,

La fenêtre d’acceptation : un concept de Thomas Gordon

Quand on devient parent, pas facile de savoir comment réagir face aux comportements de nos enfants. D’autant qu’on ne ressent pas toujours les mêmes choses face aux mêmes comportements… Vous avez déjà remarqué ça ? Thomas Gordon (un des auteurs phares de la parentalité positive) propose une image très simple de la chose, à travers son concept de « fenêtre d’acceptation ». Cette fenêtre nous permet de simplement faire un pas en arrière et prendre conscience (et la responsabilité) de ce qui se passe avec notre enfant, puis, surtout, d’adapter notre communication. Ça vous dit d’en savoir plus ? C’est parti.

Accepter l’imperfection

Nous avons beau être devenus des parents, nous n’en restons pas moins des êtres humains.
Avec nos sentiments, nos émotions, nos pensées, nos caractères, notre sensibilité… nos limites aussi !

Pour beaucoup d’entre nous, devenir parent signifie mettre de côté toutes ces choses pourtant naturelles pour devenir une sorte de super-héros.
Ne jamais faire d’erreur. Etre un parent parfait.
Se sacrifier pour son enfant, toujours faire passer ses besoins avant les nôtres, quitte à en être frustré. Rester tolérants, réceptifs et pleins d’amour quelles que soient les circonstances.

Et pourtant… En agissant ainsi, outre le fait que nous mettons en péril notre propre équilibre psychologique, nous perdons davantage en efficacité auprès d’eux que si nous restions vrais.
Pensez-vous que nos enfants ont plus intérêt à grandir auprès de personnes qu’ils pensent infaillibles, ou qu’il est préférable pour eux de constater que tout le monde a ses faiblesses, et que par conséquent ils ont eux aussi le droit de faire des erreurs sans pour autant se sentir jugés ou médiocres ?

Même si cela part d’une bonne intention, le fait de vouloir paraître toujours en contrôle traduit finalement une idée de supériorité du parent.
Si nous voulons que nos enfants nous partagent leurs joies et leurs peines, en nous faisant confiance, nous leur devons de rester authentiques.
Ainsi, nos enfants sauront qui nous sommes, vraiment.

La fenêtre d’acceptation de Thomas Gordon

Une fois que nous acceptons le fait que nous avons nos limites, nous réalisons que celles-ci nous sont propres.
C’est-à-dire que les autres parents n’ont pas nécessairement les mêmes que nous. Et c’est vrai également de notre conjoint…

Définition de la fenêtre d’acceptation

Voyons donc le schéma d’acceptation que propose Thomas Gordon, pour nous aider à comprendre comment être en phase avec nous-mêmes.

Le principe est simple : lorsque notre enfant se comporte d’une façon qui ne nous dérange pas, nous éprouvons de l’acceptation. Lorsque son comportement devient problématique de notre point de vue, nous basculons dans l’inacceptation.

Ainsi, si l’on considère un rectangle, appelé « fenêtre d’acceptation » , qui représente l’ensemble des comportements possible de notre enfant,

on peut le diviser ensuite en deux parties :

Un comportement se situant dans la zone d’acceptation pourrait par exemple être le fait que votre fils de quatre ans joue avec ses petites voitures à quelques mètres de vous pendant que vous repassez du linge.
Si toutefois il passe plusieurs fois entre vos jambes manquant de vous faire chuter alors que vous avez le fer chaud dans les mains, son comportement devient inacceptable pour vous.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ouragan María : une opportunité d’enseignement…

La ligne qui sépare la zone d’acceptation de la zone d’inacceptation est plus ou moins basse selon le taux d’acceptation du parent.

Note : En fait, on peut aller plus loin dans ce concept de la fenêtre d’acceptation, puisque Thomas Gordon parle aussi de la zone dans laquelle la situation est inacceptable pour l’enfant, alors qu’elle l’est pour nous. Je ferai à ce sujet un autre article, car je ne voudrais pas vous perdre…

Facteurs qui influencent les zones d’acceptation et d’inacceptation

Notre caractère et/ou nos croyances

Ce taux d’acceptation est influencé en partie par notre caractère : les personnes ouvertes d’esprit, tolérantes, en paix avec elles-mêmes et indépendantes dans leur façon de penser et d’être sont en général capables d’une plus grande acceptation vis-à-vis des enfants, comme avec le reste des gens.
A l’inverse, les personnes qui jugent facilement, ne paraissent jamais satisfaites, sont fermées et strictes et montrent très peu d’acceptation.

Précisons cependant que l’on peut être tout à fait ouvert et tolérant et avoir quand même une zone d’acceptation face aux enfants réduites, simplement parce que cela correspond à nos croyances !
Vous savez, tous ces principes que l’on nous a répétés à nous, quand on grandissait, et qui sont encore communément admis :
« Un enfant ne devrait pas…. » , « C’est un caprice… »… tous ces principes de l’éducation traditionnelle qui ont pénétré nos propres modes de pensées, qui créent encore des connexions entre nos neurones.
Cela demande du temps d’évoluer dans nos croyances pour évoluer dans nos méthodes éducatives ! Il est naturel que notre manière d’éduquer dépende de ce que nous avons nous-mêmes reçu…
Bref.

Le caractère de l’enfant

Les zones de notre fenêtre d’acceptation dépendent aussi du caractère de l’enfant.
Car l’usure est un facteur fort de l’acceptation ou de l’inacceptation !
Certains enfants ont un caractère plus facile à accepter (pour nous) que d’autres. C’est un fait.
C’est marrant d’ailleurs de constater que

  1. ce qui est difficile à accepter pour nous n’est pas toujours la même chose que ce qui est difficile pour l’autre
  2. les enfants considérés « difficiles » ont parfois des qualités et compétences qui leur seront bien plus utiles à long terme !

En tout cas, il est normal de ne pas avoir le même degré d’acceptation à l’égard de tous nos enfants.
On peut comprendre que certains parents s’en sentent coupables, mais c’est pourtant tout à fait légitime.
En fonction de notre histoire, de nos valeurs, de nos blessures, de nos valeurs, on réagit à des choses différentes.
Ah.. et puis on cherche souvent plus de simplicité au quotidien !
Parfois je me dis : « Ce serait plus simple parfois d’avoir des enfants qui juste obéissent sans commenter ! ». Pourtant, je sais bien que l’obéissance n’est pas une qualité que je cherche à développer chez eux..

Parfois, notre acceptation variable est inconsciente : on l’enfouit car on en a honte.
On peut par exemple manifester davantage d’acceptation pour un enfant timide que pour un enfant aventurier et actif,  pour un enfant curieux que pour un distrait, etc…
Je ne dis pas ici qu’il ne faut rien y faire. Il est toujours bon de s’en rendre compte et de chercher d’où vient ce décalage, pour progresser dans notre acceptation. Mais ne pas rester dans la culpabilité. La considérer comme d’habitude comme une bonne prise de conscience pour avancer.

Notre état d’énergie

Nous avons globalement conscience de nos limites, ou de nos principes. Nous savons ce qui est acceptable ou non de notre point de vue.
Et nous pensons souvent que cette limite est fixe.
Pourtant, nos limites se déplacent avec notre humeur…
Une chose  acceptable à un instant t peut nous rendre irritable après une journée éreintante. On l’a tous déjà expérimenté !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Ancrer sa parentalité , renforcer le couple et faire grandir la famille : la feuille de route.

A l’inverse, vous m’avez comprise, quelque chose qui nous agace habituellement peut nous paraître finalement sans gravité un jour où nous sommes particulièrement de bonne humeur, que nous avons appris une bonne nouvelle, que nous sommes bien avec des amis, détendus…

Encore une fois, pour bien éduquer nos enfants, il faut prendre d’abord soin de nous !

Car notre état, physique ou psychologique, influe sur notre perception de ce qu’il se passe autour de nous. D’ailleurs, c’est autant valable pour nous-mêmes que pour nos enfants.

Le contexte

Enfin, notre limite entre les zones dépendra également du lieu où nous nous trouvons.
Un comportement acceptable chez nous ne l’est peut-être pas chez des amis…

Regard des autres, bonjour !

Rester vrai en toute circonstance

La « fausse acceptation »

Parfois, un comportement nous agace, mais on se sent coupable de ce sentiment. Alors, on l’accepte quand même.
On a l’impression que le comportement de l’enfant ne devrait pas nous incommoder, on tente de se convaincre qu’il est acceptable.
De la sorte, on n’est pas en accord avec nous-même. On ressent une certaine émotion négative mais notre attitude ne reflète pas ce qu’il se passe en nous.
(Ou du moins le croit-on… car il est fréquent que notre attitude non-verbale le montre !)
On bouge alors faussement la limite des zones de notre fenêtre d’acceptation, et Thomas Gordon parle de « fausse acceptation ».

Le problème vient, je crois, du fait que l’on croit qu’avoir une attitude bienveillante signifie accepter l’enfant tel qu’il est, et on oublie de respecter nos propres limites.
D’un côté, c’est normal : on a grandi dans une société autoritaire, donc votre coach parental a plutôt insisté sur l’écoute de l’enfant, sur le fait d’accueillir avec bienveillance ce qu’il vit. Et il a eu raison !! C’est fondamental pour commencer : aller enfin à la rencontre de notre enfant !
Thomas Gordon parle par exemple beaucoup d’écoute active, et c’est effectivement une bonne manière d’instaurer des relations positives.
Pourtant, culpabiliser les parents qui ne sont pas toujours dans l’acceptation de leur enfant est contre-productif. Parce que ce n’est pas la réalité. On peut aimer inconditionnellement, mais pas tout accepter avec calme…
(ah.. le calme en toute circonstance… j’appelle ça « Le mythe du parent zen ».)
L’approche empathique est une chose. S’oublier soi-même au risque de basculer dans la permissivité en est une autre…

Lorsque l’on tombe dans cette « fausse acceptation », dont parle Thomas Gordon, il se passe deux choses :

1- A la longue, une frustration s’installe et on peut éprouver du ressentiment envers son enfant. (On retrouve ici l’idée déjà vue dans Parents respectueux, enfants respectueux que les parents ont aussi des besoins !)

2- Nos enfants, très sensibles à une multitude de signaux non verbaux, et très doués pour décoder notre pensée réelle, reçoivent un message mixte. Ils peuvent même finir par nous en vouloir de ne pas être sincères envers eux.

Thomas Gordon suggère de savoir se situer sur la fenêtre d’acceptation

Pour sortir de cette « fausse acceptation », la première étape essentielle est évidemment de savoir vous situer sur cette fenêtre d’acceptation !

Soyez clairs avec VOTRE fenêtre d’acceptation : soit le comportement est dans VOTRE zone d’acceptation, soit il ne l’est pas. (oui, je mets « VOTRE » en majuscules, pour insister sur le fait qu’elle vous est propre, ça aidera quand je vous parlerai, juste un peu plus bas, de prendre sa responsabilité !)

Oui, il vous appartient de clarifier comment vous vous sentez, ce qui vous manque, ce à quoi vous aspirez, afin d’adopter, pour vous et votre enfant, un cadre bienveillant.
(Et c’est comme ça que le chemin de la parentalité positive devient un chemin de développement personnel… mais c’est une autre histoire !)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   5 erreurs communes face aux disputes entre enfants

La place de la communication

Pourquoi est-ce si difficile parfois de poser des limites ? Parce qu’on ne sait pas toujours le faire de manière bienveillante.

Je ne vais pas vous faire ici une formation de communication. Bien communiquer est vraiment un art qui s’apprend, et j’en ai de nouvelles preuves tous les jours, autant par mes succès qu’avec mes échecs.

Notre manière de communiquer, telle qu’on l’a apprise de nos parents autoritaires, est souvent décourageante. En la reproduisant, on craint de tomber dans une certaine violence éducative, et il devient parfois plus simple de « simplement » devenir permissif… C’est vrai que c’est compliqué !

Ici, je vais vous parler quand même d’un outil précieux, un premier vrai pas vers une communication non-violente :

Le message JE

Quand on a des limites à poser, qu’on sent qu’on se situe dans la zone d’inacceptation de notre fenêtre d’acceptation, Thomas Gordon nous suggère d’utiliser le « Message JE ».

Le message JE, c’est l’idée de commencer notre phrase par « JE », tout simplement.

Pourquoi ? Parce que ça nous permet de prendre la responsabilité de ce qu’on veut dire. Et ça, c’est la clef pour ne pas diminuer notre enfant, justement, donc pour rester dans le respect de l’autre, prôné par l’éducation positive. Quel exemple, lorsqu’on y parvient !

Exemples :
Au lieu de « Tu m’agaces avec ton jeu bruyant ! », on dira plutôt : « J’ai du mal avec le bruit : ce jeu-là, c’est dehors. »
Au lieu de : « C’est fini, le pain ! Tu as vu tout ce que tu as mangé ! », on essayera de dire : « Je pense que ça fait assez de pain pour ce soir, on peut passer à autre chose. »

Le lien à travers l’authenticité

Enfin, avantage non négligeable : en restant vrai, on garde la connexion avec notre enfant. On est authentique, ce qui renforce le lien.

Or, ce lien est à la fois la fondation et l’aboutissement d’une relation parent-enfant harmonieuse  (et la clef d’une vraie coopération…) !

Alors, prêts à vous exprimer clairement sur votre zone d’acceptation ?

Partager l'article
 
 
   
1 réponse

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.