Comprendre les 3 états du “moi” pour éviter les luttes de pouvoir

Lorsque je demande aux parents que j’accompagne quelles sont leurs difficultés avec leurs enfants, le thème des luttes de pouvoir surgit régulièrement. Et ce n’est pas surprenant. Car, dans notre maison, les volontés s’opposent. Celle de notre enfant, et la nôtre.

Il est cependant possible de s’éloigner de ce fonctionnement, et de ne plus entrer si facilement dans des luttes de pouvoir, d’où nul ne sort gagnant.

Ce qui crée ces luttes…

Forts de notre expérience, et de nos propres priorités, nous noyons souvent nos enfants sous nos instructions. Or nos enfants, comme tout le monde, ont besoin de sentir qu’ils peuvent user de leur libre arbitre, qu’ils détiennent une forme de pouvoir personnel qu’ils sont en droit d’exercer.

Ainsi, souvent, ils ne s’opposent pas à nous, mais au fait que nous bridons leur liberté, que nous ne respectons pas leurs priorités, leurs besoins à eux.

Finalement, nous avons une bonne part de responsabilité !

Et si nous prenions les choses sous cet angle-là, et réfléchissions à ce que nous pourrions changer dans notre attitude pour susciter une réponse différente ?

C’est là que les 3 états du moi entrent en jeu…

Les 3 états du “moi”

Les états du “moi” sont un des postulats de l’analyse transactionnelle. Je ne m’étendrai pas sur l’analyse transactionnelle, parce que je n’en connais quasiment rien. Elle est à ranger dans ces informations palpitantes que j’ai encore à apprendre, et, ça tombe bien, parce que j’adore apprendre ! Mais il faut du temps pour cela…

Je peux seulement vous en dire que c’est une analyse qui parle de personnalité et de communication, et qu’elle a été créée par Eric Berne (un canadien) en 1958. C’est donc lui également qui a défini les 3 états du “moi”, dont je vais vous parler un peu plus en détails. La première fois que j’ai entendu parler de ces états, c’était dans ma formation en ligne de positive parenting solutions, et cela m’a immédiatement servi, comme je vous le conterai plus loin.

Ces trois états sont :

  • le Parent
  • l’Adulte
  • l’Enfant

Avant d’aller plus loin, il est important de préciser que les noms de ces états ne signifient absolument pas qu’ils sont réservés aux parents, adultes, et enfants respectivement. Chacun peut passer par chacun de ces états.

Le parent

L’état du parent est celui dans lequel nous sommes lorsque nous avons la responsabilité de quelqu’un. Il est lié aux règles, aux normes. Nous sommes dans l’état de parent lorsque nous donnons des instructions, des ordres. Lorsque nous cherchons à faire preuve d’autorité. (Et je ne rentrerai pas ici dans le débat passionnant des différents types d’autorité…)

L’adulte

L’adulte est un état émotionnellement neutre. C’est l’état dans lequel nous sommes lorsque nous recevons de l’information, lorsque nous cherchons à la comprendre. C’est probablement l’état dans lequel vous êtes au moment où vous me lisez.

L’enfant

L’enfant, à l’inverse, est un état émotionnellement fort ! Nous sommes dans cet état lorsque nous ressentons. Cela peut être positif : nous rions, nous sommes joyeux ; ou négatif : nous sommes tristes, ou énervés !

 

Dans quel état nous situons-nous le plus souvent ?

Cela dépend de qui l’on parle

En général, les adultes hors de la présence des enfants passent la plupart de leur temps en mode “adulte”. Ils peuvent également passer en mode “parent” au moment de diriger des opérations, ou en mode “enfant” lorsqu’ils se disputent, ou, au contraire, savourent un moment de joie avec des amis – ou des enfants-.

Les enfants passent, eux, la plupart de leur temps en mode… “enfant” ! Les émotions prennent en effet chez eux beaucoup de place. Ils peuvent cependant être également en mode “adulte”, lorsqu’ils sont à l’école par exemple, ou qu’ils se concentrent sur quelque chose. Et ils peuvent même passer en mode “parent” lorsqu’ils répètent le modèle reçu sur un jeune frère par exemple !

Le problème : les adultes passent une bonne partie de leur temps avec les enfants en mode “parent”. Et c’est là que le bât blesse !

Vous avez en effet compris que cet état de parent ne donne pas sa part de pouvoir à l’autre. Parce que plus nous passons de temps dans l’état du parent, et plus cela encourage les luttes de pouvoir.

Comment sortir de cet état de parent ?

Bien sûr, nous avons déjà parlé de méthodes pour sortir de cet état-là. Cet état dans lequel nous noyons nos enfants sous nos instructions…

Dès les débuts de ce blog, lors de la lecture de Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, nous avions listé des alternatives aux ordres, pour encourager la coopération.

Plus récemment, nous avons parlé de positivité dans nos instructions.

En fait, les méthodes pour sortir de cet état ne sont pas si compliquées, et peuvent changer rapidement l’ambiance à la maison, je peux en témoigner.

Je vous encourage donc à aller lire les articles en lien ci-dessus, si ces méthodes ne sont pas claires pour vous, et à les mettre en pratique, le plus rapidement possible.

Cependant, ces méthodes nous permettent en fait de sortir régulièrement de l’état de parent pour entrer dans un état bien plus neutre, qui correspondrait donc à l’état d’adulte. C’est bien. Honnêtement, je suis déjà très contente de cette évolution.

Mais… quel est l’état dans lequel nos enfants nous préfèrent ? L’enfant !
Oui, nos enfants adorent lorsque nous basculons ! Lorsque nous entrons dans leur monde.

D’ailleurs, hier soir, mon fils Léon (6 ans) disait clairement à son grand frère Oscar (15 ans) qu’il adorait quand ce dernier faisait des batailles de coussins avec lui !!

Pour aller plus loin

Ainsi, lorsque j’ai découvert ces états, je me suis fait cette réflexion. Que j’avais réussi à sortir le plus souvent possible de l’état de parent pour entrer dans celui de l’adulte, ce qui était déjà pas mal, mais que cela me ferait peut-être du bien de chercher un peu plus à entrer en état d’enfant.

Et justement, je découvrais le même jour (par la même formation), le concept du moment particulier. Alors, j’ai de suite mis en place les deux, avec ma fille Alice (10 ans à l’époque). Et ça a été un succès !

J’en ai régulièrement fait l’expérience depuis. Lorsque je bascule en mode enfant, cela rend toujours les choses plus faciles !

Je me souviens des visites de Paris avec mes grands, pendant lesquelles je sautais de joie sur le trottoir. Ils disaient avoir honte.. mais ils souriaient !

Je me souviens m’être enthousiasmée à outrance avec eux devant des copains, et les avoir fait rire.

Je me souviens avoir joué à ouvrir et fermer la porte de la salle de bain en faisant semblant de tomber devant les petits, et avoir changé l’ambiance…

En fait, c’est bien ce que suggère la parentalité ludique. Et si je n’ai pas commencé à en parler sur le blog, j’ai déjà constaté son efficacité ! (En particulier quand les voitures viennent se laver les dents avec Anatole…). D’ailleurs, si, dans une démarche d’avancée vers l’état de l’enfant, vous voulez vous mettre à la parentalité ludique sans attendre que je me décide à écrire à ce sujet, je vous encourage à aller voir les articles à ce sujet de mon amie Gwen, listés à la fin de cet article.

Je vais d’ailleurs aller les relire moi-même. Car, si j’ai essayé, je n’y ai encore pas assez recours. Parce que cela correspond peu à ma personnalité peut-être… Mais, je sens un nouveau changement poindre en moi. Je vous en faisais part la semaine dernière : j’aspire à plus de joie !

Cette revue des 3 états du “moi” tombe donc à pic. Pour me remettre à l’esprit que, pour plus de joie, il me faut retrouver mon âme d’enfant ! Pas si  facile… Y parvenez-vous ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.