Découvrir l’éducation positive nous encourage à sortir de l’imposition, à être beaucoup plus à l’écoute de nos enfants. C’est évidemment l’objectif, et c’est tellement chouette de partir à leur rencontre, de mieux les comprendre, de les considérer, enfin, comme les vraies personnes qu’ils sont.

Parfois, pourtant, cette bienveillance déborde un peu… A force de les écouter eux, on peut se perdre, soi.

Comment trouver l’équilibre ? Comment ne pas tomber dans cette tendance du « no limit », cette bienveillance poussée qui frôle la permissivité ?

C’est à cette question, posée par une lectrice à partir d’un cas concret, que je tente de répondre dans cette vidéo.

Et vous ? Quel exemple avez-vous d’un moment où vous avez senti que le positionnement était délicat ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.