Articles

Choisissez d’appuyer les choix faits par vos enfants

“C’est par leurs choix et les leçons qu’ils en tireront qu’ils en apprennent le plus dans leur vie.” écrivent Sura Hart et Victoria Kindle Hodson, les auteurs de Parents respectueux, enfants respectueux. Il serait donc fondamental, pour les accompagner sur ce chemin de la découverte et de l’apprentissage, d’appuyer les choix faits par nos enfants.

Vous avez probablement observé vos enfants se rebeller face aux décisions qui leur sont imposées. Et si la notion de choix changeait cette dynamique ? C’est ce que nous allons creuser ici.

L’importance du choix dans l’apprentissage

Le choix joue un rôle fondamental dans le développement de l’enfant, et dans la vie de l’adulte.
Pourquoi ? Parce que cette notion de choix intervient sur deux plans différents.

Le libre arbitre

Faire un choix, c’est exercer son libre arbitre.
Or, cette aspiration à décider, à exercer son pouvoir personnel, est une aspiration fondamentale de l’être humain. Une manière de se sentir exister.

Ainsi, la capacité de faire des choix correspond au fait de mûrir. Plus on grandit, et plus on se sent l’envie et la capacité de faire ces choix. Et on progresse de plus en plus vers l’autonomie, par notre pouvoir de décision.

L’apprentissage par l’expérience

Oui, le choix est au coeur de l’expérience. Car l’expérience réside en fait dans le résultat obtenu après le choix.

Je me souviens que c’est une idée que nous avions déjà évoquée. En effet, dans mon article autour de la conférence à Autun de Céline Alvarez, j’avais parlé de son message autour de l’erreur. “C’est l’effet de surprise, c’est à dire la différence entre la prédiction et le résultat, qui crée les réajustements neuronaux. Et de ces réajustements découlent les apprentissages.”

L’importance pour l’enfant de faire ses propres choix est donc également dans le fait que cela lui permettra d’en observer les résultats, et d’apprendre.

Lorsque l’enfant a peu de choix

En réfléchissant à l’importance du choix dans l’apprentissage, tel que présentée ci-dessus, on s’interroge. En effet, ces arguments semblent couler de source.

Prenons donc d’abord un moment pour comprendre pourquoi les parents ne laissent pas le choix.

Pourquoi les parents ne laissent-ils pas les enfants penser et agir pour eux-mêmes ?

Une question importante à laquelle les auteurs du livre apportent deux réponses.

  • Parce qu’ils attendent une certaine manière de faire. Les parents ont déjà en tête une méthode, qui combine efficacité et précision. La méthode expérimentale de leur enfant ne leur convient souvent pas !
  • Parce qu’il faut du temps et de la patience pour laisser l’enfant faire par lui-même. Ce dont nous manquons souvent…

L’impact de ce manque de choix

D’abord, personne n’aime se voir imposer les choix de quelqu’un d’autre. (Il suffit, pour s’en convaincre, de nous mettre dans cette position…). De ce fait, évidemment, plus nous imposerons nos choix à nos enfants, plus nous créerons d’occasions de conflits. Plus nous verrons se développer les luttes de pouvoir.

Et puis, le choix imposé est dangereux : si nous indiquons à notre enfant une manière d’agir, et que cela ne se déroule pas bien, c’est bien sur nous que retombe la responsabilité. Lui, ne faisant qu’obéir, n’a pas de responsabilité dans l’affaire !

Pire encore, à plus long terme, si notre enfant se voit régulièrement refuser ses idées, que ses parents ne soutiennent pas ses choix, il risque d’en déduire que ses idées ne sont simplement pas valables. Devenu adulte, il peut toujours craindre que ses avis n’aient aucun interêt, qu’ils ne vaillent pas la peine d’être partagés…

En fait, ces enfants privés de choix ne se sentent pas capables et compétents, tout simplement. Est-ce ce que nous voulons pour nos enfants ?

Lorsque l’enfant peut exercer ses choix

A l’inverse, bien sûr, on commence à voir se profiler les avantages de soutenir les choix de nos enfants.

Les qualités qu’il développe au passage

J’aime, depuis que j’ai compris l’importance d’avoir un projet parental, penser aux qualités et compétences qui se développent chez mes enfants lorsque je choisis un mode d’éducation plutôt qu’un autre.

Dans ce cas du choix, je trouve l’exercice assez facile à faire.

  • Prise de décision
  • Sens critique
  • Analyse
  • Autonomie
  • Confiance en soi

Je choisis de mettre cette confiance en soi à part, parce qu’elle me semble tellement, tellement importante !! J’ai l’impression qu’on avance tellement mieux dans la vie lorsqu’on a confiance en soi

Alors, je cherche au quotidien à envoyer un message de confiance à mes enfants. Oh, je n’y arrive pas toujours. Je tombe régulièrement, comme tout parent, dans les critiques, et les reproches. Toutes ces choses qui ne nourrissent ni le lien, ni sa confiance en lui, ni la coopération…

Mais je m’accroche, et j’ai confiance, j’avance. De même, je pense qu’en l’aidant à prendre conscience de l’éventail de choix qui se présentent à lui au quotidien, et en appuyant sa décision face à ces choix, je lui envoie un message de confiance fort. Un message de confiance sur son aptitude à gérer ce choix.

Les bénéfices pour notre propre développement

Avantage supplémentaire : nous ne sommes pas en reste dans cette démarche.
Car faire en sorte d’appuyer les choix de nos enfants, c’est progresser nous-mêmes.

Cela nous oblige en effet à mieux écouter. Ce qui est déjà une sacrée force. Savoir écouter l’autre, c’est le point de départ pour mieux le comprendre. Cela aide à développer l’empathie.

Et puis, nous nous rendrons ainsi compte qu’il existe d’autres manières de faire que la nôtre, qui peuvent également donner de bons résultats (et si ce n’est pas le cas, apprenons à nous mordre la langue, pour ne pas dire “Je te l’avais bien dit !”).

Ainsi, nous développerons notre tolérance, notre respect de l’autre. Et croyez-moi, cela peut nous aider, non seulement dans nos relations avec nos enfants, mais également avec les autres !

Changeons cette dynamique !

Bien. Je suis convaincu. Seulement voilà, plus facile à dire qu’à faire.
C’est vrai. Mais pas d’inquiétude, nous allons prendre les choses dans l’ordre.

Vaincre les raisons qui nous freinent

Pour commencer, revenons sur les raisons soulevées plus haut, qui découragent les parents de laisser le choix à l’enfant.

Nous parlions d’abord de la manière de faire. Et d’efficacité. En fait, nos enfants n’ont pas les mêmes objectifs que nous. C’est un point qui peut aider à considérer les choses autrement.

Ainsi, je me souviens d’un exemple que donnait Maria Montessori. Elle parlait d’un jeune enfant qui portait une pile de linge d’un bout de la pièce à l’autre. Là où l’adulte aurait pu transporter la pile en un trajet, de manière beaucoup plus “efficace”, l’enfant prenait un linge après l’autre. Et le plus intéressant vient ensuite : une fois la pile terminée, voilà notre enfant qui recommence, dans l’autre sens ! Pour lui, l’objectif n’est pas que le linge soit de l’autre côté. L’objectif est de s’entrainer à le porter. Ce qui est en soi une occupation incroyable pour un jeune enfant !

Ne soyons donc pas trop prompts à juger l’efficacité des choix de nos enfants…

Ensuite, nous soulevions notre manque de temps.

S’il est vrai que faire pour l’enfant est plus rapide sur le coup, nous oublions souvent, dans la course folle de notre vie quotidienne, l’investissement à plus long terme. Car plus nous laisserons l’enfant développer ses propres compétences, plus il deviendra autonome, et moins nous aurons besoin de faire pour lui.

Le choix fait d’ailleurs bien partie des compétences listées par Floriane, de parents naturellement, lorsque nous avions écrit à 4 mains sur l’autonomie, et qu’elle avait évoqué l’autonomie du jeune enfant.

De plus, je vous le rappelle, un autre effet secondaire de ces choix laissés à l’enfant, sera de faire baisser la fréquence des luttes de pouvoir. Là encore, cela vaut la peine d’investir un peu de temps !

Je sais que ce n’est pas toujours facile. Il vous faudra adapter le moment de l’apprentissage.

Prenons un exemple concret : je voudrais que Léon (6 ans), apprenne à changer les draps de son lit. Je ne vais pas le lui enseigner le matin avant de partir à l’école ! Je vais choisir un moment calme pendant le week-end, pour participer au changement des draps. Et je lui donnerai le choix de commencer par un côté ou par l’autre. Puis le choix du drap par lequel on va remplacer celui qu’on enlève. Le choix d’apporter les draps sales dans le panier avant, ou après avoir mis les nouveaux, etc… Ca va me prendre un peu de temps. Mais Léon se sentira impliqué, et capable. Et de fait, il sera capable, bientôt capable de changer ses draps seul !

Leur donner des opportunités

Avant d’en arriver à appuyer les choix de nos enfants, il faudra d’abord leur donner l’occasion de faire des choix ! Qu’ils apprennent peu à peu à développer cette compétence. Chaque choix est un renoncement. Il n’est donc pas toujours évident de choisir en étant sûr de soi…

(C’est rigolo, d’ailleurs – rien à voir – :  je lis en ce moment un roman historique, dans lequel l’auteur nous montre un Charles IX incapable de faire des choix, demandant sans cesse l’approbation de sa mère Catherine de Médicis. Comme quoi, dans toute famille, ce genre de situation arrive !)

Notre rôle de parents sera donc double, je crois.

  • trouver les opportunités de laisser des choix à nos enfants, dès le plus jeune âge
  • les aider à investiguer les conséquences de leurs choix, pour qu’ils les fassent de manière éclairée. La décision, ensuite, leur appartiendra.

Pour le premier point, nous avons déjà souvent parlé de l’importance du choix pour le jeune enfant.
Puis, au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils pourront être de plus en plus sollicités :

Et lorsqu’ils deviennent adolescents, cela nous demandera encore plus d’efforts peut-être. Il faudra accepter une certaine perte de contrôle ! Pour que le choix de l’ado ne se limite pas à choisir entre se conformer à nos décisions et se rebeller…

Nos propres choix

Partant cette fois de l’idée que nous jouons également un rôle de modèle auprès de nos enfants, nous pouvons les aider à explorer cette notion de choix en parlant des nôtres.

Exprimer nos choix simplement. Partager parfois nos hésitations, ce qui nous a amené à choisir d’une certaine façon. Notre regret, même de ne pas avoir pu choisir deux options à la fois !

Parler de nos choix ratés, de ce que nous aurions parfois pu faire différemment.

Discuter des choix que nous avons à faire, et que nous faisons. Nous pouvons même leur demander leur opinion, leur montrant qu’il peut être intéressant de discuter d’une idée, que la décision prise finalement corresponde à l’opinion de l’autre ou non.

C’est à vous

Etes-vous prêts ? Voici le défi que je vous lance aujourd’hui.

La prochaine fois que vous désirez décider pour votre enfant, faites une pause. Respirez, réfléchissez aux options, et offrez un choix à votre enfant. Et voyez ce que ça donne…

 

Pour acheter Parents respectueux, enfants respectueux en format poche (il existe également au format broché, mais j’aime mieux les formats faciles à emporter !)

 

J’ai constaté l’effet néfaste des récompenses

Dans la classe de mon fils, en grande section de maternelle, la maîtresse a mis en place un système de récompenses. Ainsi, si le comportement est bon pendant la journée, l’enfant gagne une “glace” en papier sur son cône de la semaine, et si sa glace comporte bien 5 boules en fin de semaine, alors il gagne un droit exceptionnel. (Par exemple celui d’apporter un jouet à l’école, ce qui a été l’occasion pour nous de cette réflexion sur le message de confiance que j’ai déjà partagée avec vous).

Malheureusement, je sais que ce système de récompenses est un piège. Un piège qui donne des résultats à court terme, mais qui ne développe absolument pas la motivation interne de l’enfant, au contraire !!

Pourquoi utiliser les récompenses ?

D’un côté, je comprends cette maîtresse. Son objectif est d’avoir une classe relativement “tranquille” pour transmettre son apprentissage. Il n’est aisé, je m’en doute, de motiver le groupe entier à participer à cette ambiance de classe. Elle ne veut pas avoir à faire la police en posant des punitions. Elle choisit donc une “méthode douce” en mettant en place ces récompenses.

Cela lui demande d’ailleurs une certaine organisation. Il lui faut d’abord bien insister dès le début de l’année sur le fonctionnement. (Je peux vous dire que nous en avons entendu parler à la maison dès les premiers jours).

Ensuite, il lui faudra juger chaque jour du comportement de l’enfant sur la journée. Ce qui, d’ailleurs, me parait bien difficile… Comment résumer le comportement de toute une journée ? Il me semble à moi que dans une même journée, un enfant, comme tout autre être humain, va passer par des moment où il va se sentir bien et se comporter bien, et d’autres ou ce sera le contraire. Un “trop mauvais” comportement effacerait alors tous les autres bons moments de la journée ? Ou bien est-ce une moyenne ?? Je ne sais…

La motivation de l’enfant

En général, ça marche ! Les enfants ont effectivement tendance à faire plus attention à leur comportement, parce qu’ils veulent gagner la récompense. De nouveau, à court terme.

Parce que leur motivation est alors claire : si j’obtiens les 5 glaces, j’aurai le droit d’apporter mon jouet à l’école ! C’est vrai que c’est motivant…

Cependant, interrogeons-nous un peu sur cette motivation. Il est évident qu’il s’agit d’une motivation purement externe, et absolument pas interne.

Parfois, face aux difficultés que nous posent certains comportements inappropriés, nous cherchons la méthode qui marche pour faire changer ce comportement. Cependant, la parentalité positive encourage à réfléchir un peu plus, pour prendre conscience de l’impact de nos méthodes sur le plus long terme.

Ici, il est utile de suivre la suggestion de  Marshall Rosenberg. Ne pas se demander seulement quel est le comportement que l’on voudrait modifier, mais également quelle motivation nous voudrions que l’enfant ait pour changer de comportement…

Discussion avec Léon de sa motivation

Un matin, j’ai donc voulu vérifier cela avec mon fils. Je l’ai un peu interrogé. Je vous retranscrits approximativement notre conversation.

“Léon, explique-moi. Que faut-il faire pour gagner les glaces ?
– Il faut se comporter bien.
– Et qu’est-ce que ça veut dire bien se comporter ?
– Ben… il faut pas faire des choses mal.
– Comme quoi, par exemple ?
– Par exemple, si tu tapes un copain, tu peux pas gagner la glace.
– Ok. Et pourquoi les maitresses ne veulent pas que tu tapes un copain ?
– Parce que sinon je gagne pas la glace !!”

C’est limpide, non ??

Et que se passera-t-il quand mon enfant grandira ? Quand la glace et sa suite (de pouvoir apporter un jouet à l’école) n’aura plus l’attractivité qu’elle a aujourd’hui ? Mon fils aura-t-il bien eu le temps d’apprendre l’empathie qu’on ne lui enseigne pas pour l’instant ?

Le message derrière la récompense

Je sais que mon récit ici, et la réflexion qui est derrière, peut déranger.
Parce qu’il n’est pas facile de remettre en question des systèmes qu’on pensait être bons, et qui, de surcroit, fonctionnaient. Je le sais, je ne cesse de passer par les memes étapes depuis quelques années ! Mais cela ne m’arrête plus. Je suis contente de pousser la réflexion, et de constater qu’on peut réellement évoluer dans notre manière de penser.

Je vais donc vous relater également un autre échange avec mon fils, toujours autour de ce système.
C’était peu après notre échange de ce jour où il aurait voulu apporter son camion à l’école.

Léon me dit que s’il gagne ses 5 glaces, il pourra apporter son camion.
“Je ne sais pas Léon, je ne connais pas bien les règles de ta maitresse. Pour tout te dire, je m’y intéresse peu, parce que je n’aime pas ce système de glace.
– Mais maman ! C’est la seule manière pour que je puisse apprendre à bien me comporter !”

Je marque un blanc. Que mon fils se sente persuadé que “l’acheter” est la seule manière possible pour qu’il apprenne m’attriste tellement.

“Eh bien justement non. Moi, j’ai plus confiance en toi que ça. J’ai confiance que tu es capable de bien te comporter, même s’il n’y a pas de glaces à gagner !”

Bon sang… quand mettrons-nous la priorité sur le fait de développer les compétences à long terme de nos enfants ??

J’ai confiance… j’avance.

POUR ALLER PLUS LOIN

Si ce thème vous intéresse, vous aurez peut-etre envie de lire mon livret “Tout ce qu’il faut savoir sur les punitions et les récompenses pour s’en débarrasser.”

Faire passer le message de confiance avant tout !

Face à des situations qui nous déplaisent, il n’est pas toujours facile de se concentrer sur le message que nous voulons faire passer à nos enfants. Et pour moi, ces derniers temps, un des messages les plus importants, c’est celui de la confiance. Je tiens à montrer à mes enfants que j’ai confiance en eux. Confiance en leurs capacités, confiance en leurs progrès. Parce que je suis persuadée que c’est ce regard confiant qui les aidera justement à grandir.

Or, nous avons eu l’occasion cette semaine d’avoir une vraie conversation à ce sujet avec mon mari. Je pense que notre situation est commune, et vaut la peine d’être partagée.

Le contexte

Notre fils Léon voulait apporter son camion Mack à l’école, avec des voitures dedans. (Oui, ce même camion dont nous avions déjà discuté ce matin où j’avais su garder la tête froide !).

Normalement, on n’a pas le droit d’apporter des jouets à l’école. Mais la maitresse utilise un système de récompenses du comportement (que je déteste). Et ce système prévoit que lorsque l’élève s’est bien comporté dans la semaine, il gagne quelque chose, comme par exemple, le droit d’apporter un jouet.

Nous sommes donc à la veille d’un jour où Léon peut apporter un jouet, et il veut apporter son camion. Seulement voilà, Nicolas (mon mari) est contre cette idée. (J’ajoute qu’elle ne m’emballe pas non plus, mais nous allons en reparler…)

Alors, au départ, ça se passe comme cela : Léon est tout excité, et nous explique qu’il va apporter son camion et ses voitures à l’école ! Nicolas se tourne vers lui, et annonce “Je ne suis pas d’accord.”
Oups… voilà notre Léon qui déchante d’un coup ! Il a même envie de quitter la table…

Nicolas se rend vite compte de sa maladresse, et rattrape le coup, de sorte que nous puissions discuter calmement de la question du camion.

Analyse parentale…

Quel est le problème en fait ? Pourquoi ne sommes-nous pas enchantés par cette idée du camion ?

Premier et deuxième niveaux de réponse

Parce que nous avons peur, à l’idée d’un partage groupé en cours de récréation, que l’une des voitures soit perdue. D’autant plus que Léon prévoit d’y inclure certaines des nouvelles voitures de son frère !

Mais ce n’est peut-être pas tout…

Le lendemain, lors de notre balade sur la plage, je pousse Nicolas à aller plus loin dans sa réflexion. Il dit que d’une certaine façon, il veut protéger Léon de la tristesse que lui engendrerait la perte d’une voiture. Il veut également protéger Anatole qui a probablement dit oui sans en mesurer le risque. Ce ne serait pas juste qu’Anatole perde une voiture dans l’affaire.

Enfin, il veut également s’épargner la scène qui s’ensuivrait si l’un d’eux perdait une voiture…

Un raisonnement qui ne tient pas vraiment debout !

Hum… il y a donc aussi une dimension toute personnelle. Qui se comprend très bien. Il est naturel de vouloir éviter les difficultés, non ? Or, être parents, bon sang, c’est déjà bien assez difficile !

Seulement, cela marcherait s’il était possible que l’enfant ne veuille pas apporter les voitures, donc ne les perde pas, ce qui éviterait qu’il pleure de les avoir perdues !

A l’inverse, si nous l’empêchons d’apporter les voitures, nous nous éviterons les pleurs liés à une éventuelle perte de voiture, mais nous devrons faire face à l’opposition préalable à cette décision purement arbitraire. Donc, je doute que ce soit vraiment plus facile en fait…

Et surtout… le message derrière notre réaction

Le véritable problème est là, selon moi.
En effet, en communiquant de façon si ferme, quel message fait-on passer ?
Celui que nous ne lui faisons pas confiance !!! Nous prévoyons d’avance qu’il va perdre des voitures.

Je sais bien que ce n’est pas vraiment un manque de confiance en lui, en l’occurence ; plutôt en ses camarades… Mais je l’entends un peu comme le “tu vas tomber !”. Avertissement qui montre bien le peu de confiance en notre enfant que nous avons, et qui, de plus, ne va certainement pas l’aider à avoir confiance en lui…

Au pire

Que peut-il arriver de pire, en fait ? Qu’il perde effectivement des voitures. Bon. Finalement, il n’y a pas non plus péril en la demeure…

Donc, cette analyse menée, on peut s’interroger vraiment : qu’est-ce qui est le plus important pour nous ? Pour moi, la réponse est claire (et finalement, pour Nicolas également) : montrer à notre fils que nous lui faisons confiance, et l’aider à grandir dans la démarche.

Comment transformer cette difficulté en opportunité ?

Etrangement, je pense que la lecture qui m’a le plus aidée dans cette circonstance, face à mon fils de 6 ans, c’est celle de la discipline positive pour les adolescents. Probablement parce que je viens de le terminer enfin (après une pause de plus d’un an), et que ce que je suis en train de lire trouve toujours un écho dans ce que je suis en train de vivre…

L’encourager à envisager les conséquences

Oui, notre fils n’a que 6 ans, et n’a peut-être pas réfléchi à ce qu’il pouvait advenir de ses voitures.

Notre rôle de parent sera donc de l’aider à y réfléchir. Et de l’encourager à envisager les différentes possibilités, afin de prendre sa décision en connaissance de cause.

Nous lui demandons donc :

“Comment feras-tu pour ne pas perdre des voitures à l’école ?
– Avant de partir, je compterai si elles sont toutes là, et je demanderai qu’on me les rende.
– Resteront-elles tout le temps dans ta classe ?
– Non, elles viendront à la récréation.
– Et à la récréation, y a-t-il des enfants qui ne sont pas de ta classe ?
– oui, les autres classes aussi.
– Alors, comment feras-tu si quelqu’un qui n’est pas de ta classe a gardé une voiture ?
– Aïe… ”

Là, il y a une pause. Il réfléchit. C’est le moment où il pourrait décider, si la difficulté l’emporte sur le plaisir d’apporter son camion, qu’il vaut mieux le laisser à la maison. Mais ce n’est pas le cas.

“Je vais bien regarder qui prend des voitures, et je les compterai à la fin de la récréation.”

Cette fois, nous savons qu’il sait à quoi il s’expose, qu’il a réfléchi à la conduite à tenir. Sa décision n’est donc plus impulsive, elle est réfléchie.

Reste une précaution

Si sa décision est claire, il faudrait quand même s’assurer que son petit frère a bien compris ce à quoi il s’exposait également.

Nicolas s’en assure : “Je vois que tu as des idées pour t’assurer de revenir avec tes voitures. Malgré tout, il se pourrait que l’une d’elle soit perdue. Je m’inquiète un peu du fait que tu emportes des voitures qui ne t’appartiennent pas, surtout les nouvelles d’Anatole. Il faudrait bien vérifier avec lui.”

Anatole, qui n’a pas perdu une miette de tout cet échange est clair : “En fait, je veux pas que tu prends mes voitures.” – Eh oui, lui n’a pas l’excitation de jouer avec à l’école pour compenser le risque !

Pas de problème, Léon décide qu’il ne prendra pas les nouvelles voitures d’Anatole.

Nous soutenons la décision

Maintenant que nous avons bien tenu notre rôle en l’aidant à réfléchir aux précautions à prendre, c’est l’heure de nous effacer, et de simplement soutenir la décision de notre fils.

(Et j’en profite pour rappeler que soutenir les décisions, c’est également aider nos enfants à être autonomes !)

Ainsi, nous lui montrons vraiment que nous lui faisons confiance. Que nous savons qu’il est capable de se tenir à tout ce qu’il vient de décider et de revenir avec toutes ses voitures.

C’est en tout cas une opportunité pour lui d’essayer.

Et si cela ne marche pas ?

L’échec est possible bien sûr. Parce que pour réussir, il faut également se tromper. Parce que l’apprentissage passe par l’expérience, qui est bien plus porteuse de leçon que le fait de ne pas faire, finalement ! Car, là encore, je garde en tête ce qu’en dit Jane Nelsen : l’erreur est une opportunité d’apprentissage !

Pour moi, l’apprentissage se ferait ici sur deux niveaux différents.

L’organisation, et les précautions pour ne pas perdre de jouets

Evidemment, cette histoire aurait pour résultat d’encourager Léon à prendre plus de précautions la prochaine fois qu’il voudrait apporter un jouet quelque part.

Il conviendra alors de réfléchir avec lui à ce qu’il aura pu se passer. Car les possibilités sont multiples !

Il peut avoir oublié les précautions à prendre sur le moment, parce que trop excité par le jeu, ou parce qu’il y aura eu trop d’enfants autour de lui. Parce que cela aurait été trop précipité, parce qu’il pensait à autre chose à la fin de la journée…

Ou bien il pourrait avoir bien pensé à tout ça, mais avoir eu des difficultés à faire face à certains enfants qui ne voudraient pas l’écouter. Ou ne s’être rendu compte de rien !

Dans tous les cas, il pourra en tirer une leçon ! Peut-être celle de ne pas apporter un jouet qui se “découpe” en tant de bouts à l’école. Peut-être de mieux surveiller. Peut-être un pense-bête à mettre en place, ou bien demander de l’aide à la maîtresse, que sais-je ?

Quelle que soit la conclusion, je suis convaincue que cet apprentissage vaut bien une voiture perdue, non ?

L’expérience émotionnelle

Quelles qu’en soient les raisons, si Léon revient avec moins de voitures, il sera triste. C’est presque sûr. Et il faudra effectivement faire face à sa détresse à ce moment-là.

Il va de soi que nous ne lui dirons pas “ce n’est rien, juste une petite voiture”, parce que ce serait nier le sentiment.

Et ce ne sera pas non plus le moment de lui dire “Je te l’avais bien dit !”… Je sais, ce sera difficile de se retenir, parce que, bon sang, on le lui aura bien dit ! Mais ce n’est pas ainsi que nous l’aiderons à grandir. Il le sait bien que nous le lui avons dit… Et se sent déjà assez mal comme ça ! Il ne me semble pas nécessaire de remuer le couteau dans la plaie. Il vaut mieux se re-focaliser sur la confiance que nous cherchons à transmettre, et basculer, lorsque l’émotion se sera calmée, sur l’analyse évoquée ci-dessus. Ainsi, nous lui enseignons que l’on apprend de ses erreurs, et qu’on peut s’ajuster, pour réussir la fois suivante !

Mais alors… nous aurons échoué à le protéger de ce sentiment négatif ?

Oui, et heureusement. Parce qu’il y a bien quelque chose qu’il ne faut pas oublier de se répéter régulièrement : les sentiments négatifs font partie de la vie.

Ne vaut-il pas mieux qu’il l’expérimente lors de la perte d’une petite voiture que plus tard, face à des choses bien plus difficiles à digérer ? Qu’il vive le fait que cette émotion arrive, se vit, puis s’en va…

Finalement, c’est bien ce type d’expérience qui lui enseignera la résilience !

Et en vrai… que s’est-il passé ?

Ah ah ! Ce qu’il s’est passé a peu d’importance dans cette histoire, en fait.

Il me semble que l’important, c’est de mener toute cette réflexion, toute cette analyse qui nous aide à être de meilleurs parents pour nos enfants. A faire nos choix en sachant ce que nous cherchons  à leur transmettre.

Cependant, lorsque j’ai raconté cet épisode à une amie, cette question lui brûlait les lèvres, ce que je comprends !

Alors voilà, je vais satisfaire votre curiosité : Léon est rentré de l’école avec son camion, et toutes ses voitures. Et quand nous lui avons demandé si cela avait été difficile, il nous a répondu que “pas du tout”. Comme quoi, finalement, ça valait la peine de lui faire confiance, non ?