Soyez prévenu : dans cet article, j’ai l’intention de vous faire l’éloge de ce livre : Le cerveau qui dit oui, de Daniel Siegel et Tina Payne Bryson. Je vous parle régulièrement des livres qui viennent enrichir ma bibliothèque du parent bienveillant, et je tire toujours un enseignement de ce que je lis. Certains ouvrages cependant sortent vraiment du lot, et c’est le cas de celui-ci, pour moi.

C’est vrai, des livres autour de l’éducation, et même plus spécifiquement l’éducation bienveillante, il y en a beaucoup. Tant mieux, d’ailleurs, parce que cela permet de continuer à puiser, piocher, s’enrichir…

Mais bien sûr, ils sont inégaux. Clairement, certains livres qui nous marquent plus que d’autres… et une partie d’entre eux deviennent carrément des références. C’est le cas pour moi de celui-ci !

Dans cet article, je vais donc vous expliquer pourquoi, et ce que contient ce livre inspirant.

(Si vous voulez voir les autres livres de ma bibliothèque, c’est par ici)

Les auteurs, et le style du livre

Les auteurs

Daniel Siegel et Tina Payne Bryson n’en sont pas à leur coup d’essai. Ce livre est leur troisième.

Vous avez sûrement déjà croisé leur route avec Le cerveau de votre enfant, leur premier livre bestseller.

Leur deuxième, La discipline sans drame est également vraiment chouette !

Dans tous ces livres, ce que j’apprécie particulièrement chez ces auteurs, c’est le talent avec lequel ils synthétisent leurs connaissances scientifiques. Certes, ils parlent du cerveau et de son fonctionnement, mais ils utilisent des images tellement simples que tout est hyper accessible. Pas de mots hyper compliqués, juste des concepts. Par exemple, l’image d’une maison pour parler du cerveau du bas, et du cerveau du haut ! De l’escalier entre les deux pour montrer la connexion, “l’intégration”.

Ces deux auteurs sont spécialistes de leur sujet. Les neurosciences n’ont pas de secret pour eux. Daniel Siegel travaille dans un centre de recherche, Tina Payne Bryson est psychothérapeute. Ils sont en contact des enfants, et ils savent comment appliquer leurs connaissances théoriques à la pratique. Comment traduire les principes du fonctionnement du cerveau en attitudes parentales qui aident nous enfants à grandir !

Lorsque l’on suit Daniel Siegel et Tina Payne Bryson, tout devient simple.

La structure du livre

Oui, la structure même du livre rend les choses évidentes, et limpides !

 

Ainsi, le premier chapitre explique d’abord ce qu’est un cerveau qui dit oui,

puis explique que 4 grandes compétences en découlent. Les chapitres suivants reprennent alors chacune de ces compétences pour l’expliciter et aller plus loin. Le dernier est la conclusion.

 

On ne peut pas se perdre ! Ce qui permet, lorsqu’on a fermé le livre, d’avoir encore les idées claires.

 

De quoi parle le livre

Rentrons un petit peu dans le concret (mais pas trop, parce qu’il y en a tellement à dire, que moi aussi, je vais faire des chapitres consacrés !!) : de quoi parle ce livre ?

Partant des observations du cerveau et des résultats de la recherche en neurosciences, les auteurs nous expliquent pourquoi il est essentiel de chercher à aider nos enfants à développer les connexions neuronales qui leur permettront d’avoir un cerveau “intégré”. L’intégration du cerveau, c’est à dire le fait toutes les connexions qui se font entre le cerveau du haut et le cerveau du bas, tout ce qui permet de développer cette partie du haut, très immature dans les premières années de vie.

Cela permet en fait d’aider nos enfants à développer un “cerveau qui dit oui”, c’est à dire un cerveau qui nous met dans de bonnes dispositions pour dire oui à la vie, pour tenter des expériences, pour s’écouter et écouter les autres, être ouvert…

Un cerveau qui dit oui débouche tout simplement sur 4 compétences essentielles à une vie épanouie :

  • l’équilibre (des émotions en particulier)
  • la résilience
  • l’introspection
  • l’empathie

Et pour chacune de ces compétences, non seulement nous avons le droit à une explication, et des conseils pour accompagner nos enfants, mais également à une partie qui nous permet de percevoir la notion pour nous-mêmes. Parce que finalement, accompagner nos enfants en conscience, c’est d’abord travailler sur nous, non ?

Mon expérience du cerveau qui dit oui

J’ai lu ce livre l’été dernier, et je l’ai adoré. Je vous en ai d’ailleurs déjà parlé avant.. (J’avais commencé par cette petite vidéo au sujet de la zone verte).

Il est rare cependant que j’écrive sur un livre sans prendre le temps de le laisser infuser.

Depuis, j’y ai donc régulièrement puisé pour moi-même, pour être sûre de bien comprendre, pour appliquer certains de ces principes dans ma famille.

Nous sommes près d’un an plus tard, et, enfin, je me replonge dedans, pour pouvoir vous en parler plus longuement.

Je viens de relire tout le premier chapitre, et je me sens prête !

Je vous prépare donc, peu à peu, des articles sur chacun des chapitres sur ce livre ! J’espère que cela vous intéressera autant que le plaisir que j’ai à vous transmettre ce que j’en retiens. (Si vous préférez voir par vous-mêmes, voici le lien pour acheter le livre directement)

J’ajouterai les liens vers les articles au fur et à mesure que je les écrirai derrière ces titres-là !

1 : Qu’est-ce qu’un cerveau qui dit  oui ?

2 : L’équilibre

3 : La résilience

4 : L’introspection

5 : L’empathie

Conclusion

 

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu que ces auteurs soient pour vous, je vous invite à lire ce qu’en dit mon amie Gwen (oui, oui, l’auteur des 200 moments de parentalité positive, c’est bien elle !).

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
3 réponses
  1. Marie
    Marie dit :

    Bonjour, merci pour votre blog, je suis tout mais ne commente jamais .
    Pour vous, y a-t-il un ordre de lecture des livres de Siegel ?
    Je vais aller m’en acheter un. Je me demande lequel prendre. Et mon conjoint qui n’est pas trop ouvert à ces sujets éducatifs y jettera peut-être un œil…
    Bonne journée

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Bonjour Marie,
      Si vous voulez vraiment suivre un ordre, autant commencer par le premier “Le cerveau de votre enfant”, mais franchement, ils peuvent tout à fait se lire dans un autre ordre (j’avais commencé par le 2e..).

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.