Apprentissage libre en pleine nature…

Ah la nature ! Les arbres, le vent, le bruit des oiseaux, l’air pur, le silence… On est souvent loin du stress de la ville, du bruit, du rythme, du monde, de la pollution… Et si ce changement d’ambiance contribuait à une autre forme d’apprentissage ? Si c’était le contexte idéal pour un apprentissage libre ?

Pourquoi “la nature et les apprentissages” ?

Si je veux aborder ce thème aujourd’hui, c’est pour deux raisons.

Une nature qui fait son entrée chez nous

La première, c’est que, vous le savez, j’aime vous parler de ce qui résonne en moi, de ce que je vis. Or, depuis quelques semaines, je vis l’école à la maison avec mon fils Léon, 7 ans. Tout un changement à mettre en place, vous vous en doutez.

L’un des points importants pour nous, que j’ai rapidement mis en place, c’était le fait de trouver des manières d’être en contact avec d’autres enfants en IEF. Et j’ai découvert rapidement qu’un groupe se retrouvait une fois par semaine, dans la forêt proche de chez nous.

Moi qui rêvais, depuis notre installation en banlieue parisienne, d’avoir plus d’occasions d’aller en forêt, j’allais pouvoir faire d’une pierre deux coups !

Et voilà comment, depuis quelques semaines, la nature est entrée dans notre quotidien…

Un thème à creuser

La deuxième raison pour vous parler aujourd’hui de nature et d’apprentissage, c’est que c’est un thème que je n’ai jamais abordé, alors que je le trouve interessant. Je ne suis probablement pas la mieux renseignée sur ce point précis, mais je sais que nous nous enrichissons tous de l’échange avec les autres. Des points de vue et des perspectives diverses.

C’est pourquoi je suis ravie de me joindre au groupe de blogueurs qui contribueront au carnaval d’articles lancé sur ce thème par Coline et Rémy du blog Petites chasses au trésor
(Dès que l’article de présentation des différentes contributions à ce carnaval sera publié, vous pourrez en trouver le lien ici)

Coline et Rémy se dédient depuis quelques années au développement de chasses au trésor ludiques pour que l’apprentissage soit une fête. Je commence d’ailleurs à tester à la maison leur odyssée pédagogique, et je vous en parlerai plus bientôt.

Pour l’instant, restons centré, et revenons à notre nature.

La nature est apaisante

Parfois, je considère la nature un peu comme une oeuvre d’art… Pas seulement parce qu’elle est belle, mais plutôt dans notre relation à elle.

Une relation à la nature toute personnelle

En effet, comme devant un tableau, il n’est pas nécessaire de connaitre, ou comprendre, pour apprécier. Chacun y trouve ce qu’il y trouve, et nous avons chacun une sensibilité différente.

Je me suis par exemple rendue compte il y a quelques années que j’appréciais particulièrement la campagne, la forêt, le vert… Là où mon mari est plus attiré par la mer et son étendue.

Personne n’a raison ni tort, c’est un ressenti personnel, c’est tout.

Alors, quand j’écris que “la nature est apaisante”, finalement, je devrais écrire qu’elle est apaisante… pour moi. Car c’est réellement ce que je ressens.

Il y a deux semaines, j’ai hésité à honorer le rendez-vous forestier hebdomadaire, parce que je craignais un peu la neige, ou plutôt le froid ! Et puis, nous avons pris notre courage à deux mains, Léon et moi, et avons répondu à l’appel à de la forêt. Je ne l’ai pas regretté un seul instant.

Le simple fait de marcher sur les chemins, loin du bruit de la ville, m’a apaisée.
C’était calme, c’était beau. Et s’il n’y avait que cette raison, elle serait déjà suffisante, non ?

Un moyen de baisser le stress de nos vies, n’est-ce pas ce que nous cherchons tous ?

le rat des villes et le rat des champs

Il est amusant de constater à quel point cette réflexion, autour du stress, rejoint complètement la fable de La Fontaine. (Si vous voulez la lire, en voici une version en ligne)

La ville, réputée pour sa richesse, pour ses attraits, qui ne fait finalement pas l’envie du rat des champs car, de son côté pas de festin de roi, “mais rien ne vient m’interrompre”, dit-il.

Et je crois que tout est là, dans ce “rien ne vient m’interrompre”.

Si l’on juge la nature apaisante, c’est que le rythme y est différent.

Certes, cela dépend de notre lieu de vie. Difficile cependant, dans beaucoup d’endroits, d’échapper aux voitures, aux gens… Les interruptions sont fréquentes, et, même sans que nous en ayons conscience, cela crée une forme de stress. Un stress qui n’a plus lieu d’être lorsque l’on est dans un contexte où le calme règne…

Et l’apprentissage, dans tout ça ?

C’est bien joli tout ça, mais quel lien entre ma réflexion sur la nature qui m’apaise, et l’apprentissage ?

Laissez-moi répondre à cela en deux temps. D’abord de la manière la plus directe, et ensuite de la manière la plus intéressante.

Un apprentissage de la terre

La réponse la plus simple, la plus directe, c’est celle de l’apprentissage de la nature, tout simplement. La préoccupation pour la nature, pour la terre entre de plus en plus au coeur de nos préoccupations.

Créer une relation de proximité entre l’enfant et la nature est probablement la meilleure manière de développer sa sensibilité à celle-ci. Et, pour aller bien plus loin, c’est la meilleure manière de lui montrer que l’on n’a pas besoin de grand chose pour s’amuser.

En effet, quel que soit le contexte de nature dans lequel vous amenez vagabonder votre enfant, il est loin de sa chambre pleine d’objets et de jouets. Cette fois, c’est à lui de trouver l’inspiration dans ce qui l’entoure. De faire jouer son imagination, de se projeter, de vivre et de créer.

“Le simple fait d’aller marcher en forêt avec un enfant en vue de ramasser des pommes de pin, de la mousse et des feuilles mortes pour constituer un herbier et un panier de botanique lui permet d’être actif et d’engager son intelligence d’action. Il va chercher, étudier les possibilités, faire des choix et les revoir en cas de besoin.” écrit Céline Alvarez dans son livre Les lois naturelles de l’enfant.

Un apprentissage libre

Surtout, surtout, la nature offre à l’enfant le contexte idéal pour un apprentissage libre. Lui qui est souvent contraint par ce qu’on lui demande, par l’environnement et ses limites, qui est soumis aux règles, au fait de prendre soin des objets autour de lui (chez nous, on a toujours un souci avec les mains sur les murs, par exemple !), à ne pas crier, souvent.. va d’un seul découvrir une liberté d’action qui va lui permettre d’exprimer enfin pleinement son enthousiasme. Lui permettre de prendre ses propres décisions.

Et cela n’est pas négligeable. Pas du tout.

L’interêt d’un apprentissage libre

Cette question de l’apprentissage libre est tellement fondamentale qu’elle justifie un paragraphe spécifique. Car les bénéfices d’offrir à l’enfant des périodes de liberté sont nombreux, pour la construction de son caractère, pour son développement, pour sa confiance en lui, pour ses relations avec les autres.

La motivation intrinsèque

Nous l’avons déjà évoqué à maintes reprises : un être humain retire un bénéfice bien plus grand d’un apprentissage qu’il a choisi que d’un apprentissage imposé. Pour apprendre bien, il faut en avoir envie. C’est seulement à cette condition que les zones du cerveau liées à l’apprentissage s’activent réellement.

Ce n’est pas malheureusement pas ce qui est en général appliqué dans les écoles de nos enfants. Au contraire, les enfants subissent une activité imposée, avec horaire clair, et tout réside dans l’art de l’enseignant de savoir susciter de l’enthousiasme pour l’activité en question. Heureusement que certains enseignants sont brillants !

Lorsqu’à l’inverse, on laisse l’enfant guider l’activité, la magie s’opère. Il n’est pas question ici de laisser l’enfant abandonné à lui-même en considérant qu’il apprendra tout seul, mais simplement de le laisser maître de la direction à prendre, du thème à aborder. L’adulte est alors là pour étayer les connaissances qui surgissent.

“Ne nous y trompons pas : si nos enfants ont l’air “de ne rien apprendre” et ne faire que “s’amuser” lorsqu’ils sont laissés plus libres d’agir et d’explorer, ils sont pourtant bel et bien en train de construire quelque chose : leur concentration témoigne qu’une élaboration intérieure est en cours.” (Céline Alvarez toujours)

L’expérience du pouvoir personnel

Si vous suivez ce blog depuis un certain temps, vous m’avez sûrement déjà entendu parler de la question du pouvoir, qui est assez centrale en éducation positive. Il s’agit en effet de faire bien la différence entre le pouvoir personnel et le pouvoir positionnel, et laisser l’enfant découvrir, explorer, et exercer son pouvoir personnel.

Les enfants ont en fait assez rarement l’opportunité d’exercer leur pouvoir de décision. Dans une journée, ils passent surtout du temps à recevoir des instructions. Chercher les occasions de les laisser le faire est fondamental, car plus nous laisserons l’enfant exercer son pouvoir, et moins il cherchera ensuite à entrer dans des luttes de pouvoir.

Ainsi, non seulement nous l’aiderons à développer sa confiance en lui, mais nous oeuvrons également pour une meilleure relation entre nous !

Illustration personnelle : un atelier grandeur nature

J’ai envie de terminer cet article sur une illustration personnelle.

Chez nous, Léon, 7 ans, est féru de bricolage. Ca a commencé assez incidemment, à travers le montage des meubles ikea, puis ça s’est développé rapidement. Comme nous sommes d’avis qu’il est toujours bon de nourrir une passion au moment où elle se déclare (de nouveau : motivation endogène = apprentissage bien plus efficace !), nous avons fait ce que nous pouvions pour le laisser expérimenter.

Son anniversaire en octobre a donc été l’occasion de lui offrir des outils, des vrais : marteau, pinces, tournevis, et même une petite perceuse visseuse. (Je vous rappelle l’importance d’adapter les cadeaux à l’enfant !).

Nous avons laissé des vieux bouts de bois à sa disposition, et Léon a pu expérimenter. Parfois, cela signifiait simplement planter des clous dans une planche pour la rendre plus solide, puisque “le métal est plus dur que le bois”… Parfois, nous avons vu apparaitre un objet : une épée, une pancarte, un circuit de voitures… Donner libre cours à ses envies lui a permis de suivre les principes exposés plus haut.

A Noël, re-belote : planches, tasseaux, équerres… pour construire un bel établi + étau et scie à bois ! Cette fois, notre Léon est complètement équipé, et une zone du sous-sol est devenue sienne.

Alors, lorsque nous sommes partis en forêt, cela n’a pas trainé : Léon a mis sa scie, son marteau, et des clous dans son sac à dos. Vous vous imaginez le terrain de jeux que la forêt lui a offert ?? Parce que des bouts de bois à scier, dans la forêt, il y en plein sous les pieds !!

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1 réponse
  1. Emilie
    Emilie dit :

    Coucou Coralie !

    Je me réjouis toujours de voir comme je me sens connectée à tes préoccupations et ton cheminement !
    Par ici aussi nous essayons de mettre la nature au cœur de notre quotidien . Comme cela est capital !!!
    Dans le domaine je conseille à tout le monde l’excellentissime blog éveil et nature
    https://eveil-et-nature.com.
    Bonnes aventures dans la nature à tous !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.