Le syndrome de la bonne élève

Pourquoi je vous parle aujourd’hui du syndrome de la bonne élève ? Ce syndrome qui vient de l’habitude de faire ce qu’on nous demande, de correspondre à ce que l’on attend de nous… on se conforme, parce que ça plait, alors, on se sent apprécié (pour ce que l’on fait, non pour ce que l’on est, notez le bien !).
Le problème.. c’est que ça peut nous suivre loin.

J’avais senti ce syndrome en moi depuis un moment, mais il revient actuellement en force. Je vous explique.


Etre entrepreneur, c’est un vrai cheminement personnel.

Ça me met face à des questionnements que je ne savais même pas avoir en moi…

Alors, récemment, j’ai décidé de demander l’aide d’une coach.

Pour creuser, pour comprendre, pour débloquer.

Ma première séance a été intense, et elle m’a fait sentir comment mon syndrome de « bonne élève » (un syndrome qui concerne particulièrement les filles/femmes) m’immobilisait…

Or, ce syndrome-là, il vient clairement de mon enfance, de mon environnement (familial et scolaire), alors, j’ai voulu vous en parler dans ce podcast.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription. 

Le syndrome de la bonne élève

Bonjour les parents qui cheminent, 

Aujourd’hui, je voudrais vous faire un petit podcast en mode improvisé pour vous parler de ce que je suis en train de vivre : comment ça résonne en moi, comment ça peut se relier au thème de l’éducation. Je pense que vous serez beaucoup à vous reconnaître dans ce que j’appelle : le syndrome de la bonne élève. Alors, je dis le syndrome de la bonne élève, ça peut évidemment être le syndrome du bon élève, et ça peut s’appliquer à n’importe lequel de nos enfants.  

Pourquoi je parle de ça aujourd’hui ? C’est parce que j’ai commencé, depuis hier, une démarche d’accompagnement par un coach. Je me suis rendue compte, depuis bien longtemps, que comme tout le monde, j’avais des blocages internes. Ces croyances qui étaient plus ou moins identifiées, étaient limitantes pour avancer sur mon chemin et pour me permettre de réaliser tout ce que je voudrais réaliser. 

Le principe de l’auto-sabotage

Vous connaissez probablement le principe de l’auto sabotage. Selon ce principe, même si on pense que l’on veut quelque chose, qu’on veut aller vers quelque chose, on a une autre partie à l’intérieur de nous qui se comporte de façon à ce qu’on n’atteigne pas nos objectifs. C’est un peu comme si on était en train d’avancer, de conduire notre voiture vers un endroit et en même temps, on appuie très fort sur le frein. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   5 erreurs communes face aux disputes entre enfants

Alors, évidemment ça crée une double frustration! Parce que l’on sent, d’une part, qu’on n’y arrive pas, qu’on n’arrive pas là où on voudrait, sans bien comprendre pourquoi. Mais en plus, au passage, on s’épuise! Puisqu’on lutte doublement pour faire avancer cette voiture alors qu’on appuie sur le frein, à cause de toutes ces questions d’auto sabotage. Je sentais qu’elles étaient liées à des croyances limitantes, que je n’avais pas bien identifiées ou en tout cas, dont je n’arrivais pas à me débarrasser. Et je devrais d’ailleurs en parler au présent: des croyances limitantes dont je n’arrive pas à me débarrasser! Sont-elles liées à la peur de l’échec ou de la réussite? Je n’en sais rien… J’imagine que ces deux notions sont d’ailleurs finalement assez proches,

Le cheminement intérieur

J’ai décidé de commencer un travail avec un coach pour essayer de réfléchir à tout ça. Pour enfin comprendre ce qui se passait en moi, ce que je voulais vraiment et comment avancer. Parce que je suis convaincue que, dans toute chose, dans le développement personnel, dans la connaissance de nous-mêmes, dans l’alignement avec qui on est, ce qu’on veut, vers où on veut aller, il y a vraiment une étape de recherche intérieure de formation, d’être guidée, d’être aidée exactement comme sur le chemin de la parentalité positive. 

La voix interne

Alors, pourquoi je vous raconte tout ça ? C’est parce que hier, pendant ma première séance, au début de la séance, ma coach m’a demandé ce que j’attendais d’elle. Et alors que je lui répondais sur ce que j’attendais d’elle, il y avait une petite voix interne, une fois que j’avais l’impression d’avoir répondu à la question, qui me disait : Est-ce que c’est bien ça ? Est-ce que c’est la bonne réponse? Est-ce que j’ai dit ce que les autres disent, ce qu’il fallait dire? Est-ce que j’en ai assez dit ?Est-ce que j’en ai trop dit? J’avais l’impression qu’il fallait toujours que je vérifie si ma réponse était la bonne réponse. 

Alors que si j’y réfléchis de manière raisonnable, je sais bien qu’en l’occurrence, il n’y a pas de bonnes et de mauvaises réponses. C’est une attente qui est toute personnelle, qui m’appartient, qui me ressemble. Et si les réponses des autres sont différentes, en fait, c’est logique et c’est normal ! 

Pourquoi est-ce que j’ai cette petite voix interne qui s’interroge sur la validité de ma réponse? Parce que j’ai ce syndrome de la bonne élève, qui veut être sûr qu’elle a répondu comme il fallait aux questions qu’on lui posait, qu’elles répondent aux attentes. 

La scolarité nous fait-elle entrer dans un moule ?

Alors, j’ai été effectivement une bonne élève dans ma scolarité . J’ai suivi le chemin que tout parent attend de son enfant: des bonnes notes durant toute ma scolarité, des classes préparatoires, des études d’ingénieur et je ne m’en plains pas ! J’ai trouvé cela bien, ça n’a pas été forcé ! J’appréciais vraiment ce que je faisais. Je me suis épanouie en classe préparatoire. J’adorais ça, tout comme mon fils aujourd’hui! Et je ne pense pas qu’il aurait fallu suivre un autre chemin. 

Mais je m’aperçois aujourd’hui que ce syndrome de la bonne élève va plus loin. C’est un peu la question de la poule et de l’œuf : peut-être qu’à force de me conformer à ce qu’on attendait de moi, je suis restée dans cette attitude. Ou peut-être finalement que j’ai appris à me conformer à ce qu’on attendait de moi, sans m’en rendre compte. Et aujourd’hui, dans mon quotidien, alors que j’ai plus de quarante ans, j’ai encore cette petite voix qui se demande si j’ai la bonne habitude, la bonne réponse.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Le parent et ses réactions impulsives

La peur comme frein à la prise de décision

Et le problème avec ce syndrome de la bonne élève, ce n’est pas seulement cette petite voix qui me fait m’interroger (ce qui est déjà en soi un peu inquiétant, je trouve au bout d’un certain moment) mais c’est aussi que ça me freine. Et c’était ça, ma prise de conscience hier : ça me freine dans mes prises de décision! J’ai énormément de mal à me décider aujourd’hui dans mon rôle d’entrepreneure, sur les actions à mener, dans quel ordre, quelles priorités, … 

Et je comprends enfin que cette difficulté de choix, cette difficulté que j’ai parfois à mettre la casquette  du décideur dans mon entreprise, plutôt que celle de l’ouvrier, est due au fait que j’ai peur de me tromper ! J’ai peur de ne pas faire les bons choix. J’ai peur de me lancer dans des actions qui ne sont pas celles que j’aurais dû faire, pas celles qui vont marcher.

C’est ça que j’ai réalisé hier et que je voudrais partager avec vous : une partie de moi pense que c’est tellement plus facile de ne pas décider, de juste exécuter ce que les autres ont décidé pour moi, parce que au moins, je n’en ai pas la responsabilité !

L’éducation positive pour contrer ce syndrome de la bonne élève

Et c’est là, voyez-vous, qu’il y a un grand lien avec la manière dont on cherche à éduquer nos enfants, avec l’éducation positive telle que je la vis !  C’est-à-dire aider nos enfants à savoir ce qu’ils veulent, à savoir vers où ils veulent aller, à avoir confiance en eux et à prendre leurs responsabilités. En évitant de leur donner des ordres, des instructions en permanence, c’est aussi leur laisser la possibilité d’exprimer leur libre arbitre, de s’exercer à l’exercice de leur pouvoir personnel et donc d’en assumer, d’une certaine façon, les conséquences (quelles qu’elles soient!). Et ce n’est pas si grave, parce que ce sont leurs choix ! 

Je me rends compte qu’aujourd’hui, c’est peut-être ce dont je n’ai pas bénéficié enfant et qui me freine dans ma vie d’adulte pour avancer : j’ai peur intérieurement, j’ai peur de prendre mes propres décisions !

L’impact de ce syndrome sur ma vie d’adulte

Voilà, j’attire votre attention là-dessus, parce que quand j’ai analysé ça (ce qui était un peu nouveau en moi), j’avais déjà ressenti ce syndrome de la bonne élève. Mais je n’avais jamais réalisé à quel point ce syndrome m’immobilisait et m’immobilise encore dans mes décisions en tant qu’ entrepreneure

Parce que quand on est entrepreneure, on a beaucoup plus de décisions à prendre que quand on est dans une entreprise salariée ! Dans celle-ci, on a toujours quelqu’un au-dessus, qui nous dit un peu ce que l’on doit faire, même si ce n’est pas dans chaque micro actions du quotidien.

Prendre du recul pour avancer

Je me suis dit que c’était important de prendre ce recul, pour se rendre compte de l’impact que cela peut avoir à long terme sur nous mais aussi notre entourage.

On doit également y penser par rapport à nos enfants. C’est parce que ce syndrome naît en particulier pendant la scolarité (ce n’est pas pour rien que ça s’appelle le syndrome de la bonne élève). De plus,la scolarité est un thème vraiment sensible: on vit dans une société dans laquelle la réussite passe par le métier, la réussite sociale, la réussite financière. Le métier passe par le diplôme, le diplôme passe par la scolarité et donc on est nombreux en tant que parents à craindre pour nos enfants, à vouloir être sûr qu’ils fassent de bonnes études 

Comment outrepasser la pression scolaire

J’échange régulièrement avec des parents qui se retrouvent finalement, même quand ils sont ouverts à un autre mode d’éducation,dans une position de contrôle plus ou moins fort, en ce qui concerne la scolarité. Est-ce que tu as bien fait tes devoirs? Est-ce que tu as bien répondu? Et nos enfants reçoivent déjà énormément cette pression : avec le cadre contrôlant extérieur de la part des enseignants (puisque c’est vraiment le modèle dans lequel nous grandissons en France). 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Conférence Catherine Guéguen : repenser l'éducation

Le système français (j’insiste même si ce n’est pas le thème de ce podcast, parce que mes enfants ont été dans d’autres systèmes et j’ai vu d’autres façons de faire), est vraiment dans la démarche de : les enfants font ce qu’on leur demande comme on le leur demande, en répondant d’une façon juste ou fausse aux questions posées, et il n’y a pas tellement d’alternative.  

Il n’y a pas tellement libre cours à ce qu’ils veulent, ce qu’ils ne veulent pas, ce qui leur semble juste à eux, même si ce n’est pas exactement ce que demande le professeur, et ce depuis le plus jeune âge. 

Donc je pense que c’est important, pour nous en tant que parent, et puis, si les enseignants m’entendent, (c’est encore mieux!), de réfléchir à comment aider nos enfants également à savoir que : c’est OK de suivre un autre chemin, c’est OK de ne pas répondre de façon conventionnelle, de faire ses propres choix, que ça marche ou que ça ne marche pas. Parce que même si ça ne marche pas, ils auront appris quelque chose au passage. Et pour qu’ils n’aient pas cette peur de se tromper (qu’on développe chez nos enfants et qui risque de les immobiliser encore à l’âge adulte, comme ça m’immobilise encore moi aujourd’hui). 

Donc, voilà ! C’est ce que j’avais envie de vous partager aujourd’hui!

J’espère que tout cela vous parle. Si vous pensez que ça peut aider d’autres parents, partagez-leur ce podcast.

Suivez-moi sur les réseaux sociaux. Et si vous voulez en parler plus longuement, écrivez-moi sur coralie@les6doigtsdelamain.com ou venez vous inscrire sur le blog. Je serai ravie de poursuivre cette conversation avec vous, à très vite ! 

Partager l'article
 
 
   
4 réponses
  1. Viola Hélène
    Viola Hélène dit :

    Bonjour, on s’est rencontré aujourd’hui au salon Libsco et du coup je fais un petit tour sur votre blog et je suis tombée sur ce podcast dont le titre m’a parlé. Et quand je vous écoute,j’ai l’impression d’entendre parlé de moi… Et du coup, entendre votre témoignage fait du bien et me permet de mettre le doigt sur qqch que je ressentais et dont j’avais d’ailleurs parlé avec ma psy. Mais entendre le témoignage de qqun d’autre, qu’est-ce que ça fait du bien !! Merci !!

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Bonjour Helene,
      Merci d’avoir pris le temps pour ce commentaire.
      Je suis contente de savoir que ce témoignage résonne en vous.
      C’est bon de sentir qu’on n’est pas seul, n’est-ce pas ?

      Répondre
  2. BECK
    BECK dit :

    Merci pour ce témoignage qui fait résonner plein de chose en moi !
    Je me sens tellement plus à l’aise quand les décisions viennent d’ailleurs, que la vie décide pour moi.
    Merci pour ce partage

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      C’est fou de prendre conscience de ça, pas vrai ?
      Je suis contente si ça a pu faire résonner des choses en toi. J’espère que ça t’aidera à identifier les moments où ça ne t’aide pas…

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *