,

Préserver son énergie avec les enfants

Être parent demande de l’énergie.

Au quotidien, on s’use et on s’épuise à lutter et à répéter les mêmes choses.

Comment faire autrement ?

Quelle approche pour, peu à peu, sortir de la lutte et entrer en coopération ?

C’est ce dont je vous parle dans ce podcast.

— Pour écouter ce contenu audio, il vous suffit de cliquer sur Play — ou d’aller sur votre plate-forme de podcast —

Ecoutez et abonnez-vous !

Ne manquez plus les nouveaux épisodes des 6 doigts de la main ! Rejoignez mon podcast et abonnez-vous sur votre application préférée :

Si vous préférez lire, en voici également la retranscription.

Préserver son énergie

Je voudrais vous parler d’énergie, parce qu’on en a besoin pour avancer sur ce chemin, pour avancer, parfois à contre-courant de ce que l’on voit autour de nous. Se remettre en question, dans sa parentalité, ça demande une certaine énergie au quotidien, en particulier dans toute cette phase d’apprentissage, qui finalement ne se termine jamais tout à fait. 

Alors, dans le premier épisode de ce podcast, sur le sujet qui s’intitulait “Veiller à son niveau d’énergie”, je vous avais parlé d’attitude, de pratique, de point d’attention quant à notre énergie propre, indépendamment de notre rôle de parent. Aujourd’hui, je voudrais me focaliser sur le fait de préserver son énergie, justement dans notre rôle de parent. 

Comment faire pour éviter cette usure ?

Tous ces moments d’usure, en particulier à travers la répétition, etc, font que notre niveau d’énergie baisse face à nos enfants.

Cette usure fait qu’il est de plus en plus difficile d’adopter les attitudes qu’on aimerait adopter en tant que parents bienveillants.

Pour éviter cette baisse d’énergie, la première chose sur laquelle je voudrais attirer votre attention, qui semble très simple, mais que parfois on néglige : en y prêtant attention, vous verrez que c’est souvent dans les mêmes situations, qu’on “gâche”, qu’on dépense notre énergie. 

C’est-à-dire qu’il y a effectivement des moments qui, dans notre vie de parents, sont plus compliqués que d’autres. Et souvent, ce sont les mêmes situations, qui nous fatiguent, qui se répètent. D’ailleurs, c’est un cercle vicieux parce que, comme on les a parfois inconsciemment identifiés, on s’attend à ce que ce soit difficile et on s’agace avant même que ce soit agaçant

Exemple sur cette usure

Donc, je peux prendre l’exemple de la préparation pour partir à l’école le matin. Si on sait que c’est toujours compliqué de partir à l’école le matin, non seulement on s’agace tous les matins face à la difficulté, mais en plus on est agacé avant même de se heurter à la phase difficile. Parce que d’avance,on a déjà peur que ce soit compliqué. 

J’imagine que vous vous reconnaissez là-dedans. Alors, une des premières choses que je vous encourage à faire et c’est quelque chose qu’on met en place dans la formation Point de rencontre, pour avancer vers de meilleurs échanges avec nos enfants, c’est :

Identifier les moments de tension

Il faut identifier justement ces moments, qui ne sont peut-être pas systématiquement et heureusement, mais régulièrement des moments de tension. Donc, ça peut être effectivement le matin, en partant à l’école, ça peut être au moment du repas, ça peut être au moment des devoirs. 

Souvent, il y a des situations, alors qui sont soit des situations de vie comme celles-ci, soit des attitudes particulières qui, de manière répétée, vont être des moments de tension pour vous, et pendant lesquelles justement vous sentez que votre réservoir d’énergie à vous est en train de se vider. 

Donc, en les identifiant, vous faites déjà un grand pas en avant. Parce que cela va vous permettre de travailler dessus de manière un peu plus focalisée, plutôt que de juste espérer inconsciemment que ça va s’améliorer sans rien y faire. 

Essayez de faire face aux mêmes situations sans changer l’approche de la situation, c’est se préparer à ce que les résultats ne changent pas non plus. Donc voilà, la première chose que je voudrais vous encourager à faire, c’est de vous poser juste quelques minutes pour identifier ces moments, qui sont des moments qui vous activent et donc vous vident en énergie.

Choisir ses batailles

Ensuite, une fois que vous aurez fait ce travail-là, le point suivant, c’est de choisir ses batailles. Et l’expression “choisir ses batailles” en dit long : en général, quand on commence à cheminer sur cette route-là, on est régulièrement dans ces situations-là, dans des batailles. Or, le but, vous le savez bien, c’est de sortir de la bataille, c’est-à-dire que dans une démarche de parentalité positive, on sort de la lutte contre nos enfants et on essaye d’être avec eux. 

D’ailleurs, on dit souvent que la coopération, ce n’est pas l’exercice d’un pouvoir sur quelque chose, mais d’un pouvoir avec. Et ce à quoi on aspire, quand on cherche à développer les compétences de parent positif, de parent bienveillant, c’est à susciter la coopération de nos enfants, à susciter et aussi le vivre nous-mêmes, ça va évidemment dans les deux sens. 

Vous voyez bien que pour susciter la coopération, il vaut mieux éviter de se battre sur tout à la fois. Parce que si on est dans une attitude de lutte contre nos enfants, et en permanence, on ne va pas du tout susciter la coopération, parce que la personne en face de nous, elle est juste fatiguée, elle aussi est usée et elle n’a plus envie de nous écouter. Et donc, effectivement, elle n’aura pas envie coopérer. 

Et voilà comment on rentre dans un cercle vicieux, dans lequel ni les parents ni les enfants ne coopèrent finalement. Donc, afin de pouvoir recréer une ambiance familiale et une connexion, qui vont permettre d’aller vers plus de coopération, l’attitude que je vous encourage à adopter, c’est de choisir ses batailles.

C’est quoi exactement choisir ses batailles ?

Alors, qu’est-ce que ça veut dire exactement,  choisir ses batailles ? Parfois, ça peut faire un peu peur, parce que, quand on entend ça, on peut croire qu’on va renoncer complètement à certaines choses. 

D’ailleurs, on entend souvent choisir, c’est renoncer, alors que ce n’est pas forcément le cas. Donc, il y a plusieurs façons de voir le côté de choisir ses batailles. 

Il y a le fait, effectivement, de voir si dans toutes “les luttes” qu’on mène déjà aujourd’hui, il n’y en a pas certaines sur lesquelles, on ne pourrait pas tout simplement lâcher prise. 

L’exemple d’une de mes clientes

Par exemple, j’ai une de mes clientes qui m’expliquait qu’avant, elle avait pour habitude d’exiger que ses deux garçons prennent la douche dès qu’ils rentraient de l’école ou de la garderie.

En fait, il était déjà assez tard, donc c’était la douche, puis le dîner, puis la préparation au coucher. C’était régulièrement une lutte avec le plus jeune. Alors, elle a remis un peu les choses en question, en s’interrogeant sur le rythme de chacun, sur la relation qu’elle voulait avoir, sur le rythme du dîner également, etc. 

Et finalement, elle s’est rendue compte que ce n’était pas un problème pour elle,  que tout le monde ne soit pas en même temps au dîner. En effet, son mari était régulièrement en déplacement, donc elle dînait seule avec les deux petits. 

Et elle s’est rendue compte que son plus jeune dînait beaucoup plus rapidement que l’aîné. Donc, aujourd’hui, ils ont un rythme différent : quand ils rentrent à la maison, le plus grand va effectivement se doucher, le plus jeune traîne un petit peu d’abord, car il a besoin de son temps à lui, pendant lequel il joue un peu et puis il va se doucher un peu plus tard.

Finalement, au moment où le grand et sa mère ont à peu près terminé cette phase-là, elle se retrouve à commencer le dîner avec son aîné, qui prend beaucoup de temps à manger. En plus, ça lui donne l’opportunité d’un moment en tête-à-tête avec lui, avant que le plus jeune les rejoigne et finisse le dîner avec eux. 

Ainsi, ils finissent quand même tous les trois ensemble et ils font les préparatifs du coucher ensemble. 

Donc, je ne dis pas forcément que c’est ce qu’il faut faire chez vous, parce que chacun à ses principes, ses envies, ce à quoi il tient, etc. Peut-être que pour vous, le dîner familial est important, tous ensemble, et il n’y a aucun problème avec ça. 

Ce que je veux dire, c’est qu’il est intéressant de se poser la question sur certaines choses, pour lesquelles on a l’impression qu’on n’a pas le choix, que c’est comme ça. Et finalement, quand on se recentre sur ce qui est important pour nous, on peut peut-être voir quels sont les ajustements possibles. Ainsi, on peut lâcher prise sur certains points, qui finalement sont peut-être moins importants que d’autres.

Oser se remettre en question

Toujours sur cet exemple de douche : chez moi, les garçons ne se douchent pas tous les jours, pour les deux plus jeunes. Ils se douchent en général un jour sur deux. Pourquoi ? Parce que pour moi, c’est un équilibre qui est OK. 

Peut-être que chez certaines personnes, ce sera quand même tous les jours. Peut-être que chez d’autres, ce ne sera que deux fois par semaine, je n’en sais rien. Chacun son équilibre ! Mais ce qui est important, c’est d’oser se remettre en question

Parce que souvent, ce qui nous manque, c’est vrai dans tous les domaines, et dans la parentalité positive en particulier, c’est d’oublier de remettre en question des choses qui nous semblent un peu obligatoires. Donc ça, c’est la première phase. 

Renoncer

Effectivement, au moment où on réfléchit aux difficultés qu’on a, on peut réfléchir à ce qui est important pour nous et ce sur quoi on peut finalement lâcher prise. Parce que, en réalité, ce n’est pas si important que ce qu’on voudrait bien croire, ou en tout cas pas suffisamment pour l’imposer à un enfant; qui lui pense les choses autrement.

Ça peut être, par exemple, l’importance du petit déjeuner. Vous voyez ce que je veux dire ? Je vous encourage déjà à vous poser cette première question. Et ces choses-là, effectivement, peut-être, qu’on va tout simplement y “renoncer” ou en tout cas, les adapter. Après, il y a tout ce à quoi on ne veut pas renoncer. 

Repousser le reste

Mais ces choses-là, cette démarche de choisir ses batailles, elle est quand même essentielle, parce que l’important, c’est de se dire que tout est un apprentissage et que l’apprentissage est pour eux comme pour nous, d’ailleurs. Et cet apprentissage ne peut pas se faire de façon instantanée, on ne peut pas être sur tous les fronts à la fois. 

Donc dans ce cas-là, quand on choisit, on n’est pas en train de renoncer au reste, on est en train de repousser le reste. C’est-à-dire qu’on accepte le fait qu’il y a comme une courbe d’apprentissage et qu’on va s’attaquer “à une chose après l’autre”

S’atteler à une chose après l’autre

Alors , je vais changer ma phrase d’ailleurs, parce que le verbe “attaquer” entretient cette notion de lutte. On va plutôt s’atteler à une chose après l’autre, s’atteler en équipe. C’est pour ça que je veux sortir de cette notion de lutte.

Donc , on va s’atteler à améliorer une chose après l’autre. Ça veut dire que pendant un certain temps, les autres difficultés, qu’on a et qui ne sont pas listées dans les premières priorités auxquelles on veut s’atteler, vont être résolues plus tard. 

La notion de “On ne peut pas renoncer ou repousser”

Sur ces difficultés, on va effectivement décider consciemment d’y attacher moins d’importance et de moins s’agacer là-dessus. Alors c’est facile à dire ! Je vous entends déjà ! On me l’a déjà dit quand je parlais en atelier de parents, par exemple, de ce concept de choisir ses batailles. Il y a des choses sur lesquelles “on ne peut pas renoncer ou repousser”. 

C’est-à-dire , on ne peut pas les mettre en pause. Avec mon exemple de tout à l’heure, sur le départ à l’école le matin, on ne peut pas le mettre en pause. Il faut bien partir à l’école le matin. OK, c’est vrai, on ne peut pas le mettre en pause. 

Nos sentiments sont créés par nos pensées.

Par contre, la raison pour laquelle on s’énerve, la façon dont se passe finalement le départ à l’école le matin, c’est parce qu’on pense que ça devrait se passer autrement.

Attention, ce que je dis là est lié à nos principes, qui sont en fait assez profonds et forts. C’est le fait que nos sentiments sont créés par nos pensées. Les circonstances sont neutres, et c’est ce que nous nous racontons sur la situation, qui crée ces sentiments d’énervement.

Nier à la réalité

Je vous donne un exemple, on ne va pas s’énerver quand notre enfant de quatre mois ne met pas ses chaussures à la sortie de la maison. Bien sûr que non ! On ne va pas s’énerver, parce qu’on trouve normal qu’il ne mette pas ses chaussures. Si on s’énerve avant de partir à l’école ou de la façon dont ça se passe, c’est parce que quelque part, on a un discours interne qui dit : ça ne devrait pas se passer comme ça ! 

Et quand on dit : ça ne devrait pas, on est en train de nier la réalité, parce que même si ça ne devrait pas, il se trouve que c’est une réalité. 

Ne pas renoncer mais tolérer

C’est comme ça que ça se passe, je ne dis pas forcément qu’on a tort là-dessus, je vous encourage juste à voir le fait que c’est notre discours interne, qui crée cet agacement. Donc, si on décide pendant un certain temps de mettre la question du départ à l’école et des difficultés pour ce départ à l’école de côté, et de se dire pendant un certain temps, j’ai confiance, ça va s’améliorer, mais ce n’est pas ce sur quoi je mets mon énergie pour l’instant. Donc, je vais plus accepter que pour l’instant, ça se passe de cette façon-là. Et après, on verra comment faire pour changer ça.

Déjà, on peut se mettre dans une position de moins s’agacer pour ça. Ainsi, on ne renonce pas , mais on va être plus tolérant sur la façon dont ça se passe dans les moments qui ne sont pas dans nos premières priorités.

Chercher la coopération

Ensuite, pour les moments pour lesquels on veut dépenser de l’énergie, c’est sur ces moments-là qu’on met la priorité sur notre liste. En disant cela, on va améliorer la façon dont ça se passe : je suis fatigué(e) de me battre tous les jours pour qu’ils aillent se doucher, par exemple.

Eh bien ! On va effectivement, dans ce cas-là, chercher la coopération. Moins vous ferez de reproches dans les moments d’énervement, et plus ce sera facile d’obtenir la coopération. 

Parce qu’on a plus envie de coopérer avec quelqu’un qui est dans l’échange, la connexion, dans l’encouragement, qu’avec quelqu’un qui nous fait des reproches tout au long de la journée, même si à ce moment-là en particulier, il n’est pas en train de nous faire des reproches (il est en train d’accepter l’apprentissage !). 

Vous voyez l’idée, c’est l’ambiance générale qui compte ! Il est aussi très important de choisir ses batailles, et ce que l’on met en priorité. 

Alors comment fait-on cet apprentissage ? C’est là que l’on sort “nos outils” et les croyances d’éducation positive : vous obtiendrez toujours plus de résultats en impliquant l’autre. 

C’est-à-dire, que plus vous imposez les choses, plus vous considérez que vous savez comment faire, que c’est vous qui dites et que votre enfant n’a qu’à faire, parce que vous lui dites de faire ça (et c’est tout !), et moins vous aurez de chance que ça fonctionne ! Parce que personne n’a envie d’être une marionnette. 

Donc, la coopération permet de réussir à ne plus avoir besoin de la lutte pour la douche par exemple, ou de lutter pour partir à l’école. 

Comment on va faire pour que ça s’améliore ?

Alors en l’occurrence, c’était moi ! Je me souviens avoir consciemment dit à ce moment-là : on va s’améliorer, parce qu’on est régulièrement en retard. Et je n’aimais pas le moment de stress de départ. Je me suis dit OK, comment faire pour que ça s’améliore ? 

Et au moment où vous décidez ça,  c’est important d’impliquer vos enfants. C’est-à-dire que le but n’est plus d’être dans la lutte. Vous avez donc la possibilité de les faire rentrer dans votre équipe et de leur parler de ce que vous cherchez à obtenir. 

Typiquement, pour cette histoire de retard à l’école, je me suis assise avec les enfants et j’ai dit : voilà, je me rends compte que souvent, quand on part à l’école, on prévoit que l’on part à quinze et puis en fait, on sort à vingt, vingt-cinq.

Et du coup, c’est un moment de stress. Parce que mettre les chaussures et le blouson, ça met beaucoup plus de temps que ce qu’on avait prévu . Et à ce moment-là, je me sens très tendue. Personnellement, j’aimerais bien qu’on arrive à ce que ce soit plus détendu avant et qu’on parte vraiment à quinze. En fait, je me rends compte que je suis en train de mettre cette contrainte, sans vous avoir consulté. Est-ce que ça vous conviendrait de partir à quinze ? Et en l’occurrence, ils étaient tous les deux complètement d’accord. 

Et évidemment, eux non plus ne trouvent pas ça agréable, ce moment de lutte et de stress du matin. Ainsi, on peut en discuter ensemble : quelles idées a-t-on pour faire face à ça ? Pour que ça s’améliore, pour que ce soit plus facile, etc. 

Et dans ces moments-là, on essaye de les laisser suggérer, de les laisser proposer des pistes. Et je vais aller encore plus loin, non seulement vous pouvez essayer de les laisser suggérer des pistes, mais aussi, essayer de ne pas réagir trop vite à ce qu’ils disent.

C’est-à-dire que quand ils suggèrent des idées, qui ne vont pas fonctionner, parce que vous le savez déjà, que ce n’est pas possible, etc. Ne dites pas trop vite que ce n’est pas possible. Dites ok, ça, c’est une idée. Quoi d’autre ? Et est-ce que ça, ça pourrait fonctionner ? Et les encourager à s’interroger eux-mêmes. 

Parce que si trop rapidement, face à la question : comment pourrait-on faire pour partir plus tôt, il y en a un qui dit : c’est facile, il suffit de se réveiller un quart d’heure plus tôt. Et que vous, vous dites moi, je ne suis pas d’accord pour me faire un quart d’heure plus tôt. Ou alors que vous dites non, ça ne marche pas, parce que j’ai déjà fait ça, et en fait, on traîne autant . 

Si tout de suite vous dites non, pour une raison ou pour une autre, ça leur coupe la parole : quoique je dise de toute façon, moi, mes idées, elles ne sont pas bonnes ! Donc, ce n’est pas la peine de suggérer de nouvelles idées. Ainsi, même si moi je n’ai aucune envie de me lever un quart d’heure plus tôt, je vais commencer par réagir en disant : OK, se lever un quart d’heure plus tôt, ça pourrait être une idée, est-ce qu’on en a d’autres ? Et quand on revient sur les idées ou sur le coup, dire OK.  Et comment ça se passerait : est-ce que tu penses que dans ces cas-là, on aurait le même rythme ? Pourquoi penses-tu que l’on a besoin d’un quart d’heure de plus ? Etc. On discute ensemble et on cherche des solutions ensemble. Voilà, je vais m’arrêter sur la démarche de recherche de solutions. 

Si vous voulez plus de détails sur comment faire une recherche de solutions avec les enfants, je vous encourage à aller lire sur le blog l’article qui s’appelle “Trois manières de résoudre un conflit”

Cependant, je pense que vous avez compris l’idée : à chaque situation que vous cherchez à améliorer, il faut chercher à les impliquer et à travailler ensemble, en équipe. 

Se focaliser sur le progrès

Et puis, la dernière attitude qui vous aidera vous et vos enfants, à préserver votre énergie, c’est de vous focaliser sur le progrès.

C’est-à-dire que, quand vous mettez en place quelque chose, quand vous cherchez à améliorer quelque chose, voyez ce qui réussit, voyez les avancées qui sont faites ! Ne cherchez pas tout de suite à être au sommet de la montagne. On en revient à cette notion d’apprentissage et ça, ça va tout changer parce que ça changera aussi votre regard

Ainsi, vous verrez l’énergie que vous économiserez, parce que vous serez dans une énergie bien plus positive, en ayant remarqué que votre enfant avait rangé la boîte de céréales le matin, plutôt qu’en remarquant qu’il n’a toujours pas mis ses affaires au lave-vaisselle. 

Et même s’il n’a pas fini la démarche, il y a un progrès par rapport à avant. Et ce progrès-là montre que peu à peu, les autres étapes vont pouvoir être franchies également. Ça vous encourage à continuer et ça encourage fortement votre enfant à continuer sur cette voie. 

Voilà, j’espère que ce podcast vous aura aidé pour éviter de vous user à répéter encore et encore les mêmes choses, à être dans la lutte au quotidien. Si vous voulez aller plus loin sur ce chemin et améliorer les échanges avec vos enfants, la meilleure solution est de vous inscrire à la formation Point de rencontre, qui vous permettra d’aller plus en profondeur  dans les approches parentales, qui aident aux échanges, à la connexion et dans les outils concrets pour mettre ça en place. 

En attendant, si vous pensez que ce podcast peut aider d’autres parents, n’hésitez pas à en parler, à le partager et à suivre évidemment les prochains numéros sur la plateforme que vous préférez !

À bientôt.

Partager l'article
 
 
   
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.