Archive d’étiquettes pour : fratrie

Eviter les comparaisons.
Ca parait logique… Il n’est pas question de dire « Ta soeur fait ça mieux que toi », ou le contraire, et je pense que j’aurais pu dire que dans notre maison, on ne comparait pas.
Mais je me suis rendue compte que ça pouvait être plus subtil que ça…
Parfois on compare quand on ressent quelque chose de fort :
« Ta soeur est dans la voiture depuis 10 minutes, et tu n’es toujours pas prêt ! »
Ou bien pour encourager à être grand : « Ton frère ne peut pas faire ça parce qu’il est petit, mais toi tu es grand ! »
Essayons de développer la coopération plutôt que la compétition.

C’est vrai, ça ! Comment peut-on expliquer cela :
L’autre jour, on arrive au cours de danse, et je demande à Alice (8 ans) :
« Tu as pensé à tes chaussons ? Et aux livres pour le cours de français ensuite ?
Super ! Dis donc, tu t’es bien organisée, tu as pensé à tout sans que je ne te dise rien ! »
Sa réponse :
« Oscar (13 ans), lui, aurait tout oublié, même si tu le lui avais dit ! »
C’est peut-être vrai… Mais pourquoi a-t-elle besoin de faire cette comparaison ?
A-t-on besoin d’écraser les autres pour se redorer soi-même ?
C’est ce que je voudrais changer…

Alors, en suivant ce que dit le livre, j’ai à présent fait passer le message dans la maison qu’on ne comparait pas. « Oscar est Oscar, Alice est Alice, ça n’a rien à voir ! »

Le mot clef : décrire !
Décrire ce qu’on voit, ce qu’on aime, ce qu’on n’aime pas, ce qui doit être fait.
Rien de ce que fait son frère n’a à voir avec lui.

Notons également que la comparaison peut etre néfaste même quand elle positive : comme les rôles (qu’on a abordés dans le chapitre 6 de Parler pour que les enfants…), elle impose un standard qui peut être difficile à maintenir ! Et puis, elle peut encourager le fait de critiquer l’autre pour garder le « bon » rôle.
Dans le même ordre d’idée, il vaut mieux parfois éviter de trop complimenter un enfant quand l’autre est présent…
On a ce cas dans la maison avec le piano :
Alice a beaucoup, beaucoup de mal à s’y mettre. Est-ce que le fait d’avoir tant entendu que son frère avait décollé l’année dernière et qu’il était doué ne la freine pas encore plus ?

Retour à l’article du livre

Il s’agit ici de ne pas brider ce que les enfants ont le droit d’exprimer, d’écouter ce qu’ils ont à dire, même les sentiments négatifs. (Avec cependant interdiction de faire mal)
C’est seulement ainsi que l’enfant se sentira écouté et compris, et c’est seulement lorsqu’il aura été écouté et compris qu’il pourra passer à autre chose, et en particulier laisser entrer les sentiments positifs.

En anglais, le chapitre s’intitule « Not till the bad feelings come out… », et la suite de la phrase, qu’on découvre plus loin dans le chapitre, est « can the good feelings come in ». Je crois que c’est assez vrai.

Je pioche ici l’idée de tenir un journal pour prendre des notes sur les interactions entre les enfants. Je trouve que l’idée est très bonne pour prendre du recul, et pour pouvoir ensuite discuter avec les enfants, pour leur renvoyer un regard extérieur et à froid de ce qui peut avoir été dit. Je commence à le faire, mais j’ai du mal à être régulière, pour l’instant, il me sert surtout de base de reflexion, pas encore d’outil d’analyse.

Je ris au parrallèle fait par les auteurs du livre :
« Imaginez que votre époux(se) vous dise un jour qu’il vous aime tellement, qu’il trouve ça tellement chouette de vous avoir, qu’il a décidé d’avoir une autre épouse…. Ah et puis, il faudra partager vos affaires avec elle, et lui donner vos vêtements qui ne vous vont plus, en prendre soin… »
Ahahah, on comprend mieux comme ça peut être difficile pour les enfants, non ?
Poussons le raisonnement : « En colère, vous vous décidez enfin à parler à votre époux, vous lui dites simplement que vous détestez la nouvelle épouse, il vous répond « Mais non, enfin, ne dis pas des choses comme ça ! Tu l’aimes ! » ou bien « Je n’aime pas t’entendre parler comme ça, je ne veux plus rien entendre de la sorte ! »… »
La métaphore est assez bonne, non ?

On arrive donc aux méthodes et réactions plus efficaces, au moins pour que l’enfant se sente écouté :

1 – Ecouter vraiment, valider ses sentiments en mettant des mots dessus
« Tu n’aimes pas quand.. »
« Ca doit t’énerver »

2- Lui concéder ce qu’il voudrait dans l’imaginaire
Ca, c’est en fait assez facile, simplement en commençant sa réponse par « Tu aimerais… ». C’est une méthode qu’on a déjà vue dans Parler pour que les enfants écoutent…, et qu’on avait mise en pratique avec succès !

3 – Encourager une expression créatrice
Ca peut être le dessin, l’écriture. C’est un bon moyen pour mieux d’évacuer l’émotion trop forte qu’ils ressentent.
J’avais déjà essayé cette technique avec Léon (3 ans), à la suite de la lecture du premier chapitre de Parler pour que les enfants écoutent…, et ça avait très bien marché. Plus récemment, j’ai aussi essayé avec Alice (8 ans) qui ne voulait pas qu’on sorte le soir : « Dessine-moi ta colère »
S’il est difficile pour eux de l’écrire, on peut éventuellement le modeler en dessinant nous mêmes… Je n’ai pas essayé.

4- Ne pas oublier de fixer le cadre de cette expression des sentiments : on ne tape pas, on n’insulte pas, etc..
Chez nous, voici une phrase qui est revenue plusieurs fois par jour après la lecture de ce chapitre :
« la règle, c’est « on ne tape pas, on ne pousse pas », exprime ta colère avec des mots ! »
Je me rends compte en l’écrivant qu’on le dit de moins en moins, ce qui prouve que ça a eu de l’effet ! Cependant, j’ai quand même eu l’anecdote suivante :

Un jour, en sortant de l’école, Léon me dit qu’il a tapé une petite camarade. Je commente :
« Mais pourtant, Léon, tu connais la règle !
– non
– Léon, quelle est la règle ?
– je ne sais pas !
– Léon, je crois que tu sais très bien que la règle c’est « on ne tape pas, on ne pousse pas… »
– mais, m’interrompt-il, j’ai aussi exprimé ma colère avec des mots !! »

C’est difficile de bien mesurer les progrès dans une maison (et on revient à l’idée du journal), mais je crois bien que les choses progressent. Ces derniers temps, j’ai l’impression d’avoir beaucoup dit à Alice de dire à Oscar ce qu’elle ressentait quand elle venait se plaindre auprès de moi, et je crois que ça les aide.

Retour à l’article du livre

Si on repense à notre propre enfance, on se rend compte que nous aussi nous disputions…

D’ailleurs, les relations que nous avons eues jeunes avec nos frères et soeurs ont encore un impact sur la personne que nous sommes aujourd’hui. Ne serait-ce que parce qu’elles ont fait partie de notre processus de construction.

Chez nous, c’était terrible.
Je me souviens d’une lettre de mon papi « Fabrice, essaye de passer une journée sans embêter ta soeur ; Coralie, essaye de passer une journée sans pleurer… »
Puis plus tard, quand les voisins devaient intervenir les soirs où mes parents sortaient parce que je hurlais quand mon frère me plaquait au sol…
C’était l’époque où mes parents voulaient changer le badge « touche pas à mon pote » par « touche pas à ta soeur »…
Bref, on se demande comment on s’en est sorti, et d’où vient le fait qu’aujourd’hui on ait de si bonnes relations !! En fait, même quand on se disputait comme ça, on s’adorait.
J’ai aussi plein de super bons souvenirs, de batailles de reshofen, de parties de baby foot, de plus touffu que touffu, de « appelle les potes »…
L’idée de ce livre n’est donc pas de faire en sorte que nos enfants ne se disputent plus, (et peut-être ne seront-ils jamais amis) mais il s’agit au moins de les équiper des compétences et attitudes dont ils ont besoin pour prendre soin de leurs relations.

Et il est certain que l’ambiance à la maison s’en ressentira !

Retour à l’article du livre

(Note : cliquer ici pour voir les autres livres de ma bibliothèque)

freres

C’est le troisième livre que je lis de Adele Faber et Elaine Mazlish, et je suis toujours aussi enthousiasmée.

Titre original : Siblings without rivalry

Dans l’introduction, elles expliquent que ce livre est né du fait que lorsqu’elles écrivaient Parler pour que les enfants écoutent…, le chapitre sur les frères et soeurs a rapidement

pris de l’ampleur, tellement que ce n’était pas possible d’en faire un chapitre. Alors, c’est devenu un livre à part entière.
Je ne regrette pas de l’avoir lu !
On retrouve évidemment des principes de Parler pour que les enfants écoutent…, mais c’est vraiment centré sur les relations frères/soeurs, sur la façon dont on peut intervenir dans leur dynamique, commenter fomenter du positif.
Au début, j’étais un peu déroutée par le titre du livre.
Frères et soeurs sans rivalité ? Mais… les disputes entre les enfants ne sont pas forcément une question de rivalité… Il peut tout à fait y avoir une relation difficile sans qu’il y ait de rivalité, non ??
En fait, à la lecture de l’ouvrage, je me suis rendue compte que la rivalité, c’est bien plus insidieux que ce qu’on peut imaginer. Que beaucoup beaucoup des comportements agressifs des enfants entre eux découlent en fait d’une certaine forme de rivalité, et travailler là-dessus permet de rêver à un monde meilleur !

(Et pour ce qui relève plus de compétences relationnelles, je vous conseille Arrête d’embêter ton frère, laisse ta soeur tranquille, d’Elizabeth Crary

Et si vous voulez combiner toutes ces compétences pour transformer l’ambiance, consultez ma formation : « En finir avec les disputes dans la fratrie« )

Table des matières (cliquer sur le lien du chapitre pour accéder aux détails) :

Chapitre 1 : Frères et soeurs de l’enfance à l’âge adulte
Chapitre 2 : Accueillir ce qu’ils ont sur le coeur
Chapitre 3 : La comparaison, une pratique dangereuse
Chapitre 4 : Donner pareil, c’est donner moins
Chapitre 5 : Frères et soeurs dans leurs rôles
Chapitre 6 : Les disputes
Chapitre 7 : Faire la paix avec le passé
(Pas d’entrée pour ce dernier chapitre, qui reprend simplement des idées déjà avancées)