Plutôt que de m’énerver, j’agis !

Certaines situations, sans que nous comprenions bien comment, nous échappent.
Y a-t-il quand même moyen de sortir de l’impasse ?
Retour sur un épisode vécu, lors duquel mes outils ne me donnaient pas les résultats escomptés !

La situation semblait simple…

Anatole, 3 ans, a fait tomber un bout de sa pêche sur le sol.
Rien que de très banal, et ça ne pose évidemment pas de problème.

Je connais mes méthodes !

Oui, ça fait un moment que je suis une maman positive, je sais rester sobre, et décrire simplement la situation, pour lui donner l’opportunité d’agir de son propre chef :
“Anatole, il y a un morceau de pêche qui est tombé.”
Hum.. Anatole ne réagit pas.
Qu’à cela ne tienne, je suis vraiment bien renseignée, je sais que le lien entre les mots et l’action peut être lent, j’établis donc une connexion physique en m’approchant, et répète : “Anatole, il y a un morceau de pêche qui est tombé.”
Anatole regarde la pêche, et n’agit toujours pas.
Bon. Je passe à l’information.
“Anatole, ce morceau est à mettre à la poubelle.”
… “Mais je peux paas !”
“Anatole, tu peux le prendre avec ta main.
– non je peux pas !”

Je sens que je perds patience…

Je n’ai pas envie, mais vraiment pas, de transformer ça en lutte de pouvoir. En mode “Tu ramasses ça / non / si ….” comme je l’aurais fait il y a quelques années.
Je sais que c’est inutile, que la question ne sera alors plus la pêche mais bien la lutte, et que je ne cherche pas à gagner contre mon enfant, mais bien à l’encourager à la coopération.
Et en même temps… je n’ai vraiment pas envie de laisser tomber et de juste ramasser la pêche moi-même !! Parce que je n’ai pas envie qu’il perde, mais je n’ai pas envie de perdre non plus, c’est bien ça, monsieur Gordon, l’idée d’une éducation sans perdant, non ?? On n’impose pas, mais on ne s’écrase pas non plus, n’est-ce pas ?
Mais alors comment fait-on ???

Je communique mes sentiments

Comme j’ai appris qu’il valait mieux le dire avant de craquer, je communique, sans attaquer le caractère de l’enfant :
“Anatole, je suis en train de m’énerver. Je n’ai pas envie de passer 10 minutes sur ce morceau de pêche. Tu voudrais bien le ramasser s’il te plait ?
– Mais je peux paaas !!”

Je suis dans une impasse

Et c’est là que ça me vient : cette idée d’impasse me fait penser à Catherine Dumontheil Kremer et à ses suggestions pour les cas d’impasse !
Elle raconte un moment où elle prend les mains de sa fille pour l’aider physiquement à mettre le couvert.
Je décide d’essayer ça !
Je dis à Anatole : “Bon, mets ta main dans la mienne, je vais te montrer.”
Et je me sers de sa main pour ramasser la pêche !
Il est resté sur sa position, et moi aussi, nous avons donc tous les deux gagné !
Une fois la pêche ramassée, il va la mettre à la poubelle, et je me sens fière d’avoir pu sortir de cette situation sans m’y être cassé le nez.
Bon sang… que d’énergie pour appliquer la parentalité positive !!!

Quand je pense que certains la confondent avec la permissivité… C’est pourtant bien plus compliqué de trouver la bonne idée que de laisser-faire !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
2 réponses
  1. Et suspendre le temps
    Et suspendre le temps dit :

    Coucou Coralie,

    Il me parle bien ton exemple! C’est un cas que j’ai deja rencontre plusieurs fois avec ma fille de maintenant 22 mois. La difference c’est qu’elle ne parle pas encore (elle ne dit encore que qques mots), et quand je lui demande de ramasser (eh oui, j’ai fait des demandes a chaque fois au lieu de simplement decrire la situation), elle me regarde, regarde l’objet qui est a ramasser puis tourne la tete et retourne a ses occupations ?! Ne sachant comment reagir (je ne veux pas punir ou menacer), j’ai chaque fois fini par ramasser moi-meme…
    Donc la prochaine fois, j’essaierai ta technique de diriger ses mains avec les miennes, et je reviendrai te dire comment ca se sera passe 😉

    Par contre, ca ne te frustre pas de ne pas savoir pourquoi ton fils ne voulait pas agir? Je veux dire, en tant que parent, on n’a pas besoin de le savoir? Ca n’aiderait pas quand meme ou alors ce serait contre-productif de lui demander pourquoi il refuse?

    Bonne fin de journee!
    P.S.: super le systeme pour avertir des futurs commentaires!! merci :)))

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Bonjour !
      Oui, stp, reviens me dire comment ça se passe ! Mais, avant d’en arriver à prendre ses mains, essaye déjà de changer la formulation, peut-être que ça t’apportera déjà de meilleurs résultats ?

      Ta question est intéressante. Est-ce que ça me frustre de ne pas savoir pourquoi il ne voulait pas agir ? Non, ça ne m’a pas frustrée sur le coup. A-t-on besoin de savoir ? Je crois que lorsque c’est un événement isolé, ce n’est pas forcément utile. En revanche, si c’est répété, alors là, oui, on peut se dire qu’il y a iceberg, et qu’il faudrait creuser.

      Problème : je ne crois pas que le “pourquoi” fonctionne… Il faudrait peut-etre essayer une forme d’écoute active, du type : “Tu n’aimes pas que je te demande de ramasser…”, et puis laisser parler, reformuler, essayer de creuser en voyant les réactions, pour avoir des indices, tu vois ce que je veux dire ? Avec observation du reste aussi.. voir si on ne tomberait pas dans un des cas décrits par la discipline positive : https://les6doigtsdelamain.com/un-nouveau-regard-sur-les-comportements-inappropries/
      Serait-ce le cas chez toi ?

      ps : oui, c’est chouette d’avoir enfin ça. Je fais pas mal de changements en background, si tu vois des fonctionnalités qui disparaissent, n’hésite pas à me le dire !

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire