Le cercle vicieux de l’énervement

Combien de fois avons-nous crié à nos enfants : “On arrête de crier maintenant !!!”
Alors, évidemment, ça ne colle pas dans le rôle de modèle qu’on est censé donner…
Mais on pose ici une autre question : d’où ça vient ?
Ça vient du fait qu’il y a des jours où on est irrité, irritable, parce qu’on est fatigué, parce que quelque chose nous contrarie. Alors, on a encore moins envie que d’habitude que les enfants en rajoutent. Seulement voilà, eux aussi ressentent notre tension… Et ça les rend nerveux ! Alors, ils sont plus difficiles, plus irritables que d’habitude… Mais on n’a pas de patience, alors on réagit vite, et mal… Du coup, ils sont énervés à leur tour… Vous voyez où je veux en venir ?
Pas facile de sortir de là.

 

Deux idées cependant me viennent :

La première, c’est de leur expliquer dès le départ qu’on ne se sent pas bien, et qu’on risque de manquer de patience. Leur livrer ce qu’on ressent, c’est leur faire confiance, c’est leur expliquer que notre mauvaise humeur n’est pas due à leur comportement, c’est leur donner l’opportunité de comprendre.

La deuxième, c’est d’essayer de mettre les soucis de côté. De vivre le moment en pleine conscience, si c’est possible, les problèmes nous reviendront bien assez tôt. (Plus facile à dire qu’à faire…)

“Il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple”! (Jacques Prévert)

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire