Toujours la figure d’attachement !

Oui, on l’a vu déjà : l’enfant s’exprime plus facilement devant sa figure d’attachement.

Je le constate au quotidien.

La semaine dernière, quand Léon (presque 5 ans) est sorti de sa classe, il s’est mis à pleurer. Sans que je sache pour quoi. Je l’ai pris dans mes bras et lui ai doucement demandé : “Tu veux m’expliquer, ou tu veux juste un câlin ?”. Il est resté dans mes bras une minute sans rien dire, puis il s’est calmé, et a pu se détacher. Il avait seulement besoin qu’on reçoive son émotion. Je n’ai pas su pourquoi.

Cette semaine, c’était le tour d’Anatole (2 ans et demi). J’arrive à l’école, et le vois au milieu de ses camarades, tranquille. Dès qu’il me voit, il se met à pleurer : “Je veux pas ce pantalon !”. Oui, il a encore du mal avec le retrait des couches, et il avait été changé… Le pantalon ne lui plaisait pas… Mais il m’attendait pour le dire. Il avait besoin de la sécurité dans laquelle il pouvait s’exprimer.
Sa figure d’attachement était arrivée.

Pour l’histoire, j’ai validé le sentiment, simplement.
“Ce pantalon ne te plait pas ?
– nooon…, toujours pleurant
– on en changera quand on arrivera à la maison ?
– d’accooord !”
Il ne pleure plus.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *