creuse pas les situations en se disant « Ok, qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autre à la place à ce moment-là ? », on va se retrouver bloqué.e dans la même situation à utiliser les mêmes méthodes. 

Je fais ce parallèle avec le parent parce que je trouve que c’est important de prendre ce recul aussi, parce qu’on est facilement dans le jugement face à nos enfants et dans la culpabilité par rapport à nous-même.
Mais en fait, c’est le même phénomène. On est tous en apprentissage et on cherche à faire de notre mieux et on fait de notre mieux avec nos ressources à cet instant-là. 

Finalement

Et donc ça, c’est toute la partie

  • aider notre enfant à s’exprimer
  • pour que nous comprenions ce qui se passe en lui
  • pour qu’il comprenne ce qui se passe en lui
  • voir quelles autres alternatives il y a à sa disposition

Et de l’autre côté, il y a un travail en parallèle autour de la place pour cet enfant (puisque c’est ce qui est identifié dans ce cas pour cet enfant)

Donc, peut-être que si c’est un manque d’attention des parents, par exemple, ça vaudrait le coup de voir comment les parents peuvent mettre en place un temps dédié en tête-à-tête avec lui pendant lequel il n’est pas interrompu par d’autres choses. 

On peut faire attention à aussi valoriser ce que fait le grand.
Note : Attention ! Dans la valorisation, en général, en éducation positive, on fait attention à ne pas tomber dans des compliments évaluatifs où c’est nous qui disons ce qui est bien et là, on entretient un besoin de reconnaissance parce que l’enfant se sent justement exister, reconnu, etc. que quand il y a quelqu’un d’autre qui lui dit « ce que tu fais, c’est bien ».
Mais en tout cas, en s’intéressant à lui, et en décrivant.

Par exemple, si lui faisait un château de cartes, plutôt que de dire « waouh, qu’il est beau ton château de cartes, mais qu’est-ce que tu es fort », qui sont des évaluations de la part des parents, on va plutôt dire « ça a dû demander beaucoup de passion de faire un château comme ça, tu y as passé beaucoup de temps ? Et ce n’était pas trop compliqué ? »
Et là, tout l’intérêt qu’on met dessus est dans la description du château et dans la valorisation du temps passé également. Ça aussi, ce sont des encouragements.
Et donc, c’est comme ça qu’on sort du compliment évaluatif pour être soit dans l’encouragement du chemin passé, soit dans le compliment descriptif.

Voilà, on peut être plus proche du grand.

On peut aussi, si on voit que c’est un manque d’estime de lui, essayer de développer ça. C’est-à-dire que, par exemple, on peut tous les soirs lui demander « tiens, raconte-moi un truc dont tu as été fier aujourd’hui » pour que lui aussi, il voit ce qu’il y a de chouette chez lui, ce qu’il arrive à accomplir et en plus, il a l’occasion de nous le partager.

Et là, on peut l’entendre et dire « ah ouais, je comprends effectivement que ça t’ait rendu fier ! Oh excellent, tu étais content alors du coup, ah génial. »

Et là, on est avec lui, on partage ça et on travaille sur sa place à lui.

Voilà, j’espère que tout ça vous donne des pistes.
J’avais envie de partager ça parce que je pense que ça peut aider n’importe qui. Si vous avez des questions qui se rapprochent de ce contenu ou qui sont autres, mettez-les-moi en commentaire…
Ça me donnera l’occasion de répondre à d’autres cas concrets !

Dans un couple, on n’est pas toujours complètement en ligne sur tous les principes éducatifs. C’est normal, on a des histoires différentes, des expériences différentes, et ça nous influence, qu’on le veuille ou non ! Selon le contexte et le cheminement de chacun, ces désaccords prennent plus ou moins de place. Oui, il y a régulièrement des ajustements à faire, c’est normal. Et des différences qui persisteront aussi : nous sommes différents et c’est ok. Mais parfois, ces désaccords sur l’éducation prennent trop de place dans le couple. Les tensions parentales impactent l’ambiance familiale. Et ce, même quand le couple lui-même va bien ! « Notre couple conjugal fonctionne… c’est notre couple parental qui dysfonctionne. » m’écrit une maman dont je garderai l’anonymat.

Moi, je crois très fort que quand le couple conjugal fonctionne, il y a la matière pour réussir à parler des désaccords sur l’éducation.
(Note : vous l’aurez compris ; je ne parle pas ici du cas des parents divorcés, de gardes partagées, ni du cas d’un couple qui ne va pas bien indépendamment des enfants, auquel je conseillerai plutôt d’aller voir un thérapeute conjugal)
Sauf que je sais que « dans la vraie vie », ça reste compliqué. Parce qu’il y a là beaucoup d’émotionnel. Parce qu’on a tellement envie de convaincre l’autre qu’on se retrouve vite à jouer au jeu de « j’ai raison », sans bien écouter ce que dit notre partenaire…

Que s’est-il passé ? Comment est-on passé du couple qui fonctionne ou couple qui se dispute sur la manière de « gérer » les enfants ?
Et surtout… est-il possible d’aborder ces questions sereinement ?

Devenir parents

A

Le « couple conjugal fonctionne » parce qu’il s’est formé avant de devenir parents.
Souvent, la question des principes éducatifs n’a même pas clairement été évoquée avant de se présenter concrètement.

Alors, ensemble, en devenant parents, on essaye de s’ajuster, de trouver une manière de faire qui correspond aux deux.
On teste, on ajuste, on est souvent démuni, parce que parent s’apprend surtout sur le tas…
Bien sûr, il y a toujours des moments où on n’est pas tout à fait d’accord, où on n’a pas la même interprétation des choses, ou la même posture.
Mais on avance quand même ensemble. On se pose des questions, on échange, et peu à peu, on avance.

Dans beaucoup de couples, ça s’arrête là.
Pour vous qui êtes ici, cependant, ce n’est pas le cas.

Une posture qui change

Parfois, il y a d’autres facteurs que la seule expérience qui font évoluer les pratiques…

L’un des parents se forme

Quand j’ai commencé une formation Montessori, ça a pas mal fait évoluer mon approche de la pédagogie.

C’est probablement ce qu’il vous arrive aussi, sur le plan éducatif :
si vous êtes arrivé.e sur ce blog, c’est que vous cherchez à vous renseigner sur l’éducation positive.
Vous cherchez à évoluer dans vos pratiques parentales.

Que ce soit parce que vous vous sentez débordé.e, ou parce que vous êtes inspiré par ce que vous avez lu sur le sujet, vous êtes là parce que vous voulez bouger.

Le problème, c’est que vous êtes peut-être seul.e à bouger.
Or, déjà, bouger, soyons honnête, ce n’est pas facile…
Alors si en plus, à côté de nous, on a quelqu’un qui continue à employer des méthodes dont vous essayez de sortir, ben clairement, ça ne vous aide pas !

C’est rigolo comme, en l’écrivant comme ça, on voit déjà le côté un peu « injuste » de notre posture… Vous le sentez ?
Grosso modo, on a décidé de changer, on a du mal à le faire, et on en veut à l’autre, qui n’a rien demandé, de ne pas bouger en même temps…

Le temps passe et le décalage se creuse

Cependant, vous n’en êtes peut-être plus là :
peut-être que dans les premiers temps, vous avez su faire preuve de patience, comprenant que votre partenaire, qui ne lisait pas / ne se formait pas, ne puisse pas évoluer comme vous.
Seulement vous espériez qu’au fur et à mesure de vos partages, de vos changements, il (ou elle) commencerait à évoluer aussi.
Vous vous sentez maintenant fatigué.e, et déçu.e.
Vous aimeriez sentir un peu plus d’alignement, et plus de soutien…

Éduquer son partenaire

Voici que peu à peu, vous vous retrouvez dans le rôle du donneur de leçons.
Vous lui expliquez tout ce qu’il (ou elle) ne fait pas bien, ce qui ne convenait pas, pourquoi ça ne convenait pas, etc…

Vous vous posez en sachant.e, et dans le fond, vous l’êtes !
Vos arguments s’enchainent : « Il faut accueillir avec bienveillance… », « Et les neurosciences… »

Malheureusement, non seulement vos messages ne passent pas, mais ils mettent plutôt l’autre sur la défensive…

Chez vous, ça se transforme en ressentiment : « S’il ne veut pas que je lui fasse la leçon, il n’a qu’à se former, lui aussi ! »

(Note : pour des raisons de légèreté d’écriture, j’écris cette phrase au masculin, alors que ça pourrait être dans l’autre sens…
Notons quand même que je l’ai à peu près toujours entendu dans ce sens-là, ce qui pourrait donner lieu à une autre discussion, sur la place des femmes dans l’éducation des enfants… Pourquoi ce sont si souvent des mères et non des pères que je retrouve dans mes formations ? Oh, on pourrait passer du temps là-dessus… mais c’est une autre histoire…)

On peut tout à fait comprendre ce ressentiment !! Et en même temps… en même temps, quand on aborde la conversation avec ressentiment ET avec cette posture de donneur de leçons, agrémentée en général de pas mal de reproches… bizarrement l’autre se met sur la défensive et notre message ne passe pas.

La posture et le rôle de chacun

J’ajouterai que ce clivage prend d’autant plus de place quand chacun cherche à « contrebalancer » ce qu’il juge « trop » chez l’autre.

Le cas classique : l’opposition bienveillance / fermeté.

Pour sortir de cette opposition, il faut déjà être au clair avec les principes de parentalité bienveillante…

Vous avez lu Filliozat et cherchez à développer des relations respectueuses, mais n’êtes pas encore au point (et c’est normal) sur comment poser vos limites sans punitions
(cela dépend surtout de comment vous « êtes tombé dans la marmite » de l’éducation positive)

Vous pourriez probablement vous rejoindre sur des notions de « cadre bienveillant » ou d' »autorité positive ».

Seulement voilà : comme vous êtes encore en apprentissage, votre partenaire vous juge parfois un peu « trop » dans la bienveillance, et il craint une bascule dans la permissivité ou le laxisme.
Cela l’encourage à se montrer plus autoritaire que ce qu’il serait spontané. Il compense. Il remplit son rôle.
Le problème, c’est que cela crée l’effet inverse chez vous : à votre tour de compenser cette façon d’éduquer qui ne vous convient plus par une approche bienveillante, parfois à outrance…

La Discipline Positive parle d’allier fermeté et bienveillance, mais dans votre couple, des rôles parentaux se sont insidieusement mis en place, et c’est l’un ou l’autre en fonction du parent… et ça n’aide pas !

D’où vient vraiment le conflit ?

Si j’écoute ce que dit la CNV (Communication NonViolente), les conflits ne sont généralement pas au niveau des besoins, mais des stratégies.

Ce qui veut dire que si vous parveniez à discuter de vos besoins profonds, vous pourriez probablement vous entendre, vous comprendre, et apporter de la douceur et plus de connexion entre vous, même sur ce sujet délicat de l’éducation de l’enfant.

Seulement, pour répondre à ces besoins que vous avez chacun, vous êtes probablement particulièrement attachés à certaines stratégies. Et ce sont ces stratégies qui s’opposent, et qui créent le conflit !

Un exemple

Illustrons cela avec un exemple classique pour les personnes qui sont dans mes formations. La situation est réelle, mais je vais prendre un couple fictif pour l’illustrer.
Considérons donc la famille de Caroline et Julien.

I

Dans la famille de Caroline et Julien, le coucher est compliqué.
Leur fille de 4 ans se relève une fois, deux fois, trois fois (vous connaissez le coup : une fois pour boire, puis pour faire pipi, puis parce qu’elle voulait un dernier bisou, etc…)
Les parents sont tous les deux usés…

Caroline a à coeur d’accompagner sa fille en douceur. Elle pense fondamentalement que c’est la meilleure manière de contribuer à son épanouissement. Elle prend donc sur elle pour ne pas se mettre à crier, et la raccompagne chaque fois dans sa chambre en lui disant gentiment, avec espoir :« Tu ne sors plus, hein ? ».

Julien tient à poser ses limites, à avoir un temps pour lui (et pour Caroline et lui) après le coucher des enfants. Il intervient : « Ça suffit maintenant ! Si tu sors encore de la chambre, tu n’auras pas d’histoire du soir demain. »

Les échanges entre eux ressemblent à :
« Tu la laisses te mener par le bout du nez ! »
« Tu es trop dur avec elle ! »

Clairement, les méthodes s’opposent…
Mais, nous qui sommes extérieurs à ce couple, et surtout, libres des émotions qu’ils ressentent à ce moment-là, on sent bien que ce couple n’est pas forcément opposé en termes de besoins fondamentaux…

Est-ce que Julien n’aspire pas également à de la douceur dans la famille ? Est-ce que Caroline n’a pas également besoin d’un temps seule et/ou en couple ?
Probablement que si ! Seulement, ni l’un ne l’autre ne voit de piste pour concilier ces besoins…

N’empêche : s’ils parlaient de leurs besoins, plutôt que de se reprocher les méthodes employées, est-ce que vous pensez que la conversation se déroulerait de la même manière ?

Il serait temps de mettre du « nous » dans cette relation : ce n’est pas « mon enfant », mais « notre enfant » (ou « nos enfants »), ce n’est pas seulement « mes besoins », mais « nos besoins ».

L

J

Manque d’écoute

Malheureusement, dans notre histoire, les deux parents sont fatigués.
Ils n’ont pas l’énergie et la disponibilité d’écouter calmement les besoins de l’autre, pour les décoller de la stratégie employée !

Comme l’illustre bien Apprentie Girafe : « La plupart des conflits viennent du fait que chaque partie a désespérément besoin d’écoute mais qu’aucune n’a les moyens d’en donner. »

Et les choses se passeraient réellement différemment si

1- vous aviez les moyens d’offrir de l’écoute (pensez à votre réservoir !)

2- vous saviez comment on écoute vraiment (malheureusement, ça, j’ai découvert qu’on ne l’avait pas appris !)

S

Comment se sortir de ces conflits de couple ?

Bon. Vous comprenez mieux à présent d’où viennent ces conflits, et peut-être que cette histoire de besoins et de stratégies vous a permis d’entrevoir la lumière au bout du tunnel…

En fait, cette notion d’écoute pour sortir du conflit, c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

Vous pouvez sortir du conflit !

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez faire en sorte que les choses changent. Vous pouvez remettre de la communication dans votre couple.
Une communication bienveillante, comme celle que vous développez déjà avec vos enfants. Parce que dans le fond, la communication avec les enfants, c’est la même chose que la communication avec n’importe qui : si on apprend à mener avec eux un dialogue bienveillant, pourquoi ne pas le faire également avec son conjoint ?

Donc, si vous lisez entre les lignes, c’est une double bonne nouvelle :

Le premier aspect, c’est qu’il est (le plus souvent) possible de changer cette dynamique !

Le deuxième aspect, c’est que, comme dans les conflits avec les enfants, vous n’avez besoin de convaincre l’autre d’aller voir quelqu’un ou de se former pour faire bouger les choses.
Vous aurez quand même besoin qu’il (ou elle) soit d’accord pour échanger, mais ça… il y a également des manières de faire qui vous permettront de mettre les chances de votre côté !

La mauvaise nouvelle, c’est que c’est encore à vous de faire le boulot.

Et oui, je sais, vous faites déjà pas mal de taf en vous formant à l’éducation !
Votre pensée interne (et je cite des vrais mots que j’ai reçus d’une maman !), c’est probablement : « j’en ai marre d’être la seule qui cherche, qui se documente, qui se pose des questions et qui guide tout le monde. »

J’entends.

Je reçois ce sentiment d’usure avec beaucoup d’empathie et de douceur.

J’imagine bien que vous aimeriez avoir plus de soutien, plus de partage, dans cette démarche.

Seulement voilà… la réalité, c’est qu’il ne fera pas la démarche de se renseigner.

Alors que choisissez-vous ?

D’attendre qu’il change magiquement, au risque, si la magie ne se produit pas, d’avoir un couple en crise, ou de mettre les chances de votre côté pour sortir de ces conflits, pour échanger et apaiser ces tensions ?
A vous de voir…

Invitez l’autre à échanger

Si vous choisissez de mettre vos compétences au service non seulement de la famille, mais aussi de votre couple parental, ça va passer par un échange avec l’autre.

Ces échanges, ils ont lieu de toute façon. Sauf que souvent, on les subit plus qu’on ne les choisit.

La manière dont ça se passe, c’est qu’on fait fasse à une situation avec les enfants qu’on a envie de gérer de manières complètement différentes, et qu’on se retrouve à se faire des reproches, exactement comme dans l’histoire de Julien et Caroline ci-dessus.
Ce n’est certes pas un échange constructif, mais c’est bien un échange ! Que vous subissez et qui ajoute à la tension quotidienne…

Et si vous décidiez d’appréhender les choses autrement ?

Quelques conseils pour cela :

  • Evitez les échanges « à chaud ». Nos émotions nous font trop souvent dire des choses que nous regrettons ensuite…
  • Prévoyez un moment spécifique (ainsi, vous devenez acteur de vos vies : échanger sur le sujet devient un choix, plus une nécessité du moment)
  • Parlez de ce que vous ressentez
  • Invitez sans imposer

Ce que ça pourrait donner : « Je me sens triste de nous voir en conflit alors que je suis sûre que dans le fond on a les mêmes objectifs. Est-ce que tu serais ok pour prévoir un moment pour échanger à ce sujet ? »

Clarifiez préalablement ce qui se passe pour vous

Nos choix en matière d’éducation des enfants, c’est le résultat de toute une vie interne.
Notre histoire d’abord, notre expérience passée et présente, notre apprentissage, ce dont on se nourrit au quotidien, nos croyances, nos valeurs, nos aspirations.

Alors, avant d’aller juger l’autre, soyons bien clair sur ce qui se joue en nous.

Qu’est-ce qui est important ? Pourquoi nous sommes heurté.e par certaines attitudes de l’autre ?

Ecoutez, écoutez, écoutez !

Phase fondamentale d’apaisement : l’écoute.

C’est celle qu’on zappe le plus, et c’est pourtant celle qui apportera le plus de résultat.

C’est contre-intuitif : c’est justement parce qu’on ne sera à ce moment-là PAS à la recherche du résultat que ce résultat pourra ensuite émerger.

Le lien d’abord. Le résultat ensuite.

Thomas d’Ansembourg

Je ne vous encouragerai jamais assez à aborder la conversation avec une posture de « curiosité ravie » comme le disait mon premier formateur en CNV.
Cela demande 2 choses : l’intention d’écouter ET l’emploi des méthodes d’écoute active.

Alors, vous pourrez réellement vous ouvrir au monde de l’autre pour que la magie du lien agisse.

Parlez de ce qui vivant en vous

Ensuite seulement, vous pourrez parler de vous.
Avoir d’abord veillé à la connexion aura mis plus de chances de votre côté pour avoir en face une oreille bienveillante.

De vos aspirations, de vos rêves, de ce que vous avez envie de vivre !

Partez d’une énergie positive pour transmettre votre élan…

Co-créez l’éducation de vos enfants

C’est ce qui vous permettra enfin de vous rejoindre pour co-créer votre parentalité.

(encore merci à Apprentie Girafe pour ses illustrations si parlantes !)

Dans le fond, vous avez le même objectif : des enfants heureux, et une famille épanouie !

Programme d’accompagnement : « Comment parler des désaccords éducatifs dans le couple ? »

J’ai conscience que ces conseils peuvent sembler brefs…

Je sais qu’entre la théorie et la pratique, il y a souvent un pas.

C’est comme tout : ça s’apprend !
Pour cela plusieurs méthodes, et parfois la présence d’un tiers peut aider.
Que ce soit pour de la médiation, ou un simple conseiller conjugal (dont le rôle, entre écoute, reformulation, et coaching, est surtout celui de facilitateur de dialogue)

Je ne vous invite pas pour cela à rejoindre mon programme « Comment parler des désaccords éducatifs dans le couple ? », parce que c’est maintenant trop tard !
Je vous encourage cependant à reprendre les étapes que je vous propose, et à creuser à votre tour sur les principes de communication non violente pour apprendre à être plus à l’écoute de vos ressentis et de ceux de l’autre, afin de pouvoir aborder les choses de manière ouverte et empathique.

Certes, cela demande de l’investissement (en argent et en temps), et en même temps, si ça peut vous permettre d’éviter ces conflits récurrents (qui mènent parfois, je l’ai vu, à une séparation…), ça en vaut la peine, non ?

Si vous sentez que vous avez besoin de soutien pour cette démarche, écrivez-moi à coralie@les6doigtsdelamain.com :
il se peut que je relance ce programme… et si ce n’est pas le cas, je propose aussi des accompagnements, en individuel ou en couple !

V

Q

POINT DE RENCONTRE + est une formation avec accompagnement qui vous aidera à transformer votre vie de famille.

Entretien avec Isabelle, qui hésitait à s’inscrire il y a un an, après avoir déjà suivi des formations de parentalité positive qui n’avaient « pas tenu leurs promesses ».

Note : la nouvelle cohorte de PDR+ est en cours de recrutement. Les portes sont ouvertes jusqu’au 14 décembre.
Pour en savoir plus : https://les6doigtsdelamain.com/point-de-rencontre/

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Il arrive qu’une situation anodine se transforme en lutte de pouvoir, et donc en dispute, alors qu’elle pourrait être gérée complètement différemment si on avait la possibilité de prendre un peu de recul…

C’est une compétence qui se développe, et cette anecdote vécue vous montre comment on peut faire ça, relativement facilement.

Ça ne marchera peut-être pas à tous les coups, mais ça vaut la peine d’avoir cette méthode dans sa besace !

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Bonjour les parents qui cheminent.

Aujourd’hui, je voudrais vous raconter une petite anecdote qui illustre bien comment on peut facilement passer d’une circonstance assez simple du quotidien à une lutte de pouvoir, et comment on peut s’en sortir.

D’une situation banale à une situation d’opposition

La situation de départ

On était dans le salon. C’était le week-end dernier, avec mes deux plus jeunes garçons, qui ont 12 et 9 ans, Léon et Anatole. Chacun avait son activité. Anatole était en train de lire, moi aussi, et Léon était en train de faire de la guitare. 

Et alors, quand Léon joue de la guitare c’est relativement envahissant, car il joue relativement fort, mais en plus, là, il était en train de chercher les accords d’une chanson… Donc, il chantait la chanson et mettait des accords dessus qui n’allaient pas forcément avec, puisqu’il était en pleine recherche du bon accord, et ce n’était pas forcément harmonieux, puisque les accords qu’il utilisait ne collaient pas à ce qu’il chantait. 

Donc, au bout d’un moment, Anatole se sent gêné, perturbé, dérangé (on peut utiliser plusieurs termes pour ça…), et il se tourne vers son frère et lui dit : “Écoute Léon, tu peux arrêter de jouer de la guitare s’il te plaît, je n’arrive pas à lire.” 

L’escalade

En fait, je n’ai pas vraiment assisté au tout début.
Donc, cette phrase que je viens de vous citer, c’est moi qui l’invente, parce que j’étais moi-même dans ma lecture, je n’y ai pas prêté attention.
Mais ce que j’ai entendu, c’est qu’en moins d’une minute, on s’est retrouvé dans une opposition, un ton qui commençait à se tendre, peut-être pas encore à monter, mais en tout cas à se tendre…
Anatole disait à Léon : “Écoute, ici, c’est l’espace commun. Tu ne peux pas faire du bruit et déranger les autres. Si tu veux faire de la guitare fort, tu n’as qu’à le faire de ton côté. Va dans ta chambre !”

De son côté, Léon était en train de dire à son frère : “Non, ben écoute, ici, c’est l’espace commun. Tu ne peux pas m’empêcher de faire de la guitare. Si tu veux du calme, tu n’as qu’à aller trouver un autre endroit. Va dans ta chambre !” 

Grosso modo, on en était là.

Petite analyse de la situation

Chaque point de vue se défend

On voit qu’on est dans une opposition de point de vue clair. C’est intéressant parce que chacun de ces points de vue se défend en fait. 

Il n’y en a pas un qui a plus raison que l’autre sur le fait que “c’est l’espace commun, donc il faut qu’il n’y ait pas de bruit”, ou que “c’est l’espace commun, donc je dois supporter le bruit de l’autre et c’est à moi de m’isoler”

Chacun de ces points de vue se défend.
Et ça, ça rejoint quelque chose que j’aime bien essayer de faire passer à mes enfants, c’est qu’il y a toujours différentes perspectives sur une situation

Et donc la phrase que j’aime répéter, c’est : “Ce n’est pas parce que j’ai raison que tu as tort.”

En fait, on se retrouve souvent dans des situations de vie dans lesquelles chacun a raison, avec son histoire, sa perspective, sa façon de ressentir les choses, son regard en fait, avec ses lunettes à lui. 

D’ailleurs, on utilise parfois cette expression : “avec mes lunettes”. 

Lutte de pouvoir

Donc, chacun des deux a son point de vue.
Chacun des deux a raison d’un certain côté.
N’empêche que leur point de vue semble irréconciliable, puisque l’un comme l’autre est bloqué sur une stratégie qui est que l’autre aille dans sa chambre. 

Et surtout, on se retrouve dans une situation – et c’est ça que je voudrais mettre en avant – dans laquelle, c’est en train de se transformer en lutte de pouvoir.

En effet, chacun est ancré dans sa posture : “moi je reste et toi tu pars”.
Donc, imaginons que l’un des deux adopte une attitude pacifiste. Que l’un décide de partir, c’est-à-dire de dire : “Oui, tu as raison. Je n’ai pas envie de déranger. Je vais aller faire de la guitare ailleurs.” ou à l’inverse, “Oui, tu as raison. Je ne vais pas t’empêcher de faire de la guitare. Je vais aller lire dans ma chambre.” 

Chacune de ces attitudes pourrait, à ce moment-là, être interprétée comme “je cède, j’ai perdu”.

Et comme on est dans une ambiance sociétale dans laquelle on est justement beaucoup dans le : “je vais gagner contre l’autre, c’est lui qui va céder ...”, on rentre facilement dans ces luttes de pouvoir-là.
On se retrouve, du coup, un peu piégé à vouloir montrer qu’on a ce pouvoir, le montrer à l’autre ou à soi-même, ne pas vouloir être “le perdant”, et donc se retrouver bloqué.
Et c’est comme ça qu’on persiste dans des luttes de pouvoir dans lesquelles, en réalité, aucun des deux ne sort gagnant, parce qu’aucun des deux n’a envie d’un conflit au départ.
Et même si on finit par gagner, ça passe par le conflit, donc c’est un peu dommage. 

Le chemin pour s’en sortir

Donc l’idée, c’est d’ouvrir un petit peu les horizons en arrivant à faire passer le message explicite ou implicite, comme vous allez le voir, qu’il y a d’autres voies, en fait. Et l’autre voie pour exercer son pouvoir sans être dans cette dynamique gagnant-perdant, c’est justement d’utiliser une sorte de gagnant-gagnant, c’est-à-dire dans la coopération.

En fait, quand on arrive à trouver des solutions ensemble, à coopérer, à fonctionner en groupe, on est aussi en train d’utiliser son pouvoir. Et on est en train d’utiliser son pouvoir AVEC l’autre plutôt que CONTRE l’autre

Et c’est hyper chouette de se retrouver dans ces situations-là !

C’est ça que j’ai envie d’apporter à mes enfants.
Et en tout cas, ce sont des valeurs auxquelles on croit très fort dans l’éducation positive : le fait de passer à des relations de coopération. 

Comment résoudre une lutte de pouvoir :  étape par étape !

Observer pour intervenir de manière adéquate

Dans ce cas précis, je lève donc la tête et je vois que mes garçons commencent à être dans une lutte de pouvoir. 

À ce moment-là, le ton n’est pas trop monté, donc ils sont encore en mesure d’entendre ce que je vais dire.
Sinon, s’ils étaient en train de se hurler l’un sur l’autre, de toute façon, ils ne seraient pas en mesure d’aller plus loin et éventuellement réfléchir à des solutions.
Donc, je leur dirais plutôt de faire une pause et qu’on en parlerait plus tard. 

Mais sur le coup, ce n’est pas encore débordant, donc je peux directement intervenir et dire :
“Attendez les garçons, j’ai l’impression que vous êtes en désaccord là, c’est ça ? Donc, ce que j’entends, c’est que toi, Anatole, tu aimerais bien pouvoir lire dans le calme et que la guitare te dérange. Et que du coup, tu considères que comme c’est l’espace commun, il ne faudrait pas que Léon envahisse trop cet espace commun avec le bruit de sa guitare, c’est ça ?

  • Tout à fait !
  • OK. Et toi, Léon, ce que j’entends, c’est que tu as envie de faire de la guitare et que comme tu es dans l’espace commun, tu considères que si Anatole trouve que la guitare le dérange trop, il n’a qu’à ne pas rester dans cet espace commun, c’est bien ça ?” 
  • c’est ça !”

Voilà.

Vous voyez que quand je dis ça, en fait, je n’ai rien dit de plus que ce qui s’était déjà dit. Donc, on pourrait penser que cette phase-là, elle ne sert à rien. Mais en fait, ce dont je m’assure en faisant ça, c’est de deux choses différentes : 

  • La première, c’est que je m’assure que chacun se sente entendu dans ce qu’il a dit

Parce que quand on est dans la lutte de pouvoir, il y en a un qui dit un truc, et l’autre, il ne lui dit pas “Ah, toi, tu penses que tatata… Ah oui, mais tu vois, moi, avec mon point de vue et ma perspective, tatata…”, ce qui serait exactement l’attitude à adopter si on voulait bien faire passer le message que ce n’est pas parce que j’ai raison que tu as tort.
Donc, on recevrait ce que dit l’autre et on dirait “Regarde, j’ai une perspective différente”, mais cela ne remettrait pas en cause sa perspective.
Alors que dans la façon la plus classique de communiquer, on est tout de suite dans l’opposition. Donc, on n’entend même pas, ou du moins, on ne reçoit même pas ce que nous dit l’autre.
Donc, quand je reformule comme ça, ça me permet d’être sûre que chacun est reçu dans ce qu’il a dit.

  • Et le deuxième point, c’est que ça me permet de m’assurer que chacun des deux a aussi entendu le point de vue de l’autre, justement. 

Parce que parfois, on réagit trop vite.
Donc ça, c’est déjà le reposer un peu, décrire le problème en tenant compte de chacun

Leur redonner la main

Et puis, à ce moment-là, on va passer à la phase suivante qui est : “Ok, qu’est-ce qu’on pourrait trouver comme solution ?
Ça, c’est ma question. Moi, je pose juste la question.
Je ne suis pas en train de dire : “Ok, dans ces cas-là, on va faire comme ça.” en leur apportant MA solution. 

Peut-être que dans une certaine phase et avant que les enfants aient l’habitude de trouver leur propre solution, on va le faire un petit peu plus.
Moi, mes enfants, ils sont un peu rodés à cet exercice, théoriquement en tout cas. 

Et c’est ce que j’accompagne les parents à faire dans la formation En finir avec les disputes dans la fratrie.
Il y a tout un processus pour accompagner vos enfants à aller vers des démarches de recherche de solutions, pour qu’ils sachent faire ça.

Moi, je leur dis à ce moment-là :
“Qu’est-ce que vous pourriez trouver comme solution ?”
Et évidemment, les premières solutions qui sortent (c’est naturel) ce sont celles qu’ils ont déjà évoquées, c’est-à-dire qu’Anatole me dit que Léon n’a qu’à aller faire de la guitare dans sa chambre, et Léon me dit qu’Anatole n’a qu’à aller lire dans sa chambre. 

Après, il y a d’autres alternatives qui pourraient apparaître (qui me viennent à moi) parce que la chambre de Léon est plus loin de l’espace commun. J’aurais pu lui suggérer d’aller par exemple dans mon bureau. 

Mais à ce moment-là, j’aimerais bien d’abord voir si eux, ils n’ont pas d’autres idées. Donc, je ne le leur suggère pas et je répète seulement :
“Ok, oui, Léon pourrait aller dans sa chambre, d’accord.” Donc, c’est Anatole qui dit ça. Léon dit : “Oui, ou bien Anatole pourrait aller dans sa chambre.” 

“Ok, Léon pourrait aller dans sa chambre, Anatole pourrait aller dans sa chambre, Ok. Quoi d’autre ?”
Là, évidemment, il y a un blanc, puisque pour l’instant, ils ne voyaient que ces deux solutions-là. Et là, on comprend bien pourquoi on est en lutte de pouvoir, puisque comme il n’y a que ça qui leur vient spontanément au départ ! Forcément, ils sont en opposition, puisque ce n’est pas compatible pour eux de rester tous les deux !

“Et donc, quoi d’autre ?”

Les idées arrivent

Alors, après cette petite pause, pendant laquelle ils réfléchissent effectivement, Anatole dit : “Peut-être qu’il pourrait jouer de la guitare moins fort ?”
Première réaction de Léon : “Non, la guitare, on la joue, ça ne se joue pas moins fort.”
Anatole dit “Si, en grattant un peu moins fort sur les cordes.”
Ok, du coup, je me tourne vers Léon, je lui dis : “Est-ce que tu voudrais essayer ?” Alors, Léon essaye de refaire ce qu’il est en train de faire en grattant un peu moins fort.
Je me tourne vers Anatole, je lui dis : “Ça te convient comme ça ?”
Anatole dit : “Oui, c’est ok !”, et, immédiatement, repart dans sa lecture. 

Léon s’essaye encore un petit peu là, pendant 10-15 secondes, et je lui dis : “Et toi, ça te convient comme ça ?” Il me dit : “Oui, c’est ok.” Et hop, il continue sa guitare.

Et on se retrouve à rester !

On est restés, je ne sais pas, au moins 20 minutes de plus, tous les trois dans cet espace commun. Anatole et moi en train de lire, Léon en train de faire sa guitare, tout en surveillant de ne pas la jouer trop fort. (Il y a même eu un moment où il s’est re-laissé aller un petit peu, à monter un peu le son, il s’en est rendu compte, il a re-diminué.)
Et où, finalement, on est tous restés ensemble, harmonieusement.

C’est magique

Je trouve ça assez magique de voir, comme dans certaines circonstances, il est facile, en fait, de sortir d’une lutte de pouvoir qui semblait bloquée, en ne faisant que faire un pas en arrière pour re-décrire la situation, et en disant : “Qu’est-ce qu’on peut faire et quoi d’autre ?”

Parce que c’est ce que je dis souvent aux parents quand je parle des disputes dans la fratrie, et c’est ce qu’on voit dans la formation En finir avec les disputes dans la fratrie, c’est que très souvent, la raison de la dispute, c’est que c’est la meilleure stratégie qui leur apparaît à ce moment-là, parce que parfois, c’est la seule, et parfois, ils en voient des pires, comme de se taper dessus, par exemple. 

Donc la dispute à ce moment-là est la meilleure stratégie qui leur apparaît.  Et parfois – pas toujours, et ça dépend de l’entraînement qu’ils ont dans la démarche, évidemment, mais parfois – il suffit d’ouvrir la question sur la possibilité qu’il y ait un autre chemin pour qu’ils trouvent ce chemin-là, qu’ils l’empruntent, et que tout se calme.

Voilà, donc si tout ça vous inspire, je vous encourage évidemment à aller faire un tour sur la page de ma formation En finir avec les disputes dans la fratrie pour en savoir plus, et pour vous inscrire si vous voulez apprendre à faire la même chose avec vos enfants. 

Et dans tous les cas, je vous encourage à mettre ça en place avec vos enfants la prochaine fois que vous sentez qu’il y a une tension qui vient, avant que ça n’explose, sinon ils ne sont plus en mesure de faire ça. Attention à ça, et à l’accueil des émotions dans ces cas-là !

Et puis, partagez ce podcast avec d’autres gens que ça pourrait intéresser, si vous pensez que ça peut les inspirer.
N’hésitez pas aussi à laisser 5 étoiles et/ou un avis pour aider ce podcast à se développer. 

À très vite !

Un épisode un peu différent : j’interroge mon fils Oscar, 21 ans, sur son adolescence avec l’éducation positive.

Ce que ça lui a apporté, comment il l’a vécu, ce qu’il en pense aujourd’hui…

Pour tous ceux d’entre vous qui se demandent ce que ça peut donner « à long terme » !

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Bonjour les parents qui cheminent.

Un épisode un peu particulier aujourd’hui, parce que j’avais envie de vous donner un peu une perspective de ce que peut donner l’éducation positive à un peu plus long terme.

Ce qu’on me dit souvent, que le fait d’avoir des enfants plus âgés me permet d’avoir un peu de recul, c’est vrai. Et on me demande ce que mes enfants en pensent. 

Aujourd’hui, je reçois dans ce podcast mon fils Oscar, qui a 21 ans.

– Alors Oscar, merci d’avoir accepté de faire ce podcast avec moi déjà.

– De rien, ça me fait plaisir !

L’expérience de grandir dans une atmosphère d’éducation positive

– L’expérience d’avoir grandi avec une atmosphère, un peu “éducation positive”- pour remarque, on a commencé ça quand tu avais 12 ans – comment c’était ? Est-ce que globalement, tu en as été content ou pas ?

– Alors, il est indéniable qu’aujourd’hui, l’ambiance qu’on a dans la famille, je me rends très bien compte que c’est une des grosses forces de notre famille, et ça non pas par rapport à ce qu’on avait avant, mais par rapport à mes amis, à toutes les familles que je vois autour de moi. Il y en a beaucoup qui vont avoir déjà une moins bonne ambiance avec leurs parents au cours de l’adolescence, par exemple.

D’ailleurs, on en parlait quand j’étais adolescent, quand on avait par exemple d’éventuelles disputes de temps en temps, on se disait : “C’est quand même cool d’avoir globalement une super ambiance”, alors que beaucoup d’adolescents commencent à mal s’entendre avec leurs parents.

Et puis, ça se voyait aussi plus jeunes…

Aujourd’hui, il y a une certaine indépendance qui se met en place, donc peut-être que ça joue aussi un rôle moins important, mais quand on était un peu plus jeunes et il y avait pas mal de questions de « qu’est-ce qui est une décision de l’enfant, qu’est-ce qui est une décision du parent ?”  et tout ça.
Aujourd’hui, et on en parlait hier avec Alice (Note : Alice est la sœur d’Oscar, elle a 16 ans au moment de cet enregistrement) nous, on a un rapport à ça qui est… j’ai l’impression qu’on nous a donné beaucoup d’indépendance, et je me sens très libéré par rapport à ça, et c’est hyper agréable

– Ok, alors du coup, tu as commencé à répondre à certaines autres questions que j’avais, donc c’est super…

L’éducation positive du point de vue des enfants 

Une des questions que j’avais, c’était “qu’est-ce que tu vois de spécifique à l’éducation positive ? Qu’est-ce que c’est pour toi l’éducation positive ? Tu nous parles de l’indépendance et de la prise de décision, visiblement, c’est un élément important pour toi.” 

– Effectivement, ça, c’est quelque chose dont je me suis beaucoup rendu compte.

En fait, j’ai l’impression d’avoir toujours grandi dans un sentiment global de “c’est moi qui prends les décisions, vous êtes là pour m’encadrer, pour m’aider, pour m’appuyer, mais jamais pour être contre moi.

 Et ça, ça fait un peu cliché de dire les choses comme ça, mais c’est vrai que c’est hyper sécurisant comme atmosphère

Et d’ailleurs, aujourd’hui, ça se répercute sur les discussions qu’on a, ou certaines des grosses décisions dans ma vie.

D’une part, je sais que c’est à moi de les prendre, et donc je sais que d’une certaine façon, je vais peut-être les prendre dans tous les cas, si c’est mon avis, et que quand je vous en parle, ce n’est pas pour vous demander la permission.

Par contre, je sais que vous avez toujours été là pour me donner des conseils, votre avis, et me sécuriser un peu dans mes décisions, et donc c’est hyper rassurant de se dire que c’est vraiment ça le rapport d’encadrement que j’ai avec mes parents.

…C’était quoi la question ? J’ai oublié !

– Non, non, c’est ça, c’est très bien. Je vais revenir sur la suite de la question effectivement. 

J’ai quand même envie de creuser un peu ce que tu viens de dire, parce que tu dis du coup “vous n’avez jamais été contre moi…”, et donc tu prenais tes décisions.

Effectivement, avec un rapport de… – tu as raison, ce que je ressens moi, d’un point de vue parental, et là, je transmets pour ceux qui nous écoutent, c’est une posture de confiance dans les capacités et les ressources de l’enfant
Est-ce que ça veut dire, parce qu’on pourrait aussi interpréter ça sous l’angle “c’est moi qui décide et vous n’avez rien à dire”, un peu laxiste, permissivité ? Est-ce que t’as l’impression qu’on t’a laissé prendre n’importe quelle décision ?

– Non, et je sais qu’il y a toujours eu des limites, évidemment.
Et ces limites, plus je prends de l’âge, plus elles deviennent laxistes. Aujourd’hui, pour le coup, effectivement, c’est moi qui décide de ma vie.

Donc, comme c’est un spectre, je ne saurais pas exactement dire. Cependant, justement, je trouve que, du moins tel que je le visualise aujourd’hui, le fait de sentir qu’on a vraiment une liberté de ses actions et que, souvent, le fin mot d’un débat, après une vraie réflexion et une vraie pondération des choses, c’est “si c’est comme ça que tu veux faire les choses, eh bien, on les fera comme ça” , “si c’est comme ça que tu veux prendre tes décisions, prends-les” , fait que j’ai l’impression d’avoir assez tôt pu moi-même limiter les décisions qui auraient été complètement irrationnelles.

Je pense qu’aussi, vous n’aviez pas besoin de vous poser la question de “si c’était trop laxiste ou pas”, parce que juste des décisions trop extrêmes, je ne les prenais pas en décidant moi-même de ne pas les prendre. 

– Tu veux dire que ça a aidé à développer un certain sens des responsabilités ? 

– On peut dire ça !

– Ok, intéressant. 

La notion de responsabilisation 

Je me demande aussi si ça, c’est aussi un point de vue qui est spécifique à l’adolescence, donc, que tu as traversée avec cette éducation…
Est-ce que c’est quelque chose que tu observes quand tu penses à l’éducation qu’on donne et que tu vois aujourd’hui l’éducation qu’on a donnée et qu’on continue à donner à tes plus jeunes frères qui ont aujourd’hui maintenant 9 et 11 ans ? Est-ce que tu dirais là aussi qu’ils prennent leurs décisions ? 

– Alors oui, effectivement.

Encore une fois, il y a ce fait qu’à 9 et 11 ans, on est moins responsable. Donc effectivement, il y a des moments où forcément, vous devez un peu mettre des limites.

Mais dans la mesure où l’une des valeurs est de pouvoir les responsabiliser le plus possible, je trouve ça souvent assez impressionnant quand je vois les débats ou les diverses querelles qu’il peut y avoir, ou décisions qu’il doit y avoir dans un foyer au quotidien, à quel point l’effort est fait pour essayer de responsabiliser le jeune. 

Et même parfois, à la fois, c’est inspirant et c’est frustrant de se dire, même dans un débat où je pourrais moi-même prendre part, de dire en fait, j’aimerais bien faire les choses plus vite, plus efficacement. Et on prend un peu des détours pour que ce soit vraiment eux qui prennent les décisions. Et je vois bien que c’est le principe et c’est ce que tu nous expliques. Mais du coup oui, c’est sûr que c’est une valeur prépondérante et quand je vois l’atmosphère dans laquelle ça nous a fait grandir, je ne peux qu’adhérer. 

– Ok, super !

Les spécificités de l’éducation positive

Et du coup, effectivement, ma question, c’était, indépendamment de cette confiance, autonomie, prise de décision, responsabilisation, qu’est-ce que tu vois d’autres comme spécificités de l’éducation positive ?

– Alors, il y a cette question de responsabilisation, il y a une question qui je pense n’est pas forcément à mettre au premier plan, mais qui joue un rôle assez important pour moi : de non-punissant.

Je me souviens que quand j’étais adolescent notamment, j’avais un peu l’impression que c’était presque la triche par rapport aux autres de ne pas me faire punir. Et parfois ça m’est arrivé de faire des bêtises et de ne pas me faire punir à une hauteur qui aurait été raisonnable pour de telles bêtises. Et ça, bah oui, je le vois aujourd’hui encore, vraiment ce côté.

Et d’ailleurs, on en avait parlé, j’essaye de l’appliquer un petit peu : je suis chef scout, et j’essaye de l’appliquer un petit peu avec mes jeunes scouts. Et très vite, j’arrive aussi face aux limites du modèle et au fait que c’est dur à mettre en pratique.

Mais du coup, ça, je trouve que c’est quelque chose que je ressens pas mal et qui est franchement assez fort parce qu’il y a cette même notion de responsabilisation de, en fait : “les choses, tu ne les fais pas parce que tes parents te disent de les faire ou parce que si tu fais les choses mal, il va y avoir des conséquences divines venues d’un pouvoir extérieur”, mais juste parce qu’il faut apprendre à prendre sa vie en main et que dans la vie, on ne fait pas des choses qui, par exemple, nuisent aux gens ou qui ont des conséquences néfastes.

Donc ça, je l’ai remarqué aussi. 

Et j’ai l’impression de peut-être ne mettre la lumière que sur une petite partie du concept.
Donc, si je devais développer, je dirais aussi, il y a ce côté plus globalement positif que je comprends peut-être moins bien, qui est peut-être un peu plus vague, mais juste d’être le plus possible dans le soutien de l’enfant, dans évidemment : “essayer de ne jamais crier, essayer de ne jamais insulter l’enfant ou le critiquer”. Et ça, peut-être que je le souligne moins parce que ça me semble un peu être acquis aujourd’hui dans mon foyer, mais je pense effectivement que ça fait vraiment partie aussi d’une ambiance bienveillante. Voilà. 

– Ok, excellent. C’est super ! Et puis toutes ces notions sont liées en fait, la notion de soutien en fait particulièrement qui se traduit dans tout ce que tu viens de dire. 

Le point de vue des copains au regard de l’éducation positive

Est-ce que c’est quelque chose dont tu as déjà parlé avec tes copains, soit à l’adolescence, soit maintenant ?

– Oui, toujours, je pense plus à l’adolescence, quoique… Ouais, pas mal à l’adolescence, quand les questions commençaient à se poser un petit peu de , “jusqu’à quelle heure j’ai le droit de sortir, si je fais des soirées, etc.”, il y avait un peu une confrontation de nos visions et je me souviens que ça m’a toujours un peu angoissé quand des amis me parlaient de parents par exemple hyper contraignants, qui n’étaient pas ouverts à la discussion.
En fait, je pense que c’est ça qui est le plus ressorti, c’est le fait que… Et alors pour le coup, vous n’étiez pas les seuls évidemment, il y a des amis aussi qui pouvaient complètement discuter avec les parents, mais le côté, je l’ai toujours un peu eu comme acquis que des parents sont vraiment là pour nous encadrer, donc il y a toujours ouverture à la discussion, à la négociation.

Voilà, mon argent de poche, il ne me suffit pas ou il me suffit. Voilà, en fait ces horaires-là pour rentrer de soirée me conviennent ou ne me conviennent pas. Et le fait de me dire qu’il y avait des foyers dans lesquels ça ne marchait pas comme ça, je me disais : “Mais on doit se sentir enfermé. On ne peut pas s’exprimer. On ne peut pas… En fait, comment les parents peuvent savoir qu’on se sent bien s’ils ne sont pas à l’écoute de nos retours ?”

Voilà, donc je pense que c’est à peu près de ça dont je me souviens dans l’adolescence. 

Et puis aujourd’hui, évidemment, ça joue une place moins importante vu que je ne vis plus avec vous, mais c’est vrai que parfois quand je raconte à des amis que je suis venu vous voir, qu’on a parlé de ceci ou de cela, ils sont un peu étonnés juste du fait qu’on ait une relation très ouverte, très saine et très agréable

– C’est cool ! Nous aussi, on apprécie la relation avec toi, c’est clair, et avec tes frères et sœurs.

Ce que l’enfant retire de l’éducation positive ? 

Est-ce que… j’avais envie de dire un petit peu maintenant qu’est-ce que tu penses en avoir retiré, mais je crois que tu l’as déjà pas mal couvert.
Visiblement, cette autonomie, cette prise de décision, cette confiance dans tes choix, tout en sachant que si tu as besoin de conseils ou de soutien, on est encore là pour toi. 

– Petit exemple pratique, je me souviens que notamment, c’était rentré en jeu quand j’avais hésité à prendre une année sabbatique pour faire de la musique et que c’était une décision qui était, je ne sais pas si je dirais risquée, mais c’était une grosse décision à prendre, qui correspondait un peu au code : des parents trop traditionnels n’auraient jamais autorisé ça.
Et du coup, je me disais : “dans quelle mesure est-ce que… Quel rôle vont jouer mes parents dans ma décision pour ça ?” Et en fait, j’ai beaucoup aimé en m’écoutant moi-même me rendre compte que j’avais vraiment envie de vous en parler parce que je savais que dans tous les cas, j’allais pouvoir prendre cette décision, mais que j’étais vraiment intéressé de savoir quels étaient vos avis, aussi de vous faire part de ma réflexion et de pourquoi je prenais cette décision, et de pouvoir juste m’appuyer sur vous pour prendre cette décision avec sagesse.

– Et c’est un bon exemple parce que… Est-ce que tu sens dans certaines de ces discussions ou tu as senti… que justement parfois on est nous-mêmes un peu en lutte contre nous-mêmes, entre les parents qu’on a envie d’être : soutenants et puis les idées reçues, les croyances dont on a aussi hérité et qui sont difficiles pour nous, qui nous rendent les choses parfois difficiles pour sortir du rôle des parents “classiques” comme tu dis.

– Ouais carrément ! C’est vrai que parfois ça se voit. Après, je trouve que c’est peut-être aussi de l’expérience, mais votre discours est quand même assez fluide vis-à-vis de ce questionnement-là. Peut-être ça se voit un petit peu plus chez papa, qui va plus avoir tendance peut-être à retourner dans ses travers un peu traditionnels. Mais en tout cas, la partie prise sur vous, et donc être à l’écoute et être ouverts à ce que je vous dis est quand même clairement fonctionnelle, permet donc qu’on ait des discussions comme ça où je me sens parfaitement écouté et serein de parler de ça avec vous.

– Ok, cool ! 

Le côté « fleur bleue »

J’ai quand même une autre question que j’hésite à poser, mais je vais la poser quand même pour être en toute transparence avec nos auditeurs.

Est-ce qu’il y avait aussi des côtés relous ? Typiquement, récemment, on m’a demandé : “Ah bon, vous faites des réunions familiales régulièrement, mais est-ce que tes enfants apprécient ça ?” Est-ce qu’il y a des choses qui t’ont semblé un peu pesantes ? 

– Ok. Alors effectivement, pour être en toute transparence avec nos auditeurs, il y a tout l’écosystème un peu qui va avec ça, qui peut sembler un peu, je ne sais pas si j’ai le bon mot, un peu fleur bleue.
(Oh, c’est plutôt le bon mot, je suis plutôt satisfait de ce mot !)

Donc oui, les réunions familiales, mais il n’y a pas que ça, il va y avoir aussi des petits mots sur les portes des salles de bain, sur le frigo, des petites citations parfois que maman va nous sortir. Donc effectivement, il y a tout cet univers-là qui peut sembler un petit peu fleur bleue et qui parfois peut être un petit peu pesant.

Alors avec ma sœur par exemple, on se retrouve un peu là-dedans et donc ça nous est arrivé un petit peu de nous moquer de cette partie-là de l’univers. 

Cela étant dit, je pense – et aujourd’hui, avec un petit peu de recul, je suis persuadé – qu’en fait, on a trop facilement tendance à critiquer ces trucs-là qui sont un petit peu trop idéalistes et à se dire : “Nnnnn, le monde est gris, il ne faudrait pas mettre des citations positives sur notre frigo.”
Alors qu’en fait, la réalité, c’est qu’avoir des citations positives sur son frigo, en fait, effectivement, ça fait que tu les lis plusieurs fois par jour et ça améliore juste ta mentalité. 

Et on a un peu la même chose aux scouts.
À la fin de la journée, on se fait des réunions entre nous pour discuter des tensions et tout. Et donc sur papier, toujours ces trucs-là qui en fait sont des efforts, c’est aussi ce même débat de “est-ce que les gens sont prêts à s’investir dans une parentalité nouvelle”, alors que ça peut coûter de l’argent, ça peut coûter du temps et sur papier, ce n’est pas quelque chose qui est immédiatement rentable.

Et en fait, tous ces trucs-là, je trouve, il se trouve que c’est comme ça qu’on met une ambiance globale de bien-être en place.
Et donc, il faut réussir à s’affranchir de cette image qu’on a de “c’est relou”, même si j’avoue, j’y suis moi-même encore un petit peu sensible et on se permet d’en rire un petit peu de temps en temps. Et d’ailleurs, on a des blagues un peu dans la famille quand ça va trop loin… on s’en moque, bien sûr ! 

Mais du coup, par exemple, les réunions familiales, oui, au début et même encore aujourd’hui, les jeunes, tout le monde fait un peu “Rhoo, réunion familiale !”  mais en fait, c’est trop cool d’avoir une réunion familiale pour mettre les soucis au sol. 

Et je pense que ça, intrinsèquement, ce sera toujours le débat des temps qu’on prend pour aller mieux avec nous-mêmes.
Comme aller chez le psy, c’est relou, tu prends une heure, mais en fait, ça va mieux, enfin, tu travailles sur toi. 

En vacances, avec des potes, c’étaient des “vacances voyage”, donc il y avait des tensions. Donc, on a fait quelques moments où on s’est retrouvés pour discuter des tensions.
Au début, tout le monde avait la flemme parce que ça prend du temps et que c’est un peu relou. Et en fait, à la fin, tout le monde se sent mieux parce que c’est trop cool de pouvoir avoir un moment où on se sent en sécurité pour parler de nos… (Note : la suite était trop claire pour être dite, sûrement…)

et je pense que forcer ses enfants, pendant que tu as un peu le… t’es quand même parent, donc tu as quand même la prise de décision de la famille, forcer un peu la main sur “bah ouais, il va y avoir des citations positives sur le frigo et oui, on va prendre du temps pour faire des réunions familiales”, ça permet de vraiment leur ouvrir les yeux sur le fait que c’est quelque chose d’hyper important dans la vie et qu’en fait, ça pourrait vraiment aller mieux si on s’ouvre à ça

– Super, merci beaucoup pour tout ton partage, tout ton retour avec honnêteté et transparence. Et puis, on reste en contact !

– Yes, bah, on s’écrit ! Un p’tit mail, un p’tit texto… 

– Exactement. 

Les parents qui cheminent, si vous avez envie d’entendre d’autres podcasts, n’oubliez pas de vous abonner à la chaîne et de partager cet épisode à d’autres parents que ça pourrait aider ou inspirer. 

À bientôt !

Bien sûr, parfois on se plante !! Dans notre rôle de parent, comme dans toute autre situation de la vie, on n’est pas toujours au top. On fait de notre mieux pourtant, en tout cas, on essaye… Mais notre mieux, parfois, il est pas terrible… L’important, ce n’est pas le raté, c’est ce qu’on fait après. Et une chose que j’aime bien faire, c’est revenir ensuite sur mon comportement. Ça montre qu’on est humain, ça donne un modèle, et ça contribue à la connexion avec nos enfants.

Est-ce que vous le faites aussi ?

— Pour écouter ces contenus audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Ce que l’on veut transmettre à nos enfants

Bonjour les parents qui cheminent. 

Je vous fais un petit podcast avant de partir en vacances, parce que j’avais un point à partager avec vous. C’était : Comment fait-on pour transmettre les notions que l’on va apprendre le long de notre cheminement, à nos enfants ? Alors, la raison pour laquelle je vous partage cela maintenant, c’est justement parce que ce sont bientôt les vacances. Au moment où j’enregistre, on est déjà le 11 juillet. Donc c’est déjà bien l’été ! Les vacances ont commencé. 

De mon côté, je pars en vacances dans deux jours. Et donc mon idée, c’était de vous embarquer avec moi dans cette aventure de l’été : c’est-à-dire que l’été est un espace dans lequel on va passer plus de temps avec nos enfants. Et pour moi, c’est toujours une préoccupation de : “Et si j’en profitais pour leur transmettre certaines notions ?”

On transmet beaucoup par notre modèle

Je m’explique. Évidemment, la majeure partie de ce qu’on leur transmet, on va le transmettre plus par notre modèle, tout simplement, c’est-à-dire notre façon de vivre. On va transmettre, par exemple, la façon de traverser des émotions fortes par la façon dont on le fait nous-mêmes. D’ailleurs, on peut le faire d’une façon le plus explicite possible, pour qu’ils s’en rendent compte et qu’ils l’emploient. 

  • On va leur transmettre la notion du temps de pause, typiquement, quand les émotions débordent, en prenant nous-mêmes un temps de pause. 
  • On va leur transmettre le respect de soi en essayant de se respecter nous-mêmes
  • On va leur transmettre le fait d’exprimer sa colère sans agresser l’autre, en réussissant à exprimer notre colère sans agresser l’autre
  • On va leur transmettre la notion de motivation intrinsèque, plutôt que de contrôle externe, en essayant nous-mêmes de développer leur motivation intrinsèque : en leur posant des questions, en les interrogeant, en discutant de leurs motivations plutôt qu’en cherchant à les contrôler via des punitions et des récompenses. 

On va leur transmettre comme ça, énormément de choses via notre posture.

Une dissonance entre ce qu’on aimerait et ce qu’on vit

Ce qui, d’un côté, est d’une simplicité extrême et puis d’un autre côté, évidemment, d’une complexité extrême. Puisque nous-mêmes, nous ne sommes pas toujours complètement cohérents dans nos comportements par rapport à ce qu’on aimerait transmettre. Parce que voilà, on a la théorie, on a ce avec quoi on est d’accord. Et puis, il y a les moments où on se comporte en suivant, certains des réflexes acquis qu’on a en nous, en étant emportés par nos émotions, etc. Donc, il y a souvent une espèce de dissonance cognitive entre ce qu’on aimerait et ce qu’on vit. 

Mais, peu à peu, un pas après l’autre, on s’aligne de plus en plus sur nos valeurs, sur ce qu’on a envie de transmettre. Et notre modèle transmet déjà énormément de choses à nos enfants. Et c’est comme ça qu’on se retrouve avec des enfants qui, par exemple, je ne sais pas… Un exemple tout bête : c’est mon fils qui parfois ne comprend pas, quand il lit dans un livre, une réflexion autour du fait que les garçons, ça ne pleure pas. Il ne sait même pas d’où vient cette notion-là, parce que ce n’est pas du tout ce qu’il a reçu comme exemple, qu’il ne voit pas bien pourquoi les gens diraient ça.

Donc voilà ! Ça, c’est vraiment super.

Transmettre des notions théoriques

Alors peut-être que c’est aussi parce que dans ma posture à moi, parce que moi, j’adore apprendre, j’adore la théorie, j’aime bien comprendre ce que je suis en train de vivre. Du coup, j’ai souvent envie de transmettre des notions théoriques à mes enfants. J’ai envie de leur expliquer comment fonctionnent les choses. J’ai envie de leur raconter des choses qu’ils vont comprendre également. 

J’ai l’impression qu’il y a tellement de choses que j’apprends sur mon cheminement de parent qu’on devrait tous avoir appris en fait avant. Des notions qui, pour moi, devraient être incluses dans les programmes scolaires. Je sais qu’on en est beaucoup à penser comme ça, c’est-à-dire que les programmes sont très académiques, qu’ils sont très contenus, etc. 

Transmettre les compétences psychosociales

Mais toutes ces compétences psychosociales qu’on apprend plus tard en tant qu’adulte, sur un chemin de développement personnel, finalement, et si on offrait ça à nos enfants plus tôt ? Est-ce que ça ne les aiderait pas dans leur vie ? Est-ce que cela n’aiderait pas à une meilleure ambiance ? Déjà de classe au départ, mais également de famille, de société, etc. C’est vraiment cette notion, comme le dit Thomas d’Ansembourg d’ailleurs : “Un citoyen pacifié est un citoyen pacifiant”. Et toutes ces notions qu’on apprend sur notre chemin à la fois d’éducation positive et finalement de développement personnel (parce que avancer sur ce chemin d’éducation positive, c’est aussi avancer sur un chemin de développement personnel), j’aimerais parfois les transmettre !

Que peut-on transmettre pendant l’été ?

Et du coup, la question me vient de : Comment je fais pour transmettre ces notions-là, de façon ludique, à mes enfants ? Et l’été, pour ça, c’est vraiment le bon moment. C’est-à-dire que moi, je ne suis pas tellement (je dis “tellement”, mais en fait “pas du tout”),je ne suis pas adepte des devoirs de vacances. Pourtant, j’adore enseigner des choses à mes enfants, même des choses académiques. Il y a eu un moment où on a fait l’école à la maison et c’est quelque chose que j’adorais faire. Donc, je sais que certains parents n’apprécient pas cette démarche d’être l’enseignant de leur enfant. Moi, j’adore ça ! Donc, ça ne me poserait pas de problème de faire ça. Mais j’ai le sentiment que, ils passent déjà énormément de temps pendant l’année scolaire à apprendre des tas d’informations académiques, qui sont certes fort utiles, mais du coup, le temps que je peux avoir avec eux pendant l’été, je n’ai pas envie de le passer à revoir la conjugaison des verbes du troisième groupe au passé simple. J’ai plutôt envie de le passer à transmettre des notions qu’ils n’apprennent pas à l’école. Des choses qui sont pourtant tellement fondamentales, comme la démarche de gratitude, comme les langages de l’amour, etc

Travailler notre connexion 

Et donc ces notions-là, qui ne sont pas forcément l’éducation positive en soi, mais qui sont complètement connexes et qui vont tellement bien avec. J’ai cherché comment faire. Enfin ! J’ai cherché comment je pouvais les transmettre à mes enfants et profiter du temps de l’été pour pousser des activités avec eux, qui soient des choses familiales dans lesquelles on découvre ces notions-là ensemble. On découvre ou bien, on avance ensemble sur ces notions-là de façon ludique et sympathique, pour partager des moments chouettes déjà , rien que ça, c’est travailler sur notre connexion, rien qu’en passant des moments ensemble ! Et puis, en sortir de cet apprentissage de notions, qui vont nous servir ensuite peu à peu pour faire grandir la fluidité et la connexion dans notre famille.

Les notions pour travailler sur la connexion

Et c’est pourquoi, je vous ai créé pour cet été, en fait, je vous / nous ai créé, pour cet été, les capsules de l’été. Alors, je dis vous et nous, évidemment, compte tenu de mon cheminement, tout cela n’est pas nouveau, ces notions-là. 

Alors, en l’occurrence, j’en ai choisi quatre : 

  • la première, c’est le réservoir affectif;
  • la deuxième, ce sont les langages de l’amour
  • la troisième la pleine conscience;
  • la quatrième, la gratitude

Ces notions-là sont des notions dont on a déjà parlé dans notre famille. Et donc, ce n’est pas nouveau chez moi. Mais j’ai quand même l’intention de partir avec ces capsules dans mes bagages, pour pouvoir, de la même façon que vous j’espère, les vivre avec mes enfants. Pour chacun de ces thèmes, avec ma comparse Émilie, on a créé, d’une part, une fiche théorie, qui s’adresse à toute la famille et qui présente la notion de façon relativement simple, pour que ce soit accessible à des jeunes enfants (d’ailleurs, ça a été relu par mon fils Anatole, qui les valide). Ensuite, il y a des fiches d’activités à faire avec les enfants, justement pour pouvoir mettre en pratique cette notion, pour qu’ils comprennent mieux. Et c’est vraiment, je sais ce dont les parents ont besoin ! Cela m’est arrivé d’ailleurs la semaine dernière en coaching de groupe (c’est assez rigolo), une maman m’a dit : “Comment fais-tu pour transmettre cette notion de réservoir affectif, dont je comprends aujourd’hui à quel point elle est fondamentale aux enfants ?” Et j’ai dit : “Tu tombes parfaitement ! Je suis en train de finir de préparer les capsules de l’été. Et justement, c’est un des thèmes !”

Les capsules de l’été

Donc voilà ! Ce sont des activités qui vont leur permettre de mieux comprendre et d’appréhender la notion. Et ensuite, il y a aussi une fiche, sous l’angle de : Comment faire vivre cette notion ? Comment la faire durer dans le temps ? Quel type de rituel peut-on mettre en place dans sa famille ? 

Tout ça ! C’est sous forme de fiches téléchargeables. Il y a même des jeux autour des langages de l’amour, vous allez voir ! 

C’est donc sous forme de fiches téléchargeables, à imprimer et à faire vivre. Il n’y a rien sur l’écran parce que mon but n’est pas de mettre les enfants devant les écrans. Donc, vous pouvez les imprimer et les emporter dans votre valise. Et où que vous soyez, vous pourriez faire ça avec vos enfants. 

J’espère que ça va vous faire vivre de chouettes moments pour transmettre ces notions. Donc, je vous les répète : le réservoir affectif, les langages de l’amour, la pleine conscience et la gratitude. Vous pouvez aller voir sur le site comment vous procurer les capsules de télé, dans l’onglet “Formation en autonomie”. Vous aurez la possibilité de choisir entre trois formules : 

  • soit les deux premières capsules, 
  • soit les deux dernières, 
  • soit carrément les quatre. 

Je vous souhaite beaucoup de plaisir avec ces capsules et on se retrouvera après l’été, pour que vous me disiez comment ça a marché avec vos enfants !

À très vite !  Bel été !.

Tous les lundis soirs, le cercle des parents heureux se réunit.

Et, à chaque fois, ça donne lieu à des réflexions, des prises de conscience, des ré-alignements.

C’est tellement précieux pour moi que j’ai décidé de partager avec vous, chaque mardi, ma pépite du cercle !

Aujourd’hui, ma pépite fait suite à notre séance thématiques : « Actions non punitives »

Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire !

(et pour en savoir plus sur le cercle, cliquez sur le lien plus haut !)

Tous les lundis soirs, le cercle des parents heureux se réunit.

Et, à chaque fois, ça donne lieu à des réflexions, des prises de conscience, des ré-alignements.

C’est tellement précieux pour moi que j’ai décidé de partager avec vous, chaque mardi, ma pépite du cercle !

Aujourd’hui, ma pépite est aussi une piste de réflexion… autour du fait de donner la parole aux jeunes quand certains n’osent pas participer.

Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire !

(et pour en savoir plus sur le cercle, cliquez sur le lien plus haut !)

Tous les lundis soirs, le cercle des parents heureux se réunit.

Et, à chaque fois, ça donne lieu à des réflexions, des prises de conscience, des ré-alignements.

C’est tellement précieux pour moi que j’ai décidé de partager avec vous, chaque mardi, ma pépite du cercle !

Aujourd’hui, je reviens sur nos 2 dernières séances, et je vous parle de :
– nommer ce que l’on traverse
– enseigner la générosité

Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire !

(et pour en savoir plus sur le cercle, cliquez sur le lien plus haut !)

Tous les lundis soirs, le cercle des parents heureux se réunit.

Et, à chaque fois, ça donne lieu à des réflexions, des prises de conscience, des ré-alignements.

C’est tellement précieux pour moi que j’ai décidé de partager avec vous, chaque mardi, ma pépite du cercle !

Aujourd’hui, je reviens sur notre séance thématique du mois, autour de la notion de groupe.

Et ma pépite porte sur cette double approche : l’individu et la communauté – l’écoute de soi et l’intérêt du groupe…

Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire !

(et pour en savoir plus sur le cercle, cliquez sur le lien plus haut !)