Articles

Cela fait plusieurs fois maintenant que je vois des parents en difficulté, cherchant de l’aide, et qui se retrouvent face à une figure d’autorité qui nie leurs principes d’éducation bienveillante. Il peut s’agir tout simplement d’un enseignant, ou d’un animateur, mais le cas se présente également avec un pédiatre, ou un psychologue.

C’est alors très difficile pour le parent, qui se met à douter de ses principes. En effet, le parent cherche à être le meilleur parent possible, et se heurte à une difficulté. Le professionnel auquel il s’adresse alors lui fait entendre que sa posture n’est pas la bonne ! Que penser ?

Au mieux, le parent s’énerve contre ce professionnel qui ne comprend rien à ses principes éducatifs ; au pire il doute, voire culpabilise…

Je pencherais probablement pour le 1er scénario si j’étais dans cette situation, mais comme je ne le suis pas, je peux voir la situation de l’extérieur, plus froidement, et cela m’a donné envie d’y réfléchir et de vous proposer mes pistes sur le sujet.

Le flot d’émotions

Ce qui rend la situation très difficile, c’est le flot d’émotions auquel nous faisons immédiatement face. Il nous est quasiment impossible à ce moment-là de considérer les choses avec calme.

Or, tant que nous serons envahis par l’émotion, nous ne serons pas capables de prendre du recul, de chercher à voir ce que nous pouvons retirer malgré tout de cette interaction, ou d’avancer vers une solution. Comme le diraient Daniel Siegel et Tyna Payne Bryson (auteurs du cerveau de votre enfant, que je suis en train de lire, et dont je vous parlerai bientôt), nous réagissons avec la partie droite de notre cerveau, et n’arrivons plus à la reconnecter à la gauche.

Seulement, au moment où nous commençons à parler de nos problèmes avec le professionnel en question, nous sommes déjà dans une position émotionnelle forte, car le sujet dont il s’agit porte déjà une charge en soi, la plupart du temps. Eviter de ne pas se laisser envahir est donc compliqué.

Comme beaucoup de ceux qui s’intéressent aux émotions, je ne peux que conseiller de chercher à observer ces émotions qui nous traversent alors. Prendre un temps pour respirer, et accueillir l’émotion, le sentiment qui nous traverse. Reconnaitre son existence, et le laisser prendre sa place puis disparaitre, en temps et en heure.

Lorsque l’émotion n’est pas trop forte, afin de poursuivre cette démarche de retour à un état émotionnel plus neutre (l’état de l’adulte, si l’on suit l’idée des 3 états du moi), on peut alors chercher à comprendre ce qu’il se passe pour la personne en face de nous.

 

Pourquoi ce professionnel réagit-il ainsi ?

C’est également un être humain

Oui, la personne qui nous fait face est également un être humain. Ce qui signifie que, malgré son autorité de position découlant de son métier, elle est faillible. Ce n’est pas un super héros. (Tout comme nous !) . Et il subit la résistance au changement qui est si humaine…

En particulier, on peut se souvenir que cette personne a été enfant. Et a eu des parents. Des parents avec certains principes éducatifs.

C’est donc aussi difficile pour lui que pour nous de remettre en cause le modèle d’éducation qu’il connait. Cela lui demanderait de remettre en cause la manière dont il perçoit ses parents. (Je sais, c’est également notre cas, mais c’est plus difficile pour certains que pour d’autres, et c’est peut-être son cas, c’est comme ca !)

De plus, il y a des chances que cette personne ait également des enfants. Ainsi, tout comme dans le cas de nos parents qui ont parfois du mal à comprendre la parentalité positive, remettre ses principes éducatifs en cause reviendrait également à admettre qu’il n’a pas fait avec ses enfants ce qu’il “aurait dû” faire. Ce qui n’est jamais facile à admettre. Surtout dans notre culture française où l’erreur est si mal vue.

Enfin, comme si tout cela ne suffisait pas déjà à freiner bien des adultes, ajoutez dans son cas le fait qu’il a déjà quelques années d’expérience derrière lui, durant lesquelles il a conseillé bien des parents…

Alors… changer de principes, ça veut dire prendre conscience de tous les mauvais conseils dont il faudrait alors prendre la responsabilité !! Avouez que ca va plus loin que pour nous, non ? On peut comprendre que la résistance au changement soit encore plus forte chez ce professionnel que chez d’autres !

La culpabilité que l’on ressent en tant que parent qui découvre de nouveaux principes en avançant sur le chemin, et qu’il nous faut dépasser, serait bien multipliée chez lui !! Donc, c’est naturel, il freine. Inconsciemment, évidemment, mais de manière, finalement, compréhensible, même si l’on en attendrait plus d’un professionnel censé nous aider…

Il a observé d’autres parents perdus

Je n’ai pas besoin de vous dire comme il est difficile de rester sur le chemin de la parentalité positive. Pas besoin de vous rappeler l’énergie que cela demande de chercher les différentes options qui s’offrent à nous pour réussir à respecter nos besoins tout en respectant nos enfants.

En avançant sur ce chemin, et en comprenant mieux les réactions de nos enfants, certains parents se perdent. Je le sais, je l’ai vu. En voulant bien faire, mais ne sachant pas toujours bien comment, certains parents basculent dans la permissivité. Et ces parents-là, notre professionnel en a vus. Forcément. Et cela ne contribue pas à lui faire changer d’avis sur les bienfaits d’une éducation bienveillante.

Ainsi, lorsqu’il réagit en s’opposant à nos principes, il est possible qu’il ne réagisse pas vraiment à ce qu’il voit, mais plutôt à ce qu’il a vu. Il répond à une émotion élastique.

Face à lui, notre force sera donc de réagir comme lorsque nous sommes face à nos enfants : en ne prenant pas les choses personnellement ! Ahah… Je ris moi-même en écrivant cette phrase, parce que je ne sais pas si c’est possible… Car il faut bien compter avec le fait que nous sommes également humains !! Mais enfin, ça vaut quand même la peine d’y penser, non ?

Ce professionnel a ses propres principes éducatifs

Résultat des 2 premiers points déjà soulevés : notre professionnel a ses propres principes éducatifs.

Comment explique-t-il le développement de l’éducation positive auquel nous assistons actuellement ?
Il considère que c’est un effet de mode…

A-t-il raison ? Après tout, bien des points éducatifs ont l’air de répondre à des effets de mode : allonger un bébé sur le ventre ou sur le dos ; allaiter ou nourrir au lait en poudre…

En fait, nous aussi, nous pourrions voir les choses ainsi. Car l’opinion du professionnel sur la question suit également une mode : celle qui avait cours au moment où il s’est formé !

Et c’est ainsi qu’on assiste à des situations absurdes, comme l’infirmière qui désinfecte le sein de la maman à l’alcool, brouillant les pistes olfactives du bébé qui cherche le sein pour téter !!

Il me semble pourtant que nous dépassons ici la notion de mode. Car l’apport des neurosciences a permis d’avancer énormément dans notre analyse des effets de notre posture parentale. Bien plus ces dernières dizaines d’années que le siècle précédent…

Comment pouvons-nous alors réagir ?

Se former pour pouvoir s’affirmer

Pour réussir à réagir en analysant simplement que notre position éducative diverge de celle qui nous est présentée, il faut déjà se sentir solide.

Si nous ne sommes pas sûrs de nous, et de notre posture, nous serons facilement perturbés. Le problème n’est alors pas tant l’attitude du professionnel en question, mais plutôt notre manque de confiance en nous-mêmes.

Afin de regagner confiance, et de rester solide sur notre chemin, rien de tel que de se sentir compétent. Autant, finalement, que ce professionnel qui a fait des études. D’autres études. Des études qui n’incluaient malheureusement pas la parentalité positive. Ainsi, sur ce sujet, nous en connaitrons plus que lui.

Se former, aujourd’hui, n’est pas si compliqué. Car les renseignements sont disponibles. Sur des blogs comme celui-ci. Dans les livres : faites donc un tour par ma bibliothèque, elle regorge de livres inspirants !

En suivant des ateliers, ou des formations. En présentiel, ou en ligne.

J’en ai suivi pas mal moi-même, et elles m’ont toujours aidée.. Faites un tour par les formations des 6 doigts de la main pour trouver celle qui vous convient…

Alors, nous pourrons adopter la posture parentale qui nous convient, qui ne bascule ni dans l’autoritarisme, ni dans la permissivité, et savoir, tout en restant humain, ce vers quoi nous aspirons et ce en quoi nous croyons.

S’entourer d’un soutien bienveillant

Sur les chemins semés d’embuches, rien de tel que d’être soutenu !

Si vous avez l’impression d’être seuls dans votre entourage à pratiquer la parentalité positive, vous aurez d’autant plus de mal à trouver vos marques, à vous sentir confiants. N’hésitez pas alors à chercher du soutien, soit en rencontrant d’autres parents, soit en rejoignant des groupes virtuels dans lesquels vous vous sentirez entendus.

Il existe également des cafés de parents qui peuvent jouer ce role à la perfection. Ou il peut suffire d’un/d’une ami(e) pour avancer.

Se concentrer sur le principal : le respect mutuel

Qu’est-ce qui nous permet de savoir que nous ne nous perdons pas ? Que nous sommes sur le bon chemin, quoi qu’en dise ce professionnel avec lequel nous nous sentons tellement en désaccord ?

Comment savoir si l’on vit bien la parentalité que l’on cherche à vivre ?
Pour moi, la réponse est : en mettant le respect mutuel au coeur de l’analyse.

Si je ne respecte pas mon enfant, je ne suis pas dans la parentalité positive.
Si mon enfant ne me respecte pas (au vrai sens de respect, pas au sens d’obéissance), je ne suis pas dans la parentalité positive.

Mais, si je respecte mon enfant pour ce qu’il est, et que je me sens respectée pour ce que je suis, alors je suis sur le chemin. J’ai confiance, et j’avance.

Alors, quelle solution face à cette divergence de principes éducatifs ?

Eh bien, de deux choses l’une : soit nous avons le choix du professionnel, soit nous ne l’avons pas.

La meilleure option : changer de professionnel !

La vie est déjà suffisamment compliquée pour ne pas y ajouter un pédiatre dont les valeurs divergent des nôtres… Réfléchissons aux autres options qui s’offrent à nous !

Ainsi, lorsque mon amie Gwen, du blog Petit bout par petit bout, cherchait un psychologue, elle a bien compris – et écrit – que “pour qu’un tel accompagnement soit efficace, il fallait déjà que psy et parents ait des convictions éducatives communes”.

Dans ce cas, la réponse est claire : essayer de changer de professionnel, en prenant garde à se renseigner auparavant pour en trouver un qui soit en ligne avec nos valeurs éducatives.

Il existe cependant des cas plus compliqués, en particulier lorsque nous faisons face à des professeurs peu bienveillants.

Tout peut être envisagé dans ce cas, et cela dépend du contexte. Est-ce seulement un professeur, ou toute l’ambiance de l’école ? Existe-t-il d’autres écoles géographiquement et financièrement accessibles qui conviendraient mieux ? C’est probablement très compliqué. Je vous laisse en faire l’analyse au cas par cas.

Lorsque cette option n’est pas disponible

C’est malheureux. Il va pourtant falloir faire face. En sachant que cette épreuve sera également une opportunité, même si nous n’en sommes pas d’office convaincus.

Dans cette épreuve, il sera important de :

  • réussir à prendre le recul nécessaire par rapport aux méthodes du professionnel en question (comme face à la maitresse de mon fils qui utilise ce système de recompense toutes les semaines…)
  • essayer de lui parler de nos différences sans l’attaquer, avec toute l’écoute nécessaire pour espérer la même chose en retour. Et c’est là que la première partie de cet article peut aider !
  • soutenir notre enfant. Il m’aura fallu quelques années, mais j’ai enfin compris que ce principe de ne rien dire contre le professeur était ridicule. Bien sûr, il ne s’agit pas d’encourager notre enfant à être en opposition avec son enseignant. Cependant, on peut exprimer notre désaccord sur certains points spécifiques. Ce sera même une bonne occasion de transmettre nos propres valeurs éducatives à notre enfant.

 

Avez-vous déjà fait face à une telle situation ? Dites-moi comment cela s’est passé pour vous !

 

Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Et nous faisons tous face à des épreuves, plus ou moins lourdes, plus ou moins difficiles à traverser. Certaines, cependant, peuvent également se voir comme des opportunités.  J’avais soulevé cette idée déjà une semaine après le passage de l’ouragan Maria, qui a “abattu” Puerto Rico.

Alors, quand Caroline, du blog Le colibri imparfait, a choisi ce thème pour son carnaval d’articles (c’est à dire un ensemble d’articles écrits par plusieurs blogueurs autour d’un même thème), j’ai décidé de saisir cette occasion pour revenir dessus.

Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre

Je me rends bien compte qu’il peut sembler facile pour moi, ici, derrière mon ordinateur, d’écrire qu’une épreuve peut se révéler une opportunité. Que certains d’entre vous vivent ou ont vécu des épreuves qui me seront toujours épargnées. Mon propos n’est absolument pas de minimiser ces épreuves, ou de dire qu’il suffit de se secouer pour que l’épreuve devienne une opportunité. Mais je pense que cette idée peut être creusée.

Alors que je réfléchissais à cet article, j’ai d’un coup posé mes lunettes, et discuté avec ma voisine de bureau (Hum.. comprendre ma voisine de café, car mon “bureau” accepte aussi de servir d’autres personnes…). Je la connais pour la voir quotidiennement dans ce café, et je sais qu’elle a traversé une sacrée épreuve.

Elle travaillait aux US dans les services sociaux, récupérant les enfants en situation trop difficile. En situation que nous ne pouvons même imaginer. Elle vivait des scènes du type aller dans un squat de drogués et y trouver un bébé dans une poubelle… Et ce travail s’est révélé de plus en plus difficile, de plus en plus pesant pour elle, et pour sa santé. Jusqu’à ce que sa famille décide de la sortir de là.
Depuis, elle a changé de vie. Sa soeur et elle ont acheté chacune un petit appartement à Puerto Rico, et elle revit, semble-t-il.

Je lui ai donc demandé son point de vue sur la question. Et c’est elle qui m’a répondu : “Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre.”, phrase suffisamment explicite pour que je décide de l’utiliser comme titre de cette introduction !

La porte se ferme…

Bien sûr, ce qu’on en voit d’abord, c’est l’épreuve. C’est la porte qui se ferme. Pire. On ne voit même pas encore que la porte se ferme. On se demande seulement “Pourquoi moi ?”. On n’a pas de vision de ce qu’il se passe parce qu’on est incapable de prendre du recul par rapport à la situation. On est sous la vague, et on pense que c’est la fin. Tout simplement.

Seulement, pour reprendre encore une phrase de ma voisine de café : “Tant que l’on est vivant, il n’y a pas de fin.”

Peu à peu, on commence à s’en rendre compte. A voir que la porte s’est fermée.
Et l’on se sent victime. On ne se rend pas compte que l’on a du pouvoir.
S’arrêter là est – indirectement- notre choix. Notre responsabilité.

Cette épreuve n’est pas tout ce dont nous sommes capables.

Encore une fois, je ne cherche ici à heurter personne. Il n’est certainement pas facile de sortir de cette impasse, et quand je dis que cela relève de notre responsabilité, je ne dis pas que cela se fera sans mal. Je ne dis pas qu’ouvrir l’autre porte est chose aisée. Jamais. Mais certaines étapes pourront nous rendre les choses un peu plus simples.

Vivre nos émotions sans culpabilité

L’acceptation

Pour moi, la clef est là.

Lorsque María nous est tombé sur le coin de la tête (Je parle de l’ouragan, pas d’une femme), nous cherchions à relativiser. A nous raccrocher au fait que ce que nous vivions n’était pas si dur que cela, qu’il y avait bien des gens dans tes situations bien pires… Et c’était vrai, bien sûr. Mais savoir qu’il y avait pire ne nous aidait pas tellement. Ca ne nous permettait qu’à arriver à la conclusion que “nous n’avions pas le droit de nous plaindre.”

En fait, nous tombions naturellement dans une démarche de négation des sentiments. Et cela ne nous permettait pas de traverser ce que nous vivions.

Jusqu’à ce qu’un jour, forte de mes compétences parentales, je réalise que ce que je vivais, ce que je ressentais était valide. Par le simple fait que je le ressentais. Une émotion, un sentiment, n’a pas besoin de raison d’être. Sa seule présence suffit à justifier son existence. J’ai donc décidé de m’ouvrir à mes propres sentiments. 

Cela n’exclue pas la compassion pour ceux qui sont dans une situation pire, certainement pas.

Mais le fait que d’autres vivent des événement plus difficiles n’enlève rien à la difficulté de notre propre situation. D’ailleurs, on trouve toujours des gens qui vivent des choses pires dans d’autres endroits du monde ! Je crois que je ne veux même pas commencer à évoquer toutes les épreuves dont nous pourrions parler ici..

Nous pouvons donc séparer les choses, et être conscients que : “oui, certains vivent des choses plus dures. En même temps, ce que je vis est difficile pour moi. J’ai le droit d’être triste, d’être en colère, d’être frustrée, d’avoir du mal à faire face. J’en ai le droit, je n’ai pas besoin de me montrer plus fort pour le principe. Je serai fort en acceptant de partager ce que je vis.”

Le partage

Ensuite, je pense que ce qui peut aider, c’est justement de partager cette situation. De bénéficier d’une réelle écoute de la situation.

Car je peux clairement ici parler d’opportunité ! S’ouvrir aux autres de ce que nous ressentons, c’est bien l’opportunité de :

  • renforcer notre échange et notre connexion avec l’autre
  • donner l’exemple à nos enfants du fait que nos sentiments sont valides, quels qu’ils soient
  • vivre le fait qu’une émotion se traverse
  • se découvrir soi-même dans une période de trouble

Et à notre tour, nous écouterons, ce qui nous permettra de

  • renforcer notre échange et notre connexion avec l’autre (oui, je l’écris de nouveau, et ça en vaut la peine, car c’est réellement puissant !)
  • développer notre empathie

Chez nous

Sur ce plan-là spécifiquement, je peux vous dire que j’ai appris des choses.

Je sais qu’avoir appris avant à manoeuvrer mon bateau parental par temps calme m’a aidée dans cette tempête, même si ce n’a pas toujours été suffisant.
Mais j’ai bien pu communiquer avec mes enfants sur le fait que je n’étais pas un super-héros.
J’ai aussi eu occasion de constater comme ils étaient capables de m’apporter du soutien lorsque j’en avais besoin !

J’ai aussi pu avancer dans la connaissance de moi-même. Car je me suis rendue compte que les moments les plus stressants pour moi étaient ceux où nous devions nous adapter aux changements. Les moments où nous savions d’avance que nous n’aurions pas de générateur pouvaient s’organiser. Mais les jours où le générateur devait s’allumer et tombait en panne ont été bien plus stressants pour moi. J’ai réalisé à quel point j’avais besoin de contrôle dans ma vie.. Et c’est bien ce que nous avions évoqué lorsque nous avions parlé de carte dominante dans notre personnalité !

Vivre le moment présent

Après “vivre nos émotions”, je vous parle de “vivre le moment présent”. Décidément, il semble que la pleine-conscience se soit un peu immiscé dans ma vie

En effet, je pense que pour réussir à avancer, il faut avoir admis que nous traversons une tempête.

Comprendre nos difficultés

“Les circonstances sont neutres”, dit Clothilde de Change ma vie. (Un podcast que je vous recommande chaleureusement !).

Car, face à des circonstances identiques, nous réagissons les uns et les autres de manière différente. Ce qui fait notre difficulté, c’est notre propre interprétation de la situation, avec notre système de pensées.

Lorsque l’on commence à en être capable, il peut donc valoir la peine de s’attarder un moment sur ce qui nous est le plus difficile à vivre dans l’épreuve à laquelle nous faisons face.

L’anxiété nous aveugle. Elle fait grandir le problème. Cherchons ce qui est le plus problématique, et cela pourra déjà nous aider à circonscrire un peu la question.

Si je reprends l’exemple de l’ouragan ici, comme vous l’avez vu, chez moi, la difficulté majeure était le manque de contrôle. Nous avons donc mis en place tout un système qui permettait d’y faire face. Des repas froids et plus simples, des réserves en conserve, toujours, pour faire face à l’absence d’alternatives. Le moins de choses possibles dans le frigo, qui ne marchait pas pendant 12h ou parfois 24 ou 36. Des bassines d’eau dans les douches…

Cela semble évident ? Oui, sûrement, mais ca me permettait de faire partiellement face au problème. Ou du moins, à mon problème. Car pour d’autres, le problème n’était pas celui-ci. J’ai vu des parents pour lesquels la fermeture de l’école, dans un premier temps, puis leurs horaires réduits, dans un deuxième, constituait une réelle inquiétude. Inquiétude d’un retard scolaire pour leur enfant. Pour moi, ceci n’a jamais été une préoccupation.. Chez eux, la mise en place devra donc être différente !

Un pas après l’autre

Vivre le moment présent, c’est également se focaliser sur celui-ci. Avancer un pas après l’autre. Ne pas encore trop s’inquiéter de la suite mais bien de traverser ce que nous visons à ce moment-là. Se poser la question, jour après jour, de ce qui doit être fait ce jour-là.

Cela permet à la fois d’être concentré, de ne pas se perdre dans des projections incertaines, et d’avancer.

Et c’est à force d’avancer, tout en nous donnant le temps de traverser nos émotions, que nous parviendrons enfin à apercevoir le contour de la porte à ouvrir…

Chercher le positif

Enfin, pour croire en l’existence de cette porte que nous allons bientôt pousser, mieux vaut s’attacher à voir le positif que le négatif de notre situation.

Là encore, je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais je sais aussi que l’on peut bien souvent trouver du positif à notre situation.

Pour illustrer ce point je ne vous parlerai pas de nous cette fois, mais d’Anne-Dauphine Julliand, que j’ai eu la grande joie d’écouter de vive voix au festival des rendez-vous de juillet à Autun en juillet 2017

Si vous ne la connaissez pas, Anne-Dauphine Julliand est, entre autres, l’auteur de Deux petits pas dans le sable mouillé. Dans ce livre, elle raconte la vie et la mort de sa fille, porteuse d’une maladie génétique. Bien sûr, le livre est dur, et triste. Et, en même temps, il est étrangement porteur de joie. La phrase la plus célèbre de ce livre est d’ailleurs : “Ajouter de la vie aux jours quand on ne peut plus ajouter de jours à la vie”. Il est impressionnant de constater comme cette famille a su, dans les moments les plus difficiles, accepter ce qu’ils vivaient, s’entourer de chaleur, et choisir de voir le positif.
(Si l’aventure de ce livre marquant vous tente, en voici le lien Amazon : Deux petits pas sur le sable mouillé )

Un exemple que tout est possible.

… une autre porte s’ouvre

Oui, à un moment donné, lorsque nous sommes prêts, une autre porte va s’ouvrir.

La difficulté vient du fait que cette autre porte ne nous apparait pas immédiatement, évidemment. La porte ne brille pas, ne se montre pas. Il nous faut la chercher. Et c’est pourquoi les étapes précédentes sont si importantes.

Et lorsque l’on commence à l’apercevoir, même si nous ne sommes pas encore prêts à avancer, il s’agit d’avoir confiance. Confiance qu’à un certain moment, nous serons capables de l’emprunter, de passer cette porte.

Et la passer n’est pas égoïste. Ce n’est pas irrespectueux pour l’épreuve, ou les personnes, que nous laissons derrière. Au contraire. C’est les respecter que de décider de continuer. De choisir de ne pas se laisser abattre.

Nous revenons ici à la notion du choix. Un choix que nous avons vu s’affirmer ici, à de multiples reprises, avec la propagation du #PRselevanta : “Puerto Rico se lève”. (L’opportunité -encore – pour moi de me rendre compte à quel point je m’étais attachée à ce pays..)

La situation ne sera plus jamais la même, et nous aurons toujours des regrets. Mais c’st un nouveau début. Un début dans lequel nous sommes capables de choisir de rester positif.

Ensuite…

Quelque temps plus tard, un temps qui dépendra probablement de la difficulté de l’épreuve vécue, on pourra discuter des opportunités que cette épreuve nous a effectivement offertes.

C’est un exercice que j’ai mené hier, avec ma famille.
Alice (11 ans), et Oscar (15 ans) n’ont pas hésité à dire également qu’ils percevaient cette épreuve comme une opportunité. Qu’est-ce que vivre cet ouragan leur a apporté ?

D’abord, le plus évident :

  • Se rendre compte de notre chance d’avoir au quotidien ce qui semble évident : la lumière par exemple !!
  • Prendre conscience de ce que d’autres peuvent vivre plus régulièrement dans d’autres coins du monde…
  • Développer les contacts avec les voisins, se connaitre, se soutenir face aux difficultés, partager nos joies (dois-je préciser que le jour où l’électricité nous est revenue – 53 jours après l’ouragan – nous avons immédiatement organisé un gros apéro festif en bas de l’immeuble ?)

Mais le plus marquant a été pour eux :

  • Apprendre la cohabitation : être tous dans la même chambre, se réveiller avec un petit frère en travers de son lit…
  • Former une équipe : installer ensemble les “tormenteras” avant que l’ouragan n’arrive, essorer l’eau qui s’infiltrait, puis s’aider les uns les autres dans la logistique du quotidien..
  • Partager tant de moments en famille ! En vivant ensemble, vraiment ensemble, entre le salon et notre chambre, nous partagions plus de temps. Quasiment tous les soirs, après avoir couché les plus jeunes, nous faisions un jeu de société à 4, souvent à la bougie…

Est-ce possible que je sente même chez eux une pointe de nostalgie quand nous reparlons de ces quelques semaines si stressantes ? Eh oui…

Nous avons donc conclu la conversation en décidant de nous remettre à jouer plus souvent !

 

Et si vous souleviez cette conversation chez vous ? Que diraient les membres de votre famille ? Pensent-ils également que les épreuves peuvent se révéler des opportunités ?

“Voie sans issue”…
Cette photo représente bien ce que nous pourrions ressentir en vivant à Puerto Rico en ce moment ! La tentation est forte en effet de se laisser abattre, de baisser les bras face à l’ampleur de la tâche.
Mais ce n’est absolument pas ce que font les gens ici.
Il s’agit au contraire d’avancer, et d’avancer. Peu à peu.
Des-pa-ci-to, comme le dit cette chanson portoricaine qui a fait le tour du monde !
A l’école, il y a eu quelques dégâts, bien sûr, comme partout.
Mais tout le monde s’est mobilisé.
Deux jours après l’ouragan, comme dans toutes les organisations, moins de la moitié du personnel avait pu être jointe. Et peu se présentaient. Parce que les poteaux de téléphones sont tombés, parce que les routes étaient bloquées (par l’eau, par les arbres), parce que les gens manquent d’essence.

Et pourtant, trois jours après l’ouragan, la communauté était présente : non seulement le personnel qui le pouvait, mais également parents et enfants. Pour balayer, évacuer la route, tirer les branches d’arbres, couper les troncs…

La mobilisation dans les rues est impressionnante !
Et voilà pourquoi je suis ravie d’être ici avec mes enfants.

La situation n’étant franchement pas facile, beaucoup de femmes et enfants s’en vont chez des amis aux US, laissant la situation se rétablir. Il parait qu’à l’aéroport, c’est la lutte !  Je ne les blâme pas, c’est vrai qu’on a pour l’instant l’impression de lutter quotidiennement. J’ai du mal à croire que cet ouragan date seulement d’une semaine…

Et pourtant, ce matin-même, je répondais à une amie de Boston qui me proposait de les rejoindre, que j’aurais l’impression d’abandonner Puerto Rico.

Ce n’est pas le moment de partir.
C’est le moment de découvrir un autre monde.

C’est le moment d’enseigner à nos enfants les économies d’énergie.

Nous avons la chance d’avoir un générateur dans l’immeuble. Mais la lutte pour le diesel pour qu’il fonctionne est rude. Donc, l’immeuble a mis en place des horaires de fonctionnement. Et quand il n’y a pas d’électricité, il n’y a pas non plus d’eau, car il faut une pompe pour la faire monter.

Nous ne mettons donc plus la climatisation, les fenêtres sont grandes ouvertes, l’air circule un peu, mais nous avons très chaud, et les moustiques entrent (espérons que personne n’attrape le zika…). Une seule chambre avec climatisation la nuit : nous dormons tous les 6 dans la nôtre !
Le frigo n’est pas ouvert dans les horaires sans électricité, il faut pouvoir s’organiser avant, et ne pas manger une barre de céréales, qui se gardera, mais plutôt une mangue, parce qu’elle va se perdre.

Lorsque l’électricité revient, il faut re-remplir les récipients d’eau : pour boire, mais aussi pour se doucher (parce qu’il arrive également que le générateur tombe en panne et que la douche, prévue au moment où il doit être rallumée, ne soit plus possible), et à côté de chaque lavabo pour se laver les mains.

 C’est le moment d’enseigner à nos enfants la compassion.

Malgré toutes ces difficultés, nous faisons réellement partie des chanceux. Ceux qui sont restés dans leur appartement, qui ont gardé toutes leurs affaires, et qui ont un frigo à peu près maintenu !

D’autres histoires nous parviennent, plus ou moins proches : la soeur du gardien a perdu sa maison. Le monsieur de la maintenance doit trouver une manière de couper l’arbre tombé sur un côté de la sienne. La femme de ménage a eu son appartement inondé, et cherche à faire sécher ses matelas, tout en logeant la famille du dessus car le toit s’est envolé. Celle de mon amie est dans un 2ème refuge : celui qu’elle avait rejoint pour l’ouragan s’est écroulé, et elle n’a plus que ce qu’elle portait sur elle. Nous cherchons à lui apporter des choses, mais elle est injoignable. Vous noterez, bien sûr, que c’est toujours la même chose : ce sont ceux qui ont déjà moins qui se retrouve à perdre ! Et donc…

C’est le moment d’enseigner à nos enfants la solidarité.

Chercher ce qu’il manque aux gens, trier nos affaires, en donner. Aller déblayer les rues. Oscar aide les personnes plus âgées à monter leurs affaires, en l’absence d’ascenseur. Par deux fois, les gens ont voulu le payer… Je suis contente de savoir qu’il a refusé. Vivons-nous dans un monde dans lequel l’aide gratuite n’est plus possible ? Je veux croire que non.
Nous descendons les poubelles car, sans ascenseur, le seul employé de la maintenance de l’immeuble ne peut pas tout faire. Nous apportons de l’eau au gardien qui n’en a plus.
Nous ne faisons encore pas tout ce que nous pouvons. Mais nous ferons encore. Car Puerto Rico va mettre un sacré temps à se remettre debout. Bientôt, des initiatives plus accessibles se mettront en place.

C’est le moment d’enseigner à nos enfants la patience.

Je crois que c’est le maître mot du moment. Tout va doucement.
Dans une vie dans laquelle nous étions habitués à un rythme de course, cela devient l’inverse.
Attendre.
Attendre que l’approvisionnement du diesel se remette en place.
Attendre que les magasins rouvrent leurs portes. Un par un.
Attendre que les produits arrivent dans les dits magasins.
Attendre que les messages partent (ou arrivent – en général par groupes !)
Attendre que l’internet revienne.
Attendre que l’école reprenne.
Attendre que les banques rouvrent.
Attendre que l’électricité revienne, chaque jour.
Attendre que Puerto Rico se remette…