,

“J’ai tout essayé !” : Le piège de la négation

Une révélation, grâce au livre d’Isabelle Fillozat, J’ai tout essayé !” :
le piège de la négation.
Le cerveau des petits (avant 3 ans) ne sait pas encore bien traiter la négation.
Donc, si on lui dit “On ne va pas sur la route”, il comprend plus facilement “va” et “route” que “ne…pas”.
Finalement, on l’encourage presque !
Alors, restons dans les phrases affirmatives, et disons plutôt “On reste sur le trottoir.” (Noter au passage que ce ne sont pas des ordres, mais des règles, exactement comme ça nous était recommandé dans Parents épanouis, enfants épanouis, dans le chapitre sur la colère)
Depuis que j’ai lu ça, j’ai trouvé maintes occasions de le mettre en pratique, et de changer mes négations en phrases affirmatives. Comme avec ce garçon qui n’écoutait pas sa maman…

Les instructions sont mieux comprises, et, avantage non négligeable, ça donne une ambiance plus positive ! (C’est sûrement pour ça qu’on parle de parentalité positive !)

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire