Une remarque qui découle d’une réponse à une des questions posées en commentaires du chapitre 3 de Parler pour que les enfants…, sur les punitions.
Quand on constate quelque chose qui ne nous plait pas, on peut (et on doit) le commenter, mais est-il bien utile de chercher le coupable ? Cela n’aurait-il pas plutôt pour résultat d’encourager les enfants à se rejeter la faute ?
Il vaut mieux parfois passer directement à l’action corrective.
L’exemple du livre : « J’ai horreur qu’on laisse des épluchures sur le canapé ! » (plutôt que « Qui a laissé des épluchures sur le canapé ? »)
En général, le coupable réagira seul.
Et si on entend « Ce n’est pas moi ! », c’est l’occasion de faire passer le message suivant :
« Ca ne m’interesse pas vraiment de savoir qui l’a fait : je ne cherche pas à changer le passé, je cherche à voir une amélioration dans le futur. »

Partager l'article
 
 
   
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.