,

Comment VRAIMENT inciter l’enfant à dire “merci” ?

La politesse… Pas toujours facile à inculquer.

Elle reste pourtant une de nos demandes fortes de l’éducation des enfants. Non sans raison. La politesse a une raison d’être : c’est une marque de connexion avec les autres. C’est faire partie de la société que de reconnaitre l’autre par une marque de politesse.

Je me rappelle d’un chapitre sur ce sujet dans Bébé made in France de Pamela Drukerman. Cette américaine qui a élevé ses enfants à Paris commente sur bien des différences culturelles dans le domaine de l’éducation. Sur le chapitre sur la politesse, elle explique que si les américains demandent systématiquement à leurs enfants de dire “s’il te plait” et “merci”, les français y ajoutent “bonjour” et “au revoir”. Selon elle, c’était une façon de valider la présence de l’enfant. De le voir, de l’accueillir. On lui dit “bonjour”, cela signifie qu’il compte, il nous salue également pour créer un lien, nous ne nous ignorons pas. J’ai bien aimé cette explication.

Vraie ou fausse, ce qui est sûr, c’est que je me rappelle avoir parfois lutté avec Oscar pour qu’il dise bonjour quand on arrivait chez des gens. C’était il y a bien 10 ans, avant que je découvre la parentalité positive. Lorsque ça m’arrive encore aujourd’hui avec mes plus petits, je sais qu’il n’est pas nécessaire de les contraindre. Respectons plutôt la difficulté du 1er contact, ça viendra tout seul.

 

Ces derniers temps, j’ai trouvé une autre approche sur le fait de remercier qui m’enchante, parce qu’il est non seulement en ligne mais même illustrateur de la parentalité positive.

Les bonnes vieilles méthodes de “J’ai pas compris”, “Quel est le mot magique ?” ou ne pas donner ce qui est demandé tant que le “merci” n’a pas été dit place l’enfant dans une position d’infériorité, et ne l’encourage à dire merci que dans la mesure où il n’a pas le choix puisque nous utilisons notre pouvoir sur lui de manière coercitive : tu n’auras rien si tu ne dis pas “s’il te plait”…

 

Tout change si on accepte l’idée que l’enfant voudra spontanément coopérer si on lui donne l’opportunité de voir le point de vue de l’autre. C’est une dynamique toute différente qui se met alors en place.

Ainsi, si l’un de mes petits ne dit pas “merci”, par exemple à mon amie Anne-Lise, je lui glisse simplement : “Tu sais, je crois qu’Anne-Lise aime bien qu’on lui dise merci.” 

Je montre ainsi à l’enfant que je lui fais confiance pour décider lui-même quoi faire une fois qu’il aura l’information de comment se sent mon amie.

Il est très rare que cette phrase ne soit pas suivie de “Merci, Anne-Lise.”

 

D’ailleurs, comme il a appris à le communiquer simplement, sans contrainte, il arrive qu’Anatole (3 ans), me dise, après m’avoir remerciée pour quelque chose : “Tu peux me dire “de rien” maman ?”
C’est tout simple, on échange nos envies sans diminuer l’autre.

Essayez, vous verrez !
(Et si ça ne marche pas dès la première fois, n’en faites pas toute une histoire, ça viendra.)

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
7 réponses
  1. Anne-Lise
    Anne-Lise dit :

    Ahahaha !! Je n’avais pas encore pris le temps de lire l’article mais savais qu’il me tenait à cœur !! Effectivement 😉 méthode à travailler !!! Merci Coralie !!

    Répondre
  2. Floriane
    Floriane dit :

    J’adore ton approche !
    En fait j’utilise une approche similaire concernant le respect des autres. Par exemple, hier : “si tu touches le livre de papa avec tes mains sales, papa va être triste parce qu’il y tient beaucoup”, s’il veut prendre le jeu d’un autre enfant “il s’amuse bien avec et si tu lui prends, je crois qu’il sera triste” ou alors s’il l’a déjà pris “elle est triste parce que tu lui as pris son jeu, mais si tu lui rends elle sera sûrement très contente”. Ca fonctionne très bien, le sens de l’empathie est si développé chez les enfants ! <3 Je n'y avais pas pensé pour la politesse, merci pour l'astuce ! 🙂

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Je te retourne le remerciement : j’imagine comme la technique est bonne dans les autres cas que tu cites, et je vais le mettre plus en pratique dans ces cas-là aussi !

      Répondre
  3. Aurore
    Aurore dit :

    C’est un vieil article mais je l’ai cherché exprès parce que je voulais partager le fait que j’ai réussi à bien réagir à une demande de politesse inadéquate de ma belle-mère avec mon fils. Elle l’a gardé pendant un rendez-vous et quand je suis revenue, c’était l’heure de déjeuner. Au moment de lui dire au revoir, elle remarque qu’il tend son bras vers son biberon de lait et dit “ah ah”, chose qu’il fait quand il voudrait qu’on lui donne un objet. Spontanément, elle attrape le biberon et le “retient en otage” puis dit à Oscar “tu peux dire s’il te plait?” — passons déjà sur l’ironie de la situation, cet enfant ne dit même pas “Daddy” haha — et au lieu de le prendre personnellement, de m’énerver sur ses méthodes “à deux balles”, j’ai simplement répondu “les codes sociaux, ce n’est pas avant 4 ou 5 ans”. Sa réponse (“je me suis dit qu’on ne pouvait pas comment trop tôt”) prouve bien qu’elle ne comprend pas ce qu’il y a derrière, mais ce n’était pas le moment de lui expliquer que ce n’est pas ainsi qu’on tient à procéder. Dommage qu’elle ne lise pas le français, j’aurais aimé pouvoir la diriger vers ton article!

    Répondre
    • Coralie
      Coralie dit :

      Ne pas prendre les choses personnellement, c’est une vraie première étape pour être solide sur ses pieds et pouvoir communiquer avec les autres ! Merci d’être venu me raconter ça..

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *