Je perds du temps pour mon enfant, peut-il en perdre pour moi ??

La semaine dernière, j’ai emmené mon grand (14 ans) chez l’orthodontiste.

Ca me prend toujours du temps : le cabinet est à 20 minutes en voiture, donc 40 aller-retour, sans compter le rendez-vous lui-même…
Heureusement, dans ce cabinet, je peux me connecter au wifi, et ainsi travailler pendant qu’Oscar est en soins.

Cette fois, lorsqu’Oscar ressort, je suis au milieu de quelque chose, que je ne veux pas interrompre. Je lui partage ma surprise qu’il soit déjà sorti, et lui dis que je n’ai pas fini ce que je faisais.

Il s’avance seul vers le secrétariat, et m’appelle.

“Maman, je t’attends !”  … “Maman, il faut prendre le prochain rdv !” … “Maman !!”

Je pose mes limites :

“Oscar, je t’amène chaque fois chez l’orthodontiste, et ça me prend du temps. Ce n’est pas un problème, je le fais avec plaisir parce que c’est mon rôle de maman. Mais là, je suis au milieu de quelque chose que je voudrais terminer, j’ai besoin de 5 minutes, et je prendrai le rdv quand j’aurai terminé.”

Oscar patiente, mais reste visiblement agacé, trouvant visiblement anormal que je le fasse patienter !

Lorsque nous sortons de là, évidemment, mon humeur n’est pas non plus au beau fixe, et le contexte semble annoncer que le retour se déroulera dans le silence, pour éviter les échanges du type :
“Franchement, t’es pas très sympa ! C’est pas comme si tu avais des choses urgentes à faire ensuite..
– Non, mais c’est toi, je vois pas pourquoi j’attendrais !” etc…

Sauf que, pour une fois, j’ai une idée lumineuse !

Ca fait des mois qu’Oscar me dit qu’il aimerait essayer de conduire, ce qui est impossible près de chez nous, où c’est trop urbain. Or, nous sommes cette fois dans un parking quasiment vide.
Soudainement, je m’arrête, et lui demande : “Tu veux essayer de conduire ?”
Il est évidemment enchanté !

Tandis que nous changeons de places, je lui commente : “J’ai l’impression que tu n’es plus si pressé, finalement…”

Ca suffit à lui donner la perspective du moment… Il voit que je prends du temps pour lui, et se rend compte qu’il aurait bien pu en prendre pour moi. Il me demande pardon, et nous passons un quart d’heure à faire des manoeuvres.

Nous nous sommes re-connectés !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire